Navigation – Plan du site

Texte intégral

Dürer (1471-1528)

1Né, lui aussi, dans une famille d’orfèvres, Albert Dürer manifesta, très jeune, un grand talent de dessinateur. Sa curiosité et son esprit d’observation lui permirent de devenir rapidement un artiste prodigieux qui a su prendre le meilleur de la culture italienne, sans renier celle de son pays, cette culture germanique si pro­fondément humaine et réaliste. Il en est résulté un œuvre qui domine de très loin toute la culture allemande et même européenne de ce XVIe siècle pourtant si riche et a porté à son sommet l’art de la taille-douce, peu de temps après son apparition (Fig. 19).

Fig. 19 : La mélancolie (burin) 197 x 248

Fig. 19 : La mélancolie (burin) 197 x 248

A. Dürer, 1514. BnF

2L’œuvre gravée de Dürer est considérable : quatre cents œuvres connues dont une bonne centaine de tailles-douces, essentiellement des burins. Ces gravures sont d’une qualité exceptionnelle, jamais encore atteinte. Il a su utiliser toutes les res­sources de son burin pour traiter les sujets les plus variés. C’est le premier artiste à avoir parfaitement compris que la description de la nature passait non par la copie servile d’un motif, mais par sa réinvention. Dürer s’est intéressé à tout : à l’archi­tecture des œuvres et à leur composition. Il a également largement contribué à faire progresser les lois de la perspective. Ce que l’on sait certainement moins est qu’à l’instar de Léonard de Vinci, il était tout aussi intéressé par les sciences et les mathématiques et, en particulier, par la morphologie humaine. Ses théories et ses études sur la géométrie et la représentation du corps humain marque le début de cette nouvelle discipline. L’un des joyaux méconnu de la Bibliothèque de l’École est précisément l’ouvrage qu’il a consacré à ce sujet : de symmetria partium humanorum corporum (Fig. 20 et 21). Bel exemplaire réglé provenant de la biblio­thèque privée du Pape Pie VI (cachet). Très belle typographie Garamond, gravures sur bois de Dürer.

Fig. 20 et 21 : Femme dans un cercle et profil de femme (Bois) 190 x 245 et Homme avec un compas (bois) 185 x 220.

Fig. 20 et 21 : Femme dans un cercle et profil de femme (Bois) 190 x 245 et Homme avec un compas (bois) 185 x 220.

A. Dürer, 1557. In Alberti Dureri,... de symmetria partium humanorum corporum libri quatuor, e germanica lingua in latinam versi Parisiis : in officina Caroli Perier, 1557 - 122 p. ; (35 cm)

I1 37 EP

3Une large part des gravures de Dürer porte le témoignage de son profond amour de la nature (fig. 22) : nombre d’artistes romantiques lui vouaient d’ailleurs une profonde admiration et Victor Hugo allait même jusqu’à le considérer comme son maître.

4Les canons de la beauté adoptés par les artistes allemands déconcertent (Fig. 23). Dürer ne fait pas exception à cette règle, et nous sommes souvent gênés de voir le réalisme avec lequel il présente ses modèles. Dans ses œuvres, les femmes sont femmes ; leur vocation est de donner la vie et de nourrir leur progéniture. Et très curieusement, l’influence italienne profane est plus perceptible dans ses œuvres religieuses.

5Dürer a été le premier artiste à graver des portraits vibrant de vie au travers des­quels transparaît le caractère de ses modèles. (Fig. 24). Il a su utiliser ses outils pour rendre avec une sûreté qui nous confond toutes les matières et donner vie aux sujets traités.

6Outre ses burins, Dürer a gravé trois pointes sèches et une dizaine d’eaux-fortes sur acier dont le magnifique Canon.

Fig. 22 : Saint Eustache (burin) 260 x 357

Fig. 22 : Saint Eustache (burin) 260 x 357

A. Dürer, 1501. BnF

Fig. 23 : Adam et Ève (burin) 213 x 269

Fig. 23 : Adam et Ève (burin) 213 x 269

A. Dürer, 1504. BnF

Fig. 24 : Erasme à Rotterdam (burin) 205 x 258

Fig. 24 : Erasme à Rotterdam (burin) 205 x 258

A. Dürer, 1526. BnF

Fig. 25 : Les cavaliers de l’apocalypse (burin) 282 x 392

Fig. 25 : Les cavaliers de l’apocalypse (burin) 282 x 392

A. Dürer, vers 1498. BnF

7Il a confié à des ateliers spécialisés la gravure d’une large partie de ses bois. Les sujets traités sont, le plus souvent, d’inspiration religieuse et destinés à être largement diffusés. Malgré les li­mitations imposées par ce procédé, on ne peut qu’être séduit par la rigueur de la construction et le graphisme très sûr de ces œuvres dont Dürer a complète­ment renouvelé le genre (Fig. 25).

