Navigation – Plan du site
Liouville et la presse mathématique

Du Journal de L’Ecole polytechnique au Journal de Liouville : les Annales de Mathématiques pures et appliquées de Gergonne et les polytechniciens

Christian Gerini
p. 47 -55

Notes de la rédaction

(cet article reprend et développe le texte de la conférence donnée par l’auteur lors de l’Assemblée générale annuelle de la SABIX à Palaiseau en juin 2009)

Texte intégral

Du Journal de l’Ecole polytechnique aux Annales de Gergonne

Le contexte

1Les Annales de mathématiques pures et appliquées de Joseph-Diez Gergonne (1771-1859), publiées mensuellement de 1810 à 1832, constituent le premier grand journal exclusivement consacré à cette science : elles inspirèrent des initiatives dans d’autre pays européens, dont en particulier le Journal de Crelle – plus précisément Journal für die reine und angewandte Mathematik – publié en Allemagne à partir de 1826, et Joseph Liouville revendiqua lui-même sa filiation à Gergonne lorsqu’il publia son Journal de mathématiques pures et appliquées à partir de 1836.

2C’est donc sur une période relativement courte (environ 20 ans) que s’imposa en France, puis dans toute l’Europe, ce concept de journal spécialisé dans une discipline dont les publications étaient jusqu’alors dispersées dans des revues plus générales ou réservées à des corporations, et paraissaient de façon assez aléatoire : la communauté des mathématiciens de tous horizons disposa grâce à Gergonne d’un outil fiable de communication et d’échange, et sa réussite (l’influence des Annales dépassa largement nos frontières) est la preuve du fait qu’il combla un vide et répondit à une attente.

3Quelle était donc la situation en 1810, année du lancement des Annales de Gergonne ? Après une brève mais brillante carrière militaire sous la Révolution, Gergonne obtint en 1796 une chaire de mathématiques à l’école centrale de Nîmes où il devint ensuite professeur de mathématiques transcendantes lors de la création du lycée en 1804. Pendant la première décennie du XIXe siècle, outre son travail d’enseignant de mathématiques, Gergonne occupa diverses fonctions à l’Académie de cette même ville. Mais surtout, grand admirateur des savants éclairés de la Révolution (Monge, Bailly, Laplace, Lacroix, etc.), il tenta de les convaincre de fonder un journal de mathématiques. Lacroix, proche de Monge et futur professeur à polytechnique, avait été son examinateur lors du concours d’entrée à l’École d’artillerie de Châlons en 1794 : le candidat avait alors impressionné le professeur, ce qui lui valut plus tard, malgré son éloignement de la capitale, d’être entendu par les grands noms de la science de son époque et plus particulièrement par les « géomètres » de l’École polytechnique qu’il admirait et qui fut fondée la même année.

4Mais cette reconnaissance ne vint qu’après le lancement de ses Annales et, comme il nous le raconte lui-même dans son « prospectus » d’introduction du premier numéro en juin 1810, il échoua à convaincre ces élites de fonder elles-mêmes ce journal. Il y déplore aussi le fait que : « les Sciences exactes, cultivées aujourd’hui si universellement et avec tant de succès, ne comptent pas encore un seul recueil périodique qui leur soit spécialement consacré ». Et d’ajouter :

On ne saurait, en effet, considérer comme tels, le Journal de l’École Polytechnique, non plus que la Correspondance que rédige M. Hachette : recueils très précieux sans doute, mais qui, outre qu’ils ne paraissaient qu’à des époques peu rapprochées, sont consacrés presque uniquement aux travaux d’un seul établissement. » Ce constat est pertinent.

Les lacunes du Journal de l’École polytechnique et de la Correspondance de Hachette

Journal de l’École polytechnique
  • 1  Il est important de noter ici que la numérotation des cahiers du Journal ne suit pas l’ordre chron (...)

