Navigation – Plan du site

Texte intégral

XIXe siècle

1L’apparition de la lithographie et du bois debout, au début du siècle, puis de la photographie, relégua la taille-douce au second plan : elle sombra dans l’acadé­misme et ne réapparut que vers 1850, servie par le génie de Méryon et ensuite par celui des peintres impressionnistes. Il convient, cependant de citer Denon : la Bibliothèque de l’École possède, en effet, une trentaine d’eaux-fortes de cet artiste.

2La lithographie, par contre, inspira de remarquables réussites, à Goya, tout d’abord, puis aux peintres romantiques français et à Daumier.

3La gravure au bois debout connut un prodigieux développement, mais servit de moyen de reproduction et ne donna pas souvent naissance à des œuvres originales, à l’exception notoire des illustrations de Gustave Doré.

4Il convient de souligner ici le rôle prééminent que joua notre pays tout au long du XIXe siècle où des artistes de premier plan s’illustrèrent dans ces différents procédés.

Invention de la lithographie

5Ce procédé fut inventé par l’allemand Aloys Senefelder (1772-1834) en 1796. Curieusement, Senefelder n’était ni peintre, ni dessinateur, mais un auteur drama­tique auquel on s’accorde à ne reconnaître qu’un médiocre talent. Il cherchait un moyen bon marché pour reproduire ses œuvres. Rebuté par le prix élevé du cuivre, il essaya d’utiliser les belles pierres calcaires de Solenhofen dans la vallée de l’Isar en Bavière dont il était originaire.

6Il chercha d’abord à les graver en relief, protégeant les zones à épargner avec un vernis gras déposé au pinceau et mordant ensuite la pierre, afin d’en creuser les parties qui devaient rester blanches. Or « doué d’un esprit inventif peu commun, persévérant de caractère », comme il le dit lui-même, Senefelder s’aperçut rapide­ment qu’il n’était point besoin de creuser la pierre : il suffisait, en effet, de dessiner les zones devant retenir l’encre avec un crayon lithographique ou un pinceau et d’imperméabiliser les autres avec un mélange d’acide et de gomme arabique (cf. les procédés de gravure).

Goya (1746-1828)

7L’Espagne, repliée sur elle-même, n’avait jamais vu éclore d’authentique vocation de graveur, si l’on excepte Guiseppe Ribera (1588-1652) qui travailla en Italie au début du XVIIe siècle.

8Sur le tard, Francisco Goya se mit à graver. On peut donc affirmer que si Goya appartenait au XVIIIe siècle comme peintre, il fut un graveur du XIXème. Il avait, en effet, plus de cinquante ans quand il réalisa sa première planche et ce fut alors un vrai déferlement d’œuvres cruelles, virulentes, satiriques. C’était le souffle brû­lant de la Révolution faite gravure, c’était l’explosion de tous les sentiments refou­lés de ce courtisan revendicateur, de ce peintre de Charles IV, de cet amant de la duchesse d’Albe.

9Son œuvre n’a pas été publié de son vivant, à l’exception des Caprices (1799) qui constituent une si violente critique de la société espagnole qu’ils furent retirés de la vente au bout de deux jours. Il apparaît donc comme une passionnante intros­pection et même confession de Goya (Fig. 58).

10Dans les Désastres de la Guerre, Goya nous dépeint avec une violence extrême les atrocités de l’invasion napoléonienne (Fig. 59).

11Sa description n’épargne d’ailleurs pas ses propres compatriotes et nous montre avec cruauté des hommes devenus des fauves ayant retrouvé le goût du sang. Il a gravé une autre grande série sur la tauromachie où l’on retrouve, dans une am­biance certes différente, les mêmes violences et cruauté. Il a également laissé un certain nombre de planches isolées (Fig. 60). L’œuvre de cet artiste âgé est consti­tué de près de trois cents planches.

12Au plan technique, Goya a utilisé l’eau-forte qu’il a coloré de larges aplats d’aqua­tinte et de soufre. S’il ne fit pas école dans le domaine de la taille-douce, son in­fluence en tant que lithographe est incontestable (Fig. 61). C’est en exil en France, vers 1820 qu’il découvrit ce procédé qui le passionna. Goya, avec ses quatre remar­quables scènes de tauromachie, dites de Bordeaux, peut être considéré comme le premier grand artiste ayant fait œuvre de lithographe.

