Navigation – Plan du site

Texte intégral

XXe Siècle

1Comme pour les siècles précédents, je vais chercher à indiquer les grandes ten­dances et à mentionner les artistes les plus marquants, tout en étant bien conscient de la difficulté croissante de cet exercice à mesure que nous nous rapprochons de la période actuelle : le temps n’a pas encore « filtré » la production artistique de notre époque et trop de talents demeurent inconnus. En outre, la profusion d’estampes et la multiplicité des tendances rendent plus complexe l’approche de cette ques­tion dans un espace nécessairement limité.

2Mais il est certain que la gravure a tenu une place importante dans la création ar­tistique du XXe siècle. Très internationale, cette discipline a, bien entendu, connu des périodes plus ou moins actives, mais notre pays et l’Allemagne y ont joué un rôle de premier plan. D’aucuns ont même parlé d’âge d’or de la gravure. C’est sû­rement vrai pour la quantité d’estampes produites pour la qualité, l’avenir rendra son verdict. Il est cependant constant que la gravure débarrassée de son complexe « industriel », n’ayant plus à reproduire ni à diffuser, apparaît comme un art au­thentique, bien adapté à l’extension d’une classe moyenne, cultivée, sensible à l’attrait de l’œuvre originale, mais n’ayant généralement pas les moyens d’acquérir des tableaux de qualité.

3La gravure répond bien aux aspirations de cette clientèle qui préférera décorer sa demeure avec des gravures originales de qualité, plutôt qu’avec des « croûtes » médiocres.

4Un autre phénomène favorise ce développement : les techniques classiques sont bien maîtrisées et d’excellentes maisons fabriquent et distribuent des outillages et produits de haute qualité. La gravure devient donc plus accessible et permet aux artistes de multiplier les recherches au-delà des procédés traditionnels, d’obtenir des effets inédits et d’explorer des voies nouvelles. On peut dire qu’aujourd’hui, tous les procédés sont utilisés, mixés, variés et développés, mais certes, avec un bonheur inégal. Le nombre d’amateurs pratiquant la gravure croît également de manière importante et l’on arrive à ce paradoxe que si la production de gravures par des artistes « patentés » et l’activité des ateliers d’impression de taille-douce et de lithographie est bien moindre aujourd’hui que dans les années 1960-1980, on n’a jamais autant vendu de presses de taille-douce à des particuliers.

5Mais reprenons le cours de notre historique : après tous les bouleversements qu’elle a vécus au cours du XIXe siècle, la gravure apparaît comme libérée à l’orée du XXe siècle et va permettre de nombreuses réussites tant dans le domaine de l’af­fiche que dans celui des estampes ou des illustrations d’ouvrages de luxe.

L'affiche et la gravure de la belle époque aux années folles

6Aux œuvres de Cheret, Toulouse-Lautrec et Mucha vont succéder celles de Ca-piello, Cassandre et Paul Colin. Avec ces artistes, l’affiche se sépare de la peinture pour devenir un mode d’expression original et attachant. L’affiche n’en subit pas moins l’influence des styles et des modes : cubisme, surréalisme... En Allemagne, le Bauhaus s’intéresse à ce domaine et des artistes comme Moholy-Nagy, Bayer ou Schmidt contribueront à affirmer sa spécificité.

7La gravure a également apporté à la Belle Époque un mode d’expression qui a ins­piré nombre d’excellents artistes. Paul Helleu (1857-1927) a utilisé la pointe sèche avec une virtuosité impressionnante pour réaliser de merveilleux portraits des plus belles femmes de son temps.

8Denis Eydoux (X 1896 ; 1876-1969) fait carrière dans les Ponts et chaussées ; il est directeur des études à l’École de 1925 à 1941. Il dessine alors de l’École et de son quartier (Fig. 80). De ses dessins on tirera quelques eaux-fortes.

