Navigation – Plan du site

Procès verbaux des Séances du Conseil de l’Ecole polytechnique de l’an III (1794) à l’an VII (1799)

Transcription des registres par E.L. Dooley, recension par E. Grison, Ecole polytechnique, mise en page et révision à la Bibliothèque de l’Ecole polytechnique
E.L. Dooley
p. 8 – 64

Plan

Haut de page

Texte intégral

Les commentaires en italique sont de E. Grison, [les commentaires entre crochets ont été ajoutés en 2006 par R. Mahl]. Mise en ligne sur revues.org en 2011 par R. Lombard

Extrait des registres – Les séances du Conseil, un miroir de la vie de l’Ecole

Le Conseil de l’Ecole en l’an Trois de la République, une et indivisible. La mise en route, en l’absence de Monge.

  • 1  J. Langins, "Sur la première organisation de l’Ecole polytechnique. Texte de l’arrêté du 6 frimair (...)

1L’Ecole centrale des Travaux publics avait été constituée par le décret du 7 Vendémiaire an III (27 sept. 1794) de la Convention, qui avait ordonné l’ouverture de son premier concours de recrutement de 400 élèves ; la rentrée était fixée au 10 frimaire (30 novembre) ; l’Ecole était placée sous le contrôle conjoint de trois Comités de la Convention, les comités de Salut public, d’Instruction publique, et des Travaux publics ; la Commission des Travaux publics, organe exécutif de cette dernière, était chargée de la tutelle de l’Ecole et, d’abord, d’en « parfaire l’organisation ». Elle soumit donc aux trois Comités, le 6 Frimaire (26 novembre) un décret d’application portant organisation de l’Ecole.1

2Le titre IV de cet arrêté, « Des agens et de leurs fonctions », après avoir défini les diverses catégories de personnel de l’Ecole et leurs tâches respectives, concluait dans ses articles XIX à XXVII en intronisant le « collectif de direction de l’Ecole : le Conseil ». Voici les articles les plus importants :

3XIX : L’Ecole centrale des travaux publics sera dirigée, tant pour l’instruction que pour l’administration, par un conseil composé :
- Des instituteurs et de leurs adjoints.
- Du directeur.
- Des sous-directeurs.
- Et d’un secrétaire.

4XX : Par rapport à l’instruction, le Conseil s’occupera du mode de l’enseignement, de perfectionnement des sciences et des arts qui en sont l’objet ; De l’emploi du temps, du choix des ouvrages et modèles les plus propres à assurer les progrès des élèves. Il fera les règlemens, et statuera sur les propositions particulières concernant ces objets.

5XXI : Pour ce qui concerne l’administration, le Conseil entendra les rapports du directeur sur cette matière, examinera les propositions d’amélioration ou d’économie à introduire dans le régime de l’école, fera les règlemens de police, et déterminera les dépenses extraordinaires à demander aux autorités supérieures de l’école, ainsi que toutes les mesures à soumettre à leur approbation. Enfin, il prononcera sur les plaintes qui seraient portées contre les élèves et autres agens ; et si elles sont assez graves pour exiger plus qu’un avertissement aux personnes, il en référera à la commission des travaux publics.

6XXII : La surveillance du Conseil sur l’école sera exercée immédiatement par un inspecteur choisi dans son sein.

7XXIII : Cet inspecteur sera nommé tous les mois au scrutin par les membres du Conseil, et ne sera pas éligible le mois suivant ; il sera pendant ce temps président du conseil et y sera le rapporteur de l’ordre du jour.

Institué par le décret du 6 Frimaire, le Conseil se réunit aussitôt pour mettre en place l’Ecole dont il devait diriger l’enseignement et l’administration. Les élèves, issus du concours qui avait été clos dès le 10 Brumaire (31 octobre 1794), arrivaient à Paris ; l’ouverture des cours était prévue pour le 1er Nivôse (21 décembre).

A sa première réunion, le 14 Frimaire (4 décembre), le Conseil commença par élire son président, dont le mandat, selon la coutume des assemblées révolutionnaires, sera d’un mois. Monge, souffrant, était absent. Le premier président sera Lagrange, et l’on prolongera son mandat jusqu’au 1er Pluviôse (20 janvier 1795). Les présidents successifs élus par le Conseil seront les suivants :

En Messidor-Thermidor an III (juillet-août 1795), il n’y eut pas d’élection. Monge était parti se cacher pour éviter les poursuites anti-jacobines après l’affaire de Prairial et sans doute le Conseil voulut-il manifester sa solidarité en l’élisant « in petto » ; les séances furent en effet présidées en Messidor par des suppléants » en l’absence du président » , jusqu’à ce que Monge réapparaisse le 12 Thermidor et signe le procès-verbal comme » président » . Après Ventôse an IV (février/mars 1796), un nouveau décret d’organisation de l’Ecole réduisait les attributions du Conseil et donnait à celui-ci un président permanent : le directeur de l’Ecole.

Les procès-verbaux des premières séances précédant la rentrée du 1er Nivôse nous font assister à la mise en place des cours et de l’emploi du temps.

Séance du 14 frimaire an 3e de la République française. [1, 1.]2

  • 2  Les chiffres entre crochets font référence au registre 1 ou 2 et à la page dans le registre. Rappe (...)

8Après la lecture de l’organisation arrêtée par les Comités de salut public, d’instruction publique et des travaux publics, les membres du Conseil ont élu un Président au scrutin, et le Citoyen lagrange a réuni la majorité des suffrages. Un membre a proposé de fixer les jours et la durée ordinaire des séances du Conseil, on a décidé qu’elles auroient lieu tous les quintidis et décadis depuis midi jusqu’à deux heures, et que le secrétaire en préviendroit les membres absens. l’instituteur du dessin a observé que cette partie du jour etoit destinée à ses leçons, et les membres du Conseil ont arrêté que le Comité de salut public serait prié de l’autoriser à choisir une autre heure. Les instituteurs de physique générale ont demandé un peu d’or pur et sans alliage pour faire quelques expériences intéressantes : le Citoyen Lamblardy a été chargé de leur en procurer une once, il a été aussi invité à mettre sous les yeux du Conseil un précis des mesures prises pour l’établissement de l’école, et des moyens qui lui paraissent capables de l’accélérer. Le Conseil a terminé la séance en chargeant le secrétaire d’écrire aux instituteurs pour les inviter à présenter le tableau analytique de leurs cours révolutionaires.

Séance du 20 frimaire. [1, 1.]

9Après la lecture du procès verbal de la séance précédente, un des instituteurs a observé que le Citoyen monge etoit malade, que sa convalescence pourroit être longue, et ne lui permettroit pas de faire le cours de stéréotomie, les membres du Conseil ont pris la plus grande part à l’état du Citoyen monge. ils ont arrêté que le Citoyen feri seroit invité à le remplacer et que s’il ne pouvoit donner cette nouvelle preuve de son dévouement à la chose publique, on profiterait du zèle et des lumières du Citoyen hassenfratz. Le Citoyen morlaix a lu un projet de cours sur l’art de fortifier les places, de les attaquer et de les défendre. Les membres du Conseil ont adopté le tableau analitique du cours sur les substances minérales présenté par le Citoyen Guiton ; celui du cours sur les substances salines par le Citoyen fourcroy ; celui du cours sur les végétaux par le Citoyen Chaptal ; celui du cours sur les matières animales par le Citoyen Bertholet ; le plan du Cours de stéréotomie par le Citoyen monge ; celui du cours sur le dessin par le Citoyen neveu, et celui du Cours sur la physique générale par le Citoyen hassenfratz.

Séance du 25 frimaire. [1, 2.]

10Après la lecture du procès verbal de la séance précédente, le Conseil a chargé le secrétaire d’écrire aux membres absens pour les inviter à se trouver aux séances le plus exactement qu’il leur seroit possible. Un membre a dit que le Conseil etoit institué non seulement pour diriger la police et l’administration de l’école, mais encore pour s’occuper des moiens de perfectionner l’enseignement et d’accélérer les progrès de l’esprit humain, il a proposé de transcrire sur le registre un précis des discussions qui auroient pour objet les sciences ou les arts, les membres du Conseil ont arrêté que le secrétaire tiendrait note des observations qui paraîtraient intéressantes, mais sans nommer ceux qui les auroient faites. Il a été aussi chargé d’indiquer au commencement de chaque séance les délibérations qui n’auront pas été exécutées, afin que le Conseil puisse statuer sur celles qui devront être mises à l’ordre du jour. Le Citoyen Delorme a présenté le tableau analytique de son cours sur la seconde partie de la géométrie descriptive, ce programme a été adopté par le Conseil qui a pareillement approuvé le plan du cours sur les fortifications par le Citoyen Dobenheim. Le Citoyen Prieur a instruit le Conseil du résultat de la conférence qu’il avoit eu avec les Citoyens fery, Lagrange, Arbogaste et Proni. pendant les cours révolutionaires, le Citoyen feri remplacera le Citoyen monge jusqu’à ce qu’il soit rétabli et fera le cours sur l’application de l’analyse à la géométrie des trois dimensions, le Citoyen Proni enseignera les applications.de l’analyse à la Mécanique des solides, à celle des fluides, et au calcul de l’effet des machines, le Citoyen lagrange qui ne peut se livrer à l’enseignement particulier à cause de la foiblesse de sa santé a offert ses conseils et ses services pour tout ce qui pourroit être utile à l’école. Pendant les cours ordinaires, le Citoyen feri enseignera l’analyse appliquée à la Géométrie ; le Citoyen arbogaste fera le cours sur les applications de l’analise à la mécanique des solides et des fluides ; et le Citoyen Proni sera chargé de l’analyse appliquée au calcul de l’effet des machines.

Séance extraordinaire du 28 frimaire. [1, 3.]

11Après la lecture du procès verbal de la séance précédente, le Conseil a fixé la distribution des leçons pendant la durée des cours révolutionaires qui s’ouvriront le premier nivôse.

Premier mois 

12le premier jour, à dix heures, leçon de chymie, sur les substances salines à midi, leçon d’analyse, à cinq heures, leçon pratique de dessin. tous les autres jours, jusqu’à ce que le Citoyen Monge puisse commencer le cours de stéréotomie, à huit heures, répétition de la leçon d’analyse qui aura été donnée la veille. à dix heures, leçon de chimie. à midi, leçon d’analyse. à cinq heures, leçon pratique de dessin. les quintidis et décadis, à dix heures du matin, leçon de physique générale. les quintidis, à huit heures du matin, leçon verbale sur le dessin.

Second mois 

13à huit heures, leçon de stéréotomie, jusqu’à la fin de ce cours qui sera remplacé par celui d’analyse. à dix heures, leçon de chimie sur les matières végétales et animales. à midi, leçon sur l’architecture. à cinq heures, leçon pratique de dessin les quintidis et décadis à dix heures du matin, leçon de physique générale. les quintidis à huit heures du matin, Leçon verbale sur le dessin.

Troisième mois 

14à huit heures, leçon d’analyse à dix heures, leçon de chimie, sur les minéraux. à midi, leçon sur la fortification. à cinq heures, leçon pratique de dessin. les quintidis et décadis, à dix heures du matin, leçon de physique générale. les quintidis à huit heures du matin, leçon verbale sur le dessin. Le Citoyen Lamblardie a proposé de distribuer les Elèves en divisions de dix huit pendant les cours révolutionaires, et de mettre le plus ancien d’âge à la tête de chacune d’elles, les membres du Conseil ont adopté cette mesure qui leur a paru très propre à maintenir l’ordre parmi les Elèves et à s’assurer de leur exactitude à remplir leurs devoirs.

Séance du 30 frimaire. [1, 4.]

15Après la lecture du procès verbal de la séance précédente, les membres du Conseil ont adopté le tableau du cours revolutionaire sur l’analyse, présenté par le Citoyen fery.
Le Citoyen Baltard a lu le plan de son cours sur la seconde partie de l’architecture qui a pour objet la construction, la distribution et la décoration des édifices particuliers ou nationaux.
Le reste de la séance a été consacré à des observations sur l’origine et les progrès de cet art chez les peuples anciens et modernes.

Séance du 5 nivôse à laquelle ont assisté les Representans du Peuple, Fourcroy, Prieur, Bonnet, Romme. [1, 4.]

16Après la lecture du procès verbal de la séance précédente, un membre a observé qu’il est indispensable que les constructions nécessaires à l’organisation de l’Ecole soient terminées avant deux mois, et qu’il est urgent de prendre des mesures pour surmonter les difficultés qui retardent les opérations. Il a proposé d’inviter la Commission des travaux publics à choisir un Citoyen connu par sa grande habitude et ses talens dans l’art de diriger les constructions et les ouvriers. Il sera nommé inspecteur des travaux de l’Ecole, et il garantira leur exécution sous sa responsabilité personnelle, on l’investira de toute l’autorité dont il aura besoin pour le succès de son entreprise, et il rédigera de concert avec la Commission un règlement qui sera soumis à l’approbation des trois Comités réunis, et qui contiendra les moiens de s’assurer de l’exactitude des ouvriers. Le Conseil ayant adopté ces mesures a décidé que les Citoyens composans la Commission des travaux publics seroient invités à se rendre dans son sein, lorsqu’ils ont eu pris leurs places, un membre leur a fait part des inquiétudes du Conseil et les moyens qui lui paroissoient propres à les dissiper, la Commission a promis de s’en occuper sur le champ et de fournir en cette occasion une nouvelle preuve du zèle qui l’a toujours animée.