Altdorfer (1480-1538) et Aldegraver (1502-1555)

8Dürer marqua sans conteste l’apogée de la gravure allemande. De bons graveurs pourtant méritent d’être évoqués, tels Albrecht Altdorfer ou Heinrich Aldegraver (amusant de constater que Aldegraver signifie « vieux graveur » en bas allemand !) qui manièrent le burin avec habileté, voire avec virtuosité, et nous ont aussi laissé d’intéressantes eaux-fortes.

Lucas de Leyde (1489-1533)

9Aux Pays-Bas, Lucas de Leyde fut un excellent buriniste qui supporte la comparai­son avec Dürer. Les deux artistes, d’ailleurs, se connaissaient et s’estimaient. D’une remarquable fécondité, Lucas de Leyde a gravé près de deux cents cuivres au cours de sa brève existence.

10Artiste sensible, sachant camper d’une manière vivante les nombreux personnages qui animent ses compositions (Fig. 26), il a aussi gravé d’excellents portraits, aux­quels manquent cependant la vie et la profondeur que l’on trouve dans ceux de Dürer.

Fig. 26 : La danse de Sainte Marie-Madeleine (burin) 395 x 290

Fig. 26 : La danse de Sainte Marie-Madeleine (burin) 395 x 290

Lucas de Leyde, 1519. BnF

11Nous ne nous attarderons pas sur la gravure italienne du XVIe siècle, ni sur celle de notre propre pays où cependant de bons artisans œuvraient et préparaient un brillant XVIIe siècle. Nous ferons cependant une exception :

Duvet (1485-1561)

12Jean Duvet est un artiste curieux, isolé, encore mal connu, un orfèvre qui a passé la plus grande partie de son existence dans sa bonne ville de Langres. Il donne l’impression d’avoir vécu la Renaissance parce que l’on en racontait dans son pays et a gravé au burin un grand nombre de planches, certaines fortement inspirées de Dürer, un peu monotones peut-être, mais attachantes par le souci du détail et l’imagination dont elles témoignent (Fig. 27).

Fig. 27 : L’Apocalypse figurée (burin) 212 x 300

Fig. 27 : L’Apocalypse figurée (burin) 212 x 300

Jean Duvet, 1555. BnF

Historiae animalium

13D’autres graveurs se sont inspirés de Dürer. À une époque où l’essentiel de la pro­duction des livres était consacrée à la religion et aux belles-lettres, Conrad Gessner, naturaliste zurichois, consacre aux animaux quatre volumes qui lui valent le sur­nom de « Pline de l’Allemagne » (Fig. 28). 1 500 gravures illustrent cet ouvrage ; la plupart sont originales et signées par Lukas Schan et les autres proviennent sur­tout de l’œuvre de Leonhart Fuchs dont la copie inversée du rhinocéros de Dürer (Fig. 29)

Fig. 28 : Le porc-épic (bois) 150 x 120

Fig. 28 : Le porc-épic (bois) 150 x 120

In : Conradi Gesneri Historiae animalium libri I : de quadrupedibus viviparis... Tiguri : apud Christ. Fros-choverum, 1551

L Schan, 1551. E2D 1EP

Fig. 29 : Le rhinocéros (bois) 160 x 230

Fig. 29 : Le rhinocéros (bois) 160 x 230

In : Conradi Gesneri Historiae animalium libri I : de quadrupedibus viviparis... Tiguri : apud Christ. Fros-choverum, 1551

L. Fuchs d’après Dürer, E2D 1 EP

14Mais c’est surtout en Italie que les œuvres de Dürer inspirèrent de nombreux imi­tateurs et il devra s’y rendre lui-même pour en demander réparation.