5À y regarder de plus près, on constate que cette moyenne est même une réalité sur la période de lancement des Annales, puisque le cahier 15 parut en décembre 1809, le suivant, à savoir le cahier 10, en novembre 1810 (les Annales existaient donc déjà), et enfin le cahier 16 en mai 18131 : on comprend l’expression « peu rapprochée » utilisée par Gergonne.

6En outre, à partir de 1802 (cahier 11), les mémoires académiques prennent le pas sur les articles, et la communauté des élèves et anciens élèves de l’École n’est plus que très minoritairement représentée, alors que le Journal de l’École polytechnique, toujours selon Loïc Lamy, « n’était initialement qu’un bulletin destiné à rendre compte de l’enseignement et du progrès des élèves » et fut tout d’abord « résolument dirigé vers l’enseignement ».

7Si l’on considère par exemple l’année 1809 qui précède le lancement des Annales, on constate que si neuf des onze articles (ou plutôt « mémoires ») du cahier 15 [cf. annexe 1]sont classés sous des appellations relevant des mathématiques, à savoir « Analyse » et « Géométrie analytique », un seul est signé par un membre de cette communauté des élèves et anciens élèves : il s’agit d’un Mémoire sur la méthode du plus grand commun diviseur, appliquée à l’élimination (pp. 162-197) de « M. Bret, professeur de mathématiques transcendantes au lycée de Grenoble, et ancien élève de l’École polytechnique ». On retrouvera le même Bret dans les Annales de Gergonne où il publiera de nombreux articles avec les mêmes titres de noblesse [Gérini, 2003, pp. 246-250 & tables pp. 425-527].

8Quand on sait que trente élèves sortis de l’École dans les dix premières années ont fait carrière dans l’instruction publique et au Bureau des longitudes, et que, parmi les centaines de militaires et ingénieurs formés à l’École polytechnique, nombreux furent ceux qui poursuivirent une activité scientifique ou d’enseignement dans les écoles militaires, on peut estimer à quel point la présence du seul Bret dans ce cahier est signifiante sur la fermeture du Journal de l’École polytechnique et sur son repli sur une élite. Ces mêmes polytechniciens qui ne publiaient pas dans le journal de leur ancienne École – ou ne pouvaient pas y publier – profitèrent grandement des Annales de Gergonne pour soigner leur frustration : leurs contributions y tiennent une place importante, comme nous le verrons.

9Dans le même cahier 15, trois longs mémoires de Poisson sont en fait des reprises de communications qu’il avait faites à l’Institut. Les quatre autres articles sont des mémoires de personnalités de premier rang, enseignant ou ayant enseigné à l’École : Lagrange, Monge et Laplace. Le Journal de l’École polytechnique est donc devenu en moins de dix ans un recueil académique, les mémoires dont nous venons de donner l’exemple pour le cahier de 1809 y occupant une large place en nombre comme en volume (nombre de pages). Il est en fait alors l’unique tribune où les mathématiciens reconnus (et au-delà même des mathématiques) peuvent exposer leurs travaux à un public relativement large, ou du moins averti. Ces savants communiquaient souvent d’abord à l’Académie des sciences, mais celle-ci ne diffusait pas ou diffusait peu ces textes : Gergonne ne mentionne d’ailleurs pas les publications très épisodiques et réservées à ses membres de cette institution, publications où les mathématiques n’occupaient en outre qu’une place relativement modeste dans l’ensemble des communications.

