Navigation – Plan du site

Les acquisitions de documents non-scientifiques à la BCX

Claire Faujas
p. 15

Texte intégral

1A l’origine dépositaire d’un fonds scientifique très riche, destiné aux élèves, la Bibliothèque de l’Ecole polytechnique a adapté progressivement ses acquisitions à l’évolution de l’enseignement et à l’ouverture à un public plus large.

2Ainsi, au cours des deux siècles d’existence de l’Ecole, la formation scientifique a été complétée successivement par une formation aux sciences économiques, puis aux langues et aux sciences humaines. Cette ouverture avait pour but de préparer les futurs ingénieurs à leur rôle d’acteurs dans l’entreprise et la société et de leur fournir les outils d’une réflexion et d’une ouverture d’esprit indispensable à leur action.

3L’enseignement de l’économie fut donc introduit en 1904, celui des sciences humaines en 1968 avec la création du département HSS (Humanités Sciences sociales). D’autre part, en 1976, la délocalisation de l’Ecole à Palaiseau -bien loin du Quartier latin- nécessitait pour les élèves comme pour les chercheurs et les personnels, le développement d’un meilleur accès à la culture.

4C’est pourquoi les fonds de la Bibliothèque centrale ont dû se développer dans deux directions complémentaires documentaire et culturelle.

5Afin de s’ouvrir plus largement à l’ensemble des personnes travaillant sur le site, la Bibliothèque a développé ses activités de loisirs et de détente avec l’enrichissement de ses fonds en littérature en accueillant les ouvrages de la bibliothèque du CASEP (Comité d’action sociale de l’Ecole polytechnique) et ceux du Binet livres des élèves ; mais aussi avec la création d’une vidéothèque et l’organisation de nombreuses expositions.

6Les acquisitions d’ouvrages et de périodiques ont donc considérablement évolué, principalement depuis l’arrivée à Palaiseau. L’organisation de la Bibliothèque s’en est ressentie.

7A côté des secteurs traditionnels de documentation scientifique : mathématiques, physique, chimie-biologie, sciences de l’ingénieur, se sont ouverts les secteurs de sciences humaines (histoire, philosophie, sociologie, économie, etc.), langues, littérature, culture et loisirs.

8Ces différents domaines répondent bien à la demande d’un très large public. Ce n’est pas un hasard si le « palmarès » des ouvrages les plus empruntés fait apparaître, régulièrement, une augmentation des ouvrages de littérature (romans, romans policiers, bandes dessinées), un peu avant ceux d’informatique...

9Naturellement les secteurs de sciences humaines, langues et littérature suivent de près les enseignements dispensés par les départements HSS et langues. Ils fournissent aux élèves les documents proposés par les bibliographies des enseignants.

10Ces secteurs non-scientifiques contribuent ainsi à faire de la Bibliothèque centrale, une bibliothèque encyclopédique répondant aux attentes d’un lectorat très éclectique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Faujas, « Les acquisitions de documents non-scientifiques à la BCX », Bulletin de la Sabix [En ligne], 22 | 1999, mis en ligne le 06 septembre 2012, consulté le 26 mars 2017. URL : http://sabix.revues.org/900

Haut de page

Auteur

Claire Faujas

Responsable du Secteur Sciences humaines

Haut de page

Droits d'auteur

© SABIX

Haut de page