Monge est de retour. Des projets ambitieux

17Monge vient au Conseil à partir du 10 Nivôse (30 décembre 1794). On propose d’organiser des visites d’ateliers pour instruire les élèves, de monter un observatoire astronomique, d’installer une infirmerie. Le Conseil entend des communications de style académique.

Séance du 10 nivôse. [1, 5.]

18Après la lecture du procès verbal de la séance précédente, un membre a observé qu’il y a dans les environs de Paris une verrerie qui fourniroit tous les ustensiles nécessaires aux laboratoires de l’Ecole, si on pouvoit lui procurer de la soude, le Citoyen Carni a été chargé de prendre des informations sur cette manufacture et de chercher les moiens de la mettre en activité pour le service de l’école.

19Le Citoyen jallier inspecteur des constructions de l’école a été chargé de rédiger le plutôt possible un règlement pour établir l’ordre parmi les ouvriers et pour garantir l’exécution des engagements qu’ils ont contractés.

20Le Citoyen hassenfrats a proposé de conduire les Elèves dans les atteliers et manufactures de Paris, afin qu’ils puissent remarquer les talens et l’industrie des artistes, les avantages des machines qu’ils emploient, et les differens degrés de perfection dont elles sont susceptibles, les membres du Conseil persuadés que cette mesure est très capable de contribuer à l’instruction des jeunes gens ont invité le Citoyen hassenfrats à indiquer le mode qui lui paroitra le plus conforme à l’organisation actuelle de l’école.

21Le Citoyen Proni a lu le tableau de son cours sur l’application de l’analise à la mécanique des solides et des fluides, et au calcul de l’effet des machines. Les derniers instans de la séance ont été consacrés à quelques observations sur les fluides, on les divise ordinairement en fluides compressibles et incompressibles, un membre a dit qu’il n’y a point de fluide qui ne puisse être comprimé ou réduit à un moindre volume, et qu’il y auroit plus de justesse et de vérité dans l’expression, si on les distribuoit en deux classes qui comprendroient les liquides et les gaz ou fluides aeriformes. On est convenu qu’il n’y a point de liquides parfaitement incompressibles, mais on a observé que les géomètres sont forcés de les regarder comme tels, afin d’établir sur une base invariable les principes de l’équilibre et du mouvement de ces fluides, c’est ainsi que parmi les corps élastiques, on n’en trouve point qui jouissent d’une élasticité parfaite, et cependant on ne peut soumettre leur choc aux règles du calcul qu’en les supposant doués de cette propriété.

Séance du 15 nivôse. [1, 6.]

22Après la lecture du procès verbal de la séance précédente, le Président a dit qu’il exercoit ses fonctions depuis un mois et qu’il invitoit les membres du Conseil à lui donner un successeur, on a observé que l’Ecole n’etoit en activité que depuis quinze jours, et le Conseil a décidé qu’on Elirait dans la suite le Président à la fin de chaque mois.

23Le Citoyen Baltard a présenté le tableau analitique de son cours sur la seconde partie de l’architecture qui a pour objet la construction et la décoration des Edifices nationaux ou particuliers, ce plan a été adopté par le Conseil. Un membre a observé qu’il etoit important de publier le plutôt possible un recueil des programmes de tous les cours révolutionaires ou ordinaires, afin de faire connaître au public les avantages et l’étendue de l’instruction que reçoivent les Elèves, le secrétaire a été chargé de réunir ces differens tableaux après que les instituteurs y auront fait les changemens qu’ils jugeront convenables, et de les présenter au Conseil quintidi prochain.

24Le Citoyen Carni a lu un rapport sur les moiens d’activer la verrerie de Boulogne et de lui procurer les secours dont elle a besoin pour approvisionner les laboratoires de l’Ecole et les autres etablissemens d’instruction publique, les membres du Conseil ont arrêté que le secrétaire enverroit une copie de ce mémoire aux Citoyens Darcet et Pelletier chargés par le Comité de salut public de faire dans cette manufacture quelques essais sur le flintglass, et que ces deux savans seraient invités à faire part au Conseil de leurs vues sur cette fabrique.
Un membre a rendu compte de l’expérience faite à l’école pour congeler le mercure, on s’etoit proposé 1° de répéter une expérience qui ne l’avoit pas encor été à Paris. 2° de connoitre avec précision le degré de froid nécessaire pour opérer ce phénomène. 3° de trouver la quantité de calorique absorbée par le Mercure en repassant à l’état liquide. 4° d’examiner si le mercure en devenant solide ne diminue pas de volume sans changer de température.
Des circonstances particulières ont empêché de résoudre entièrement ce problème ; mais on a parfaitement réussi à geler le mercure.

Séance du 20 nivôse. [1, 7.]

25Après la lecture du procès verbal de la séance précédente, un membre a proposé de construire une glacière ou neigiere pour le service des laboratoires de l’Ecole, et de lui donner une chemise de charbon pulvérisé, le Conseil a chargé le Citoyen Gasser de s’en occuper le plutôt qu’il lui serait possible.

26Le Citoyen Proni a dit que l’Ecole etoit située dans un lieu très favorable pour observer les phénomènes célestes, et qu’il serait facile d’y former à peu de frais un observatoire où les Elèves apprendraient à faire usage des instrumens qu’ils emploieront dans la suite pour les opérations topographiques, le Conseil l’a invité a lui faire un rapport sur cet objet.
Un membre a proposé d’établir un hospice pour y recevoir les Elèves qui tomberaient malades, et de choisir un officier de santé qui en aurait soin et qui pourrait encor donner quelques leçons sur l’art de prévenir les maladies ou de les soulager, les Citoyens Chaptal, Berthollet et Pelletier ont été chargés de présenter leurs vues sur les differens moyens de conserver la santé des Elèves. Les membres du Conseil ont adopté un projet de règlement provisoire pour l’enseignement du dessin. On a employé le reste de la séance à des reflexions sur l’expérience faite pour congeler le mercure, on a observé que le mélange de sel et de neige avoit conservé pendant plusieurs jours une température de 17 degrés au dessous de zéro, ainsi les limonadiers peuvent se procurer un degré de froid supérieur à celui qu’ils obtiennent et se servir plusieurs fois du même mélange.

La pédagogie de Monge

C’est alors qu’intervient, sur la proposition de Monge, la nouvelle organisation des séances du Conseil que nous avons évoquée ci-dessus dans l’Introduction (§ 2) : le quintidi pour l’administration et la gestion, le décadi pour l’enseignement et la science. Le Registre 2 est alors ouvert. Pour la séance du 20 Pluviôse, Monge en paraphe les 189 feuilles blanches ; la première contient le procès-verbal du décadi 20 Pluviôse (8 février 1795). On y trouve, exceptionnellement, un long exposé de Monge sur l’enseignement de la géométrie descriptive, considérée comme l’épine dorsale de l’enseignement ; au-delà des » cours révolutionnaires » qui devraient s’achever dans un mois, Monge se soucie, en véritable » directeur des études » de l’organisation de l’enseignement dans le cycle normal de trois ans.

Séance du 20 Pluviôse an 3e de la République. [2, 1.]

27Un Membre a proposé de ne lire à la séance du Decadi que le procès Verbal du Decadi Précédent, mais on est convenu de suivre la Marche ordinaire afin qu’il soit plus facile de se rappeller les objets arrêtés dans la séance du quintidi, et de réformer le procès verbal s’il y a lieu. Le Président a dit -

28D’après le plan de l’Etablissement de l’école centrale des travaux publics, la Géométrie descriptive doit y être cultivée par les Elèves pendant les trois années du cours entier des Etudes, dans la première année elle fait elle même l’objet de l’instruction, dans les deux autres elle n’en est plus que le moyen ou l’instrument, dans la première année les Elèves doivent s’exercer à la méthode des projections et s’en rendre l’usage familier par les applications de tout genre qui ne supposent aucune connoissance préliminaires et qui fournissent des résultats utiles aux ingénieurs des travaux publics, ainsi après avoir appris pendant deux mois les méthodes générales ils apprendront pendant le reste de l’année à faire usage de ces méthodes dans les différens cas, en les appliquant successivement, aux traits de la coupe des Pierres, à ceux de la coupe des Bois, à la Détermination rigoureuse des ombres dans les projections, aux constructions de la Perspective, au Lever des cartes et des plans, et enfin à la Description du plus grand nombre possible des machines élémentaires, et à Celle des principales machines employées dans les travaux publics de tous les genres et si l’on me permet un langage figuré, la méthode des projections est pour les Elèves un instrument d’instruction que dans la première année ils doivent d’abord fabriquer eux mêmes, et dont ils doivent ensuite apprendre à se servir pour acquérir toutes les Connoissances qui n’en supposent aucune autre préliminaire ou qui n’en supposent qu’un petit nombre.

29Dans les Deux années suivantes les Elèves familiarisés avec la méthode des projections, et exercés à tous les usages qu’on peut en faire doivent se servir de cet instrument pour acquérir toute l’instruction qui leur est nécessaire et qui suppose ou une longue suite d’expériences antérieures, ou le recueil d’observations nombreuses déjà faites, ou les Connoissances de Certains usages aux quels il est indispensable de se familiariser ou même enfin dans des Cas plus rares, l’Etude des Moyens par les quels on peut agir sur l’intelligence des hommes par l’intermède des objets physiques pour mieux servir la nature ou pour mieux l’éclairer. Pour remplir cet objet il faut que pendant les trois années du cours des études et aux jours de la Décade consacrés à la Géométrie descriptive, les instituteurs des trois divisions rassemblent le matin pendant un tems assez court, les élèves de leurs Divisions respectives pour leur communiquer et leur Développer toutes les connoissances nécessaires au travail du jour, pour leur exposer les méthodes qu’ils employèrent, et qu’immédiatement après les Elèves se retirent dans leurs [salles] de Brigades pour exécuter les opérations dont on leur aura appris le But et la théorie. Ainsi c’est dans ces constructions graphiques, c’est dans des dessins que consistera tout le travail ostensible des choses, ces Dessins, ces Constructions exigent de leur part des méditations ; mais il n’y aura aucun tems purement consacré à ces méditations ; elles auront eu lieu pendant toute la Durée des Constructions, et l’élève qui aura en même tems exercé son intelligence et l’adresse de ses mains, aura pour prix de ce double travail, la Descriptionexacte de la connoissance qu’il aura acquise. Mais pourque cette méthode dont l’expérience à fait connaître la Bonté, ait tout le succès qu’on doit en attendre, il faut qu’elle soit dirigée avec sagesse et même avec beaucoup de ménagement.

  1. Il faut proportionner le travail à l’importance de l’instruction qu’il doit procurer ; c’est à dire qu’il ne faut pas exiger d’un Elève un travail pénible d’un ou de plusieurs jours et qui ne procurerait pas une instruction qui le Dédomagerait de ce travail, si l’on introduisait dans l’Ecole Beaucoup de travaux de ce genre chacun de ces objets aurait Bientôt un sobriquet flétrissant, et l’instituteur qui l’aurait introduit perdrait peut être toute la considération dont il a Besoin pour faire le Bien, ainsi par exemple, il ne faut faire copier aucun manuscrit que l’on peut faire imprimer ou Distribuer ; mais on peut exiger que l’Elève exécute, et exécute bien ce que le Livre apprend à faire, et l’on juge de l’usage qu’il a pu faire du Livre par la manière dont il opère.
    Il en est de même de certains [dessins] : tous ceux qui n’ont pour objet que de donner des Dimensions très utiles il faut les faire graver et les Distribuer pour être consultés au Besoin. Il ne faut exiger de Dessins que ceux qui exercent l’intelligence de l’Elève, qui lui apprennent une opération dont il sent l’utilité et qu’il ne savait pas, ou qui lui apprennent la forme de certains objets qu’il est nécessaire qu’il connoisse et qu’il ne connoitrait pas aussi bien de toute autre manière.

  2. Quoique les Elèves de l’Ecole centrale des travaux publics aient en général un intelligence au dessus de la moyenne à cause de l’examen qui précède leur admission à l’Ecole, cependant ils ont tous une intelligence différente et différemment exercée et d’après cela il sera impossible qu’ils aillent tous le même pas. Si l’on règle la marche de toute une division d’après les Dispositions moyennes de cette Division ; on arrête la course de ceux d’entr’eux qui ont une intelligence plus grande et on produit deux maux ; le premier de ne pas employer toutes les facultés de ceux qui les auraient les plus grandes, et de les empêcher de devenir ce qu’ils pourraient être un jour. Le second de leur procurer du Dégoût en les astreignant à un travail dont il ne font pas cas, et que pour cela même ils font moins bien que les autres qui sont flattés du succès qu’ils obtiennent en ce genre.

30Si au Contraire on donne à la marche de l’instruction la rapidité qui ne convient qu’à ceux dont les facultés sont plus grandes, les autres ne pourront pas suivre cette marche ou ils ne sauront que peu de chose, ou ils ne sauront rien bien, et par conséquent rien d’utile.
D’après cela il semble qu’après un mois de travail environ, et lorsqu’on s’appercevrait de la Différence des Progrès des Elèves, il faudrait les Distribuer par salles dans les quelles on placerait ceux qui seraient à peu près de même force, on ferait aller de front l’instruction générale dans toutes les sales, mais dans les salles différentes on distribuerait les applications d’une manière proportionnée aux facultés des Elèves. On exigerait des Elèves plus forts des recherches plus difficiles ; on employerait toutes leurs facultés ; on leur procurerait une satisfaction en leur fesant faire un travail dont il seraient flattés ; et on obtiendrait d’eux de nouveaux efforts et de nouveaux succès.

