Navigation – Plan du site

Souvenir d’Egypte d’un élève de la promotion 1796

Madeleine de Fuentes
p. 53-56

Texte intégral

« Je n’avais pas encore dix-huit ans et j’étais élève à l’Ecole polytechnique. »

1ainsi commence l’aventure qu’Edouard de Villiers du Terrage nous relate dans son livre.

2L’exposition Des polytechniciens en Egypte 1798-1803 est dédiée à sa mémoire car il est le seul parmi les polytechniciens de l’expédition à avoir écrit un récit au jour le jour. Il a tenu son journal du moment où il s’est porté volontaire pour cette expédition scientifique et militaire à la destination inconnue jusqu’à son retour trois ans plus tard.

3Edouard de Villiers du Terrage né en 1780 à Versailles, va de la Révolution à son entrée à l’Ecole polytechnique, connaître une vie difficile : sa mère meurt en 1788, son père, premier commis des Finances est emprisonné au début de la terreur, condamné à mort, il échappera de justesse à l’échafaud.

4Agé de 13 ans, il part à Paris avec sa soeur de 15 ans où ils passeront la période la plus troublée de la Révolution : un de leurs oncles est guillotiné, ils doivent se cacher, changer leur patronyme :

« j’ai vu les massacres des 2 et 3 septembre, le 21 janvier et toutes les horreurs du tribunal révolutionnaire »

5 écrit-il dans ses souvenirs. Jusqu’au 9 thermidor il vivra avec sa soeur dans l’angoisse. Après cette date, il réussit à faire sortir son père de prison, mais se vit dans l’obligation de travailler pour survivre. Heureusement, en 1795, un frère de sa mère officier d’artillerie, rentra des pontons d’Angleterre où il était prisonnier, et s’occupa avec dévouement de l’éducation de ses neveux (l’autre étant Marc-Antoine de Châteaubrun) et les mit à même d’être reçus à l’Ecole des Ponts et Chaussées en avril 1796 et à polytechnique en décembre de la même année.

6Villiers du Terrage était à l’école depuis 18 mois lorsque

« le bruit se répandit dans Paris qu’il se préparait une nouvelle campagne...On sut bientôt que Monge, Berthollet, Fourier et bien d’autres savants allaient accompagner le général en chef dans cette campagne qui s’annonçait ainsi scientifique presque autant que militaire...Quelque (sic) pût être la destinée de cette expédition, on comprendra que son mystère, et surtout les grands noms que je viens de citer, devaient facilement monter la tête à des jeunes gens qui ne rêvaient que de se signaler.. ».

7 Il se porta donc volontaire. Le 6 octobre 1798, il passa au Caire l’examen de sortie, son examinateur étant Monge. L’examen passé il rejoignit l’armée de Desaix en haute Egypte.

8A Syout, chargé de lever les profils de la vallée du Nil avec d’autres collègues, il se lia durablement avec Jollois qui allait être son fidèle ami et son inséparable collaborateur. Ils dessinèrent notamment le zodiaque de Denderah et découvrirent le tombeau d’Aménophis III. De retour au Caire, il partit pour la région de Suez pour faire un nivellement entre les deux mers, il en profita pour dresser la carte de la vallée de l’égarement et pour étudier les antiquités de cette région. Sa dernière mission sera, sous l’ordre de Menou, d’établir la carte et d’inspecter les digues et les canaux de la province de Belbeis.

Portrait de Jollois (idem)

Portrait de Jollois (idem)

9De retour en France, il s’occupera pendant cinq ans de la rédaction de la Description de l’Egypte, aidé de Jollois. En 1806 il entre dans la carrière des Ponts et Chaussées. Il meurt en 1855 après une brillante réussite professionnelle. Il consacra les dernières années de sa vie à la recherche des connaissances astronomiques des anciens égyptiens.

10Ce Journal n’a pas été publié du vivant de son auteur, il a été revu plusieurs fois :

  • en 1801 Villiers du Terrage, lors de l’interminable attente du réembarquer à Alexandrie remet ses notes au propre, corrige, rajoute...