La villa farnésine d'après Raphaël

15La bibliothèque conserve aussi deux ensembles des mêmes gravures d’après Ra­phaël des décorations de la villa farnésine. Le premier relié comprend les gravures dans leur état d’origine (Fig. 30 et 31), tandis que dans le second, elles ont été aquarellées (Fig. 32). La villa aux fresques de Raphaël ou Villa Farnésine, est un exemple parfait des villas de « campagne » de la Renaissance, avec les somptueuses fresques de Raphaël, illustrant les légendes empruntées à Apulée : Histoire de Psy­ché et d’Amour. Dans la galerie du rez-de-chaussée, ancienne loggia qui s’ouvrait autrefois sur les jardins, les panneaux de la voûte, séparés par des guirlandes de fleurs et de fruits peintes par Giovanni da Udine, présentent les fresques de la légende de Psyché et de Cupidon. Commandées à l’occasion de ses noces par le banquier Agostino Chigi, elles ont été réalisées par Raphaël et son atelier - Jules Romain et Francesco Penni - et gravées par Nicolas Dorigny (1652-1746).

Fig. 30 : Galatea (burin) 500 x 660

Fig. 30 : Galatea (burin) 500 x 660

N. Dorigny d’après Raphaël, 1693.

 I 27 EP

Fig. 31 : Psyché (burin) 500 x 660

In : Raphaël (1483-1520) Psyches etAmorisnuptiae ac fabula a Raphaele... Romae in Farnesianis hortis.../expressa a Nicolae Dorigny, incisa et a Joanne Petro Bellorio, notis illustrata... Romae : typis Dominici de Rubeis. Io Jacobi de Rubeis, 1693 Suite de 12 pièces y compris le titre gravé par Nicolas Dorigny 

N. Dorigny d’après Raphaël, 1693. In fol. -12 7 EP

Fig. 32 : Psyché (burin aquarellé) 500 x 660

In : Raphaël : décoration de la villa farnésine. Dix gravures enluminées, gravées par Nicolas Dorigny d’après Raphaël [Romae : de Rubeis, 1693] Gravures collées sur carton ; 40 x 71 cm  

N. Dorigny d’après Raphaël, [1693]. C1 3 EP

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 19 : La mélancolie (burin) 197 x 248
Crédits A. Dürer, 1514. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/944/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Fig. 20 et 21 : Femme dans un cercle et profil de femme (Bois) 190 x 245 et Homme avec un compas (bois) 185 x 220.
Légende A. Dürer, 1557. In Alberti Dureri,... de symmetria partium humanorum corporum libri quatuor, e germanica lingua in latinam versi Parisiis : in officina Caroli Perier, 1557 - 122 p. ; (35 cm)
Crédits I1 37 EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/944/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 22 : Saint Eustache (burin) 260 x 357
Crédits A. Dürer, 1501. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/944/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Fig. 23 : Adam et Ève (burin) 213 x 269
Crédits A. Dürer, 1504. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/944/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Fig. 24 : Erasme à Rotterdam (burin) 205 x 258
Crédits A. Dürer, 1526. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/944/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 25 : Les cavaliers de l’apocalypse (burin) 282 x 392
Crédits A. Dürer, vers 1498. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/944/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Fig. 26 : La danse de Sainte Marie-Madeleine (burin) 395 x 290
Crédits Lucas de Leyde, 1519. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/944/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Fig. 27 : L’Apocalypse figurée (burin) 212 x 300
Crédits Jean Duvet, 1555. BnF
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/944/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Fig. 28 : Le porc-épic (bois) 150 x 120
Légende In : Conradi Gesneri Historiae animalium libri I : de quadrupedibus viviparis... Tiguri : apud Christ. Fros-choverum, 1551
Crédits L Schan, 1551. E2D 1EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/944/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 29 : Le rhinocéros (bois) 160 x 230
Légende In : Conradi Gesneri Historiae animalium libri I : de quadrupedibus viviparis... Tiguri : apud Christ. Fros-choverum, 1551
Crédits L. Fuchs d’après Dürer, E2D 1 EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/944/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Fig. 30 : Galatea (burin) 500 x 660
Légende N. Dorigny d’après Raphaël, 1693.
Crédits  I 27 EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/944/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Crédits N. Dorigny d’après Raphaël, 1693. In fol. -12 7 EP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/944/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Crédits N. Dorigny d’après Raphaël, [1693]. C1 3 EP…
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/944/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 89k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Gondard, « XVIème siècle   », Bulletin de la Sabix, 47 | 2010, 19-28.

Référence électronique

Claude Gondard, « XVIème siècle   », Bulletin de la Sabix [En ligne], 47 | 2010, mis en ligne le 31 décembre 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://sabix.revues.org/944

Haut de page

Auteur

Claude Gondard

X65 Ingénieur et artiste

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • Revues.org