Fig. 80 : L’escalier d’honneur de l’École polytechnique (eau-forte) 250 x 200

Fig. 80 : L’escalier d’honneur de l’École polytechnique (eau-forte) 250 x 200

In : Eydoux, C. M. Denis H. (X 1896 ; 1876-1969) Six eaux-fortes de Monsieur Eydoux, directeur des études

D. Eydoux, vers 1930 - C1 35 EP

Fig. 81 : Le repas frugal (eau-forte) 376 x 462

Fig. 81 : Le repas frugal (eau-forte) 376 x 462

P. Picasso, 1904, tirage de 1913. BnF

Picasso (1881-1973)

9Ses premières estampes (fig. 81), publiées à l’époque du Bateau-lavoir, au tout début du siècle, classent d’emblée Pablo Picasso parmi les plus grands graveurs. Mais très vite, avec Braque, il cherchera de nouveaux modes d’expression et ce sera le cubisme qui marquera des graveurs comme Delaunay, Léger, et surtout Jacques Villon (1875-1963) (fig. 82). Picasso utilisera tous les procédés, exécutera de nombreuses gravures reflétant les tendances de ses incessantes recherches pictu­rales et témoignant de sa sensibilité et de son habileté.

10Signalons la fameuse suite « Vollard » de 1930-1935 - du nom de l’éditeur auquel la gravure de la fin du XIXe siècle et du début du XXe siècle doit tant - d’une centaine d’eaux-fortes sur le thème du Minotaure. C’est avec la même autorité que Picasso abordera la lithographie après la seconde guerre mondiale, puis la lino gravure et reviendra à l’eau-forte avec ses 347 planches de 1968.

Fig. 82 : L’équilibriste (pointe sèche) 300 x 400

Fig. 82 : L’équilibriste (pointe sèche) 300 x 400

J. Villon, 1913. BnF

Fig. 83 : Paysans (bois) 376 x 462

Fig. 83 : Paysans (bois) 376 x 462

E. L. Kirchner, 1915. BnF

Fauves et expressionnistes

11Moins intellectuels que les cubistes, les Fauves et les Expressionnistes chercheront à frapper davantage la sensibilité. Paul Gauguin et Edouard Munch (1864-1944) domineront le mouvement fauve où s’illustreront également Raoul Dufy (1888­1964) et Henri Matisse (1869-1954).

12Le norvégien Edouard Munch sera à l’origine du mouvement expressionniste qui de développera principalement en Allemagne sous l’impulsion d’artistes comme Ernest Ludwig Kirchner (1880-1938) (Fig. 83), Erich Heckel (1883-1970) et Käthe Kollwitz (1867-1945). Ces artistes, déchirés par le martyre de leur peuple au lendemain de la première guerre mondiale, confieront souvent au bois leurs créations.

Les premières gravures abstraites

13Bien entendu, la gravure n’est pas restée à l’écart du mouvement international qui voit le jour à Munich en 1912, avec la création du groupe du Blau Reiter, animé par le russe Wassily Kandinsky (1866-1944). Théoricien de l’art abstrait, Kandinsky a utilisé aussi bien le bois que la taille-douce dans son œuvre où l’on retrouve un rythme et une inspiration toute lyrique. Paul Klee (1879-1940) se joindra au groupe auquel il apportera sa fantaisie et son humour.

Le Bauhaus

14Fondé en 1919 à Weimar par le peintre et graveur Lyonel Feininger (1871-1956), cette école, résolument moderniste, exercera une influence profonde sur tous les arts et plus particulièrement sur l’architecture et les arts graphiques. Dans ce do­maine, l’apport de Bauhaus est indéniable : des artistes comme Kandinsky, Klee, Fernand Léger (1881-1955), Kirchner, Giorgio de Chirico (1888-1978) et bien d’autres s’y retrouveront jusqu’à ce que le conservatisme nazi en ferme les portes en 1933.

15Dans les années 30-50 des artistes engagés comme le remarquable Fautrier qui considère la gravure comme un art du peuple pour le peuple, décrivent en général le monde ouvrier et le monde industriel à la façon de Léger et de certains membres de l’école de Paris, mais dans un esprit beaucoup plus politisé.