Fig. 58 : Les caprices : croquemitaine (eau-forte et aquatinte) 137 x 192.

Fig. 58 : Les caprices : croquemitaine (eau-forte et aquatinte) 137 x 192.

F. Goya, 1797-1798. BnF

Fig. 59 : Les désastres de la guerre (eau-forte) 167 x 140.

Fig. 59 : Les désastres de la guerre (eau-forte) 167 x 140.

F. Goya, vers 1810. BnF

Fig 60 : Le colosse (manière noire) 208 x 287.

Fig 60 : Le colosse (manière noire) 208 x 287.

F. Goya, vers 1810-1817. BnF

Fig. 61 : La division de place (lithographie) 415 x 305

Fig. 61 : La division de place (lithographie) 415 x 305

F. Goya, 1825. BnF

Denon (1747-1825)

13Vivant Denon s’essaya au burin, à la manière noire, pasticha Callot, Rembrandt et bien d’autres. Les gravures de Vivant Denon ont été exposées en 1998 à la Fonda­tion Mona Bismarck (Fig. 62). Voici ce qu’indique le catalogue de cette exposition sur cette personnalité hors du commun :

« Ses parents destinaient ce jeune homme de petite noblesse à la magistrature. Mais Denon préfère rapidement le monde des lettres et des arts et parvient par sa bonne mine, son caractère enjoué et son habileté à s’introduire auprès du roi Louis XV. De 1772 à 1785, il mène parallèlement une vie de diplomate et d’artiste. Il est as­socié à la publication du Voyage Pittoresque, puis, après s’être brouillé avec l’abbé de Saint-Non, publie de son côté un Voyage en Sicile. Le peintre Louis David lui évite d’être inquiété au moment de la Révolution. Il parvient ensuite à s’attirer les bonnes grâces de Bonaparte qui l’associe à son expédition d’Egypte. Denon par­ticipe ainsi à l’élaboration de la Description de l’Egypte, immense entreprise encyclopédique dont la publication s’échelonne de 1809 à 1822. De 1803 à 1815, il est placé d’abord à la tête de la Monnaie des Médailles, puis à la Direction du Musée du Louvre où il fait venir de toute l’Europe des chefs-d’œuvre que les dif­férents pays vaincus se voient obligés de donner à la France. Napoléon place en lui une grande confiance. Denon contrôle peu à peu tout ce qui se produit d’officiel dans les beaux-arts et l’architecture. En 1815, ne pouvant empêcher la restitution des œuvres du Louvre, il préfère démissionner et se consacre alors à augmenter sa collection personnelle d’objets d’art. Comme artiste, il a surtout pratiqué le dessin et la gravure ».

Fig. 62 : Trois pastiches de Callot (eaux-fortes) (inclus dans une composition de 8 eaux-fortes) 220 x 320.

In : Denon, Dominique Vi­vant (1747-1825) Eaux-fortes, contrefa­çons de J. Callot : « une vieille femme qui de­mande l’aumône » ; « un pauvre ». « Trois dan­seurs »

V. Denon, [1750­-1800] C 36 EP

14Je voudrais ajouter que ce touche à tout de génie a également été homme de lettre et a commis un roman de qualité : Point de Lendemain.

Boilly (1761-1845)

15Louis Léopold Boilly, est un peintre, dessinateur, miniaturiste, et graveur français, connu notamment pour ses scènes de la vie parisienne dans les années qui suivent la Révolution. Son œuvre, qui compte au total environ cinq mille portraits et cinq cents scènes de genre, passe de mode après la Restauration. Il est surtout apprécié aujourd’hui pour son intérêt documentaire (Fig. 63, 64 et 65).

16La bibliothèque conserve une vingtaine de portraits lithographiés ainsi qu’un re­cueil relié de portraits d’académiciens.

