Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Les passionnés de chemin de fer auront reconnu d’emblée l’illustration de la couverture, transmise par Paul Barbier en accompagnement de son article sur Arnollet. Nous sommes en 1847, il s’agit du chemin de fer atmosphérique. Mû par le piston aspiré dans un tube relié aux pompes gigantesques de Saint-Germain, le convoi va quitter Le Vésinet pour gravir la colline jusqu’à la gare terminus. Le conducteur, debout à l’avant du wagon directeur, scrute la voie et se concentre sur sa manœuvre.

2Les adhérents de la SABIX découvriront aisément le sens symbolique de cette image... Le Président a proposé un nouvel objectif : diffuser trois bulletins chaque année. Cet objectif paraît relativement ambitieux, nous le croyons raisonnablement accessible. En effet, pour ce qui concerne la mise en forme et la réalisation le secrétariat déborde d’une énergie bien organisée. Et, quant à la substance même des articles, nous ne doutons guère de la bonne volonté de celles et ceux qui prêtent habituellement leur savoir et leur plume à ce bulletin. Nous remercions chaleureusement les auteurs des vingt-et-un numéros imprimés à ce jour.

3Le présent numéro contient trois articles qui se rapportent à l’activité des ingénieurs au 19ème siècle. Plusieurs bulletins avaient déjà traité des débuts de l’Ecole polytechnique, notamment le numéro 11 avec l’article de Bruno Belhoste sur la fondation de l’École. Mais aujourd’hui, Emmanuel Grison aborde ce sujet sous un angle particulier : il expose les circonstances dans lesquelles les responsables de l’enseignement abandonnèrent progressivement le projet éducatif de Monge (allier les apprentissages de la théorie et de la pratique), pour orienter les élèves principalement sur l’étude des sciences fondamentales. Il évoque les relations de l’X avec le Conservatoire des Arts et Métiers, courtoises mais plutôt ténues, et l’organisation de visites d’ateliers parisiens, abandonnée après le départ d’Hassenfratz. Ces informations ont sans doute leur place dans les débats, toujours d’actualité, sur la formation des ingénieurs et les meilleures méthodes pour stimuler leurs capacités à inventer et entreprendre.

4Dans sa bibliographie d’Arnollet (1776-1857) Paul Barbier fait revivre un polytechnicien de l’an V, admis dans le corps des Ponts et Chaussées, désigné à sa sortie de l’X parmi le groupe des élèves qui vont accompagner l’expédition d’Egypte. Il n’aura pas la chance de participer à la découverte des monuments de l’antiquité ; il embarquera à Suez sur la flottille malheureuse qui après une reconnaissance des rivages de la mer Rouge, va échouer dans l’attaque du port de Cosseir.

5Après son retour en France, l’activité d’Arnollet au service de l'administration se situe principalement en Bourgogne. Paul Barbier analyse les rapports souvent difficiles de son héros avec les autorités, mais surtout il nous dessine un personnage qui manifeste un intérêt constant pour les techniques et l’estimation des avantages économiques qu’elles apportent dans la réalisation des projets utiles à la collectivité. Cet article évoque de façon concrète quelques projets d’équipement de l’époque : les solutions défendues par Arnollet ne reçurent pas toujours un bon accueil et, dans ses dernières années, ses prises de positions politiques paraissent marquées par une certaine amertume.

6Arnollet s’est intéressé au choix du tracé de la liaison ferroviaire Paris-Lyon ; il nous a semblé opportun d’inclure dans ce bulletin une courte bibliographie de Paulin Talabot, rédigée par Alain Guichardet. En effet, P. Talabot (X 1819), qui termina sa carrière dans les chemins de fer comme directeur général de la compagnie PLM, a joué un rôle majeur dans la réalisation du réseau sud-est.

7En terminant cet éditorial, je voudrais appeler l’intérêt des lecteurs sur l’exposition réalisée à la Bibliothèque de l’Ecole polytechnique par le groupe X-Résistance, en accompagnement du colloque « Des polytechniciens dans la Résistance » qui s’est tenu les 9 et 10 mars 1999. Cette exposition sera visible à la bibliothèque jusqu’au 10 juillet et la réunion de l’Assemblée générale de la SABIX, le 29 juin prochain, nous semble une bonne opportunité pour la visiter.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jean-Paul Devilliers, « Editorial », Bulletin de la Sabix [En ligne], 21 | 1999, mis en ligne le 05 août 2012, consulté le 22 mars 2017. URL : http://sabix.revues.org/882

Haut de page

Auteur

Jean-Paul Devilliers

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© SABIX

Haut de page