Correspondance sur l’École polytechnique2CorrespondanceJournal de l’École polytechnique

Les annales de Gergonne et leurs auteurs polytechniciens

Un journal polymorphe

10Si Gergonne s’obstina, c’est bien sûr devant ce constat de l’insuffisance des publications existantes, mais c’est aussi en raison de l’isolement où il se sentait et que partageaient tous les mathématiciens qui, dans leurs établissements de province ou dans leurs cantonnements, aspiraient à échanger leur savoir et leurs avancées : ils n’avaient pas réellement accès aux deux publications dont nous venons de parler, même s’ils étaient passés sur les bancs de l’École polytechnique. On considère d’ailleurs les Annales de Gergonne comme « le journal d’un homme seul au profit d’une communauté enseignante » [Dhombres & Otero, 1993], ce qu’elles furent à leurs débuts avant d’atteindre une notoriété en France et à l’étranger qui attira dans leurs pages des personnalités de premier rang. On comprend alors ses intentions, toujours affichées dans son Prospectus : « Ces Annales seront principalement consacrées aux Mathématiques pures, et surtout aux recherches qui auront pour objet d’en perfectionner et d’en simplifier l’enseignement. » La référence à cette communauté enseignante isolée est explicite, même si Gergonne laissera largement la porte ouverte aux avancées théoriques, et pas seulement utiles à l’enseignement.

11Composées de 948 articles, lettres ou mémoires, ses Annales ont intéressé et impliqué près de 140 auteurs de tous niveaux (du simple élève de collège à l’illustre professeur de l’École polytechnique ou membre de l’Institut), de toutes origines géographiques (en France et en Europe), et dans tous les domaines des mathématiques, de la physique, comme de la « philosophie mathématique ». Formidable document de près de 9000 pages, elles comportèrent 22 volumes reliant, par année scolaire, les 12 fascicules annuels. On y trouve au fil des ans pas moins de quarante-huit rubriques mathématiques ou connexes aux mathématiques.

12L’étude des contenus des Annales est donc un travail de longue haleine, et il y reste toujours des pépites à découvrir. Mais si nous n’avions qu’une seule leçon à retenir de quinze ans de travaux sur ce journal, ce serait pour l’instant celle-ci : l’unité y est en germe dans la diversité. Un exemple significatif de cette réalité est particulièrement visible dans le débat des T. IV et V sur la représentation géométrique des imaginaires : celle-ci débouche sur l’émergence de propriétés semblables (nous dirions à isomorphisme près) sur les opérations portant sur des nombres, des couples de nombres, des « lignes dirigées » (nos vecteurs), des forces. Ce n’est pas un hasard si ce débat, bien qu’apportant un net enrichissement au plan mathématique, a été rangé dans la rubrique « philosophie mathématique ».

13En effet, la dualité du mathématique et du philosophique est encore très présente à l’époque. Les mathématiques du début du XIXe siècle vivant une période de grande évolution, se détachant peu à peu de leur discipline mère, la philosophie. Tout concept mathématique nouveau qui n’entre pas dans certains cadres philosophiques souvent hérités des anciens (tel que le réalisme géométrique, par exemple) est encore « suspect », ou du moins doit être soumis à la discussion et à la validation par la philosophie. Et les débats font souvent rage sur ces questions. Ainsi est-ce le cas pour ce qui concerne le calcul différentiel et son acceptation ou son rejet de l’infinitésimal : le Journal de l’École polytechnique publie en 1800 (An IX) le cahier 9, uniquement composé de la « Théorie des fonctions analytiques » de Lagrange, dont le titre complet est révélateur de ce débat : « Théorie des fonctions analytiques, contenant les principes du calcul différentiel, dégagés de toute considération d’infiniment petits ou d’évanouissants, de limites ou de fluxions, et réduits à l’analyse algébrique des quantités finies » . Cet ouvrage de référence alimenta la discussion toute philosophique dans la communauté des mathématiciens sur la manière d’aborder le calcul différentiel pendant près de trente ans, et les Annales de Gergonne en rendent compte, y compris par des avancées mathématiques d’importance. Un élément déterminant pour la compréhension de cette ambivalence et de ce polymorphisme des Annales de Gergonne est l’étude de sa rubrique de « philosophie mathématique », présente tout au long de la publication.