Fig. 63 : Cauchy (Augustin Louis), ingénieur des Ponts et Chaussées (lithographie) - 300 x 220

Fig. 63 : Cauchy (Augustin Louis), ingénieur des Ponts et Chaussées (lithographie) - 300 x 220

L. L. Boilly, 1821.

Fig. 64 : Prony, (Gaspard-Clair-François-Marie-Riche de) Chevalier de l’ordre du Roi (lithographie) 350 x 240

Fig. 64 : Prony, (Gaspard-Clair-François-Marie-Riche de) Chevalier de l’ordre du Roi (lithographie) 350 x 240

L. L. Boilly, 1822.

Fig. 65 : Le comte de Péluse, (Gaspard Monge), grand officier de la légion d’honneur (lithographie) 350 x 240

Fig. 65 : Le comte de Péluse, (Gaspard Monge), grand officier de la légion d’honneur (lithographie) 350 x 240

L. L. Boilly, 1820.

In : Boilly, Julien-Léopold (1796-1874) Iconographie de l’Institut royal de France, ou collection des portraits de 1814 à 1825/J. Boilly - Paris : impr. Villain, [1825 ? 2° - In-folio, portr. Lithogr. Vers 1825 – 12 115 EP

Chapuy (X1809 ; 1790-1858)

17Elève à l’Ecole d’application du génie maritime, il est nommé lieutenant des ouvriers militaires à Anvers. En 1813, il participe au siège de Trieste, en tant que commandant en second. Pendant les Cent Jours, il est nommé capitaine à Toulon. A la suite de la défaite de Napoléon, il est destitué de ses fonctions à cause de ses opinions politiques. Sans ressources, il renonce à la carrière militaire et met à profit ses talents de dessinateur et de graveur. A partie de 1820, on trouve ses dessins dans des recueils de vues pittoresques. Sa reconversion est sans doute due à sa rencontre avec l’archéologue François de Jolimont avec qui il entreprend à partir de 1823 la publication des « Cathédrales françaises ». Il participe aussi aux « Voyages romantiques et pittoresques dans l’ancienne France » du baron Taylor et de Charles Nodier. En 1824, il réalise les dessins de l’ouvrage « Navigation par la vapeur » réalisé par Jean-Baptiste Marestier (X 1802) commandé par le Ministère de la Marine. Il consacre le reste de sa vie au dessin et à la lithographie.

La lithographie romantique : Eugène Delacroix (1798-1863)

18Il fut le premier, vivement impressionné par les travaux de Goya et réalisa un certain nombre de lithographies qui sont à ranger parmi les chefs-d’œuvre du genre : citons les suites de Faust et d’Hamlet, ses études de médailles, de chevaux et de fauves (Fig. 66).

19La légende napoléonienne fut illustrée avec talent par les lithographies de Raffet, Bellanger et surtout Charlet.

Fig. 66 : Cheval sauvage (lithographie) 239 x 248.

Fig. 66 : Cheval sauvage (lithographie) 239 x 248.

Delacroix, 1828. BnF

Charlet (1792-1845)

20Nicolas Toussaint Charlet, est peintre et graveur (Fig. 67). En 1838, il est nommé professeur de dessin à l’Ecole Polytechnique. L’œuvre lithographique de cet artiste infatigable se compose de près de 800 lithographies. Il a produit, en outre, quelque 2000 dessins à la sépia, à l’aquarelle, à la plume et eaux-fortes.

Fig. 67 : L’empereur. Habit de grenadier (lithographie) 210 x 280

Fig. 67 : L’empereur. Habit de grenadier (lithographie) 210 x 280

In : Charlet, Nicolas Toussaint (1792-1845). L’empereur et la garde impériale : avec un précis historique sur la garde et une notice sur les officiers généraux et supérieurs qui en ont fait partie par M. Adrien Pascal - Paris : Perrotin, 1853

N.-T. Charlet, 1853 - 12 40 EP

Raffet (1804-1860)

21Auguste Raffet est un dessinateur, graveur et peintre français qui a également contribué à diffuser la légende napoléonienne (Fig. 68). Attiré par la peinture, il entre à l’atelier de Suisse, puis passe par celui de Gros, et est enfin l’élève de Charlet.

Fig. 68 : Le lieutenant général Galbois (lithographie) 124 x 170.

In : Nodier, Charles (1780-1844). Journal de l’expédition des portes de fer/rédigé d’après les notes du duc d’Orléans Paris : Imprimerie royale, 1844. L’ouvrage comprend 194 illustrations gravées en taille-douce par : Raffet, Hébert, Pinaud, Brévière, Lavoignat, Dauzats, Adrien, Montigneul. Cartonnage d’éditeur rouge et or, tranches dorées. Exem­plaire réservé « A la bibliothèque de l’École royale polytech­nique ».

