Navigation – Plan du site

Fluctuat nec mergitur

Madeleine de Fuentes
p. 43-47

Texte intégral

Les origines : un enseignement organisé autour de la bibliothèque

Vue de la bibliothèque de l’Ecole polytechnique, rue Descartes, Paris 5è

Vue de la bibliothèque de l’Ecole polytechnique, rue Descartes, Paris 5è

1La direction de l’établissement a eu tout au long de son existence, la volonté d’avoir une bibliothèque à la hauteur de ses ambitions pédagogiques. A la création de la bibliothèque, Jacotot, Peyrard et Monge ont choisi les livres les plus marquants par leur teneur intellectuelle ou par leur importance dans l’histoire du livre - c’est le cas pour les incunables - ou tout simplement pour leur beauté en tant qu’objet : reliure remarquable, illustrations rares, exceptionnelles (les fables de La Fontaine illustrées par Oudry). L’élite de la République avait accès aux documents d’élite. On peut suivre ainsi l’évolution d’une discipline comme les mathématiques depuis le XVIème siècle.

2Les collections se sont accrues par don ou par achat dans tous les domaines de l’enseignement scientifique et général dispensé à l’Ecole polytechnique. Tout au long de son histoire, la Bibliothèque de l’Ecole est restée une bibliothèque encyclopédique à dominante scientifique.

3Au fonds de livres sont venues s’adjoindre les archives (cf. article de Claudine Billoux), des dessins de maîtres comme Fragonard et d’élèves. Les collections historiques de l’Ecole sont peu à peu entrées sous la juridiction de la Bibliothèque : médailles, uniformes, peintures, sculptures, instruments scientifiques. A priori hétéroclite ce fonds est parfaitement cohérent par rapport à l’histoire de l’enseignement et de l’institution.

Dessin de Charles Emile Beaunis (X 1851), d’après un dessin attribué à Théodore Géricault

Dessin de Charles Emile Beaunis (X 1851), d’après un dessin attribué à Théodore Géricault

4S’il faut attendre la nomination de Mme Feuillebois en 1976 pour avoir un conservateur diplômé et issu du Corps de l’état, ses prédécesseurs n’en ont pas moins accompli une exemplaire tâche bibliothéconomique. Le premier catalogue général imprimé (qui fait encore référence) est publié en 1881, et il est parmi les premiers catalogues imprimés de bibliothèques à paraître. La description bibliographique est conforme aux normes de l’époque ainsi que la classification matière. Les fiches tapées à la machine apparaissent dans les années 20. Le travail exécuté par les différents bibliothécaires n’est pas un travail d’amateur mais un véritable travail de professionnel œuvrant non seulement pour leurs contemporains mais pour les générations suivantes. La conservation des ouvrages n’a pas été négligée : reliure systématique des livres et périodiques, entretien des belles reliures, selon les us du temps, la normalisation scientifique n’ayant pas encore fait son apparition. Quant au choix des ouvrages, tant livres que périodiques : il est parfaitement adéquat à l’enseignement ; les livres parlent d’eux-mêmes : ils sont en mauvais état parce qu’ils ont beaucoup servi, ce qui est le critère essentiel du bon choix.

5En quittant la montagne Sainte-Geneviève la Bibliothèque entre dans la modernité. Son architecture témoigne encore, de la part de l’établissement, de la volonté de se doter d’une bibliothèque exemplaire ; l’ère des grandes constructions de bibliothèques n’a pas encore commencé en France : depuis la fin de la guerre on a peu construit de bibliothèques universitaires à part Censier, Nanterre, Poitiers ... Bien que sa conception comporte un certain nombre d’erreurs : orientation sud sans isolation des façades, moquette murale,... erreurs dues au fait que les professionnels n’ont pas été consultés (mais, il en est de même pour le nouveau site de la Bibliothèque nationale, cela semble être une constante dans la vie culturelle française) néanmoins l’ensemble est fonctionnel : il abrite 300 000 volumes, les 2 500 titres de périodiques, les archives, une partie des collections du musée, les lecteurs et le personnel.

6Le second élément de modernisation est l’informatisation d’abord du catalogue puis de l’ensemble des fonctionnalités de la Bibliothèque. Lorsque les bibliothèques de Suisse francophone décident de créer un réseau informatisé de catalogues de bibliothèques, la bibliothèque de l’X est la première en France à entrer dans ce réseau, les autres suivent. L’Ecole, à la demande du conservateur, n’hésite pas à mettre à la disposition de la Bibliothèque un informaticien qui développera peu à peu un logiciel complet en écrivant un programme spécifique.

7La Bibliothèque s’adapte une fois de plus à l’évolution de l’Ecole, l’implantation de vingt-sept laboratoires de recherches qui demandent une documentation bien spécifique, oriente différemment le fonds. Les chercheurs disposent d’une collection de 16 années de périodiques en libre-accès, ce qui est exceptionnel en France. Parallèlement le fonds de culture générale va se développer : le public étant isolé de tout lieu culturel, la bibliothèque a dû répondre à ce nouveau besoin. Paradoxalement, la bibliothèque de l’X est une bibliothèque d’enseignement et de recherche scientifique et une bibliothèque de loisirs.

8A partir de la célébration du bicentenaire le secteur Patrimoine s’est peu à peu structuré : archives-musée-expositions. Ce secteur est devenu la vitrine culturelle active de l’Ecole.