14Cet aspect, cette dualité mathématique-philosophie, disparaîtra dans les journaux qui suivront, et cela dès 1836 et la parution du Journal de Liouville : la spécialisation des mathématiques les avaient rendues suffisamment indépendantes de la philosophie pour que Liouville leur accorde cette émancipation définitive [Verdier, 2009]. Enfin, notons qu’il existe par ailleurs une part non négligeable de rubriques et d’articles consacrés aux divers domaines de la physique ainsi qu’à des disciplines telles l’ « arithmétique appliquée », l’ « arithmétique sociale » ou les « récréations mathématiques ».

Les polytechniciens dans les Annales

15Mais l’importance de ce périodique se mesure aussi à l’aune de la diversité et de la qualité des auteurs qui l’enrichirent de leurs articles. On mesure dès le début de la parution la capacité de créer un réseau de correspondants dans la France de l’empire napoléonien en 1810, et l’intérêt que suscite rapidement un tel périodique. Il faut alors entrer dans le détail des qualités des auteurs année après année pour établir un triple constat :

161. L’engouement se manifeste d’abord parmi la population des enseignants de collèges et de lycées, catégorie à laquelle appartient Gergonne au moment du lancement de son journal (il est alors professeur de mathématiques transcendantes au lycée de Nîmes). Mais les Annales attirent aussi les militaires ou anciens militaires, les officiers et officiers instructeurs, et évidemment des anciens élèves des écoles militaires en général, et de l’Ecole polytechnique en particulier : le brillant passage de Gergonne par l’école de Chalons durant sa carrière dans l’infanterie n’est certainement pas étranger à cette capacité qu’il eut à attirer cette population. On ne voit pas en revanche apparaître durant ces premières années, parmi les auteurs des Annales, les grands noms des mathématiques françaises de l’époque : professeurs à l’Ecole polytechnique, à la faculté des sciences de Paris, membres de l’Institut, etc. On peut donc dire que les premières années de parution impliquent essentiellement les correspondants les plus modestes, ce qui n’enlève rien à la qualité de leurs contributions : des articles majeurs de l’histoire des mathématiques jalonnent les pages des cinq premières années de publication, de la représentation géométrique des imaginaires à l’invention des opérateurs différentiels, en passant par de nombreux essais de calcul différentiel, de géométrie synthétique, etc.

172. À partir de 1817, suite à la nomination de Gergonne à Montpellier et à son passage dans l’enseignement supérieur, on constate une élévation du niveau des articles car apparaissent davantage de contributions d’enseignants des facultés.

183. Cela provoque peu à peu un intérêt accru chez les élites, accompagné d’une baisse puis d’une stabilisation du nombre de contributions des tomes 10 à 18, c’est-à-dire de 1819 à 1828. Les contributions d’académiciens vont croître à cette époque : le rapport aux Académies, réapparues au début du siècle après leurs déboires sous la Révolution, est à nouveau considéré comme un gage de qualité intellectuelle et de rang social. Il est par exemple de bon ton, si l’on n’est pas membre de l’Institut, d’en être au moins membre associé, ou correspondant, qualités non négligeables quand on les possède aussi auprès des académies étrangères ou, à un moindre niveau, des académies de province. Mais les Annales attirent alors aussi d’autres illustres personnages, français ou étrangers (dont de nombreux professeurs ou répétiteurs à l’École polytechnique, parfois parallèlement membres de l’Institut) : Ampère, Dupin, Cauchy, Liouville, Poisson, Sturm… mais aussi, Talbot, Crelle, Steiner, Abel, Gallois....

19Les anciens élèves de l’École polytechnique traversent fidèlement ces trois périodes, alimentant les Annales de nombreuses contributions sur toute la durée de leur publication. Le fait d’être issu de cette École est dès les origines un gage d’un évident niveau scientifique et social : certains des correspondants de Gergonne n’annoncent d’ailleurs pour seul « bagage » que leur passage par cette école ; la plupart l’accolant à leurs autres titres ou fonctions : ingénieurs, professeurs, officiers... Citons par exemple : Brianchon, Bret, Chasles, Coste, Dupin, Fabry, Fauquier, Français, Frégier, Hachette, Lamé, Liouville, Roche, Poncelet, Stain, Vallès, Woisard, etc. Et remarquons au passage la fidélité aux Annales de certains d’entre eux : 20 articles et lettres de Bret de 1811 à 1819, 19 articles de Vallès de 1821 à 1831.