  • en 1835, le journal subit une nouvelle transformation, il rajoute une courte introduction, quelques observations générales ainsi qu’un certain nombre de lettres écrites ou reçues par lui en Egypte.

  • il supprima par contre la plupart des descriptions architecturales détaillées des monuments qu’il avait particulièrement étudiés renvoyant au texte de la Description, il retrancha aussi de petits faits qu’il jugea sans importance.

  • en 1898, son petit-fils établit le texte de la présente édition en intercalant le texte de l’unique carnet « d’époque » retrouvé et en ajoutant préface et notes.

11Malgré ces retouches, ce texte est vivant et lourd de charge affective. C’est la relation précise d’événements, de sensations et d’impressions. Le style est alerte, les phrases sont courtes, le vocabulaire est davantage celui d’un technicien que d’un littérateur, mais peut-être nous touche-t-il davantage car il est ainsi plus authentique : il n’use d’aucun artifice.

12C’est le récit d’un jeune homme qui est en train de vivre la plus belle aventure de sa vie : il expérimente la guerre, l’injustice, l’amitié et l’enivrante découverte d’un autre monde. Il nous livre sans fard ses impressions devant une civilisation différente, sentiments où le mépris n’intervient jamais : les égyptiens sont différents, il ne classe pas, ne juge pas : il constate, s’émerveille, s’étonne. Il nous fait part de son enthousiasme, de sa surprise devant les fabuleux monuments d’Egypte que les soldats applaudissent sans réserve. Il est blessé par les agissements cruels du général Boyer :

« Je rentrai à Suez l’âme navrée de ce que j’avais vu »

13Après l’Egypte, Villiers du Terrage aura une existence bien remplie, voire mouvementée, mais l’aventure égyptienne en aura été le plus merveilleux chapitre :

« Qui pourrait décrire l’enthousiasme de la jeune phalange de la grande Ecole (polytechnique) soutenue, animée par tout ce qui exalte l’imagination : le spectacle des grandes choses, la passion du beau, le sentiment national, le désir de surpasser ses émules ? »

14 C’est ainsi que Jomard résuma l’expédition sur la tombe de son ami Edouard de Villiers du Terrage en 1855.

15La lecture de ce journal m’a remémoré le récit que fit, en 1930, Paul Nizan, jeune normalien, de son séjour en Arabie :

« J’avais vingt ans. Je ne laisserai personne dire que c’est le plus bel âge de la vie. Tout menace de ruine un jeune homme : l’amour, les idées, la perte de sa famille, l’entrée parmi les grandes personnes. Il est dur d’apprendre sa partie dans le monde. »

Fig. 3 : Zodiaque sculpté au plafond de l’une des salles supérieures de grand temple. Jollois et Devillers del. ; Allais. sculp.

Fig. 3 : Zodiaque sculpté au plafond de l’une des salles supérieures de grand temple. Jollois et Devillers del. ; Allais. sculp.

Impression fac similé de la Description d’Egypte : A vol IV, pl21 in : Monuments de l’Egypte : l’édition impériale de 1809.

Vue d’ensemble de la vitrine Gay-Lussac

Haut de page

Table des illustrations

Titre Portrait de Jollois (idem)
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/879/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 24k
Titre Fig. 3 : Zodiaque sculpté au plafond de l’une des salles supérieures de grand temple. Jollois et Devillers del. ; Allais. sculp.
Crédits Impression fac similé de la Description d’Egypte : A vol IV, pl21 in : Monuments de l’Egypte : l’édition impériale de 1809.
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/879/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Crédits Vue d’ensemble de la vitrine Gay-Lussac
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/879/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 54k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Madeleine de Fuentes, « Souvenir d’Egypte d’un élève de la promotion 1796 », Bulletin de la Sabix, 20 | 1999, 53-56.

Référence électronique

Madeleine de Fuentes, « Souvenir d’Egypte d’un élève de la promotion 1796 », Bulletin de la Sabix [En ligne], 20 | 1999, mis en ligne le 11 juillet 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://sabix.revues.org/879

Haut de page

Auteur

Madeleine de Fuentes

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • Revues.org