Navigation – Plan du site

Texte intégral

XVIIIème siècle

1Après le foisonnement de la production des siècles précédents, le XVIIIe siècle va nous paraître un peu terne dans le domaine de la gravure. Pourtant plusieurs pro­cédés vont apparaître alors, qui seront utilisés avec talent, mais rarement avec gé­nie. Peut-être existe-t-il une incompatibilité entre l’âpre difficulté des techniques de gravure et le caractère décoratif et mondain d’une bonne partie de la peinture de cette époque ? Il est d’ailleurs significatif de noter que des trois artistes cités au début de cet historique comme les trois plus grands graveurs, aucun ne soit ratta­ché au XVIIIe siècle.

2Plusieurs artistes se sont cependant distingués :

Piranèse (1720-1778)

3Architecte cultivé, Jean-Baptiste Piranèse n’a jamais exercé son métier, mais il a mis son talent et son imagination au service d’une activité lucrative de création de mo­bilier - de cheminées, en particulier - et d’élément décoratifs qui ont été appréciés par toute l’Europe et notamment l’aristocratie britannique. Parallèlement, il a été un graveur infatigable, signant plus d’un millier de planches immenses représen­tant Rome (Fig. 48) et les vestiges antiques de l’Italie. Il a fait œuvre d’archéologue par la qualité de la représentation des sites sur lesquels il a travaillé et par l’intérêt suscité par ce travail : c’est à partir de cette époque que l’on a commencé à prendre conscience de la nécessité de sauvegarder les vestiges de l’Antiquité et de ne plus les considérer seulement comme des carrières de pierres.

4Ses œuvres, d’abord purement descriptives, s’animèrent progressivement, et Pira-nèse finit par créer un monde démesuré où l’on sent toujours l’empreinte puis­sante de sa formation d’architecte. Ses quinze planches des « Prisons d’Invention » constituent l’apothéose de son œuvre. C’est un travail de pure imagination qui a vivement frappé ses contemporains et eu de profondes répercussions sur l’art ro­mantique naissant (Fig. 49).

Fig. 48 : Piazza Navona (eau-forte) 545 x 385

Fig. 48 : Piazza Navona (eau-forte) 545 x 385

J.-B. Piranesi, 1773. BnF

Fig. 49 : Les prisons (eau-forte) 410 x 550

Fig. 49 : Les prisons (eau-forte) 410 x 550

In : Piranesi, Giovanni-Battista - Trofeo o sia magnifica colonna... ove si veggono scolpite le due guerre daciche fatte da Trajano, inalzata nel mezzo del gran foro.../ [da G.B. Piranesi] [Roma] : [s.n.], [1770]

J.-B. Piranesi, 1745 tiré en 1761. BnF

Fig. 50 : Vue de l’île tibérine (eau-forte) 208 x 405

Fig. 50 : Vue de l’île tibérine (eau-forte) 208 x 405

J.-B. Piranesi, 1761. 1 vol. de pl. gr. ; 2° (78 cm) H2A 22 EP

5La bibliothèque conserve un bel ensemble de huit volumes des œuvres de Piranèse, envoyés de Rome par Monge. Citons en trois : la Colonne trajane, Magnifi­cence de l’Architecture de Rome (Fig. 50) et le Champ de Mars antique de la Ville de Rome.

  • Piranesi, Giovanni-Battista

6[De romanorum magnificentia et architectura Della Magnificenza e d’architettura de'Romani, opera di] Joannis Baptistae Piranesii... de romanorum magnificentia et architectura Della Magnificenza e d’architettura de’Romani, opera di/Gio. Battista Piranesi,

7Romae : apud auctorem, 1761

8Pièces limin., 212 p. : pl., titres, frontisp. Et portrait gr. ; 2° (56 cm) H2A 15 EP

  • Piranesi, Giovanni-Battista

9[Campus Martius antiquae urbis.]Joannis Baptistae Piranesi, Campus Martins antiquae urbis Romae : veneunt apud auctorem in aedibus comitis Thomati, 1762 69 p. : index et pl., titre et frontisp. gr. ; 2° (55 cm) H2A 19 EP

  • Piranesi, Giovanni-Battista

10[Campus Martius antiquae urbis.]Joannis Baptistae Piranesi, Campus Martius anti­quae urbis Romae : veneunt apud auctorem in aedibus comitis Thomati, 1762 69 p. : index et pl., titre et frontisp. gr. ; 2° (55 cm) H2A 19 EP

Hogarth (1698-1764)

11L’Angleterre du XVIIIe siècle apparaît comme engoncée dans son matérialisme et sa puissance toujours grandissante, et n’a pas vu éclore d’authentique vocation de graveur, à l’exception de celle de William Hogarth, peintre truculent de son siècle. Mais plus soucieux de diffuser des messages moralisateurs que de faire œuvre de graveur, la qualité de son travail est souvent inégale.

