Navigation – Plan du site

La bibliothèque d’hier, la réserve d’aujourd’hui

Delphine Pertrizeard
p. 16-21

Texte intégral

«  ...il faut dans l’achat des livres, ne reculer devant aucun sacrifice quand l’occasion semble favorable.  »

Richard de Bury (vers 1340)

1Le fonds de livres anciens de la Bibliothèque est une part essentielle du riche et passionnant patrimoine de l’Ecole polytechnique. Il est constitué de 16 000 ouvrages datés de 1456 à 1850 inclus.

2La bibliothèque fut créée l’année même de la fondation de l’Ecole en 1794. Le premier bibliothécaire, le physicien Pierre Jacotot (1755-1821), était secondé par François Peyrard (1760-1822), lettré et bibliophile émérite. Le premier fonds fut constitué le 19 frimaire An III (9 décembre 1794) d’environ 500 volumes provenant de l’Ecole du génie de Mézières.

3Les ouvrages ont été ensuite sélectionnés dans les dépôts littéraires de Paris. En l’an II ces dépôts renferment 1 800 000 volumes provenant de 1 100 bibliothèques différentes dont les collections furent confisquées par le gouvernement révolutionnaire. Le dépôt qui fournit le plus d’ouvrages à l’Ecole polytechnique fut celui des Cordeliers. Après la démission de Pierre Jacotot survenue le 20 avril 1795, François Peyrard continua avec passion ses recherches dans les dépôts littéraires jusqu’en 1802. Il parvint ainsi à réunir près de 10 000 volumes dont un grand nombre sont des livres de grande valeur, richement reliés et armoriés, comme les reliures aux armes de Jacques-Auguste de Thou (1553-1617), historien, homme d’état et bibliophile, qui possédait la plus belle bibliothèque d’Europe avec ses 1 000 manuscrits précieux et ses 8 000 volumes imprimés.

4Outre les dépôts révolutionnaires, la Bibliothèque reçut en octobre 1795 une centaine de volumes, essentiellement de mathématiques et d’art militaire qui avaient été enlevés aux couvents de la Belgique récemment conquise. De plus, Gaspard Monge (1746-1818), membre du Conseil de l’Ecole polytechnique, réussit à obtenir pour l’Ecole un grand nombre d’ouvrages du plus haut prix. Ce dernier faisait partie de la Commission des savants et des artistes envoyés en Italie par le général Bonaparte à la suite du traité de Tolentino. Par ce traité, signé le 19 février 1797, le pape Pie VI s’engageait à payer au Directoire une contribution de guerre considérable (une dette de six millions de lires) dont une partie pouvait être réglée en objets d’art, livres ou manuscrits. Parmi la centaine d’ouvrages prélevée par Monge dans les bibliothèques particulières du Pape et du Cardinal Albani, on note le « Vitruve » de Marcus Vitruvius Pollio édité en 1511, prestigieux ouvrage d’architecture réalisé pour le bibliophile Thomas Mahieu, ainsi qu’un recueil de gravures rassemblant les fresques du peintre Raphaël (1483-1520) (Fig.l).

Fig. 1 - Raphaël

Fig. 1 - Raphaël

Seconda parte delle logge di Rafaele nel Vaticano, che contiene XII volte edi loro respettivi quadri :Rafaele In Romae : s.n, 1776.-in folio

5C’est une reliure à l’éventail, en veau marbré, avec une large roulette d’encadrement, une roulette sur chants, une tranche dorée et au centre les armes de Pie VI.Le dos orné est à six nerfs, avec la même roulette que sur les plats.

Fig. 2 - Héraclite a été le philosophe de l’éternel devenir où les contraires s’opposent et s’unissent tour à tour et dont le principe premier est le feu. «  Du feu, en échange de toutes choses, le feu comme de l’or, en échange des marchandises, l’or  ». Cette citation est accompagnée d’une gravure au paysage torturé et énigmatique.