A. Raffet, 1844 - L4 2 EP

Bellangé (1800-1866)

22Hippolyte Bellangé est un peintre, dessinateur, graveur et lithographe.

23Élève de Gros, Bellangé s’est fait un nom dans la peinture des batailles et des scènes militaires. Plusieurs de ses toiles sont exposées au musée de Versailles. L’École conserve une lithographie re­présentant un Polytechnicien lisant un livre sur un banc (Fig. 69)

Fig. 69 : Élève de l’École polytechnique (lithographie en couleur) 260 x 170

Fig. 69 : Élève de l’École polytechnique (lithographie en couleur) 260 x 170

H. Bellangé, 1812, gravé par Rouget. A3 P11IA EP

Gavarni (1801-1866)

24Gavarni a dépeint son époque avec un crayon précis et raffiné (Fig. 70 et 71). Sulpice-Guillaume Chevalier dit Paul Gavarni (1801-1866) est dessinateur, litho­graphe et peintre. Il publie sa première lithographie en 1824. Son pseudonyme vient du long voyage qu’il a effectué dans les Pyrénées de 1824 à 1828. L’œuvre de Gavarni est immense, il comprend près de 4000 pièces, sans compter les copies. Il publia plusieurs de ses œuvres dans le Journal des dames et des modes puis les confia à Emile de Girardin, responsable de la revue la Mode. Ses dessins furent aussi publiés dans d’autres journaux comme l’Artiste, l’Illustration avec notam­ment sa série des fumeurs de pipe... Il participa avec Grandville aux publications initiées par Pierre-Jules Hetzel : le Diable à Paris, ouvrages collectifs qui réunissaient contes et articles de Balzac, George Sand, Charles Nodier.

Fig. 70 : La sculpture monumentale (lithographie) 214 x 164

Fig. 70 : La sculpture monumentale (lithographie) 214 x 164

Gavarni, [1850]

Fig. 71 : Satan (lithographie) 205 x 180

Fig. 71 : Satan (lithographie) 205 x 180

Gavarni, 1847. In : Les artistes anciens et modernes par MM. H. Baron, L. Français, Gavarni, E. Leroux, Mouilleron, C. Nanteuil Paris : Lith. Bertauts, [1846-1855]. I2 61 EP

Géricault (1791-1824)

25Théodore Géricault (1791-1824) a réalisé une centaine de lithographies où l’on retrouve la fougue et l’intelligence qui caractérisent ce grand peintre (Fig. 72).

26Citons également Théodore Chassérian (1819-1856) et Eugène Isabey (1804 -1886).

Fig. 72 : Retour de Russie (lithographie) 362 x 442

Fig. 72 : Retour de Russie (lithographie) 362 x 442

T. Géricault, 1818. BnF

Daumier (1808-1879)

27Honoré Daumier a consacré toute son existence, ou presque, à la lithographie et nous a laissé une impressionnante suite de quelque trois mille planches décrivant les mœurs et événements de son siècle avec truculence, fustigeant d’un crayon acéré médecins et avocats, petits bourgeois et politiques (Fig. 73). Cet artiste a réellement su créer un style ample et précis, admirablement adapté aux possi­bilités de la lithographie. Ne peut-on pas aussi le considérer comme le père de la caricature ? Baudelaire écrivait à son su­jet :

« ce qui distingue Daumier, c’est la certitude ; son dessin est abondant, fa­cile. Ce n’est jamais du chic, il a une mémoire merveilleuse et quasi divine qui lui tient lieu de modèle. Son dessin est naturellement coloré ».

28Mais, revenons à la taille-douce.

Fig. 73 : « Ne manquez pas de me répliquer » (lithographie) 194 x 230

Fig. 73 : « Ne manquez pas de me répliquer » (lithographie) 194 x 230

Daumier, 1851

Méryon (1821-1868)

29Officier de Marine pendant une dizaine d’années, peintre raté, Charles Méryon a eu une existence difficile, assombrie par un caractère ombrageux, à la fin de laquelle il a sombré dans la folie. Il est l’auteur d’une série de gravures sur Paris d’une rare perfection (Fig. 74). Son métier très simple, manié avec sensibilité, lui a permis de graver des œuvres qui sont à classer parmi les plus belles eaux-fortes.