Cochin (1715-1790)

12Charles Nicolas Cochin, est le fils et l’élève de Charles Nicolas Cochin (1688­1754). Il se consacre à la gravure à l’eau-forte. À la mort de Coypel en 1752, il de­vient garde des dessins du cabinet du roi. En 1755, il obtient le titre de secrétaire historiographe de l’académie. Enfin Louis XV, lui accorde des lettres de noblesse, l’admet dans l’ordre de Saint-Michel et le nomme dessinateur et graveur des me­nus plaisirs.

13L’œuvre de ce maître est considérable, on compte environ 1500 pièces gravées par lui d’après les œuvres d’autres artistes ou d’après ses propres dessins (Fig. 51). Ses principaux ouvrages sont : Lycurgue blessé dans une sédition, le frontispice de l’Encyclopédie, les figures des œuvres de Boileau qu’il a gravés lui-même, les seize grandes Batailles de la Chine, composées par des missionnaires à Pékin, et dont ila refait les dessins en partie.

14Il existe une suite considérable de portraits dessinés par lui d’après ses contempo­rains les plus célèbres. Les principales estampes dans le genre de l’histoire, gravées par Cochin, sont : la Mort d’Hippolyte, d’après Detroy, et David jouant de la harpe devant Saül.

15Il a gravé aussi un nombre de grandes planches, et, avec Lebas, seize Ports de France, dont quinze d’après les tableaux de Vernet, et un d’après son dessin. Co­chin est mort en 1790, estimé et regretté de tous ceux qui l’avaient connu.

16Les Fables de La fontaine sont l’un des plus beaux et des plus célèbres livres il­lustrés du XVIIIe siècle. L’édition fut entreprise par de Montenault qui chargea Cochin de revoir tous les dessins d’Oudry (Fig. 52).

17In : La Fontaine, Jean de : Fables choisies mises en vers/Jean de La Fontaine Paris : Desaint et Saillant : Durand, 1755-1759 4 vol. : frontisp. et fig. gr. ; fol. Portrait-frontispice par Oudry, terminé par Dupuis et gravé par Cochin, et 275 figures dessinées par Oudry et gravées par Aubert, Aveline, Baquoy, Cochin, Fessart, Lemire, U2B 34 EP

Fig. 51 : C. N. Cochin, 1755. Portrait de Jean-Baptiste Oudry (eau-forte) 237 x 350

Fig. 51 : C. N. Cochin, 1755. Portrait de Jean-Baptiste Oudry (eau-forte) 237 x 350

Fig. 52 : C. N. Cochin, 1755. Le rat des villes et le rat des champs (eau-forte) 227 x 310

Fig. 52 : C. N. Cochin, 1755. Le rat des villes et le rat des champs (eau-forte) 227 x 310

Les ports maritimes d'après Joseph Vernet

18Joseph Vernet, né à Avignon le 14 août 1714 et mort à Paris le 3 décembre 1789, est un peintre, dessinateur et graveur. En 1753, Le Marquis de Marigny, frère de « La Pompadour », futur directeur des Bâtiments de Louis XV, lui commande 24 tableaux de Ports de France. Il s’agit d’informer la nation de la vie dans les ports et de lui montrer les bienfaits du règne de Louis XV : représentation de l’in­dustrie, de l’abondance et de l’amélioration des conditions de vie dans les villes de province ; œuvre de propagande pour la marine à une période où elle subissait des défaites durant la guerre de sept ans. Seuls quinze tableaux seront réalisés de 1753 à 1762 par Vernet.

19La série est rapidement célèbre et en 1758, Charles Nicolas Cochin et Jacques-Phi­lippe Le Bas (1707-1783) reçoivent l’autorisation de graver les ports de France : ils entreprennent ce travail en 1760.