Fig. 84 : L’École polytechnique (burin) 490 x 345

Fig. 84 : L’École polytechnique (burin) 490 x 345

A. Decaris, 1965. EP

L’atelier Lacourière-Frélaut

16Plus qu’un atelier d’impression en taille-douce, c’est un véritable foyer artistique que créera Roger Lacourière sur la Butte Montmartre auquel s’associera le graveur Georges Frélaut en 1929. Nous y retrouverons les meilleurs graveurs de l’époque : citons les graveurs Jean-Emile Laboureur (1877-1943) et Albert Decaris qui sau­rons faire revivre le procédé classique du burin avec force et intelligence ; Picasso et Salvador Dali (1904-1989) avec leurs eaux-fortes remarquables. Max Ernst (1891-1977) s’attaque également à la production d’un œuvre gravé monumental et profondément original.

Après la seconde guerre mondiale

Decaris (1901-1988)

17Albert Decaris est le burin fait homme. Un sens étonnant du décor joint à une extraordinaire maîtrise de ce difficile métier l’a conduit à graver un œuvre considé­rable et d’une profonde originalité. Travaillant souvent sur des planches immenses, Decaris a su créer un langage très pur qui manié avec maîtrise et une impression­nante vigueur lui permet de disposer d’une palette inépuisable (Fig. 84 et 85).

Fig. 85 : Maison des polytechniciens – Ancien hôtel de Poulpry (burin) 245 x 317

Fig. 85 : Maison des polytechniciens – Ancien hôtel de Poulpry (burin) 245 x 317

A. Decaris, [1970] EP

18Il utilisait des planches de magnésium dont la malléabilité lui permettait de tracer avec son burin de larges tailles. J’ai entendu un ami le comparer un jour à Piranèse. Surpris sur le moment, je dois dire que je trouve que cette analogie n’est pas sans fondement. J’ai eu la chance de le rencontrer : contrairement à ce que ses immenses compositions pourraient laisser supposer, Albert Decaris était un tout petit homme, pétillant de malice. Une particularité qui m’a marqué : les ongles de sa main droite étaient usés en « S » du fait du contact avec les planches qu’il gravait. Formé aux arts graphiques à l’École Estienne, puis à l’Ecole des Beaux-arts de Paris, il a reçu le premier prix de Rome de gravure en 1919 pour son œuvre Ève avant le péché. Il est élu à l’Académie des Beaux-Arts en 1943 et en devient le président en 1960. En 1962, il est nommé peintre officiel de la Marine française.

Derrey (1907-1975)

19Jacques Derrey est né dans une famille d’artistes et a manifesté très tôt un talent de dessinateur qui lui valu d’être, deux années de suite, lauréat du Concours Général de dessin. « Le dessin, probité de l’art » disait le grand Ingres ; cette maxime, Derrey l’a faite sienne, construisant ses œuvres avec une rare intelligence et une sensi­bilité à fleur de peau, cherchant sans cesse à approfondir son métier et à le mettre au service de son appétit de création. Cette probité, il l’a gravée dans le cuivre avec son burin acéré et elle lui a permis de conquérir en 1936 le premier Grand Prix de Rome de gravure en taille-douce avec un impressionnant Job sur son fumier.

20Ce talent, cette rigueur sont magnifiquement illustrés par son Conquérant (Fig. 86) dont il m’a offert une épreuve en 1972. Cette œuvre de 1941, évidemment ins­pirée par les drames de cette période déchirée, reprend un souvenir de Rome : la superbe statue équestre de Marc-Aurèle, précieusement conservée au musée du Capitole à Rome. Jacques Derrey m’avait dit avoir été impressionné par la puis­sance de la croupe du cheval : c’est elle, en effet qui domine la composition et qui propulse l’équipage traçant son sillage rectiligne dans le ciel et sur la terre, semant la mort et la désolation sur son passage. À l’instar des grands maîtres, Derrey sait admirablement pétrir la matière des zones sombres de sa gravure - les victimes du tyran, les nuées orageuses dont le lourd drapé souligne l’ambiance dramatique de la scène - et les opposer à la grisaille sinistre de la terre « nettoyée » ou à la clarté de la croupe du cheval pour en souligner la puissance. Cette gravure me touche d’autant plus que j’y retrouve deux portraits de Jacques Derrey.