20La participation significative d’anciens élèves de l’École polytechnique montre que l’insatisfaction perçue par Gergonne face à la « fermeture » du Journal de l’École polytechnique fut ainsi effectivement corrigée par ses Annales. D’après Jean Dhombres et Mario Otero (op. cité), « peut-être 50 % d’entre eux [les auteurs français] sont en effet professeurs ou répétiteurs à l’École, élèves ou anciens élèves ». Le « peut-être » tient au fait que la qualité (professeur à l’École polytechnique, élève ou ancien élève) n’est pas toujours indiquée : Gergonne ne mentionne que les renseignements fournis pas ses auteurs, et certains devaient peut-être oublier ces précisions, ou simplement ne pas vouloir les faire connaître. Par exemple, sur les quelques 136 auteurs que nous avons recensés dans les Annales, 16 sont désignés avec leur qualité d’ancien élève de l’École polytechnique, ce qui représente un pourcentage minimal de 12 % ; mais les professeurs des universités, des école supérieures civiles ou militaires, les ingénieurs et les officiers pouvaient être aussi sortis de ses rangs sans le mentionner (ils représentent 43 % des auteurs, qui recouvrent en partie les 12 % précédents, et les recoupements faits par ailleurs dans des recherches biographiques au cas par cas vont dans le sens indiqué par J. Dhombres et M. Otero ). Bien qu’incertains, ces chiffres sont donc malgré tout éloquents quand on se souvient de l’unique article d’un ancien élève de l’École publié dans le Journal de l’École polytechnique en 1809.

21Les Annales de Gergonne acquirent donc une notoriété qui, doublée de la reconnaissance des travaux de leur rédacteur dans sa discipline et des soutiens qu’il se procura de ce fait à Paris, lui valurent d’être nommé membre correspondant de l’Académie des sciences et, recteur de l’académie de Montpellier en 1830 [Gérini, 2008], d’où la chute des statistiques en nombre d’articles cette année là et l’abandon du journal en 1832. Mais Gergonne avait réussi un triple pari : créer un périodique dédié aux mathématiques et ouvert à tous, intéresser les élites qui avaient selon lui reculé devant la lourde tâche de publier elles-mêmes un tel journal, et établir un lien et un échange entre des individus qui n’avaient par ailleurs que peu de chances de se rencontrer sur leurs sujets respectifs ou d’être publiés, dont les anciens élèves de l’École polytechnique, comme nous l’avons vu. Il a donc créé une émulation profitable à tous, et incontestablement aux progrès des sciences de son époque. Il a ouvert la voie au Journal de Liouville, mais aussi à d’autres initiatives, comme il s’en vante dans une lettre, datée du 16 décembre 1826, adressée à l’un de ses correspondants, William Henri Fox Talbot :

  • 3  Lettre de Gergonne à W. H. F. Talbot, 16 décembre 1826. Collection : British Library, Fox Talbot C (...)

Depuis l’interruption de nos relations, vous aurez sans doute remarqué, Monsieur, la naissance de deux recueils à l’imitation du mien : l’un est la Correspondance publiée à Bruxelles par MM. Quételet et Garnier3, et dans laquelle ce dernier m’a souvent copié textuellement sans me citer. Ils ont là parmi leurs collaborateurs un M. Dandelin qui a du mérite. L’autre recueil est celui que M. Crelle publie en allemand à Berlin. Je viens d’en recevoir les trois premiers cahiers dont je n’ai encore lu que la table des matières. M. Schmidten y a reproduit ce me semble un mémoire qu’il avait déjà publié dans mes annales.