20L’École polytechnique conserve 12 de ces gravures : deux vues de Marseille (Fig. 53), Bandol, Toulon (trois vues), Antibes, Bordeaux, Bayonne (deux vues), La Rochelle, et Rochefort. Cette série de douze gravures réalisées de 1760 à 1767, a été acquise comme modèles pour les cours ayant trait à l’art professés à l’École polytechnique, même si les inventaires manuscrits n’en précisent pas l’objet.

Fig. 53 : Marseille (eau-forte) 540 x 750

Fig. 53 : Marseille (eau-forte) 540 x 750

C. N. Cochin et J.-P. Le Bas d’après J. Vernet, 1760. C1 2/6 EP

La gravure en couleur

21Depuis l’origine, de nombreuses tentatives ont été faites par des graveurs pour maî­triser l’utilisation de la couleur. Des artistes comme Hans Baldung Grien (1480­1545) au XVIe siècle ou Hendrik Goltzius (1558-1617) au début du XVIIe siècle ont obtenu des résultats intéressants en superposant l’impression de bois gravés et encrés avec des couleurs différentes. Hercule Seghers dont nous venons de parler s’est lui aussi essayé à la couleur en utilisant des papiers de couleur et en travaillant l’encrage de ses planches.

22Nous nous intéressons ici à la gravure en couleur, proprement dite, dont les cou­leurs proviennent d’un encrage approprié de la ou des planches. Mais souvent, des estampes ont été colorées, généralement à l’aquarelle, après leur tirage. Bien des épreuves ont été ainsi gâchées par un travail médiocre. Mais la Bibliothèque de l’École Polytechnique possède dans ses trésors un splendide contre-exemple de cette affirmation : il s’agit d’un remarquable ensemble de huit gravures de Louis­ Jean Desprez. Livrées à l’École centrale des Travaux publics le 24 frimaire an III, par le dépôt national de la rue de Beaune, ces gravures avaient été saisies le 6 juin 1793 rue Montholon, à l’hôtel du marquis de Clermont d’Amboise, tué aux Tuile­ries, le 10 août 1792.

Desprez (1743-1804)

23Louis-Jean Desprez était en fait architecte. Il séjourna plusieurs années en Italie et en Sicile, dessinant monuments et paysages pour illustrer un ouvrage de l’abbé de Saint-Non. Il s’associa en 1781 à François Piranèse (1758-1810), fils de Jean-Baptiste, pour produire et commercialiser des gravures colorées. Desprez dessinait, Piranèse gravait et Desprez aquarellait (Fig. 54 à 57). Ces planches de grandes dimensions ont été exposées à plusieurs reprises, notamment à l’École elle-même en 1983 et à la fondation Mona Bismarck en 1998. J’extrais du catalogue de cette exposition l’alinéa suivant :

« Desprez montre une grande attention à la lumière et au clair-obscur dans ses dessins comme dans les gravures aquarellées. Il affectionne une certaine dramatisation de l’espace par les oppositions fortes de lumière et d’ombre, mais ne se montre pas moins un observateur subtil des effets plus délicats de la nature ».

24Desprez est l’un des premiers à introduire en France un art du paysage romantique où l’atmosphère, par la lumière et la couleur, tient autant de place que le paysage en lui-même.

25Gravures dessinées et aquarellées par louis-Jean Desprez et gravées par François Piranèse

Fig. 54 : la croix lumineuse de Saint Pierre (eau-forte aquarellée) 700 x 480

Fig. 54 : la croix lumineuse de Saint Pierre (eau-forte aquarellée) 700 x 480

B 8 EP

Fig. 55 : l’éruption du Vésuve (eau-forte aquarellée) 700 x 480

Fig. 55 : l’éruption du Vésuve (eau-forte aquarellée) 700 x 480

B 10 EP

26Mais revenons à la gravure en couleur : les tentatives évoquées ci-dessus sont res­tées isolées jusqu’au XVIIIe siècle où la demande d’estampes en couleur s’est faite plus pressante. Gilles Demarteau (1722-1776), le graveur de François Boucher, sera un précurseur et mettra sa belle technique de manière de crayon au service de la couleur avec d’incontestables réussites. Mais, cette fois encore - difficultés techniques et coût de la réalisation - ce procédé ne sera pas vraiment généralisé. Il faut bien voir que le problème de la gravure en couleur peut schématiquement se résumer ainsi : comment graver rapidement plusieurs planches d’après un même motif et réaliser économiquement de larges aplats. Les procédés classiques du bu­rin et de l’eau-forte sont des procédés graphiques, de trait, que leur mise en œuvre laborieuse rend incompatible avec les contraintes de la gravure en couleur. Curieu­sement, la France et l’Angleterre vont apporter chacune une solution différente à ce problème.