31Quel que soit le parti que le Conseil prendra par rapport à Cette dernière proposition sur laquelle il n’est pas même très urgent de prononcer, il est nécessaire que les instituteurs des trois divisions de la géométrie descriptive ayent dès à présent un plan de Distribution des travaux des Elèves de leurs Divisions Respectives pendant tout le tems que ces élèves seront confiés à leurs soins ; et que ces travaux soient toujours bien proportionnés à l’importance des objets. Il faut qu’ils aient tous les moyens physiques nécessaires à l’exécution de leurs plans, par exemple pour le travail de chaque jour, il faut qu’ils aient les Dessins et les modèles nécessaires ; il faut qu’ils les aient en nombre suffisant et pour toutes les salles et pour tous les Elèves. Dans quelques années Lors que les moyens se seront accumulés par le tems et qu’ils se seront perfectionnés par l’expérience - Ce genre de service n’aura rien de pénible ; et des fonctionnaires intelligens et zélés seront chargés de l’administration de tous ces objets, mais à l’origine rien n’existe ; il faut tout créer ; dans quatre Décades les Cours ordinaires seront ouverts, et avons nous tout disposé pourque dès le commencement, le travail des Elèves soit effectif pour qu’il n’éprouve aucune contrariété, pourqu’il soit le plus utile qu’il est possible ?
Moi même je ne suis pas tranquille sur ma Propre situation a Cet Egard, l’indisposition qui m’a retenu chez moi et une Espèce d’abbattement qui en est peut être La suite, m’ont privé de mon activité ordinaire, et le tems s’est écoulé sans que tout ce que je crois nécessaire se soit exécuté, je crains qu’il n’en soit de même des Autres parties de la Géométrie Descriptive ; pour tirer du tems qui nous reste encore le parti le plus avantageux et pour faire des moyens que nous avons à notre disposition l’employ le mieux perfectionné, je propose au Conseil d’arrêter :

que les instituteurs de toutes les parties de la géométrie descriptive et leurs adjoints se forment en Commission pour Concerter entr’eux dans le Courant de la Décade prochaine le plan de l’instruction générale des trois divisions pendant l’année ; pour distribuer les différentes parties de Cette instruction dans les différentes parties de l’année, pour Régler comment la Durée du mois prochain sera employée à Préparer et exécuter tous Les Dessins et modèles nécessaires non pas pour le Cours de l’année entière, ce qui serait peut être impratiquable mais au moins pour les trois premiers mois et Comment ces Moyens continués satisferont sûrement pour les Besoins de L’année entière de manière que dès la première année la marche de l’instruction soit assurée et ne puisse éprouver que les changemens qui tendront à la Perfectionner, enfin pour présenter Décadi prochain un tableau de tous les objets au conseil qui le Discutera et qui si il l’adopte, arrêtera les mesures d’exécution qui seront nécessaires.

32Le Conseil approuvant les Vues du Citoyen Monge a décidé ce qu’il suit :

  • Les Instituteurs de toutes les parties de la Géométrie descriptive et leurs adjoints sont invités à se réunir dans le Courant de la Décade prochaine afin de Concerter entr’eux le plan de l’instruction générale des trois Divisions pendant l’année.

  • Ils Détermineront l’objet de l’instruction pour chaque partie de l’année de même que les moyens de préparer et d’exécuter pendant le mois prochain tous les Dessins et modèles nécessaires au moins pour les 1ers mois.

  • Ils indiqueront les mesures à Prendre pour satisfaire successivement aux Besoins de l’année entière, de sorte que la marche de l’instruction soit assurée ldès la première année, et ne puisse éprouver que les changemens qui tendront à la Perfectionner.

  • Ils Présenteront Décadi prochain un tableau de tous de tous les objets au Conseil qui après l’avoir Discuté, prononcera sur les mesures d’exécution qu’il jugera nécessaires.

33Le Conseil a pris un arrêté semblable pour les instituteurs et adjoints de Chymie...

Mais la mission des « instituteurs » ne se borne pas à l’enseignement ; ils doivent aussi » accélérer les progrès des sciences et des arts ». Comme il n’existe plus ni Académie ni journaux scientifiques, on va leur donner une tribune : ce sera le futur « Journal de l’Ecole polytechnique », encore appelé très modestement » Bulletin », mais auquel on donnera une large diffusion.

Séance du 10 Pluviôse an 3. [1, 14.]

34... 7

35Les séances des Décadis seront remplies par la lecture des mémoires que les membres du Conseil auront faits sur les sciences ou les arts. Les instituteurs exposeront leurs vies sur les moyens de Perfectionner l’enseignement de l’Ecole ; ils Proposeront les expériences et les Machines qu’ils croiront utiles, et ils feront Connaitre les idées heureuses ou les inventions des Elèves confiés à leurs soins.

368
Les Mémoires des instituteurs seront imprimés dans le Bulletin de l’Enseignement qui paraitra tous les mois pour indiquer les progrès des Elèves et les différentes expériences ou Découvertes qu’ils auront faites. Les trois Comités seront priés d’autoriser le Conseil à se servir pour le Bulletin de l’imprimerie des Lois, et à le tirer au nombre de trois mille exemplaires pour en Distribuer aux Représentans du Peuple, aux principaux agens de l’Ecole, aux Elèves, aux ingénieurs et aux savans.

Après un hiver difficile, de graves turbulences politiques. Les rations de pain.

37La séance du 25 Pluviôse est assez représentative de l’afflux des affaires courantes soumises au Conseil

Séance du 25 pluviôse an 3. [1, 17.]

38Après la lecture du procès verbal de la séance précédente, un membre a proposé d’inscrire les noms de tous les Elèves de l’Ecole sur un Registre particulier destiné à recevoir des notes précises sur leurs facultés, leurs progrès, leurs moeurs et leur exactitude ou leur négligence à remplir leurs devoirs, afin que le Directoire et le Conseil aient toujours un moien simple et facile pour juger de leurs talens et de leur conduite, le Conseil en adoptant cette mesure a décidé en même tems que l’amphiteatre serait distribué de manière que chaque Brigade eut un emplacement séparé des autres par des petites balustrades. le Directeur a mis sous les yeux du Conseil des lettres d’un grand nombre de Pères de famille qui exposent que le prix actuel des denrées ne leur permet plus de nourrir et de loger les Elèves pour 900 livres, il a été chargé de leur répondre qu’il n’y avoit point d’apparence que le Gouvernement augmentât le traitement des Elèves et que les Parens seraient invités à se concerter avec eux sur la juste indemnité qu’ils réclament. Les membres du Conseil ont engagé le Citoyen leBrun à faire sentir aux Elèves que le République leur procure des avantages inestimables en leur fournissant des moiens d’instruction qui n’existent nulle part, et en leur donnant de plus une somme de 1200 livres pour subvenir aux besoins les plus pressans ; qu’ils sont à la vérité l’objet des plus chères espérances de la Patrie, mais qu’ils ne lui rendent encor aucuns services réels et qu’ils ne doivent pas être assimilés aux fonctionnaires publics qui consacrent leurs talens et leurs veilles à la prospérité commune. Le Directeur a présenté un arrêté du Comité des finances ordonnant qu’il sera sursis à la vente et à la distraction des objets qui se trouvent dans le cabinet du Citoyen Lavoisier et qui etoient destinés à l’Ecole centrale, le Conseil a chargé le secrétaire d’écrire au Citoyen Besson pour l’inviter au nom de son amour pour les sciences et de son zèle pour tout ce qui peut contribuer à leurs progrès, d’indiquer les Cabinets d’histoire naturelle qui lui paraissent capables de former la Collection nécessaire à l’instruction des Elèves. Le Citoyen Lamblardie a lu une lettre du Citoyen Pile Commissaire pour le mouvement des armées de terre, qui invite le Directeur à permettre au Citoyen Garre Elève de l’Ecole centrale de retourner à Rheims pour y diriger le Commerce et les manufactures de sa mère, suivant un arrêté du Comité de salut public, le Directeur a été chargé de répondre que ce jeune Citoyen n’avoit qu’a présenter la réquisition du Comité et qu’il aurait sur le champ la faculté de s’y conformer. Le Citoyen Haussemaine Elève a demandé pour deux jours un Congé qui lui a été accordé. [Il s’agit de Louis Housseimaine, X 1794]. Le Citoyen Larivalliere Elève a présenté une pétition dans laquelle il expose qu’il aurait besoin de s’absenter pendant le mois prochain afin d’aller à la Rochelle pour des affaires de famille et pour voir son épouse qui est dangereusement malade, cette pétition a été renvoyée à la Commission des travaux publics avec l’avis du Conseil qui pense que le Citoyen Larivalliere est dans le cas d’obtenir un Congé. [Il s’agit de Jean-Baptiste de Larivalière, X 1794]. Le Conseil a permis au Citoyen Savait artiste en métaux de quitter son atelier pour deux décades en le chargeant d’aller à Mezieres pour y choisir differens objets qui peuvent convenir à l’Ecole centrale. il a pareillement autorisé le Citoyen Gasser adjoint du Directeur à s’absenter pendant la décade prochaine pour aller à Etampes remettre à son successeur dans les ponts et chaussées des papiers relatifs à ses fonctions, et lui donner des renseignemens dont il a besoin. les Citoyens Carni et Pluvinet ont présenté un projet de marché pour la fourniture des ustensiles en cuivre nécessaires aux laboratoires de l’Ecole, et il a été approuvé par le Conseil. le Citoyen hassenfrats a prévenu le Conseil qu’il venoit de recevoir un arrêté du Comité de salut public pour aller en mission dans quelques Départemens, et que le Citoyen Barruel ferait le cours de physique pendant son absence. le Conseil a terminé la séance en invitant le Directoire à faire les démarches qu’il jugera convenables pour obtenir des sections ou du Comité militaire de la Convention que les Elèves ne soient désormais indiqués pour la garde que les quintidis ou décadis. ils seront tenus de présenter l’ordre qu’ils auront reçu pour justifier leur absence de l’Ecole.

A l’extérieur de l’Ecole, la conjoncture politique commence à devenir menaçante. Si Hassenfratz s’est fait envoyer en mission, c’est que le séjour à Paris est devenu dangereux pour lui. On ne le verra plus qu’en octobre, après l’amnistie. Monge est absent en Germinal (avril), mois où ont lieu les premières émeutes de la faim et pendant lequel Prieur de la Côte d’Or et Carnot, mis en cause à la Convention, réussissent à détourner les accusations. Enfin, du 1er au 4 Prairial (20 au 24 mai) c’est le soulèvement populaire parisien que la Convention fait durement réprimer par la troupe. Monge se cache.
Le Conseil semble imperturbable pendant ces événements auxquels il ne fait pas la moindre allusion - sauf dans la séance du 10 Prairial.
Les demandes de congé se multiplient, le vie étant de plus en plus difficile à Paris ; le Conseil se soucie d’acheter du riz, de distribuer des secours aux élèves, de leur assurer des rations de pain, ainsi qu’aux ouvriers qui travaillent à l’Ecole.

Séance du 15 germinal. [1, 23.]

39Après la lecture du procès verbal de la séance précédente, le Directeur a présenté les Comptes décadaires des principaux agens et conservateurs de l’Ecole. Il a prévenu le Conseil que la convention vient d’accorder une somme de trente milles livres pour les Elèves qui ont besoin de secours, et il a proposé d’acheter du ris pour remettre à leurs pères de famille, le Conseil l’a autorisé à en faire venir pour 15000#. On a passé le reste de la séance à examiner une Collection de dessins qui appartiennent à la veuve du Citoyen Bernard architecte, et qui peuvent servir à l’instruction des Elèves.

Séance du 10 Prairial an 3e. [2, 18].