Fig 74 : La morgue (eau-forte) 190 x 213

Fig 74 : La morgue (eau-forte) 190 x 213

Méryon, 1854. BnF

Bresdin (1822-1885)

30D’autres bons graveurs ont œuvré à la fin du XIXe siècle. Rodolphe Bresdin en fait partie qui fut gra­veur et sous-cantonnier à l’Arc de Triomphe (Fig. 75). Il initia Odilon Redon à la gravure et nous a laissé des tailles-douces et des litho­graphies passionnantes dont se dé­gage une ambiance étrange.

Fig. 75 : La Sainte famille (lithographie) 175 x 224

Fig. 75 : La Sainte famille (lithographie) 175 x 224

Bresdin, 1853

Braquemond (1833-1914) et la société des aquafortistes

31Félix Braquemond a gravé d’authentiques chefs-d’œuvre comme le Coq, le Bat­tant de Porte ou un splendide portrait de Charles Méryon, à côté d’œuvres de moindre intérêt. Mais surtout, il joua un rôle fondamental dans l’histoire de la gravure en créant et animant la Société des Aquafortistes qui rassembla et intéressa à la gravure les meilleurs peintres de l’époque comme Manet, Corot, Jongkind, Fantin-Latour, Puvis de Chavannes, Courbet, Daubigny et bien d’autres. Braquemond intervenait souvent directement dans la gravure même, la morsure à l’acide ou le tirage des planches de ces artistes.

Les impressionistes

32On peut affirmer que les peintres impressionnistes furent de bons, voire d’excellents graveurs. Edgar Degas (1834-1917) et Camille Pissaro (1831-1903) n’ont jamais publié leurs travaux qui constituaient pour eux un champ d’expérience révélateur et passionnant (Fig. 76). Ces deux peintres ont réalisé plusieurs centaines de planches dont certaines d’un très haut niveau.

Fig. 76 : Torse de femme (monotype) 395 x 500

Fig. 76 : Torse de femme (monotype) 395 x 500

Degas, vers 1880

Corot (1796-1875)

33Camille Corot a su utiliser l’eau-forte et la pointe sèche pour graver quelques planches particulièrement réussies où l’on retrouve bien son style diaphane et dis­tingué. Les quelques tailles-douces de Renoir sont autant de petits chefs d’œuvres, bien caractéristique de son style.

34Édouard Manet (1832-1883) a gravé un certain nombre de planches très person­nelles et Vincent Van Gogh (1853-1890) et Paul Cézanne (1839-1906) se sont également intéressés à la gravure. Paul Gauguin (1848-1903), de son côté, a large­ment utilisé le bois pour transcrire ses expériences tahitiennes et ouvrir la voie aux créations naïves très dépouillées qui verront ensuite le jour (Fig. 77).

Fig. 77 : Monao Tupapau (bois) 355 x 204

Fig. 77 : Monao Tupapau (bois) 355 x 204

Gauguin, 1894. BnF

La gravure britannique

35Les conflits de la fin du XVIIIe siècle et du début du XIXe avaient isolé la Grande-Bretagne où avait vu le jour, sous l’influence de William Blake et des préraphaé­lites, un art sophistiqué, souvent éloigné de la nature et des préoccupations du mouvement romantique.

36Parallèlement, se développa avec Turner et Bonnington, puis James Mac Neil Whisler (1834-1903) et Seymour Haden (1818-1910), un courant d’authen­tiques graveurs, souvent intéressés par les paysages (Fig. 78) qui cherchèrent à re­donner une âme à leur pays, victime de sa précoce industrialisation.

37Au plan technique, ce pays avait acquis une indéniable avance technique dans les domaines du bois debout, de la lithographie et même de la taille-douce, en utili­sant l’acier, plus résistant. Un véritable engouement pour la Grande-Bretagne se manifesta au milieu du XIXe siècle et tout artiste se devait d’aller faire son pèleri­nage à Londres.