21Il faut dire que j’avais pour ce grand artiste un profond attachement qui n’avait d’égal que mon admiration pour son génie de peintre et de graveur. Cet attache­ment remontait à ce beau jour d’octobre 1965, où fraîchement admis à l’X, je suis allé voir le maître Fontanarosa pour lui dire que le dessin, c’était bien, mais que je voulais faire de la gravure. Il m’a donc envoyé voir Jacques Derrey qui m’a accueilli avec curiosité - c’était la première fois qu’on lui faisait le coup ! - et toute sa gé­nérosité. Il a examiné avec bienveillance mes premiers essais d’autodidacte et m’a ouvert les portes du monde de la gravure. Cela lui a, d’ailleurs, donné des idées, puisque peu de temps après mon départ, l’École lui a permis de transformer son cours de dessin en atelier de gravure, atelier dont j’ai assuré plus tard, de 1981 à 1990, l’animation à la suite de Jean Delpech.

Fig. 86 : Le conquérant (burin) 310 x 258

Fig. 86 : Le conquérant (burin) 310 x 258

J. Derrey, 1941. Collection particulière

22Les timbres sont avec les billets de banque le dernier domaine utilitaire dévolu, au moins partiellement aux taille-douciers. Jacques Derrey y fait montre de la même rigueur intransigeante de son beau métier et de son sens artistique. Il faut savoir que la gravure d’un timbre se fait au binoculaire, à l’échelle du timbre, en devant respecter de nombreuses contraintes technico-administratives. Ceci ne saurait jus­tifier la médiocrité et les timbres gravés par Derrey sont souvent de pures mer­veilles. Je voudrais, pour illustrer mon propos, présenter l’épreuve d’un timbre qu’il a gravé pour la République du Congo (Fig. 87).

Fig. 87 : Épreuve d’un timbre pour la République du Congo (burin) 78 X 67

Fig. 87 : Épreuve d’un timbre pour la République du Congo (burin) 78 X 67

J. Derrey. Collection particulière

Delpech (1916-1988)

23Je voudrais également évoquer Jean Delpech, mais ne saurais le faire mieux qu’Hervé Loilier (X 1967) :

« Jean Delpech (Fig. 88 et 89) enseigna la gravure à l’École polytechnique de 1974 à 1981. C’est ainsi que j’eus la chance de côtoyer pendant huit ans un homme au caractère tout à fait exceptionnel. Incisifs comme un trait de burin dans le métal, ses jugements savaient être aussi malicieux. Il allait droit à l’essentiel et l’essentiel pour lui était l’art. Il s’ingéniait à transmettre un savoir et peut être encore plus un goût, une curiosité jamais satisfaite pour un savoir protéiforme, pour des tech­niques d’expression sans cesse renouvelées.

L’acuité de son regard, les traits fermes d’un visage presque ascétique tradui­saient une volonté et un acharnement jamais rebutés. Son enthousiasme et son dynamisme, sa grande ouverture d’esprit lui acquirent l’adhésion sans réserve des élèves.

L’enseignement de Jean Delpech ne se limita pas à l’École polytechnique. Il créa le Cours de Gravure de la Ville de Paris, boulevard du Montparnasse, célèbre dans toute la France, où beaucoup de graveurs eurent la chance d’être formés.

Si Jean Delpech fut un maître admiré et aimé de ses élèves, un pédagogue patient et compréhensif, il fut aussi un créateur fécond, se mesurant avec de nombreuses formes d’expressions artistiques : toutes les formes de gravure bien sûr mais aussi le dessin, la peinture, les monotypes, le métal repoussé. Au théâtre il conçut des décors et des costumes pour Charles Dullin. Il s’intéressa au dessin animé et réa­lisa pour l’OFRATEME des décors et maquettes. Les vitraux et mosaïques des églises de Tréhorentec et Josselin, dans le Morbihan, portent sa signature. Il fut médailleur, grava de nombreux timbres pour la France et bien d’autres pays. Et combien d’estampes, de gouaches, d’huiles, d’encres, portent la marque de ce tra­vailleur infatigable car soutenu par un enthousiasme indéfectible.