40On n’a pas fait Lecture du procès Verbal de la séance dernière. Le Cen. Peyrard qui est absent ne l’ayant pas rédigé et transcript sur le registre. Le Citoyen Gasser, Directeur adjoint, a été invité à tenir la plume pendant la séance. La séance a été ouverte par la lecture d’une Lettre qui a été adressée au Conseil par le Cen. Peyrard dans la quelle il annonce qu’il ne peut pas assister à la séance de ce jour, il en indique le motif. Le Directeur fait Lecture des Pétitions des Citoyens Vallet, Sanson, Roze, Rubat, Schouller, Caristie, l’anglois, Malmontet, Ricard, Prudhomme, Blanchot, Dyauville, Dufaud et Samuel Bernard, tous Elèves de l’Ecole polytechnique des travaux publics, lesquelles portent Demandes de Congés. Ces Citoyens les obtiennent. Le Citoyen Bracard, artiste serrurier Demande pour raison de de santé et terminer des affaires de famille, un Congé de Deux mois que le Conseil lui a accordé.
Le Citoyen Jacotot, substitut du Directeur, a fait présenter sa Démission au Conseil qui l’a acceptée et qui a chargé le secrétaire de témoigner, à ce Citoyen, sa reconnoissance ainsi qu’au Citoyen Jacotot ci devant secrétaire et Bibliotéquaire pour les services qu’ils ont rendu à l’Ecole pendant le peu de tems qu’ils y sont restés. Le Directeur a représenté qu’il était on ne peut plus essentiel, pendant le temps que durera l’absence du Citoyen Monge de le suppléer pour les Leçons de la Coupe des Pierres. Le Conseil a invité le Citoyen hachette à le suppléer dans ces Leçons. Ce Cen. a déclaré ne pouvoir remplir cette fonction. Même invitation a été faite au Citoyen Eisenmann, chef des Dessinateurs de la Maison l’ommeuse ; ce Citoyen a accepté de remplacer dans ces Leçons le Cen. Monge. Le Citoyen La Beaume Observe, par motion d’ordre, que dans le moment ou il est enjoint aux autorités constituées de s’épurer il est important pour le Conseil, de Demander au Citoyen hachette qu’il donne des éclaircissement sur les Bruits qui Circulent dans l’Ecole sur son compte, les quels en substance sont qu’il a été membre du Comité révolutionnaire de Mezieres et a participé aux actes arbitraires à reprocher à ce comité. le Cen. hachette a nié qu’il ait jamais été membre du comité révolutionnaire, qu’il ne l’avait été que du Comité de surveillance, qu’il ne Croyait pas avoir mérité de reproches pendant le tems qu’il a été membre de ce comité ; qu’au surplus ne pensant pas, eu égard à la prévention qui l’est manifestée sur son compte, Rester, il a offert de donner sa Démission qu’il a remise sur le Bureau, en priant le Conseil de l’accepter. On a ajourné à Décadi vingt du courant l’acceptation de la Démission du Cen. hachette, le Conseil a invité la Commission des travaux publics à prendre auprès des autorités Constituées de la Commune de Mezieres les renseignemens relatifs à la conduite du Cen. hachette dans cette Commune.
Le directeur a observé au Conseil qu’il était essentiel d’occuper utilement les Elèves de la Division de la Stéréotomie, il a proposé de leur faire Couper le trait.
Cette Proposition a été approuvée par le Conseil. Le Directeur a par suite de cette proposition demandé que le Conseil l’autorisat à ordonner le rassemblement des outils et autres objets nécessaires pour organiser cette partie de l’instruction. Cette Demande a été aussi approuvée.
Le Citoyen Le Camus Commissaire de la Commission des travaux publics a proposé au Conseil, comme mesure indispensable le Remplacement de l’instituteur de Physique Hassenfratz Cette proposition a été ajournée à Décadi prochain pour statuer définitivement dessus.

Le Conseil avait « ajourné à décadi prochain » sa décision sur Hachette comme sur Hassenfratz : on n’en trouve en fait plus trace dans les procès-verbaux suivants.

Séance du 8 Messidor an 3e. [1, 34].

41... un membre {Le Citoyen Prieur de la Côte d’or, Représentant du Peuple,} dans l’intention de Venir au secours des Elèves les plus nécessiteux, Propose de Demander pour chacun d’eux une ration de Pain. Le Directoire est chargé d’adresser une pétition au Comité de salut public tendant à Demander 150 rations de Pain pour pareil nombre d’Elèves...

Séance du 22 Messidor An 3e. [2, 23].

42... Le Directeur annonce que le Comité de Salut public Vient d’accorder 150 Rations de Pain pour les Elèves qui sont dans le Besoin. Sur la Demande du Directeur le Conseil arrête :

  • qu’il sera fait une nouvelle Liste de Distribution en prenant pour Base l’assiduité et le Besoin des Elèves.

  • que la Distribution aura lieu pour les Elèves de Paris qui auront éprouvé des Pertes pour le fait de leur Entrée à l’Ecole Centrale...

Séance du 8 Thermidor An 3e. [1, 36].

43... Le Directeur après avoir rendu Compte de l’Enseignement pendant la Décade précédente Expose que des sections ont retiré les Cartes de Pain aux Elèves qui ont des rations.
Le Conseil arrête que la Commission des subsistances sera invitée de faire rendre aux Elèves leurs Cartes de Pain. Un membre Propose de retenir 25 # aux Elèves qui ont des rations afin de Venir aux secours des 32 peu fortunés. Cette Proposition est arrêtée. On Lit une Lettre de l’architecte de l’Ecole par la quelle il invite le Conseil de faire des Démarches pour obtenir du Pain aux ouvriers...

Séance du 28 Thermidor an 3e. [1, 40].

44... L’architecte fait Lecture d’un Rapport sur les travaux de l’Ecole, il fait sentir la nécessité de Procurer du Pain Aux Ouvriers. Le Conseil Considérant que la Lenteur des travaux est occasionnée par la Difficulté qu’ont les Ouvriers de se Procurer des subsistances, Considérant de plus que les travaux en tirant en longueur entraînent beaucoup plus de frais, Arrête qu’il sera fait un Rapport à la Commission des travaux publics pour lui exposer la nécessité de fournir du Pain aux ouvriers. On Passe ensuite à la nomination du Président. Le Cen Chaussier obtient la Majorité absolue des suffrages.

Séance du 8 fructidor an 3. [1, 43].

45... Le Cen Jallier Inspecteur des travaux de l’Ecole, Présente ses Vues sur la manière de faire la Distribution du Pain aux ouvriers, il Pense que les Entrepreneurs doivent être chargés de fournir une Livre de Pain à chaque individu...

A l’automne, l’agitation reprend, soulevée cette fois par les milieux royalistes. Ce sera la journée du 13 Vendémiaire (6 octobre 1795). Le Conseil se garde, autant que possible, d’intervenir. La veille de l’insurrection il prend note seulement (2, 31 : séance du 12 Vendémiaire) d’une lettre reçue du Comité d’Instruction publique « dans laquelle on se plaint que plusieurs élèves se répandent en calomnies contre la Convention » . Dans ses séances suivantes, tenues à l’ordinaire le 18 et le 22, le Conseil, sans manifester la moindre émotion, se conforme aux instructions supérieures en cherchant évidemment à couvrir les élèves, qui, semble-t-il, s’étaient joints en assez grand nombre aux cortèges.

Séance du 18 Vendémiaire an 4e. [1, 48].

46On ouvre la séance par la lecture du procès Verbal qui est adopté sans réclamation.
On fait lecture d’une lettre du Comité d’instruction publique dans la quelle on se pleint de n’avoir pas reçu de repose à la lettre du sept. Le conseil arrête qu’il sera écrit aux élèves qui se sont absentés les Journée des 12, 13, 14 Vendémiaire pour les injoindre de se rendre dans leurs Sols le 20 a huit heures du matin a l’effet d’être entendu sur les motifs de leur absence, le Conseil arrête en outre que les Elèves mettront leurs motifs par Ecrit. On demande qu’à lavenir le Conseil ouvre ses séances a midi précis. Cette proposition est arrêtée. Un Membre demande que l’Ecole ait a sa disposition un tourneur de poterie. Un autre Membre demande que l’Ecole ait aussi à sa disposition un petit four de Verrerie les deux propositions sont adoptées. Le Cen Lamberdie fait lecture d’un projet de lettre en reponce à Celle du Comité d’instruction publique au nom du Conseil Ce projet est adopte.

Séance du 22 Vendémiaire an 4. [2,35].

47... Le Directeur rend Compte au Conseil de l’Exécution de son Arrêté du 18 Vendémiaire relativement aux Déclarations à recevoir des Elèves qui ne se sont point rendus à l’Ecole dans les journées du 12, 13 et 14 vendémiaire, Conformément au Décret de la Convention, et à l’arrêté du Comité de Salut public relatif à cet objet. Dans Ce Compte les Elèves absens sont Divisés en 4 classes Savoir

  • Ceux qui ne paraissent pas avoir pris part à la Journée de 13 Vendémiaire,

  • Ceux qui ont Deffendu la Convention.

  • Ceux qui assurent avoir été contraints par leurs Sections de Prendre les Armes

  • Ceux qui étaient de garde cette journée.

48Le Conseil après avoir approuvé le Compte du Directeur et la Rédaction de ses Etats, Arrête qu’ils seront présentés à la Commission des Travaux publics pour être adressés par elle à la Commission des Cinq du Comité de Salut public... On n’entendra plus parler de rien.

A la fin de l’an III : travaux pratiques sur le terrain et activités multiples

Séance du 28 fructidor an 3e. [1, 45].

49... Le Cen Say fait son rapport sur le moyens d’exécuter les opperations trigonometriques sur le terrain. Le Conseil apprès avoir entendu son rapporteur arrête Ce qui suit.

501

51Les Elèves de la division des fortifications seront divisés en 12 escouades de 4 Elèves Chacune, on donnera a Chaque escouade une planchette et les instrumens qui en dépendent.

522

53Chaque escouade lèvera sur le terrain un Esplan détermine Conformément aux divisions indiquées Sur le plan présenté par l'inspecteur.

543

55La surveillance des escouade sera repartie entre les quatre Chefs de brigade de la division des fortifications.

564

57L'un des instituteurs de fortifications Conduira les Chefs de brigades sur le terrain que devront lever les escouades soumises a leur surveillance on déterminera dans Cette tournée la position des bases qui devront erre mesurées par les élèves.

585

59Le 1e Vendémiaire à Cinq heures du Matin tous les Elèves se réuniront dans leurs salles pour prendre les planchettes et les instrumens. Les Chefs de brigades Conduiront en suite leurs escouades sur le terrein.

606

61Ils indiqueront à Chacune d'elle la base quelle devra mesurer la direction de Cette base sur la planchette et la place de l'une de ses extrémités.

627

63Chaque Escouade lèvera tout le terrein qu'il pourra Contenir la Planchette sur une Echelle de, 0,0005.

648

65Les élèves n' indiqueront que le Contour extérieur des propriétés fermées de murailles.

669

67A deux heures Chaque Chef de brigade réunira les Escouades qui sont sous sa surveillance et en fera l'appel on portera en suite les instrumens dans une maison sure près du terrein et Choisie d'avance par le Chef de brigade.

6810

69Le lendemain matin les Escouades seront rendues a six heures devant la même maison le Chef de brigade en fera l'appel et leur distribura les instrumens.

7011

71Lorsque le lever d'une escouade sera achevé on Comparera en quatre parties le papier de sa planchette et Chacun des quatre Elèves qui la Composent dessinera à la plume ou au lavis l'une de Ces parties...

Séance du 8 Vendémiaire an 4e. [1, 47].

72... Le Conseil arrête que les élèves payeront sur leur traitement les objets qu’ils Casseront en jouant...

La séance du 28 Vendémiaire (l’insurrection du 13 est bien loin !) est également typique du foisonnement d’idées que présentaient les professeurs : un jardin botanique, des plans de forteresses, un odomètre, un modèle de machine à vapeur...

Séance du 28 vendémiaire. [1, 49].

73La séance est ouverte par la Lecture du Procès Verbal qui est adopté sauf quelques Légers amendemens. Le Président Lit une Lettre du Cen. Morlet dans la quelle il annonce qu’il a donné l’ordre au Conservateur des plans en relief Déposés à la Maison Nationale des Invalides de remettre au Cen. Say, les 3 modèles en relief concernant l’attaque et la Défense des Places. Le Cen. Say Présente au Conseil une nouvelle rédaction d’une Partie de son analyse du Cours préliminaire de fortification. Sa nouvelle rédaction est acceptée. Un Membre du Conseil annonce que le Cen. Dobenheim est destitué, il Présente pour le Remplacer le Cen. Catoir officier du Génie. Ce Citoyen est agrée par le Conseil. Le Cen. Ramond Remercie le Conseil de l’envoi qui lui a été fait du Journal Polytechnique, il offre de Donner à l’Ecole des Renseignemens sur l’histoire Naturelle Des Pyrennées. le Conseil agrée ses offres ; et arrête qu’il lui sera écrit une Lettre de remerciement. Le Cen. Chaussier Entretient le Conseil sur la nécessité d’Etablir dans l’emplacement de l’Ecole un petit jardin où l’on Cultiverait les plantes du Pays les plus propres aux Arts et Manufactures. Il expose que la Dépense Annuelle serait très modique parce qu’il ne faudrait que quelques plantes du Pays, Quelques Angrais et quelque Labour de loin en Loin, une Personne attachée à l’Ecole Pourrait être employée à Ce travail, le Cen. Chaussier Demande que la Commission des travaux publics soit {autorisée} invitée à autoriser Cet Etablissement, le Conseil Charge le Directeur de se Concerter sur Cet objet avec le Commissaire des travaux publics. Le Cen. Calas Présente au Conseil un odometre. le Cen. Prony est Chargé de l’Examiner. Le Comité de Salut Public Consulte le Conseil sur La Demande d’un Congé faite par le Cen. Dupuy chef de Brigade. Les motifs apportés par le Cen. Dupuy étant très Urgens. le Conseil Pense que le Congé doit être Accordé. Un membre annonce qu’il existe chez les frères Perrier un Modèle de Pompe à feu très intéressant ; que les Cens Perrier sont dans l’intention de le Mettre en vente. Ce modèle est estimé 120.000 #. Le même observe qu’il serait très utile pour l’Ecole d’en faire l’acquisition. Le Conseil invite le Cen Prony à examiner Cette Machine et à en faire un Rapport. Le même membre annonce aussi qu’il existe chez le Cen Magenelle Libraire Quai de la Valée plusieurs modèles précieux à Vendre, le Conseil charge les Cens. Gasser et Lomet d’examiner Ces Modèles, et d’en faire un Rapport. Le Directeur Rend le Compte Décadaire, il Expose que les Gardes font perdre Beaucoup de tems aux Elèves, il consulte le Conseil sur la Question de savoir s’il ne serait pas convenable de Demander que les Elèves soient exempts du service Personnel. Cette question est ajournée. Un membre d’après la Demande qui lui en a été faite par un grand Nombre d'Elèves, consulte le Conseil sur la question de savoir si les Elèves ne pourraient pas être assimilés aux employés salariés par le gouvernement et recevoir en cette qualité les Denrées de première nécessité qui leur sont accordées. Le Conseil arrête que le Comité de Salut Public sera consulté sur cette question et invité de faire droit s’il y a lieu à la Demande des Elèves. Le Cen Lomet annonce que plusieurs Elèves l’on invité de leur Donner des Leçons sur le Dessin de la Carte. Le Cen Lomet Demande que le Conseil l’autorise à satisfaire le Désir des Elèves. Le Conseil Agrée les offres du Cen Lomet et l’invite de faire en sorte que ses Leçons ne Dérangent en rien le travail Ordinaire des Elèves. Sur la Demande d’un membre le Conseil arrête qu’il sera placé un errata au 2e numéro du journal et que les instituteurs seront invités à fournir chacun leur errata Particulier.