Fig. 2 - Héraclite a été le philosophe de l’éternel devenir où les contraires s’opposent et s’unissent tour à tour et dont le principe premier est le feu. «  Du feu, en échange de toutes choses, le feu comme de l’or, en échange des marchandises, l’or  ». Cette citation est accompagnée d’une gravure au paysage torturé et énigmatique.

In : Fragments d’Héraclite. Traduction Marcel Conche

6Les collections ont ensuite été enrichies par des dons, comme celui du Duc d’Angoulême, ami d’Ambroise Fourcy, conservateur de la Bibliothèque jusqu’en 1842, et par des acquisitions effectuées par l’Ecole. Dès l’origine, il était prévu par exemple d’acheter des ouvrages et des périodiques pour la Bibliothèque grâce aux bénéfices tirés de la vente du « Journal de l’Ecole polytechnique  ». Mais sa parution cessa en 1939. Le fonds d’ouvrages anciens devenu la réserve n’a jamais cessé de s’étoffer. Ainsi en 1993, la dation d’Alfred Sauvy (X 1920) sociologue, démographe et bibliophile, a enrichi les collections de 1800 ouvrages des XVIIe et XVIIIe siècles.

7Le fonds de livres anciens a pu être constitué grâce au travail et à la générosité de grands amoureux du livre, comme François Peyrard, Ambroise Fourcy, le Duc d’Angoulême et plus proche de nous Alfred Sauvy. Ces bibliophiles avaient compris qu’une bibliothèque n’est vraiment vivante que dans la mesure où elle s’enrichit. D’où l’importance de continuer une politique d’acquisition dynamique et éclairée. Depuis 1986, la Société des amis de la Bibliothèque de l'X a défini ses objectifs : améliorer et valoriser le fonds ancien et enrichir ce fonds au moyen de dons, de legs et d’achats. Récemment la Bibliothèque a pu acquérir grâce à la SABIX deux ouvrages de bibliophilie contemporaine.

8Le premier s’intitule «  Fragments d’Héraclite  » traduit et commenté par Marcel Conche, professeur émérite à la Sorbonne. Cet ouvrage est l’exemplaire numéro V sur XXXVII. Il est illustré par Yves Doaré qui a réalisé les 12 gravures dont une aquarellée. Ce livre a été composé en caractères Garamond et imprimé sur papier vélin. Il est présenté en feuillets dans un coffret toilé. Yves Doaré fut un des élèves de Jean Delpech, maître de conférences de gravure de 1976 à 1981 à l’Ecole polytechnique. Cet ouvrage, parmi d’autres peintures et gravures d’Yves Doaré, sera prochainement présenté lors d’une exposition à la bibliothèque. Héraclite d’Ephèse, philosophe grec, né vers 576 avant JC et mort vers 480, était surnommé «  l’Obscur » sans doute à cause du caractère énigmatique de sa pensée et de son style difficile à comprendre. Ses  "fragments "  nous sont parvenus grâce aux citations des compilateurs et philosophes de l’Antiquité. Héraclite avait, selon Diogène, déposé son livre dans le temple d’Artémis, l’une des sept merveilles du monde, magnifique construction qui surpassait alors par ses dimensions tous les autres temples grecs. Héraclite pensait ainsi par son geste confier son écrit à la postérité, et permettre à chacun de le recopier. Malheureusement ce temple fut détruit en 356 avant JC, par l’incendiaire Erostrate, et vraisemblablement l’original de l’ouvrage aussi. La philosophie d’Héraclite a exercé une influence considérable sur les sophistes, les stoïciens, Platon et Aristote (Fig.2).

9La SABIX a ensuite acquis un autre ouvrage de bibliophilie  " La Boudeuse "  de Louis-Antoine Bougainville, extrait de l’édition originale de 1771 du  

" Voyage autour du monde par la frégate du Roi la Boudeuse et la flûte l’Etoile en 1766, 1767, 1768 et 1769".