Fig. 78 : Nocturne (eau-forte) 294 x 201

Fig. 78 : Nocturne (eau-forte) 294 x 201

J. Whistler, 1879

La Belgique

38À la fin du XIXe siècle, la Belgique et plus particulièrement Bruxelles devint un actif centre artistique qu’animèrent l’illustrateur Félicien Rops et surtout James Ensor dont les eaux-fortes puissantes, gravées entre 1880 et 1890, annoncèrent l’expressionnisme allemand du siècle suivant.

Le bois de reproduction ou bois debout

39Même si l’abondante production de gravure au bois debout du XIXe siècle ne pré­sente pas le caractère de gravure originale qui nous intéresse ici, il convient néan­moins d’évoquer cette technique pour rendre hommage aux artisans qui la mirent en œuvre avec habileté, parfois avec virtuosité et dont un bon nombre méritent d’être considérés comme d’authentiques artistes. Ils permirent le développement des ouvrages et revues illustrés et préparèrent l’industrialisation de l’image impri­mée.

40Ce procédé est apparu en Angleterre au milieu du XVIIIe siècle. Thomas Bewick (1753-1828) est souvent considéré comme l’inventeur de ce procédé. Il n’en est rien, mais c’était un excellent illustrateur et nul ne saurait lui retirer le mérite d’avoir assuré son succès grâce à la qualité de son travail. Il a, en outre, assuré la formation de nombreux graveurs de talent (école de Newcastle), autorisant ainsi l’essor du bois debout.

41Charles Thomson (1789-1843) a appris la gravure à Londres. Il a très tôt mani­festé un brillant talent de graveur et été apprécié de Thomas Bewick. En 1816, il fut invité à Paris par l’éditeur Ambroise Firmin-Didot et acquit la célébrité en gravant les œuvres des principaux artistes romantiques et, en particulier, d’Achille Dévéria (1800-1857). Comme Thomas Bewick, parallèlement à sa féconde car­rière de graveur, Charles Thomson a formé de nombreux élèves, permettant ainsi le développement du bois debout en France.

Gustave Doré (1832-1883)

42L’illustrateur dessinait directement sur la planche ou sur une feuille fine qui était collée sur elle et le graveur, comme au XVIe siècle, préparait le bois pour l’impres­sion. Mais certains graveurs parvenaient à une telle maîtrise que des illustrateurs féconds, pressés par le temps, dont Gustave Doré fut le parangon se contentaient d’indiquer par un lavis, parfois rehaussé de gouache, les colorations des diverses zones, leur laissant le soin de définir les tailles appropriées. La fécondité de Gus­tave Doré a été à la hauteur de son succès phénoménal : tous les éditeurs d’Europe s’arrachaient l’artiste pour illustrer leurs ouvrages et il a saturé de travail tout ce que la France et même l’Angleterre comptaient comme graveurs de talent dans la seconde moitié du XIXe siècle (Fig. 79). S’il ne faut en citer qu’un graveur, ce sera Héliodore Pisan (1822-1890) qui a été un interprète exceptionnel des illustrations de Doré.

43Mais la demande excessive, la hâte et la perfection technique tuèrent l’art. L’appa­rition de nouveaux procédés utilisant des techniques photographiques, achevèrent le bois debout et en l’espace de quelques années, tous les ateliers qui donnèrent naissances à de telles merveilles disparurent.

44Cependant à la fin du siècle, Auguste Lepère (1849-1918) réagira en gravant ses propres œuvres et ouvrira la voie à l’utilisation du bois debout pour la gravure originale.

Fig. 79 : La bataille (bois debout) 140 x 90

Fig. 79 : La bataille (bois debout) 140 x 90

In : Taine, Hippolyte Adolphe (1828 – 1893) Voyage au eaux des Pyrénées / H. Taine ; illustré de 65 vignettes sur bois par G. Doré – Paris Hachette, 1855 – O2 14 EP

G. Doré, 1855

Redon (1840-1916)

45En marge des écoles à la mode, Odilon Redon qui a largement fait appel à la lithographie, a créé un monde irréel et fantastique qui ne saurait nous laisser in­différent.