On n’oubliera pas non plus les aérostats chers à Prieur et à Guyton : le Comité de Salut public donne un ballon à l’Ecole, mais cette fois, c’est décidément trop : on en reparlera au printemps suivant (2,63,12 Germinal an IV, 2,66,2 Floréal an IV).

Séance du 22 brumaire an 4. [2, 40].

74... On Lit une Lettre du Directeur de l’Ecole Nationale aérostatique annonçant qu’il a fait Préparer l’aërostat mis à la Disposition de l’Ecole, par le Comité de Salut public. Le Cen Lomet est Chargé de Répondre à cette Lettre. Le Cen. Lomet qui avait été chargé de faire des Expériences aërostatiques, Expose qu’il sort de maladie, et qu’il ne peut à Cause de la foiblesse de sa santé remplir l’objet dont il avait été chargé. Il Demande en conséquence à être remplacé, il Expose ensuite au Conseil que les travaux préparatoires éprouvent beaucoup de difficultés de la part des Artistes. Le Conseil n’accepte pas la Démission du Cen. Lomet, et lui adjoint le Cen. Plessis pour l’aider dans ses travaux. On agite la question de savoir s’il ne conviendrait pas de différer les Expériences jusqu’à la Belle saison. Le Conseil ajourne Cette question au prochain Conseil, le Cen. Guyton sera invité de se trouver à la Discussion qui aura lieu sur cette objet, et Cependant les Cens. Lomet et Plessis seront invités de s’occuper des travaux préparatoires.

Séance du 8 frimaire an 4. [1,55].

75... On s’occupe ensuite des Expériences aërostatiques qui doivent avoir lieu à meudon. la saison n’étant pas favorable pour les Expeces le conseil Arrête qu’il sera Ecrit au Ministre de l’intérieur pour lui Exposer la Nécessité de les ajourner jusqu’au printems prochain...

Lancement du « Bulletin » ou « Journal polytechnique » 

On a vu que la publication d’un » Bulletin de l’Enseignement » avait été prévue dès l’origine. Le 30 Germinal an III (19 avril 1795) le Conseil rappelle (1, 14) que «les instituteurs sont invités à présenter décadi prochain les feuilles qui doivent composer le Bulletin de l’Ecole, avec leurs observations sur les moyens de le rédiger ». De fait, ils obtempèrent les décadis suivants, et enfin le 28 Thermidor (15 août 1795),

Séance du 28 Thermidor an 3e. [1, 39].

76... Le Cen Prieur annonce que le journal Politechnique est prêt à Paraître.
Le Conseil Considérant que le journal Polytechnique est en retard de 4 mois, et voulant recouvrer le tems arriéré. Arrête que les mois floréal et Prairial seront réunis en une seul Cahier. 2° qu’il en sera de même pour les mois Messidor et Thermidor. 3° qu’il sera écrit une Circulaire aux instituteurs pour les inviter à hâter leur travail. 4° que les deux premières Décades de fructidor seront consacrées à Entendre la Lecture des Cahiers des membres du Conseil. 5° enfin qu’il sera nommé deux commis transcripteurs à la Disposition immédiate des instituteurs...

La diffusion en est bientôt faite, et les procès-verbaux font constamment état de l’accord du Conseil d’envoyer le « Journal » polytechnique à tel ou tel demandeur, public ou privé. Le 12 Pluviôse an IV (31 janvier 1796) (2, F0 53), le Conseil décide de « l’envoyer aux journalistes avec invitation d’en faire mention dans leurs feuilles » .

Le rédacteur du Journal est d’abord Peyrard, le bibliothécaire (2, 42). Ce sera ensuite l’administrateur Halma (2,57). Hassenfratz en sera finalement chargé et fera adopter le 8 Fructidor an VI (25 août 1798) un « nouveau plan » pour le Journal.

Séance du 8 fructidor an 6e. [2, 108].

77Après l’adoption des procès verbaux des deux séances précédentes le Cen. hassenfratz fait lecture d’un nouveau plan pour le Journal de l’Ecole. Ce nouveau plan est adopté pour être soumis à l’approbation du Ministre, ainsi qu'il suit :

78Article 1er
Le Journal de l'Ecole sera continué avec activité, de manière à fournir 4 a 6 cahiers par année de 8 à 10 feuilles d'impression.

79Art. 2
Le Journal ne sera tiré qu'a 2500 Exemplaires au lieu de 4000 2000 seront destinés aux autorités constituées, aux membres de l'Instruction publique, savans et autres agens du gouvernement.
Les 500 autres pourront être livrés au commerce tant dans l'intérieur de la République qu'a l'étranger.

80Art. 3e
Sur le produit des Exemplaires livrés au commerce il sera prélevé la somme de 50f. par feuille d'impression pour être employée à l'indemnité des auteurs.
Le résultat du produit sera employé en achats d'ouvrages périodiques relatif aux sciences, frais de traduction ou autres ouvrages utiles à l'enseignement de l'Ecole qui seront indiqués par le Conseil de l'Ecole.

81Art. 4
Le Conseil de l'Ecole nommera une Commission de trois de ses membres.
Cette commission sera chargée de tout ce qui a rapport au journal, soit pour rassembler les mathériaux les classer entre eux, régler la force de chaque cahier, l'époque à la quelle il devra paraître, activer l'impression faire les conventions avec le libraire, le faire compter recevoir les fonds, et en faire l'employ, conformément aux articles précédens, et en fin rendre compte du tout au Conseil à la fin de l'année, et plus souvant s'il le juge convenable.
Un des administrateurs soumet au Conseil le Compte du Cen. Bernard libraire, tant pour le prix du journal qui lui a été livré, que pour les livres et ouvrages qu'il a fournis à l'Ecole.
Le premier compte comprend l'époque des assignats jusqu'au mois de prairial an 4. et présente un excédent de recette de 9f en numéraire à verser sur 2e compte. Celui ci comprend l'espace du 6 Prairial an 4e au 18 Prairial an 6e et présente un excédent de recette de 2674f 60c. dont le Cen Bernard est redevable. Le Conseil autorise spécialement l'administrateur, à arrêter les dits comptes avec le Cen. Bernard et lui donner toutes décharges y relatives...

L’organisation des laboratoires de chimie : les aides de laboratoires, les chefs de brigades

Les élèves devaient partager leur temps d’étude entre les épures de géométrie descriptive, qu’ils faisaient dans les salles, et les laboratoires de chimie où ils devaient faire des expériences sous la direction des instituteurs et de leurs adjoints ; on recruta, pour leur donner la main, de jeunes « aides de laboratoires » auxquels on permit de suivre aussi des cours de mathématiques pour se perfectionner : le fils du directeur, Lamblardie, était l’un deux ; leur statut était un peu voisin de celui des élèves.

Séance du 15 ventôse. [1, 20.]

82...le Directeur a présenté une pétition de quelques aides de laboratoire qui demandent un mandat pour être payés de leur route comme les Élèves qui ont eu la solde des canoniers, mais le Conseil a pensé qu’ils ne sont pas dans le même cas et qu’ils doivent supporter les frais de leur voyage. Il a été arrêté que les trois grands laboratoires serviroient de salles pour la géométrie descriptive jusqu’à ce que celles du dessin fussent achevées...

Il y avait en outre, à la disposition des instituteurs, pour leur laboratoire, des « artistes chimistes » et des garçons de laboratoire.

Séance du 25 ventôse. [1, 21].

83... le Conseil arrête que les artistes chimistes présenteront à chaque instituteur deux garçons de laboratoires pour chaque division, il adopte le règlement qui suit :

84Article 1er
le Conservateur du magasin de chimie présentera à l'approbation de chacun des instituteurs de chimie, un état des objets qu'il estime convenable de placer dans chaque laboratoire de Brigades, cet état indiquera en quelle quantité ces substances devront être fournies pour chaque laboratoire

85Article 2
le Conservateur garnira chaque laboratoire de Brigades des substances portées en l'état approuvé par les instituteurs respectifs, il fournira sur les reçus des chefs de Brigades de nouvelles quantités lorsque celles précédement fournies seront épuisées.

86Article 3
les substances qui devront être employées en quantité notable dans les laboratoires de Brigades, pour les opérations designées par les instituteurs, seront fournies sur les bons des chefs de Brigades, visés par l'artiste chimiste de la division.

87Article 4
les chefs de Brigades remettront, toutes les décades, à l'artiste chimiste de leur division, un extrait du journal qui doit être tenu dans chacun des laboratoires, de toutes les expériences, préparations, produits et résultats, cet extrait indiquera principalement les quantités des matières employées, et celles des produits des opérations. Les artistes n'ôteront pas les produits qui devront rester dans les laboratoires, ou pour suites d'expériences, ou comme résultats interessans à garder ; mais ils indiqueront quelle quantité des produits sera consacrée à ce dernier usage, le Conservateur fera rentrer le reste dans son magasin.

88Article 5
le Conservateur fournira à chacun des artistes chimistes un état des substances, produits et ustensiles entrés dans chacun des laboratoires de sa division, les artistes chimistes seront ainsi à même de juger de la consommation de chaque laboratoire, et de prévenir les abus qui pourraient la rendre excessive. Le Conseil a nommé le Citoyen taillepied Bondi pour être adjoint au Conservateur des modèles, et il a autorisé le Directeur à employer le Citoyen Bénard pour faire des modèles de machines.

Séance du 10 floréal. [2, 14].

89... On Propose un Projet de Règlement Concernant les aides de Laboratoires. Ce règlement est adopté dans les termes suivans :

90Article 1er
Les vingt aides de Laboratoires sont repartis dans les vingt salles d'Etude et mis sous la surveillance des chefs de Brigades aux quels ils restent attachés dans les Laboratoires.

91Article 2e
Les Primidi, Duodi, tridi, sextidi, septidi et octidi de chaque Décade, il Pourront Venir comme les Elèves à sept heures dans les salles d'Etude où ils seront libres de rester à travailler pendant la Leçon de Géométrie descriptive ; mais ils seront tenus d'y être toujours à huit heures et d'être présens au retour de la Leçon afin de signer en marge la feuille de Présence.

92Article 3e
Ils resteront dans les salles d'étude jusqu'à Dix heures, alors les mêmes jours que ci dessus, ils se rendront à l'amphithéâtre pour leur leçon d'arithmétique et d'algèbre à la fin de la quelle ils reviendront dans leurs salles respectives jusqu'à deux heures à moins qu'ils ne soient appelés par les instituteurs ou le conservateur de Chymie pour le service de son Laboratoire particulier comme pour ceux des Divisions et des Brigades.

93Article 4e
Les quartidi et nonidi, jours de Leçons de Chymie, ils seront à sept heures très précises dans les Laboratoires aux quels ils sont attachés pourque tout y soit en ordre et prêt pour le moment du travail, au sortir de la Leçon de l'instituteur, dans les Laboratoires de Divisions, ils assisteront à Ces Leçons avec leurs chefs de Brigades et les suivront dans les Laboratoires particuliers où ils retourneront après le Diner et les Lendemains lorsque les opérations Commencées l'exigeront, et suivant les ordres qu'ils en recevront de leurs chefs de Brigades ou des artistes en chymie.

94Article 5e
Les Primidi, Duodi, tridi, sextidi, septidi et octidi de chaque Décade Les aides de Laboratoires pourront comme les Elèves entrer à quatre heures dans les salles d'Etude ; mais à cinq précises ils seront tenus de même que ceux des Elèves qui n'auront point de Leçon d'analyse, de se rendre aux salles de Dessin où ils resteront jusqu'à huit heures, il n'y a que des ordres de l'instituteur en chef, des instituteurs artistes et du Conservateur de Chymie qui puissent à raison de service particulier, les Dispenser du Dessin.

95Article 6e

96Les Quintidi, ils Pourront aller dès sept heures du matin, travailler dans les salles de Brigades et y retourner jusqu'à deux heures, après la Leçon de Physique générale à la quelle ils sont tenus d'assister.
Ils pourront retourner ces mêmes jours dans les salles de Brigades à quatre heures et y rester jusqu'à 8hrs du soir.