9Parmi les bibliothèques d’enseignement et de recherches françaises la Bibliothèque centrale de l’X présente un caractère spécifique car c’est à la fois une bibliothèque, un centre vivant d’archives administratives et scientifiques et un musée aux collections hétéroclites. Avec la Bibliothèque de l’Ecole nationale des beaux-arts à Paris, la Bibliothèque centrale de l’X est la seule bibliothèque publique qui soit dans ce cas. Cette triple mission se rencontre presque systématiquement dans les bibliothèques universitaires américaines où le passé est considéré comme le garant de l’avenir.

10A la fin de ce siècle la bibliothèque se voit confrontée à plusieurs problèmes pour continuer ses missions dans les mêmes conditions :

  • franchir la date fatidique de l’an 2000 pour le système informatique. La mission est accomplie, nous avons changé le progiciel « fait main » contre un progiciel « prêt à porter ». Les données ont été converties, et l’ergonomie du système satisfait les usagers.

  • deux problèmes majeurs demeurent quant aux locaux : 1/ la réfection des salles de lectures : la décoration de style « pur Giscard » est en l’état, or des matériaux tels que la moquette ont une longévité réduite. 2/ l’extension des magasins de stockage va devenir d’ici cinq ans un problème incontournable car la Bibliothèque centrale de l’X est une bibliothèque dotée de collections au fort développement : les périodiques.

  • le problème du budget. Une bibliothèque scientifique c’est d’abord une bibliothèque de périodiques. Or un abonnement à un périodique scientifique pour une année coûte en moyenne 6 000 F. Ces périodiques de recherche sont à 95 % édités en langue anglaise aux Etats Unis essentiellement ; le coût ne fait qu’augmenter car nous cumulons la hausse normale des coûts à celle du dollar. Les abonnements de périodiques représentent les 3/4 du budget d’acquisition de la Bibliothèque.

11La Bibliothèque ne relevant plus d’une direction scientifique mais d’une autorité administrative, il est très difficile d’obtenir le budget nécessaire pour maintenir les collections au niveau de l’enseignement et de la recherche. Au moment où l’Ecole affiche une ambition internationale, on offre une vitrine défraîchie et une documentation qui va très rapidement devenir obsolète. Après plus de deux cents ans d’existence, l’ambition de l’établissement pour la Bibliothèque est peu à peu en train de s’essouffler faute d’interlocuteur autre que la divine providence qui a, semble-t-il, toujours veillé sur cet établissement.

12Face à la révolution du numérique, à l’apparition des publications en ligne, l’Ecole, qui jusque-là a toujours été un précurseur, risque pour la première fois de manquer le coche.

13La cohérence des fonds d’archives et d’objets est l’une des caractéristiques essentielles des fonds patrimoniaux de la Bibliothèque. Ces fonds sont complétés par une documentation scientifique de haut niveau. Les chercheurs, les enseignants, les élèves ont à leur disposition un fonds qui répond à leur attente, il serait dommage que cette situation se détériore.

14L’équilibre délicat qui règne entre les trois fonctions de la Bibliothèque risque d’être rompu au profit de la seule conservation du patrimoine, fonction moins coûteuse que le maintien de collections scientifiques à un haut niveau, situation qui serait dommageable pour la mission d’enseignement et de recherche scientifique de l’Ecole.

Liste des Conservateurs de la bibliothèque de l’Ecole polytechnique

1794-

1795

Pierre JACOTOT

1798-

1804

François PEYRARD

1804-

1818

Etienne Marie BARRUEL

1818-

1842

Ambroise FOURCY

1842-

1854

Nicolas Georges COURTOIS (X 1798)

1854-

1860

Claude François GAULTIER (X 1810)

1860-

1876

Auguste MANGIN (X 1830)

1877-

1883

Emile SCHULTZ (X 1852)

1883-

1894

Henri REVIN (X 1864)

1895-

1899

Georges Nicolas Paul COILLOT (X 1853)

1900-

1913

Gaston PINET (X 1864)

1913-

1925

René Eugène TOURNAIRE (X 1873)

1926-

1930

Jacques Henri COBLYN (X 1895)

1931-

1934

Marcel François Louis ROLLAND (X 1899)

1934-

1939

Pierre Auguste GRILLET (X 1920 S)

1939-

1943

Julien Joseph BUAT

1943-

1956

Edmond BLAESSINGER

1957-

1976

André MOREAU

1976-

1980

Geneviève FEUILLEBOIS

1981-

1986

Andrée CARPENTIER

1986-

1995

Francine MASSON

1995-

2007

Madeleine de FUENTES

Thierry BOUCHER

Haut de page

Table des illustrations

URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/910/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 12k
Titre Vue de la bibliothèque de l’Ecole polytechnique, rue Descartes, Paris 5è
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/910/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 104k
Titre Dessin de Charles Emile Beaunis (X 1851), d’après un dessin attribué à Théodore Géricault
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/910/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 560k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madeleine de Fuentes, « Fluctuat nec mergitur », Bulletin de la Sabix, 22 | 1999, 43-47.

Référence électronique

Madeleine de Fuentes, « Fluctuat nec mergitur », Bulletin de la Sabix [En ligne], 22 | 1999, mis en ligne le 12 septembre 2012, consulté le 17 octobre 2017. URL : http://sabix.revues.org/910

Haut de page

Auteur

Madeleine de Fuentes

Conservateur en chef de la Bibliothèque

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • Revues.org