10L’édition originale de cet ouvrage est mentionnée dans un des premiers inventaires de la Bibliothèque. Relié en veau marbré, doré sur tranches et décoré de filets or, il avait été choisi en 1795 dans un des neufs dépôts littéraires parisiens. Il fut malheureusement perdu par la suite. Présentée en feuilles dans un coffret,  " La Boudeuse "  a été composée en Garamond italique et illustrée de sept manières noires et aquatintes en couleurs et de cinq ornements de Patrick Vernet, ainsi que d’un frontispice de Edmond Rigal. Rappelons que la manière noire et l’aquatinte sont deux procédés de gravures, la première est obtenue par une technique sèche (c’est- à-dire n’utilisant pas d’acide), la seconde est un procédé de gravure à l'eau-forte (acide employé pour attaquer le cuivre) donnant l’aspect d’un dessin réhaussé de lavis. Imprimé en 1980 sur papier vélin, exemplaire n° XXV sur XXXV, cette édition est enrichie de deux suites contenant chacune les estampes de l’ouvrage signées par l’artiste.

11En 1766 Bougainville - navigateur, militaire, diplomate, philosophe et homme d’affaire français - quitte pour deux ans la France à bord de la Boudeuse, une frégate toute neuve qui va naviguer autour du monde de concert avec l’Etoile d’origine hollandaise. Il emmène avec lui trois savants pétris de l’esprit des Lumières, le naturaliste Commerson, l’astronome Véron et le cartographe Romainville. Cette mission a plusieurs buts : restituer les îles Malouines aux Espagnols, reconnaître les terres inconnues du Pacifique et prendre possession de plusieurs d’entre-elles, ramener des plants d’arbres à épices, et trouver un comptoir en face des côtes de la Chine pour concurrencer les comptoirs espagnols des Philippines.

12Malgré l’échec relatif de son expédition, il déclare :  

"...je mets l’espoir de ma renommée dans une fleur... " (le bougainvilliers).

13Par son récit, pourtant, il fit naître en France le mythe des mers du Sud (Fig.3).

Fig. 3 Gravure  "bateau et globe terrestre". In : « La Boudeuse » de L.A. Bougainville

Fig. 3 Gravure  "bateau et globe terrestre". In : « La Boudeuse » de L.A. Bougainville

14Acheter des ouvrages anciens pour compléter le fonds de base mais aussi acquérir des ouvrages de bibliophilie contemporaine pour continuer à témoigner de l’évolution de l’art de l’imprimerie, de la gravure et de la reliure, telle est l’une des missions de toute bibliothèque (Fig. 4).

Fig. 4 - Armoirie de Jacques Auguste de Thou

Fig. 4 - Armoirie de Jacques Auguste de Thou
Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 - Raphaël
Légende Seconda parte delle logge di Rafaele nel Vaticano, che contiene XII volte edi loro respettivi quadri :Rafaele In Romae : s.n, 1776.-in folio
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/903/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 536k
Titre Fig. 2 - Héraclite a été le philosophe de l’éternel devenir où les contraires s’opposent et s’unissent tour à tour et dont le principe premier est le feu. «  Du feu, en échange de toutes choses, le feu comme de l’or, en échange des marchandises, l’or  ». Cette citation est accompagnée d’une gravure au paysage torturé et énigmatique.
Crédits In : Fragments d’Héraclite. Traduction Marcel Conche
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/903/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 500k
Titre Fig. 3 Gravure  "bateau et globe terrestre". In : « La Boudeuse » de L.A. Bougainville
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/903/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Fig. 4 - Armoirie de Jacques Auguste de Thou
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/903/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 50k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Delphine Pertrizeard, « La bibliothèque d’hier, la réserve d’aujourd’hui », Bulletin de la Sabix [En ligne], 22 | 1999, mis en ligne le 06 septembre 2012, consulté le 27 avril 2017. URL : http://sabix.revues.org/903

Haut de page

Auteur

Delphine Pertrizeard

Atelier de restauration de la bibliothèque

Haut de page

Droits d'auteur

© SABIX

Haut de page