97Article 7e
Il leur est expressément ordonné d'exécuter tout ce qui leur sera prescrit par l'instituteur en chef et le Conservateur de Chymie, par les instituteurs artistes en chymie et les Chefs de Brigade pour le service auquel ils sont spécialement attachés et pour le quel ils sont salariés par la République ; les Etudes de mathématiques et autres ne seront qu'accessoires et ne Doivent passer qu'après la Chymie ; on leur procurera néamoins toutes les facilités possibles et les chefs de Brigades se Prêteront à les aider - en raison de leur Zèle, de leur travail et de leur exactitude.

98Article 8e
Si un des aides de Laboratoires refuse d'exécuter ce qui lui sera prescrit par les autorités supérieures relativement à son service, et s'il ne peut produire à la fin de chaque mois, une attestation de l'instituteur artiste de la division à la quelle il est attaché, de son exactitude et de son Zèle, il sera renvoyé.

99Article 9e
A L'avenir, il ne sera admis au nombre des aides de Laboratoires que des Jeunes gens qui auront subi l'examen déterminé par les instituteurs de Chymie et dont le goust pour cette science sera bien déterminé, ce dont on s'assurera par leurs services pendant un mois ou deux à L'Ecole...

Au début de l’année scolaire suivante le Conseil adoptera un règlement intérieur pour les laboratoires de chimie.

Séance du 8 nivôse an IV. [1, 65].

100... Le Directeur fait Lecture d’un Règlement pour les Laboratoires particuliers de Chymie. Ce Règlement est approuvé ainsi qu'il suit :

1011° - Les Elèves qui désireront être admis à manipuler dans les Laboratoires particuliers en feront la Demande à l'instituteur ou à {l'ad} son adjoint qui en feront le choix, en Détermineront le nombre et en formeront la Liste sur la quelle sera désigné Celui qu'ils auront indiqué pour être le Chef de Laboratoire, ces Listes seront remises au Directoire, au plus tard le 13 Nivôse pour être affichées chacun dans le Laboratoire qu'elles Concernent.

1022° - Lors de l'installation des chefs de laboratoire il leur sera délivré Copie des Effets et matières qui s'y trouveront, et qu'ils reconnaîtront par leur signature. Ils resteront garants de la Conservation et du Bon usage des Dits effets et matières et seront obligés d'avertir les instituteurs ou adjoints des abus qu'ils n'auraient pu prévenir ni empêcher, afin qu'il soit statué par le Conseil suivant le Cas.

1033° - Les Laboratoires particuliers ne seront ouverts que les quartidi, quintidi, nonidi, et Décadi de chaque Décade. Le travail ne pourra y être prorogé au delà de 9 heures du soir sans une permission par Ecrit de l'instituteur ou de son adjoint, ou des artistes Chimistes, les Clefs seront exactement remises au Dépôt ordinaire, et dans aucun Cas elles ne pourront être retenues ni par le Chef ni par les Elèves.

1044° - Les instituteurs et adjoints désigneront à l'avance, les opérations qui Devront être faites dans chaque Laboratoire attaché à leur Section ; et les Elèves ne pourront en faire d'autres que Celles qui leur auront été ainsi désignées à l'avance, ou approuvées depuis par l'instituteur et l'adjoint.

1055° - Les instituteurs et adjoints, ou les artistes qu'ils en auront chargé Délivreront seuls les Bons pour les fournitures de Matières et ustenciles nécessaires aux opérations qui auront été désignées Conformément à l'article précédent. Ces Bons dont le Modèle sera imprimé Porteront les quantités et qualités ; ils devront être sans interlignes, ni surchargés, tous les articles seront écrits en toutes Lettres et de la même main. Il est enjoint au Conservateur et au garde magasin de ne rien délivrer sur des Bons qui ne réuniraient pas les Caractères détaillés ce dessus, les Bons irréguliers seront rejettes de leur Comptabilité.

1066° - Lorsque le Conservateur ou le Garde de Magasin ne pourra délivrer quelques uns des objets portés sur les Bons mentionnés, il sera tenu de Mettre au bas du dit Bon. Rayé tel objet, d'en déduire les Motifs, et de Signer le tout en Présence de l'Elève qui aura présenté le dit Bon.

1077° - Il sera ouvert dans chaque Laboratoire deux Registres destinés savoir : sur le Premier seront écrits d'un côté, les opérations prescrites pour chaque jour de travail, Conformément à l'article 4, et sur la Page vis à vis, la note des matières et ustenciles tirés des Magasins le Même jour, chaque page sera certifiée et signée par le chef de Laboratoire. Sur Le 2e Registre appelé journal des Opérations chaque Elève sera tenu d'Ecrire Sommairement, Celles dont il s'est occupé chaque jour de travail. Ces registres seront représentés aux instituteurs, adjoints et autres Membres du Conseil, toutes les fois qu'ils le Demanderont.

1088° - Indépendamment de L'inscription sommaire sur le Journal des Opérations Mentionnées en l'article précédent, il sera rédigé un procès verbal détaillé de chacune des opérations exécutées conformément aux ordres des instituteurs et adjoints. Ces Procès Verbaux et les produits seront présentés le jour de la Leçon subséquente à l'instituteur ou adjoint qui en relèvera les imperfections ou le mérite lorsqu'il y aura lieu. Dans le Cas où quelques uns de ces procès Verbaux seraient jugés mériter d'être Conservés, ils seront transcrits sur un Registre Commun déposés aux Archives et insérés au journal de l'Ecole s'ils sont de Nature à recevoir la publicité.

1099° Les fonctions du chef de Laboratoire sont :
- de Maintenir l'ordre, exciter l'exactitude et le Zèle des Elèves.
- de Diriger les opérations désignées par l'instituteur ou adjoint Conformément à l'article 4.
- de Veiller à la tenue des Registres prescrits par l'article 7, et à la rédaction des Procès Verbaux mentionnés dans l'article 8.
- de surveiller le Bon emploi des Matières, leur arrangement Méthodique dans le Laboratoire ainsi que dans les armoires particulières de manière qu'il n'y soit tenu que le Nombre de Vaisseaux indispensables, et tous munis de leur Etiquet.
- de tenir la main à la Conservation et propreté de Vaisseaux, et ustenciles soit par les Elèves eux mêmes soit par les Garçons de Laboratoire aux quels il ne doit être laissé.que les ouvrages grossiers qui consommeraient en pure perte un tems précieux aux Elèves.

11010° - Lorsqu'un chef ou Elève admis au travail d'un Laboratoire aura manqué d'exactitude et de Zèle, ou qu'il s'y sera conduit d'une manière répréhensible, sous quelque rapport que ce soit, il en sera rendu compte à l'instituteur qui pourra exclure l'Elève et le remplacer sans préjudice de toute autre punition qui pourra être infligée par le Conseil suivant l'exigence du Cas.
Si Dans un Laboratoire il se commettait quelques abus ou Dégâts dont on ne put parvenir à Connaître les Auteurs, ce laboratoire sera fermé pour un tems déterminé par le Conseil, sauf à répartir dans un autre Laboratoire ceux des Elèves qui seront Jugés n'avoir aucune part aux dits dégâts ou abus.

11111° - Un des adjoints du Directeur sera spécialement chargé de Veiller à la tenue Exacte des Registres, ainsi que de la Surveillance et police des Laboratoires particuliers. Il sera tenu en Conséquence d'y faire des tournées assidues, les jours de Travail, et de rendre Compte tous les Mois, au Conseil de la stricte exécution du Présent Règlement sous tous ses Rapports...

Les chefs de brigade devaient encadrer les élèves pendant les temps d’études en salles ou dans les laboratoires. Le Conseil avait décidé le 10 Ventôse an III (28 février 1795) (2, 8, 9) « que les élèves de la Maison Pomeuse choisiront entre eux dans le courant de la décade prochaine les 25 chefs de brigade qui seront présentés à la Commission » (la Maison Pomeuse était une annexe de l’Ecole où Monge avait réuni, avant même l’ouverture des cours, une cinquantaine d’élèves choisis parmi ceux qui avaient le mieux réussi au cours, pour les » chauffer » ). Le règlement les concernant est adopté le 28 Nivôse (12 janvier 1796) :

Séance du 28 nivôse an 4. [1, 70].

112... Le Conseil, après une longue discussion, arrête ce qui suit.

  • les fonctions des chefs de brigade s’appliquent également aux parties de l’enseignement concernant les Mathématiques et à celles concernant La Chymie.

  • nul chef de Brigade ne peut se dispenser des fonctions relatives à ce dernier objet, à moins de renoncer au titre de Chef de Brigade et aux avantages qui y sont attachés. En Conséquence, leur surveillance s’exercera dans les laboratoires comme dans les salles de mathématiques, ils y auront la même responsabilité. ils prendront les instructions des instituteurs et seront pour ces objets sous la direction des artistes chymistes.

  • les Chefs de Brigade s’assembleront tous les Quintidis chez le Directeur de l’Ecole à l’heure qui sera indiquée, et recevront de lui les observations et instructions concernant l’exercice de leurs fonctions.

  • Le 1er quartidi de chaque mois, les instituteurs de Chymie, le conservateur, les artistes et les chefs de Brigade, formeront une conférence ou l’on traitera tout ce qui concerne l’Enseignement de la Chymie, le travail des Elèves, la manière de les Diriger, les progrès qu’ils font, l’approvisionnement des matières et ustenciles de touttes sortes, relatives à la chymie, les opérations importantes à entreprendre, enfin les projets et reglemens à faire pour obtenir le meilleur travail possible, et en même temps l’Economie dans laquelle il est indispensable de se renfermer.

  • Les Objets convenus à la Conférence, seront ensuite soumis au Conseil qui prononcera, chaque membre de la Conférence sera tenu d’y faire Connaître les abus qui seraient à sa Connoissance.

  • Chacun des membres du Conseil pourra y assister s’il juge à propos.

L’organisation de l’Ecole en l’an IV

113Le Conseil se préoccupe de l’examen de passage des élèves terminant leur 1ère année.

Séance du 22 Vendémiaire an 4e. [2, 34].

114On fait Lecture du Procès Verbal qui est adopté avec un léger amendement.
Le Directeur soumet au Conseil le Projet d’arrêté suivant qui est adopté.
Le Conseil de l’Ecole Polytechnique ayant délibéré sur le Meilleur mode à suivre pour effectuer l’examen des Elèves prescrit par l’article 3 de la loi du 15 nivôse dernier, propose à la Commission d’approuver les Dispositions suivantes.

1151° Chacun des Instituteurs de Géométrie descriptive, c’est à dire, de Stéréotomie, d’Architecture et de fortification assisté d’un membre du Directoire, ou d’un des substituts du Directeur, examinera, Brigade par Brigade, le travail qu’aura fait pendant l’année, chacun des Elèves de sa Division, il interrogera les Elèves sur les opérations principales, pour être en Etat, par la manière dont ils en rendront Compte, de Juger leur Capacité, et les Progrès qu’ils auront faits, les Instituteurs Demanderont en Outre à chacun de ces Elèves la Déclaration de l’Etat auquel il se Destine a fin de servir à les répartir pour l’année prochaine dans les 3 divisions Ces examens Commenceront le 24 du Présent mois.

1162° D’après le Résultat de l’examen, les Instituteurs dresseront un premier tableau des Elèves qui auront satisfait à toutes les Parties de l’instruction. Celui de Stéréotomie formera de plus le Tableau de ceux des Elèves qui ayant satisfait, Pourront d’après leur Destination Particulière, passer l’année prochaine, dans la Division d’architecture ; et de Ceux qui entreront dans celle de fortification.

1173° Les Instituteurs Présenteront un second Tableau de ceux des Elèves que le déffaut de Capacité mettra hors d’Etat de profiter de la Suite de l’instruction, et de Ceux qui n’ayant pas exécuté les deux tiers du travail exigé, doivent être renvoyés conformément aux Décrets, ils Comprendront dans le même Tableau ceux qui par négligence et sans causes légitimes se seront absentés des Leçons pendant un tiers du tems ; ils se feront remettre pour cet effet le relevé des signatures des Listes de Présence.

1184° Aussitôt que Cette Opération sera terminée, les Instituteurs Présenteront au Conseil l’Etat de la Distribution des Elèves dans les trois Divisions de l’Ecole pour l’année prochaine, ainsi que Celui des Places qui se trouveront Vacantes, afin que ces Etats après la Délibération du Conseil, puissent être Proposés à l’approbation de la Commission des travaux publics.

1195° Quant à l’examen qui doit avoir lieu sur l’analyse, sur la Physique générale et particulière, ainsi que sur le Dessin, le Mode en sera indiqué par une Délibération ultérieure.

Registre des conseils de l’Ecole. Tome 2, page 13.

Registre des conseils de l’Ecole. Tome 2, page 13.

Collection Ecole polytechnique

120Le Conseil Arrête en Outre que les Instituteurs d’Analyse, de Physique générale et particulière, de Dessin Présenteront à la Prochaine Séance, leurs vues, chacun sur la Partie qui le Concerne...

Le gouvernement envoie en outre à l’Ecole 40 officiers du Génie et deux élèves des Poudres ; on organisera leur emploi du temps. Les autres élèves sont répartis, comme prévu, en trois divisions correspondant au niveau de leurs connaissances. On parle uniforme et traitements.

Séance du 12 frimaire an 4. [2, 43].

