Navigation – Plan du site

Pour le Centenaire de 1894 : l’Annuaire de l’Ecole polytechnique

Anousheh Karvar
p. 22-23

Texte intégral

1Première célébration de l’institution, le centenaire de l’Ecole polytechnique s’est déroulé en 1894 dans un contexte de remise en cause du rôle scientifique et de l’utilité publique de l’Ecole polytechnique. Il a porté la marque des questions vives de l’époque : consolidation des valeurs républicaines, réconciliation de l’Eglise et de l’Etat, expansion coloniale, front devant la crise boulangiste et rivalité franco-allemande. Au cours des cinq longues années de préparation et tout le long des commémorations, trois objectifs étaient recherchés.

2En premier lieu, les polytechniciens se sont adonnés à définir et à fixer la représentation du passé, par l’écriture collective d’un Livre du Centenaire, livre d’histoire consacré à l’institution et à ses anciens élèves. Le but affiché était de faire ressortir le caractère polytechnicien, tout de patriotisme éclairé, de dévouement absolu aux fonctions de l’Etat et de solidarité.

3La commémoration du centenaire devait aussi contribuer à offrir aux polytechniciens une identité de groupe, uniforme et formalisée, par la mise en place d’outils appropriés de démarcation et de reconnaissance des siens. La publication de VAnnuaire de l’Ecole polytechnique et de l’Argot de l’X avait pour objectif de renforcer la cohésion du groupe vis-à-vis d’un monde extérieur devenu menaçant, dès lors que les polytechniciens se trouvaient en concurrence avec d’autres catégories sociales - normaliens, centraliens - sur des fonctions qui ne leur étaient plus naturellement dévolues.

4A l’occasion de la commémoration du centenaire, les polytechniciens souhaitent donc offrir une nouvelle définition de leur communauté, même si la cohésion de groupe est longtemps entretenue par la militarisation de l’Ecole et le casernement des élèves depuis 1805 sur la Montagne Sainte-Geneviève.

5Engendrée par la République - certes modérée - fidèle à l’éthique sociale de l’utilité, cette communauté se veut civique avant tout. Désignée par le terme « famille » dans le jargon des organisateurs et dans la littérature maison, elle est aussi dotée d’une forte teneur morale que l’on peut mettre en regard de l’effort de redressement moral que certains milieux militaires préconisent pour préparer la France à faire face à l’Allemagne. Elle est enfin corporatiste devant la montée en puissance d’autres catégories sociales qui la menacent dans ses privilèges professionnels et sociaux. Pour mieux résister à la concurrence des normaliens pour occuper les postes d’enseignement scientifique à l’Université, face aux revendications de titre et d’accès aux corps de l’Etat formulées par les centraliens, la défense et la réplique passent par la cohésion. Se connaître et se reconnaître dans le groupe afin de leur donner la préférence, favoriser les relations d’affaires, tels sont les buts recherchés par la publication d’un annuaire des anciens élèves.

6L’annuaire publié à l’occasion du Centenaire de 1894 à 1896, reprend l’activité inaugurée par les annuaires de Fourcy, de Marielle et de Le Prieur décrits dans l’article de E. Grison et M. Rama, mais abandonné depuis trente ans.

7Le premier « Annuaire de l’Ecole polytechnique » de 1894 contenait toutes les indications sur le calendrier et l’organisation présente de l’Ecole et son personnel ; il donnait la liste des élèves présents à l’Ecole et de ceux des deux promotions précédentes, puis s’étendait sur l’histoire de l’Ecole en reproduisant nombre de documents fondateurs. Les deux Annuaires suivants (1895 et 1896) donnaient en outre, en seconde partie le « Mémorial de l’Ecole polytechnique - Renseignements sur les élèves qui ont fait partie de l’institution pendant le premier siècle, avec leur situation connue au 1er janvier 1895 » suivi du « Mémorial des morts au champ d’honneur ».

8Publiés chez Charles Lavauzelle, « éditeur militaire » - tandis que les annuaires de la Société Amicale de Secours le seront chez Gauthiers-Villars - ces « Annuaires de l’Ecole polytechnique » étaient l’oeuvre de Harold Tarry, inspecteur des finances à la retraite qui avait été sollicité pour ce travail par son ami Albert de Rochas, alors administrateur de l’Ecole. Rochas, Tarry... et le président Sadi Carnot, figure centrale de la célébration du Centenaire, étaient tous trois de la même promotion de Polytechnique : 1857.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anousheh Karvar, « Pour le Centenaire de 1894 : l’Annuaire de l’Ecole polytechnique », Bulletin de la Sabix [En ligne], 14 | 1995, mis en ligne le 05 décembre 2011, consulté le 26 avril 2017. URL : http://sabix.revues.org/769

Haut de page

Auteur

Anousheh Karvar

Bibliothèque Nationale de France

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© SABIX

Haut de page