De Gergonne à Liouville

22On l’a vu, Gergonne ne peut plus assumer cette lourde tâche de rédacteur de revue à partir de 1832 (et même en fait dès la fin de l’année 1830). Il laisse donc un vide dans l’édition périodique française en mathématiques, et c’est le brillant polytechnicien que nous célébrons aujourd’hui, Joseph Liouville, qui reprend le flambeau en 1836 en rendant hommage à son illustre prédécesseur. Il écrit en effet dans son Avertissement, éditorial de son premier numéro : « M. Gergonne ayant bien voulu nous dire lui-même qu’il verrait avec plaisir un nouveau journal succéder au sien, nous croyons avoir le droit de nous annoncer aujourd’hui comme ses continuateurs. »

23On peut relever ici que le jeune Liouville (il n’a que 27 ans lorsqu’il lance son Journal : Gergonne était âgé de 39 ans lors de la parution du premier numéro de ses Annales) n’est pas rancunier. Comme l’a en effet relevé Norbert Verdier [Verdier, 2009] : « Les relations entre Gergonne et Liouville commencent sur fond de polémique. Gergonne publie en 1830 un premier article de Liouville dans les Annales : un extrait de cinquante-huit pages, concernant ses « Recherches sur la théorie physico-mathématique de la chaleur » accompagné d’une note virulente du rédacteur, art dont Gergonne avait le secret. Il déplore en effet le niveau de rédaction d’un mémoire

 « maussadement, je puis même dire aussi inintelligiblement rédigé » :

24Le mathématicien visé, loin donc d’être rancunier, se réconcilie vite avec Gergonne, reconnaît l’importance de l’entreprise éditoriale des Annales, et pense son Journal en se référant – tout en s’en démarquant sur les choix éditoriaux – à l’exemple réussi par son prédécesseur : bel hommage d’un polytechnicien à un mathématicien quasiment autodidacte qui, né trop tôt, n’avait pas eu le loisir de passer par les rangs de la célèbre École. Mais belle « vengeance » aussi, pour reprendre le mot – le défi !- lancé par Gergonne : le jeune Liouville ne mit que six années à passer de la classe des « jeunes gens » ne sachant pas écrire, au rang de digne successeur de celui-là même qui le jugeait « à peu près incurable » !

Bibliographie 

25Belhoste, Bruno

261992. « École de Monge, école de Laplace : le débat autour de l’École polytechnique », in F. Azouvi (éd.), L’institution de la raison : la révolution culturelle des idéologues, coll. Contextes, Éditions de l’EHESS et Librairie philosophique J. Vrin, 1992, 101-112.

271994. « De l’École des ponts et chaussées à l’École centrale des travaux publics. Nouveaux documents sur la fondation de l’École polytechnique », Bulletin de la société des amis de la bibliothèque de l’École polytechnique, n° 11, février 1994, 1-69

28Belhoste, Bruno , Dahan-Dalmédico, Amy & Picon, Antoine (éd)

291994. La Formation polytechnicienne, 1794-1994, Paris, Dunod, 1994

30Belhoste, Bruno, Dahan-Dalmédico, Amy, Pestre, Dominique & Picon, Antoine (éd.)

311995. La France des X. Deux siècles d’histoire, Economica, Paris, 1995 (direction d’un ouvrage collectif en collaboration avec A. Dahan-Dalmedico, D. Pestre et A. Picon).

32Coulston Gillipsie, Charles

332004. Science and Polity in France : The Revolutionary and Napoleonic Years, Princeton University Press, 2004.

34Crelle, August, Leopold

351826. Journal für die reine und angewandte Mathematik, 1 (1826).

36Dhombres, Nicole & Jean

371989. Naissance d’un pouvoir : sciences et savants en France 1793-1824, Payot, Paris, 1989.

38Dhombres, Jean & Otero, Mario, H.

