Navigation – Plan du site

Notes de la rédaction

École polytechnique : Le fonds de la bibliothèque raconte l’histoire de la gravure, par Claude Gondard (X 65), avec une large participation de Marie-Christine Thooris et l’aide de Delphine Gallot.

Claude Gondard a animé de 1981 à 1990 le séminaire de gravure à l’École polytechnique. Marie-Chistine Thooris, documentaliste, est responsable du Centre de Ressources Historiques à la Bibliothèque. Elle a contribué avec l’aide de Delphine Gallot, chargée de la restauration des collections, à l’illustration du texte de ce bulletin en proposant les nombreux exemples de gravures conservées dans les collections de l’École polytechnique.

Texte intégral

1Si le terme « gravure » fait partie du langage courant et est connu de tous, il n’en est pas de même de cette discipline dont les caractères spécifiques sont souvent méconnus. Pourtant notre culture et même notre civilisation doivent beaucoup à la gravure. C’est elle, en effet, qui autonome ou associée aux livres qu’elle illustre, a permis pendant des siècles outre la diffusion des inventions, des concepts et des images, celle des informations tant politiques que sociales.

2La gravure est un art ; un art à part entière, bien spécifique qui consiste à obtenir à l’aide d’un support, convenablement préparé et encré, des épreuves, normale­ment en plusieurs exemplaires. La nature du support dépendra du procédé mis en œuvre : bois, pierre, cuivre, zinc, acier... On utilise également aujourd’hui divers plastiques et résines.

3L’étymologie du mot « gravure » est controversée. Vient-il du grec « graphein », écrire, ou bien de l’allemand « graben », creuser ? Des deux en fait. L’écriture, la graphie de la Grèce antique, se faisait par gravure de tablettes de terre crue qui pouvaient être soit conservées par cuisson ou séchage (tablettes R), soit ef­facées par lavage et regravées (tablettes RW) : cf. les linéaires A et B qui étaient les premiers graphes de la Grèce archaïque. L’allemand graben, qui a donné le mot français graver, vient en fait lui aussi du grec. L’étymologie allemande serait donc un simple détour chronologique ou géographique de la langue.

4Souvent on désigne par gravure, l’épreuve obtenue par impression de la planche : le terme d’estampe est plus approprié.

5Bien entendu, la gravure a souvent été utilisée pour reproduire et diffuser des dessins ou des tableaux : on parle alors de gravure de reproduction, par oppo­sition à la gravure originale dont le graveur a inventé le motif. « La lettre » des gravures classiques rend d’ailleurs bien compte de cette différence. Dans le pre­mier cas, par exemple la série conservée à Polytechnique, « Les ports maritimes de la France », nous avons une double signature : « peint par J. Vernet » et « C.N. Cochin filius et J.Ph. Le Bas socii sculpserunt », alors que dans le second cas, une seule signature figurera au bas de la planche : par exemple « Jacopus Callot inv. et sc. » (Jacopus Callot invenit et sculpsit).

6Mais pourquoi la gravure et l’École polytechnique ? Il est apparu intéressant d’aborder sous cet angle, quelque peu inattendu, le patrimoine de l’École po­lytechnique conservé à la Bibliothèque, que la SABIX s’est fixé pour mission d’enrichir et de faire connaître. Et puis, comme pour toute institution ancienne et importante, les rapports à la gravure sont multiples. Quelques anciens élèves ont fait œuvre de graveur : Chapuy (1809) au XIXe siècle et plus près de nous Dominique Beau (1959) et moi-même. Des enseignants d’arts plastiques ont également été d’excellents graveurs, comme Jacques Derrey ou Jean Delpech que j’ai bien connus.

7La présente revue vous propose tout d’abord un bref rappel des procédés de gra­vure, extrait du cours que j’ai professé à l’X entre 1981 et 1990. Vient ensuite un historique de la gravure occidentale qui permet de situer certaines pièces intéressantes du fonds de la Bibliothèque dans leur contexte. Enfin, nous consa­crerons quelques articles à des personnalités liées à l’École qui ont fait œuvre de graveurs.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Gondard, « Introduction », Bulletin de la Sabix, 47 | 2010, 3-4.

Référence électronique

Claude Gondard, « Introduction », Bulletin de la Sabix [En ligne], 47 | 2010, mis en ligne le 30 décembre 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sabix.revues.org/948

Haut de page

Auteur

Claude Gondard

X65 Ingénieur et artiste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • Revues.org