121... On Lit une Lettre du Ministre de l’intérieur qui annonce que le Comité de Salut public public, par arrêté du 22 Vendémiaire accorde à 40 officiers du Génie la faculté de Profiter de l’enseignement de l’Ecole, le Ministre Engage le Conseil à déterminer le genre et le mode d’instruction que devront recevoir les 40 officiers, les Cens. Monge et Catoir sont nommés Commissaires pour faire un Rapport sur cet objet...

Séance du 18 frimaire an 4. [1, 60].

122... Le Directeur fait Lecture de l’organisation des trois Divisions de l’Ecole, elle est adoptée ainsi qu’il suit :

Division de la Stéréotomie :

126 Elèves dont :

admis par le Jury 31

à admettre 6 37

Elèves absens, des 3 Divisions 42

de la Stéréotomie 31

de l’architecture 11

de la fortification 5

Total : 47 47

Total : 126

Division de L’Architecture

108 dont :

de la Stéréotomie, 65

de l’architecture

de la fortification 43

Total : 108

Division de la fortification

90 Elev. Dont :

de la Stéréotomie 21 dont 3 volontairement

de l’architecture 65

de la fortification 4 restans volontairement

Total : 90

Récapitulation

Stéréotomie 7 Brigades 126 Elev.

Architecture 6 idem 108

fortification 5 idem 90

Total : 324

Séance du 22 frimaire. [2, 45].

123... L’Agence Des Poudres et Salpêtres Demande que deux de ses Elèves soient autorisés à fréquenter, comme externes, les Leçons de l’Ecole. Cette Demande est adressée au Conseil par le Ministre de l’intérieur. Le Directeur a soumis au Conseil quelques observations sur l’arrêté du Directoire exécutif du 9 frimaire qui accorde les Rations de Vivre et l’habillement aux Elèves de l’Ecole. Sur la 1re. Proposition. S’il serait utile et convenable que les Elèves portassent l’uniforme national, et fussent à cet égard soumis à la même police que lesMilitaires, le Conseil a ajourné la Discussion à la prochaine séance. Sur la 2e. Concernant les inconveniens du service militaire exigé des Elèves dans leurs sections, le Conseil a arrêté qu’il serait Ecrit au Ministre de l’intérieur pour obtenir que les Elèves en fussent dispensés.
Sur la 3e. Concernant la Cessation de traitement aux Elèves aisés, le Conseil a arrêté que le Directoire lui proposerait l’Etat nominatif des Elèves que leur fortune met à même de se passer du traitement accordé par la Loi Du 7 Vendémiaire, il a Pensé que ce traitement devait Continuer jusqu’au lère Nivose attendu la non fourniture de l’habillement et Equipement...

Une révision importante de l’organisation de l’Ecole est décrétée par le Directoire le 30 Ventôse an IV (20 mars 1796), sur rapport de Prieur et de Monge (on en trouve le détail dans l’Histoire de l’Ecole polytechnique de Fourcy, pp. 89-96). Les registres n’y font que de très brèves allusions, sans en indiquer aucunement le contenu :

Séance du 2 ventôse. [2, 55].

124... Le Directeur fait lecture d’un arrête du Directoire exécutif, concernant l’Ecole Polytechnique {cet arrête est ainsi conçu} Le conseil, pour satisfaire aux diverses demandes du Directoire exécutif, nomme pour commissaires, les citoyens cy après.

1251° - les citoyens Prieur et Monge, pour préparer une nouvelle rédaction de l’organisation de l’Ecole.

1262° - Les citoyens Lermina, Lamblardie et hassenfratz pour faire un état par apperçu, relatif au complément des collections, Musoeum, Bibliothèque etc : et un semblable, relatif à ce qui est nécessaire, pour completter les préparatifs de chaque branche d’Instruction, et enfin pour fournir un état nominatif de tous les employés, les citoyens Lecamus, Gasser, Laurent et Baltard, pour préparer un état motivé de la somme à accorder pour la dépense de l’année actuelle, et un second état motivé des Dépenses qui ont été faites jusqu’à présent, la partie des Bâtimens y sera traitée à part, et l’on indiquera la somme probable pour leur achèvement ainsi que le tems qui paroit nécessaire pour cet Objet...

Séance du 8 ventôse an 4. [1, 77].

127... Le Citoyen Prieur tant en son nom, qu’en celui du citoyen Monge, fait lecture d’un rapport, d’une nouvelle rédaction de l’Organisation de l’Ecole. Ce projet est adopté...

Séance du 12 ventôse an 4. [2, 57].

128Le Conseil arrête que les différens rapporteurs remetront leurs pièces au Cen. Monge et Prieur, et qu’il y aura séance quintidi à midy précis pour entendre la lecture de l’ensemble des diverses propositions qui ont été arrêtés pour la nouvelle organisation de l’Ecole...

Séance du 8 germinal an 4. [1, 80].

129Le Directeur fait lecture d’une lettre du ministre de l’Intérieur, annonçant que le projet d’organisation de l’Ecole, a été approuvé par le Directoire, le Conseil arrête que cette organisation sera imprimée dans le journal de l’Ecole, et qu’il en sera tiré trois cents exemplaires à part, dans le prochain cahier du journal...

Remue-ménage chez les professeurs

Un an après l’insurrection de Prairial et sa répression, la police du Directoire découvre le complot babouviste, près d’éclater : Babeuf et ses partisans sont arrêtés en une nuit, un décret de proscription contre tous les » suspects » oblige ceux-ci à s’éloigner de la capitale de dix lieues au moins. Hassenfratz n’est en rien babouviste, mais les » suspects » comprennent tous ceux qui ont été autrefois décrétés d’accusation, même amnistiés : il en est.

Séance du 22 floréal an 4. [2, 69].

130... Le Citoyen Hassenfratz fait part au Conseil de la nécessitté ou il se trouve de faire un séjour momentané à la Campagne. il est observé par plusieurs membre que l’enseignement de l’Ecole souffriroit essentiellement par la cessation du travail du Cen. hassenfratz par rapport à la Physique. Que la partie des travaux pour l’exploitation des Mines dont il est spécialement chargé, exige la plus grande Célérité dans les préparatifs et la Confection du portefeuille relatif à ce service, que lui seul peut diriger d’après son propre plan. D’après ces considérations, le Conseil arrête que le Cen. Hassenfratz sera invité de continuer ses travaux tant sur la direction du Cabinet, et du Cours de Phisique que sur les préparatifs de l’enseignement sur l’exploitation des Mines. En conséquence il est autorisé à prendre un dessinateur qui sera payé comme ceux qui travaillent pour les portefeuilles des travaux Civils. Les appointems du Cen. hassenfratz seront payés à son Epouse qu’il à déclaré avoir autorisée à signer pour lui la feuille d’Emargement...

Aucun rapport apparent avec le complot, mais à la séance suivante ce sont Monge et Berthollet qui annoncent leur départ. Il s’agit de la mission d’Italie, à l’état-major de ce jeune général qui va si bien les séduire. On peut présumer que Monge, qui avait dû se cacher l’an passé pour se mettre à l’abri des remous politiques, n’était pas fâché de s’éloigner de la capitale dans des conditions aussi honorables.

Séance du 28 floréal an 4. [1, 86].

131... Les Citoyens Monge et Bertholet annoncent au Conseil, que, chargés par le gouvernement d’une Mission particulière qui les éloigne instantanément de l’Ecole, dont ils reprendront à leur retour l’enseignement, chacun en ce qui les concerne, ils ne recevront pas de traitement pour cette mission, mais qu’ils continuront de toucher celui de l’Ecole par les mains de leurs épouses, à qui la présente déclaration tiendra lieu de pouvoir à cet effet.
Le Conseil charge le citoyen Barruel en l’absence du citoyen hassenfratz de le suppléer pour les visites extérieurs d’attelliers qu’il réglera par un travail particulier, et dont il communiquera le plan à la prochaine séance...

Le serment républicain ; les sanctions pour « incivisme » 

Les élèves admis au concours de l’an IV sont tenus de prêter le serment républicain, et le Conseil se soucie d’y soumettre aussi les retardataires :

Séance du 18 ventôse an 4. [1, 78].

132... Le Conseil arrête que les Elèves qui sont nouvellement arrivés prêteront le serment Républicain...

En renvoyant les élèves qui avaient refusé le serment, il avait tenu à rendre publique cette décision :

Séance du 8 pluviôse an 4. [1, 72].

133... Le conseil confirme l’Exclusion de l’Ecole des Cens, gueneau ainé, Gueneau jeune et Porquet qui ont refusé de prêter Le serment. Il approuve l’Exclusion provisoire des Cens Rendu ainé et Rendu jeune qui ont presté un serment avec explication et ont refusé de le prêter pur et simple tel qu’il a été prescrit. il prononce également l’exclusion provisoire des Cens Andrieu, Dumouchel Chabrol jeune et Dyauville, qui après avoir fourni le serment avec les mêmes explications que ci dessus ont d’abord refusé de le prêter pur et simple, mais l’ont ensuite fourni Conforme à la loi. Le Conseil arrête qu’il sera rendu Compte au Ministre de ces déterminations et qu’il lui sera demandé une décision déffinitive sur le tout. Le Conseil arrête en outre que le secrétaire Ecrira une lettre aux journalistes dans laquelle il fera connoitre au public la Conduite de ces Elèves et la Décision du Conseil...

Mais malgré le zèle apparent du Conseil, les élèves ne sont pas irréprochables :

Séance du 8 germinal an 4. [1, 81].

134... On fait lecture d’une lettre du ministre de la police, envoyée à l’Ecole par le ministre de l’Intérieur, dans laquelle on se plaint de l’incivisme des Elèves Le Conseil charge le Directeur d’en conférer verbalement avec le Ministre de l’intérieur. Le Directeur est chargé de prendre les renseignements qui peuvent exister sur l’incivisme de quelques Elèves. Le conseil invite les divers agens de l’Ecole à surveiller les Elèves, pour découvrir et nommer au conseil, ceux qui seraient coupables d’incivisme...

Séance du 8 floréal An 4. [1, 84].

135... La séance est ouverte par la lecture du procès verbal. L’Ecole de santé demande, des renseignemens sur un Jeune Citoyen qui soupçonné d’avoir été renvoyé de L’Ecole polytechnique pour cause d’Incivisme, s’est présenté pour être admis au nombre des Elèves de l’Ecole de santé, le Conseil arrête que la liste des Elèves exclus pour ce sujet sera envoyé à L’Ecole de santé...

Il faut en effet renforcer la discipline : on avait déjà imposé « l’uniforme national » (cf. ci-dessus, séance du 22 frimaire en IV, 2, 45), mais il faut le rendre plus distinctif :

Séance du 22 floréal an 4. [2, 68].

136... Le Ministre demande qu’il soit adapté à l’uniforme des Elèves une marque distinctive comme bouton ou autre, le conseil charge l’administration de lui faire un rapport sur lespece de Changement qui peut avoir lieu, et la manière de l’opérer...

Difficultés pour l’enseignement de la chimie

La chimie donne beaucoup plus de souci au Conseil que les autres disciplines, à en juger par le nombre de séances qu’il lui consacre. Il faut dire que le nombre et l’encombrement des laboratoires, l’abondance du personnel, le problème de recrutement et de la formation des jeunes aides de laboratoire justifient que le Conseil revienne souvent sur le sujet qui fait l’objet d’un nombre exceptionnel de règlements spéciaux d’autant plus nécessaires que les élèves ne semblent pas manifester un zèle extraordinaire dans ce domaine. Au contraire, Guyton, Prieur et Chaussier sont tous trois des chimistes convaincus qui tiennent à donner à cette science la place qu’à leurs yeux elle mérite.

Guyton, hélas, n’est pas un professeur très enthousiasmant. Dès la fin de la première année scolaire, il se plaint du manque d’assiduité des élèves.

Séance du 22 thermidor an 3. [2, 26].

137... Le Cen. Guyton instruit le Conseil qu’en Visitant ses trois Laboratoires de Chymie, il a trouvé le Laboratoire n° 2, absolument désert. Le chef de Brigade et l’aide de Laboratoire étaient absens ; le journal n’était point tenu. Le Cen. Guyton ajoute qu’il a fermé ce Laboratoire, et qu’il a fait passer dans les Autres, les Elèves qui ont des Dispositions et du Zèle pour le travail...

Pourtant, l’installation et l’équipement des laboratoires de chimie se poursuit ; il n’y en avait encore que neuf ; on en ouvre neuf autres, cependant que le Conseil affiche sa réprobation de l’absentéisme.

Séance du 28 ventôse an 4. [1, 79].

138... Le Directeur instruit le conseil que le citoyen Biot élève, s’est absente pendant quelques tems. le conseil charge le Directeur de lui écrire pour lui demander le motif de son absence. On demande que l’on applique à quelques élèves l’arrête du Conseil qui prive des rations les Elèves qui s’absentent des leçons, cette proposition est arrêtée. On s’occupe ensuite des laboratoires particuliers de chymie, le conseil arrête ce qui suit :

  • Que l’on ouvrira le 9 Germinal prochain, neuf laboratoires particuliers de chymie.

  • qu’à cet effet tous les laboratoires seront fermés quartidi Germinal au soir, les clefs remises le quintidi matin au préparateur général qui aura depuis ce moment jusqu’au nonodi pour faire la nouvelle répartition entre les anciens et les nouveaux, de manière que tous soyent également garnis des choses nécessaires et analogues aux différentes opérations aux quelles ils sont destines.

  • d’ici à cette époque, le local sera tenu libre par les soins des citoyens Taillepied, Lermina et Lagrange.

