Navigation – Plan du site

En guise d’introduction

Norbert Verdier

Texte intégral

1Les illustrations portées en page de couverture témoignent de la structure de ce cahier. Il est organisé autour d’une triptyque faisant la part belle à la vie mathématique et extra-mathématique de Liouville ainsi qu’à son oeuvre à destination d’une communauté : le Journal de Liouville.

2Dans un premier temps, nous ferons une synthèse sur la localisation des principales archives concernant Liouville. Nous ijnsisterons tout particulièrement sur le « nouveau » fonds Liouville, ce fonds que vient, pour l’occasion, de céder monsieur Michel Drouineau aux archives de l’École polytechnique. Désormais, grâce à lui, celles-ci possèdent un fonds intéressant sur ce mathématicien, professeur à l’École, ce qu’elles n’avaient pas auparavant.

3Dans un deuxième temps, nous nous focaliserons sur quelques aspects de l’œuvre du mathématicien Liouville. Il s’agira d’un survol piloté par quelques choix tant l’oeuvre de Liouville est foisonnante en quantité et en qualité. Il n’a écrit aucun traité mais a publié environ quatre cents articles dont beaucoup sont passés à la postérité ou ont inspiré d’autres savants.

4Le troisième temps sera celui du Journal, qu’a fondé en 1836 le jeune répétiteur à l’École polytechnique Liouville, et qu’il a dirigé pendant presque quarante ans – il est encore aujourd’hui une publication de référence. Par et avec son Journal, Liouville a jeté et irrigué des réseaux de sociabilité savante dans l’Europe mathématique du XIXe siècle. Cette partie s’est largement appuyée sur les réflexions d’un des thèmes de travail du Groupe d’Histoire et de Diffusion des Sciences d’Orsay, celui consacré à l’étude de la presse mathématique au XIXe siècle.

5Cet hommage à Liouville est poursuivi par un colloque le 29 janvier 2010 en cette même École polytechnique. Plusieurs interventions sont attendues. Outre certaines de celles qui figurent déjà dans ce fascicule, nous pouvons compter sur la présence de Bruno Belhoste (membre d’honneur de la SABIX). Par ses très nombreux travaux sur l’École polytechnique, il nous éclairera sur les liens entre cet établissement et Joseph Liouville qui y fût élève, répétiteur et professeur du très convoité cours d’analyse avant, en 1851, de quitter sa « chère école » pour aller enseigner au Collège de France. Nous avons délibérément opté de décaler le colloque en 2010, car l’intérêt pour Liouville ne doit pas s’arrêter à la seule année de son Bicentenaire.

6Ces deux manifestations autour de la figure assez méconnue de Liouville, de son oeuvre et de don Journal a été possible grâce à l’investissement sans faille de la SABIX – en la personne d’Alexandre Moatti. Plusieurs autres partenaires ont permis la réussite effective de ce projet. Nous remercions Hélène Gispert, directrice du Groupe d’Histoire et de Diffusion des Sciences d’Orsay, et Souhil Megherbi, directeur de l’IUT de Cachan. Ces deux composantes de l’université Paris-Sud 11 ont contribué matériellement à la finalisation de ces deux projets. Nous remercions également Christian Gérini, bien connu de la SABIX puisqu’il est membre de son conseil d’administration en qualité d’historien des publications scientifiques. Il est aussi le fondateur d’une association Nouvelles mémoires cherchant à préserver le patrimoine par différents biais. Nouvelles mémoires a aussi versé son obole à Liouville.

7Nous espérons que ce cahier et le colloque à venir contribueront à mieux faire connaître Joseph Liouville en plaçant ses multiples apports dans le contexte si dynamisant d’un siècle – le XIXe – à redécouvrir et à réinterroger.
Le Kremlin-Bicêtre, ce 9 décembre 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Norbert Verdier, « En guise d’introduction », Bulletin de la Sabix [En ligne], 45 | 2010, mis en ligne le 19 octobre 2011, consulté le 24 juin 2017. URL : http://sabix.revues.org/708

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • Revues.org