27L’Angleterre va utiliser la manière noire, ce procédé inventé au XVIIe siècle et tombé dans l’oubli. Inventée par un officier hessois, Louis de Siegen, en 1642, la manière noire ne fut vraiment connue qu’une vingtaine d’années plus tard, lorsque le prince Ruprecht s’y intéressa et signa des œuvres remarquables. Elle fut particulièrement utilisée par les graveurs qui reproduisirent les peintures de Rey­nolds et notamment par un artiste d’origine italienne, Bartolozzi.

Fig. 56 : le temple de Sérapis à Pouzzoles (eau-forte aquarellée) 695 x 465

Fig. 56 : le temple de Sérapis à Pouzzoles (eau-forte aquarellée) 695 x 465

B 34 EP

Fig. 57 : les jardins de la villa d’Este du côté de Tivoli (eau-forte aquarellée) 710 x 480

Fig. 57 : les jardins de la villa d’Este du côté de Tivoli (eau-forte aquarellée) 710 x 480

B 32 EP

28La manière noire autorise d’intéressants effets et des rendus soyeux et veloutés pour les vêtements, mais on lui reproche souvent une certaine molesse (cf. procé­dés de gravure). C’est probablement pour cette raison qu’on lui a préféré le pro­cédé de l’aquatinte en France. Après les essais de Charles François, c’est à Le Prince que revient le mérite d’avoir mis au point ce procédé qui fut aussitôt utilisé pour réaliser des gravures en couleur.

Debucourt (1755-1832)

29L’artiste qui a vraiment ouvert la voie à la gravure en couleur est Philibert-Louis Debucourt qui sut utiliser ce mode d’expression avec verve et finesse et éviter la vulgarité en illustrant de nombreux sujets libertins. Son chef-d’œuvre est sa Pro­menade Publique (1792) qui nous montre avec un œil critique et humoriste la société parisienne sous la Révolution en train de se pavaner sous les arcades du Palais-Royal.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 48 : Piazza Navona (eau-forte) 545 x 385
Crédits J.-B. Piranesi, 1773. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/947/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 212k
Titre Fig. 49 : Les prisons (eau-forte) 410 x 550
Légende In : Piranesi, Giovanni-Battista - Trofeo o sia magnifica colonna... ove si veggono scolpite le due guerre daciche fatte da Trajano, inalzata nel mezzo del gran foro.../ [da G.B. Piranesi] [Roma] : [s.n.], [1770]
Crédits J.-B. Piranesi, 1745 tiré en 1761. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/947/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Titre Fig. 50 : Vue de l’île tibérine (eau-forte) 208 x 405
Crédits J.-B. Piranesi, 1761. 1 vol. de pl. gr. ; 2° (78 cm) H2A 22 EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/947/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 156k
Titre Fig. 51 : C. N. Cochin, 1755. Portrait de Jean-Baptiste Oudry (eau-forte) 237 x 350
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/947/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Fig. 52 : C. N. Cochin, 1755. Le rat des villes et le rat des champs (eau-forte) 227 x 310
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/947/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 68k
Titre Fig. 53 : Marseille (eau-forte) 540 x 750
Crédits C. N. Cochin et J.-P. Le Bas d’après J. Vernet, 1760. C1 2/6 EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/947/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Fig. 54 : la croix lumineuse de Saint Pierre (eau-forte aquarellée) 700 x 480
Crédits B 8 EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/947/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Fig. 55 : l’éruption du Vésuve (eau-forte aquarellée) 700 x 480
Crédits B 10 EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/947/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Fig. 56 : le temple de Sérapis à Pouzzoles (eau-forte aquarellée) 695 x 465
Crédits B 34 EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/947/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Fig. 57 : les jardins de la villa d’Este du côté de Tivoli (eau-forte aquarellée) 710 x 480
Crédits B 32 EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/947/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 198k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Gondard, « XVIIIème siècle   », Bulletin de la Sabix, 47 | 2010, 43-53.

Référence électronique

Claude Gondard, « XVIIIème siècle   », Bulletin de la Sabix [En ligne], 47 | 2010, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sabix.revues.org/947

Haut de page

Auteur

Claude Gondard

X65 Ingénieur et artiste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • Revues.org