Né au Tonkin en 1916, Jean Delpech y vécut jusqu’à l’âge de dix-huit ans. Il y puisa sûrement le goût de l’étrangeté et de l’exotisme, cette tendance étonnante à l’exubérance des motifs qui s’épanouissent en germinations généreuses. Mais cet imaginaire prolifique est ordonné par un savoir classique. La fantaisie et le rêve se nourrissent d’une solide culture humaniste, concrétisée par un Premier Grand prix de Rome de gravure en taille-douce en 1948. Une composition solide et af­firmée, mais toujours renouvelée, diversifiée, assure à ses dessins, gouaches, huiles, gravures souvent rehaussées, une puissance étonnante et une cohésion sans faille, malgré l’abondance des détails fourmillant de symboles.

Fasciné par les mythologies méditerranéennes, réinterprétant les voyages imagi­naires des Argonautes, de Thésée, d’Ulysse, dessinant des vues de l’Atlantide, Jean Delpech n’est cependant pas un homme qui cherche refuge dans un passé nostal­gique. Pour lui passé, présent et futur se répondent, se font signe. Ce signe est celui de l’exploration jamais achevée, de l’aventure ancrée au cœur de l’homme. Ainsi tradition et modernisme se mêlent en son œuvre. Avions, navires, sous-marins ou chars, et même d’étranges machines de son invention deviennent les formes pictu­rales révélant cet appétit de découverte. Le monde métallique des arsenaux exalte son imagination aussi bien que les paysages tropicaux ou les forêts mythiques de Brocéliande ou de Dodone.

Ce fervent humaniste peintre officiel de la Marine depuis 1956, jubilait à donner forme précise, aiguë, concrète, acérées parfois, à un imaginaire fécond et profus. Il dessinait sans cesse et partout : en voiture, assis à côté de son épouse chargée de piloter, aussi bien que dans les réunions auxquelles il lui fallait assister. Son œil et sa main ne savaient ne pouvaient rester en repos. Le sens de sa vie fuit celui d’un art sans cesse en action.

Delpech nous a quittés en 1988. J’espère que cette exposition permettra de mieux connaître ou redécouvrir un artiste authentique et profondément original, loin des modes d’un modernisme tapageur, qui traça cependant des voies nouvelles. »

24Hervé Loilier

Fig. 88 : L’Allemagne assiégée invente la guerre totale (burin) 245 x 315

Fig. 88 : L’Allemagne assiégée invente la guerre totale (burin) 245 x 315

In : « Catalogue d’exposition : Jean Delpech. Du 22 mai au 4 juin 1991. École polytechnique. Palaiseau. Avant propos par Hervé LOILIER Vice-président du département Humanités et Sciences Sociales et professeur de peinture ».

J. Delpech, 1946

Fig. 89 : Guerre en Asie (burin) 200 x 190

Fig. 89 : Guerre en Asie (burin) 200 x 190

J. Delpech, 1944

Trémois (né en 1921)

25Pierre-Yves Trémois ne dédaigne pas le burin qu’il manie avec adresse, mais utilise volontiers les autres procédés de taille-douce. Il sait décrire admirablement un être d’une seule taille de burin et aime, sur une même planche opposer la pureté d’un tel graphisme avec des descriptions très fouillées de motifs variés : animaux, sché­mas de cellules ou même des dessins plus abstraits. Ces oppositions sont souvent soulignées par l’utilisation de différents procédés.

Les graveurs abstraits de la fin du siècle

26Johnny Friedlander (1912-1992) sait utiliser avec raffinement les différents pro­cédés de taille-douce pour réaliser des compositions souvent complexes. Il a égale­ment longtemps animé une école de gravure de réputation internationale. Louttre et Fiorini utilisent le bois pour réaliser des tailles-douces polychromes, souvent de vastes dimensions. Piza affectionne le cuivre qu’il va travailler et labourer profon­dément, de manière à obtenir à l’impression un gaufrage des épreuves.

27Il faudrait également citer Zao-Wou-Ki (né en 1920) dans l’œuvre duquel son origine japonaise est nettement perceptible, Hans Hartung (1904-1989), Pierre Soulages (né en 1919), Victor Vasarely (1906-1997) et bien d’autres.