391983. « Les Annales de Mathématiques Pures et Appliquées : le journal d’un homme seul au profit d’une communauté enseignante », in : Messengers of Mathematics : European Mathematical Journals (1800–1946), Ausejo H & Hormigon M. (dir), éditions Siglo XXI, Madrid, 1993.

40Fourcy, Ambroise

411987. Histoire de l’École polytechnique, Belin, Paris, 1987 (réédition critique par Jean Dhombres).

42Gérini, Christian

432003. Les Annales de Gergonne : apport scientifique et épistémologique dans l’histoire des mathématiques, Éditions du Septentrion, Villeneuve d’Ascq, 2003.

442008.« Un recteur de la Monarchie de Juillet : J.-D. Gergonne (1771-1859) », in Deux cents ans de fonction rectorale, Jean-François CONDETTE et Henri LEGOHEREL (dir.), Cujas, Paris, 2008.

45Gérini, Christian & Verdier, Norbert

462006. « Les « Annales de Mathématiques » : des Annales de Gergonne au Journal de Liouville », Quadrature, N° 61, juillet -septembre 2006, Paris, EDP Sciences, 2006.

47Grison, Emmanuel

482000a. Gaspard Monge, comte de Péluse, Bulletin de la SABIX, N° 23, avril 2000.

492000b. Joseph-Louis, Comte LAGRANGE, Bulletin de la SABIX, N° 23, avril 2000.

50Lamy, Loïc

511995. Le Journal de l’École Polytechnique de 1795 à 1831, Sciences et techniques en perspective, vol. 32, Nantes, 1995.

52Langins, Janis

531980. « Sur la première organisation de l’École polytechnique : texte de l’arrêté du 6 frimaire an III », Revue d’histoire des sciences, 1980, Vol XXXIII, N° 4, 289-313.

541991. « La préhistoire de l’École polytechnique », Revue d’histoire des sciences, 1991, Vol XLIV, N° 1, 61-89.

55Miquel, Pierre

561994. Les polytechniciens, Plon, Paris, 1994.

57Shinn, Terry

581980. L’École polytechnique, 1794 – 1914, Presses de la fondation nationale des sciences politiques, Paris, 1980.

59Taton, René

601951. L’œuvre scientifique de Gaspar Monge, P.U.F., Paris, 1951.

61Verdier, Norbert

622009. Le Journal de Liouville et la presse de son temps : une entreprise d’édition et de circulation des mathématiques au XIXè siècle (1824 – 1885), Thèse de doctorat de l’université Paris-Sud 11, 2009.

Sitographie 

63On trouve les Annales de Gergonne sur le site de NUMDAM (http://www.numdam.org), le Journal de Liouville sur le site http://www-mathdoc.ujf-grenoble.fr/​JMPA/​NUDAM  et le Journal de l’École polytechnique et la Correspondance de Hachette sur le site de la BNF (http://gallica.bnf.fr/​ ). Un texte sur Gergonne et ses Annales est disponible sur le site de BibNum : http://bibnum.education.fr/​

Annexe 1

Le cahier 15 du Journal de l’École polytechnique : un recueil académique peu ouvert aux anciens de l’École.

Un seul article d’un ancien élève

« Mémoire sur la méthode du plus grand commun diviseur, appliquée à l’élimination » (pp. 162-197, classé « Analyse ») de « M. Bret, professeur de mathématiques transcendantes au lycée de Grenoble.

Des mémoires académiques ou des articles de personnalités de l’École

POISSON :

« Mémoire sur les inégalités séculaires des moyens mouvements des planètes », lu à l’Institut le 20 juin 1808, pp. 1-56, classé « Analyse »

« Mémoire sur le mouvement de rotation de la terre », lu à l’Institut le 20 mars 1809. pp. 198- 218, classé « Analyse ».