Toulouse-Lautrec (1864-1901)

46Le développement de la publicité amena un bon nombre d’artistes à s’intéresser au dessin d’affiches, spécialité qui connu d’éblouissantes réussites comme celle de Jules Chéret ou de Henri de Toulouse-Lautrec. Sous l’impulsion de ce dernier, c’est à une véritable renaissance de la lithographie que nous assistons, après une longue éclipse de ce procédé : l’apparition de la photographie au milieu du siècle explique sans doute ce fait. La « reconversion » de la gravure en art à part entière avec sa quête de formes, de couleurs et de matières nouvelles, fait d’elle non plus seulement une technique de reproduction ou un sous-genre destiné à la diffusion, mais une discipline complète.

47Toulouse-Lautrec sut créer un style parfaitement adapté à la spécificité de la litho­graphie en superposant à un graphisme habile et concis de larges aplats colorés.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 58 : Les caprices : croquemitaine (eau-forte et aquatinte) 137 x 192.
Crédits F. Goya, 1797-1798. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 59 : Les désastres de la guerre (eau-forte) 167 x 140.
Crédits F. Goya, vers 1810. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 128k
Titre Fig 60 : Le colosse (manière noire) 208 x 287.
Crédits F. Goya, vers 1810-1817. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Fig. 61 : La division de place (lithographie) 415 x 305
Crédits F. Goya, 1825. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 168k
Crédits V. Denon, [1750­-1800] C 36 EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 63 : Cauchy (Augustin Louis), ingénieur des Ponts et Chaussées (lithographie) - 300 x 220
Crédits L. L. Boilly, 1821.
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 64 : Prony, (Gaspard-Clair-François-Marie-Riche de) Chevalier de l’ordre du Roi (lithographie) 350 x 240
Crédits L. L. Boilly, 1822.
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 65 : Le comte de Péluse, (Gaspard Monge), grand officier de la légion d’honneur (lithographie) 350 x 240
Crédits L. L. Boilly, 1820.
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Fig. 66 : Cheval sauvage (lithographie) 239 x 248.
Crédits Delacroix, 1828. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 188k
Titre Fig. 67 : L’empereur. Habit de grenadier (lithographie) 210 x 280
Légende In : Charlet, Nicolas Toussaint (1792-1845). L’empereur et la garde impériale : avec un précis historique sur la garde et une notice sur les officiers généraux et supérieurs qui en ont fait partie par M. Adrien Pascal - Paris : Perrotin, 1853
Crédits N.-T. Charlet, 1853 - 12 40 EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Crédits A. Raffet, 1844 - L4 2 EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 69 : Élève de l’École polytechnique (lithographie en couleur) 260 x 170
Crédits H. Bellangé, 1812, gravé par Rouget. A3 P11IA EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 44k
Titre Fig. 70 : La sculpture monumentale (lithographie) 214 x 164
Crédits Gavarni, [1850]
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 71 : Satan (lithographie) 205 x 180
Crédits Gavarni, 1847. In : Les artistes anciens et modernes par MM. H. Baron, L. Français, Gavarni, E. Leroux, Mouilleron, C. Nanteuil Paris : Lith. Bertauts, [1846-1855]. I2 61 EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 72 : Retour de Russie (lithographie) 362 x 442
Crédits T. Géricault, 1818. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 73 : « Ne manquez pas de me répliquer » (lithographie) 194 x 230
Crédits Daumier, 1851
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig 74 : La morgue (eau-forte) 190 x 213
Crédits Méryon, 1854. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Fig. 75 : La Sainte famille (lithographie) 175 x 224
Crédits Bresdin, 1853
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 76 : Torse de femme (monotype) 395 x 500
Crédits Degas, vers 1880
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Fig. 77 : Monao Tupapau (bois) 355 x 204
Crédits Gauguin, 1894. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre Fig. 78 : Nocturne (eau-forte) 294 x 201
Crédits J. Whistler, 1879
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 79 : La bataille (bois debout) 140 x 90
Légende In : Taine, Hippolyte Adolphe (1828 – 1893) Voyage au eaux des Pyrénées / H. Taine ; illustré de 65 vignettes sur bois par G. Doré – Paris Hachette, 1855 – O2 14 EP
Crédits G. Doré, 1855
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/955/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 206k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Gondard, « XIXème siècle », Bulletin de la Sabix [En ligne], 47 | 2010, mis en ligne le 01 janvier 2013, consulté le 27 mai 2017. URL : http://sabix.revues.org/955

Haut de page

Auteur

Claude Gondard

X65 Ingénieur et artiste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© SABIX

Haut de page