Les surréalistes

28De bons graveurs ont su créer des œuvres originaux que l’on peut rattacher au mouvement surréaliste, tels Hans Bellmer (1902-1977) ou Paul Wunderlich (né en 1928) dont l’inspiration érotique nous livre des œuvres troublantes. Ou encore Philippe Mohlitz (né en 1938) qui, avec son burin aigu, crée des paysages très fouillés où des êtres inquiétants évoluent dans un univers végétal fantastique.

Jeener (né en 1944)

29Après ses études au Lycée Janson de Sailly, où il a découvert l’univers des courbes mathématiques, Patrice Jeener a d’abord réalisé des gravures figuratives (paysages) à l’École Nationale Supérieure des Beaux-arts (atelier de gravure). À la fin de ses études, il obtient une bourse du gouvernement italien pour passer six mois à Ve­nise, qu’il dessine et grave sous tous les angles, et il fait plusieurs expositions artis­tiques en Italie. Cela ne l’empêche pas de poursuivre en autodidacte une recherche sur les mathématiques. De retour à Paris, il visite au Palais de la Découverte une exposition des maquettes des fonctions mathématiques et se passionne pour les modèles mathématiques. Il entreprend d’étudier les surfaces, qu’elles soient algé­briques ou minimales, et de les représenter sur des gravures originales (Fig. 90).

30À son tour il en expose en 1980 au Palais de la Découverte et à l’École Polytech­nique. La même année il découvre l’informatique qui lui permet d’aller plus loin dans l’étude de ces modèles. Il est alors invité à participer aux congrès nationaux de l’Association des Professeurs de Mathématiques en France et en Angleterre. Puis il expose dans de nombreuses universités d’Europe (Séville, Fribourg, Brême, Grenoble...) et diverses villes (Paris, Caen, Mouscron...).

31Très apprécié par la communauté mathématique de Polytechnique, Jeener a expo­sé de nombreuses fois à la Bibliothèque de l’École offrant chaque fois un ensemble de ses gravures originales à l’École.

Fig. 90 : Surface spirale à l’escargot (eau-forte) 290 x 220

Fig. 90 : Surface spirale à l’escargot (eau-forte) 290 x 220

P. Jeener, 1993. EP

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 80 : L’escalier d’honneur de l’École polytechnique (eau-forte) 250 x 200
Légende In : Eydoux, C. M. Denis H. (X 1896 ; 1876-1969) Six eaux-fortes de Monsieur Eydoux, directeur des études
Crédits D. Eydoux, vers 1930 - C1 35 EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/950/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 81 : Le repas frugal (eau-forte) 376 x 462
Crédits P. Picasso, 1904, tirage de 1913. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/950/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 82 : L’équilibriste (pointe sèche) 300 x 400
Crédits J. Villon, 1913. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/950/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 83 : Paysans (bois) 376 x 462
Crédits E. L. Kirchner, 1915. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/950/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 84 : L’École polytechnique (burin) 490 x 345
Crédits A. Decaris, 1965. EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/950/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 260k
Titre Fig. 85 : Maison des polytechniciens – Ancien hôtel de Poulpry (burin) 245 x 317
Crédits A. Decaris, [1970] EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/950/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Fig. 86 : Le conquérant (burin) 310 x 258
Crédits J. Derrey, 1941. Collection particulière
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/950/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 87 : Épreuve d’un timbre pour la République du Congo (burin) 78 X 67
Crédits J. Derrey. Collection particulière
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/950/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Fig. 88 : L’Allemagne assiégée invente la guerre totale (burin) 245 x 315
Légende In : « Catalogue d’exposition : Jean Delpech. Du 22 mai au 4 juin 1991. École polytechnique. Palaiseau. Avant propos par Hervé LOILIER Vice-président du département Humanités et Sciences Sociales et professeur de peinture ».
Crédits J. Delpech, 1946
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/950/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 89 : Guerre en Asie (burin) 200 x 190
Crédits J. Delpech, 1944
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/950/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 90 : Surface spirale à l’escargot (eau-forte) 290 x 220
Crédits P. Jeener, 1993. EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/950/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 37k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claude Gondard, « XXème siècle   », Bulletin de la Sabix [En ligne], 47 | 2010, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 29 mars 2017. URL : http://sabix.revues.org/950

Haut de page

Auteur

Claude Gondard

X65 Ingénieur et artiste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© SABIX

Haut de page