« Mémoire sur la variation des constantes arbitraires dans les questions de mécanique », lu à l’Institut le 16 octobre 1809, pp. 266-344, classé « Analyse ».

LAGRANGE, MONGE, LAPLACE :

« Éclaircissement d’une difficulté singulière qui se rencontre dans le calcul de l’attraction des sphéroïdes très peu différents de la sphère », par M. Lagrange, pp. 57-67, classé « Analyse »

« Essai d’application de l’analyse à quelques parties de la géométrie élémentaire », par M. Monge, pp. 68-117, classé « géométrie analytique »

« Construction de l’équation des cordes vibrantes », par M. Monge pp. 118-145, classé « géométrie analytique »

« Mémoire sur divers points d’analyse », par M. Laplace, pp. 229-265, classé « Analyse »

Annexe 2

Correspondance sur l’École polytechnique de Hachette. N° 10, avril 1809, 77 pages.

Matières

Auteur(s)

Nombre de pages

 %

Géométrie analytique

sans auteur

François

Livet

Puissant

Puissant

Hachette

3

3

5

3

3

3

26 %

Géométrie

sans auteur, signé H.C

Brianchon

Petit

Duleau

Monge

1

3

1

1

5

14 %

Total « mathématiques »

11 articles

31

40 %

Mécanique

Poisson

Lefebvre

4

5

11,5 %

Optique

Hachette.

16

21 %

Total articles

14 articles

56

72,5 %

Informations diverses

21

27,5 %

Remarques

Poisson, Hachette et Monge sont professeurs à l’École. Livet y est répétiteur, Lefebvre adjoint. François (en fait Français) est ancien élève de l’École, de même que Brianchon. Puissant (Louis), ingénieur géographe et futur académicien (en 1828, au siège de Laplace), proche de Monge et de l’École, enseigne à cette époque à l’École militaire de Fontainebleau (son fils, Louis aussi, sera polytechnicien).

Enfin, fait exceptionnel dans les 10 premiers numéros de la Correspondance, on y voit apparaître deux élèves, Petit et Duleau, pour deux courtes solutions d’un problème sur les surfaces du second degré. Petit avait déjà rédigé pour son professeur Poisson une démonstration parue dans le n° 9. Ce sont là les seules contributions d’élèves dans la Correspondance sur ces dix numéros.

Hachette a échoué dans son ambition de créer grâce à sa Correspondance un « lien avec la mère école ». En fait, son périodique fut essentiellement un organe de diffusion d’informations sur l’École, les textes règlementaires, les programmes, les promotions, les affectations, etc. Les articles scientifiques ou pédagogiques n’y tenaient qu’une place modeste, et essentiellement occupée par les enseignants de l’École.

Haut de page

Notes

1  Il est important de noter ici que la numérotation des cahiers du Journal ne suit pas l’ordre chronologique de parution lors des décennies qui nous intéressent.

2  Nommé adjoint de Monge dès 1794 dans le département consacré à la géométrie descriptive de l’École Polytechnique, il a comme élèves célèbres Poisson, François Arago et Fresnel.

3  Lettre de Gergonne à W. H. F. Talbot, 16 décembre 1826. Collection : British Library, Fox Talbot Collection, Londres, Doc. N° 1512.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Gerini, « Du Journal de L’Ecole polytechnique au Journal de Liouville : les Annales de Mathématiques pures et appliquées de Gergonne et les polytechniciens », Bulletin de la Sabix, 45 | 2010, 47 -55.

Référence électronique

Christian Gerini, « Du Journal de L’Ecole polytechnique au Journal de Liouville : les Annales de Mathématiques pures et appliquées de Gergonne et les polytechniciens », Bulletin de la Sabix [En ligne], 45 | 2010, mis en ligne le 11 octobre 2011, consulté le 24 juin 2017. URL : http://sabix.revues.org/724

Haut de page

Auteur

Christian Gerini

Historien des sciences, administrateur de la SABIX

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • Revues.org