  • les matières et ustensiles seront tenus prêts par les soins des citoyens Taillepied et Lagrange

  • les instituteurs ou adjoints de chymie, formeront de concert le tableau des Opérations à Effectuer dans les laboratoires pendant le cours du mois, ce tableau sera présenté au conseil le Octodi Germinal.

  • les citoyens Prieur et chaussier seront invités de rédiger le règlement de régime intérieur des laboratoires, et de le présenter au conseil à la séance du 8 Germinal, le conseil arrête en outre qu’il sera tenu une conférence de chymie le 4 pour completter l’entier établissement des 18 laboratoires ; les déterminations qui y seront prises auront leur effet provisoirement, attendu l’impossibilité de les soummettre au Conseil avant le jour d’Ouverture desdits laboratoires...

On ne retrouve pas trace du projet de règlement intérieur dans les séances suivantes de Germinal, mais seulement en Messidor, où le Conseil enregistre dans le détail le règlement intérieur des manipulations de chimie des élèves et celui du service des aides de laboratoire.

Séance du 2 messidor an 4. [2, 72].

139... Le conseil arrête les articles supplémentaires au règlement concernant le service des laboratoires de chymie comme il suit, savoir :

140Article 1er
La note des opérations à effectuer par les élèves dans leurs laboratoires, sera préparée et les matières nécessaires à ces opérations seront indiquées au préparateur général, au moins 4 jours à l'avance, par les instituteurs, les adjoints, où à leur défaut par les instructeurs chymistes.
Les instructeurs ne pourront signer de bons, que pour les matières nécessaires aux opérations du jour.

141Article 2
Il sera affiché dans chaque laboratoire une liste nominative de la brigade qui l'occupe, divisée en 4. pelotons, conformément à l'article 2. du règlement.

142Article 3
Les Duodi et Septidi l'administrateur et l'instructeur chymiste, le préparateur général et les chefs de Brigade feront le visite prescrite, par l'article 11. et 12. du règlement Cette visite aura en outre pour but, de maintenir le bon état et l'arrangement des matières, vaisseaux et ustensiles du laboratoire.
Dans le cas où il y aurait quelque désordre à cet égard, le chef de Brigade commandera sur le champ et par écrit, les élèves qui étoient de tour dans chaque peloton, à fin d'y pourvoir dans le délay qu'il leur prescrira. Si quelqu'élève se refusoit à ce travail extraordinaire, il en sera fait rapport au conseil, par l'administrateur dans la séance subséquente.

143Article 4
Il sera distribué aux chefs de brigade des imprimés suivant le modèle cy-joint, sur lesquels chaque élève écrira et signera le procès verbal de l'opération dont il aura été chargé à son tour de rôle dans le peloton.
Ces procès verbaux seront remis par le chef de Brigade aux instructeurs pour être visés et examinés, soit par l'instituteur où adjoint, soit par l'instructeur lui même. Les chefs de Brigade donneront la note de ces procès verbaux, divisée par jour de travail, au citoyen Lebrun administrateur, pour le mettre à même de rendre compte au Directeur de l'exécution entière du règlement sur cet objet.
Les procès verbaux seront ensuite remis à chaque élève qui les conservera pour les représenter lors de l'examen...

Séance du 8 messidor an 4. [1, 113].

144... La même commission présente au conseil, un règlement sur un mode d’admission et d’examen des aides de laboratoire conservés, il est arrêté qu’il sera soummis à l’approbation du ministre comme il suit : Le conseil en exécution de l’article 18 du titre 4 de l’organisation de l’Ecole et voulant assurer le service que doivent faire les aides de laboratoire, en même tems qu’ils doivent y acquérir de l’instruction, arrête :

145Article 1er
Les dix aides de laboratoire seront répartis pour leur service, ainsi qu'il suit : Deux, seront attachés à chacun des trois instituteurs de chymie, Deux à celui de Phisique, deux au préparateur général, pour travailler spécialement sous leur direction.

146Article 2e
Aucun aide de laboratoire ne sera reçu à l'avenir avant l'âge de 14 ans.

147Article 3e
Les conditions nécessaires à leur admission, sera de savoir monter un appareil et préparer les opérations les plus ordinaires de la chymie où de la phisique.

148Article 4e
Lorsqu'il aura une place d'aide de laboratoire vacante, la présentation de celui qui devra le remplacer sera faite au conseil par celui des instituteurs sous lequel il devra se trouver ; et si c'est sous le préparateur général, la présentation sera faite par les instituteurs de chymie réunis.

149Article 5e
Cette présentation ne pourra avoir lieu, que d'après un rapport écrit qui fera mention de l'âge du candidat, son instruction, des témoignages que l'on a de sa bonne conduite, et enfin des motifs qui doivent décider son admission.

150Article 6e
Tous les ans au mois de frimaire les aides de laboratoire seront examinés par une commission, composée de trois membres, nommés par le conseil.

151Article 7e
D'après le rapport de cette commission, le conseil de l'école statuera s'ils doivent continuer leurs fonctions, ou si leur renvoi doit être proposé au Ministre.

152Article 8e
Lorsqu'ils auront passé trois ans à l'Ecole à titre d'aides de laboratoire, ils seront remplacés à moins que le conseil les jugeant propres par leurs talens et leur zèle, à aspirer à des fonctions supérieures, n'en décide autrement. Cette décision sera renouvellée chaque année.

153Article 9e
L'examen et le rapport mentionnés dans les articles 6 et 7 auront lieu dans le courrant de ce mois, pour les aides de laboratoire actuellement à l'Ecole ; et ils ne seront reconnus comme définitivement admis, qu'autant que ce rapport leur sera favorable.
Le conseil entend la lecture d'un autre règlement sur l'instruction et la police intérieure des aides de laboratoire ; il est aussi arrêté comme il suit.

1541. Les aides de laboratoire se rendront à l'école, et en sortiront aux mêmes heures que les élèves.

1552. Si dans les heures autres que celles où ils doivent se trouver à l'école, leurs supérieures avoient besoin de leur présence, ils seront à leur disposition.

1563. Ils seront partagés en deux sections, pour les leçons de mathématiques qui leur seront données par deux chefs de brigade.

157...

1588. Ils seront soumis à toutes les règles de la police de l'école.
L'Administrateur chargé de la police des élèves, veillera à l'exécution du présent règlement, et pourvoira à tous les objets particuliers qui peuvent en dépendre...

Mais, en fructidor an IV (septembre 1796), Guyton continue à s’inquiéter du contrôle de l’assiduité des élèves aux cours de chimie :

Séance du 22 fructidor. [2, 80].

159... L’Administration rend compte de la conférence de Chimie qui a eu lieu le 9. fructidor, sous la présidence du citoyen Guyton elle fait part des articles suivans convenus pour être présentés au conseil comme moyen d’activer l’enseignement de la Chymie.

160L’appel de la division entière continuera à se faire immédiatement avant la leçon, il commencera par les chefs de Brigade qui seront appellés de suite. Immédiatement après la leçon il sera rendu Compte de l’absence des chefs de Brigade au Directeur, qui les fera venir pour en connoitre les motifs, et dans le cas où quelques-uns continueroient à négliger ce devoir sans causes suffisantes, il en sera rendu compte au Conseil. Il sera également rendu compte au Directeur des absences des élèves à la leçon de Chymie, et dans le cas où quelques uns s’obstineroient dans l’inexactitude à cet Egard, il sera délibéré au conseil, sur leur radiation de la liste des élèves. Il a été unanimement reconnu en outre que les moyens efficaces d’activer le travail des laboratoires, consistent essentiellement dans le bon exemple et l’exactitude des chefs de Brigade, les soins assidus et la surveillance soutenue des instructeurs chimistes, et enfin dans l’attention apportée par les instituteurs, à exiger les procès verbaux, les examiner et en faire mention publiquement avant où après la leçon. Le Conseil adopte ces articles, arrête qu’ils seront insérés dans le procès verbal dont l’extrait sera transmis aux instituteurs, instructeurs, et chefs de Brigade, et par ceux-ci, dans toutes les salles d’étude...

La fin de l’année scolaire approche - les examens de passage auront lieu en Brumaire - Guyton prépare un règlement spécial pour les examens de chimie : gare à ceux qui en feront l’impasse !

Séance du 2 brumaire an 5. [2, 841.

161... Le citoyen Chaussier présente un mode d’examen pour la chymie. le conseil après avoir consulté les instituteurs chymistes, qui l’adoptent, arrête qu’il sera suivi.

162... Mode d’examen pour la Chymie

163La commission chargée par le conseil de l’école polytechnique de présenter un mode pour procéder à l’examen des élèves sur la chymie, considérant que le but de cet examen doit être non seulement de s’assurer du degré des connoissances acquises par les élèves dans le cours de l’année, mais encore d’exercer leur émulation, et de leur faire sentir que leur application à la chymie est aussi nécessaire que leurs études aux mathématiques, et que l’on exigera également d’eux des preuves de capacité et d’assiduité, dans l’une et l’autre partie, proposent les articles suivans qui leur paroissent propres à remplir les différens objets qu’on se propose.

164Article 1er

165Chaque instituteur fera dans sa partie l'examen des élèves de sa division, il les appellera successivement suivant l'ordre du tableau qui lui sera remis et les interrogera sur les différens objets de Chymie qui auront fait la base de ses leçons.

166Article 2e

167Avant de procéder aux interrogations, il se fera représenter les procès verbaux des différentes opérations qui auront été faites par l'élève, il tiendra note du nombre de ces procès verbaux et de leur mérite.

168Article 3e
Ces examens se feront publiquement dans le laboratoire de démonstration les quartidi et Nonodi de chaque décade, à l'heure ordinaire des séances et seront terminés le 30 Brumaire au plus tard.

169Article 4e

170L'interrogateur tiendra une note exacte du mode dont les réponses auront été faites, et en remettra le procès verbal au bureau de l'administration de l'école. Enfin, pour la rentrée scolaire de Nivôse an V (janvier 1797), le Conseil met en vigueur un nouveau règlement "de police"pour la chimie :

Séance du 12 nivôse an VI. [2, 87].

171Le conseil adopte le règlement d’instruction et de police pour la Chymie, et arrête qu’il sera observé ainsi qu'il suit :

172Article 1er
Tous les Elèves des divisions de fortification et travaux civils, seront appelles à manipuler dans les laboratoires, et il en sera ouvert à cet effet un, pour chaque brigade.
Il en sera en outre établi un destiné à recevoir les Elèves de Stéréotomie qui, ayant déjà travaillé les années précédentes auront montré des dispositions pour la Chymie.

173Article 2e
On n'admettra d'abord que la moitié des élèves de chaque Brigade ; le choix en sera fait parmi ceux qui se seront fait remarquer les années précédentes par leur goût pour la chymie.
Cette moitié travaillera pendant trois mois après quoi elle sera remplacée par l'autre moitié, et ainsi successivement jusqu'à la fin de ce cours.
A la fin du premier trimestre, il sera établi un ou deux laboratoires d'expériences pour procurer la continuation de travail à ceux des élèves qui se seront distingués dans les laboratoires ordinaires pendant le trimestre, et ainsi de suite, suivant qu'il sera jugé nécessaire.

174Article 3e
Il sera ordonné deux expériences par séance, dans chaque laboratoire.
Les Instituteurs s'entendront pour faire le tableau des expériences, en conciliant la plus grande instruction avec l'Economie dictée par les par les circonstances.

175Article 4e
Les procès verbaux des opérations seront d'obligation, et sous la responsabilité du chef de Brigade, ils devront être faits dans l'intervalle de la Séance de l'opération, à la séance suivante ; ils auront lieu quoique l'opération ne soit pas achevée, et pour la portion qui aura été effectuée.
Ces procès verbaux seront remis à l'Instituteur, il y mettra son visa avec les observations qu'il jugera convenables pour l'instruction des Elèves, il communiquera à l'instituteur ceux des dits procès verbaux qui lui auront paru mériter cette distinction.
Le premier quintidi de chaque mois, tous les Elèves seront réunis avant la leçon de Physique pour que par l'instituteur il soit fait un résumé des dits procès verbaux avec les observations qui paroitront propres à l'encouragement de ceux qui se seront distingués, et à l'instruction de tous. Après cette séance, tous les procès verbaux seront remis aux élèves rédacteurs par l'intermédiaire de leurs chefs de Brigade.

176Article 5e
La veille des leçons, les chefs de Brigade se rendront suivant l'usage près de l'instructeur, pour recevoir la note des expériences et des matières pour le lendemain.
Un double de cette note aura été remis à l'avance au préparateur général, chargé de préparer en conséquence la distribution.

177Article 6e
Les laboratoires ne seront garnis qu'à mesure des besoins, et sur des bons visés de l'instructeur ou du préparateur général.
Le préparateur général surveillera spécialement l'existance et l'emploi des vases et matières sortis du magazin pour entrer dans les laboratoires, et il en tiendra par devers lui les inventaires, auxquels l'administration aura recours au besoin.

178Article 7e
Il sera fait suivant l'usage une visite des laboratoires dans l'Intervalle de chacune des séances, les Duodi et septidi. cette visite sera faite en présence de l'administrateur, l'instructeur, le préparateur général, et le chef de Brigade. L'Instructeur s'assurera de l'état des opérations ordonnées et il indiquera par écrit au préparateur général, les vaisseaux et produits à retirer.
Il sera par l'administrateur pris note des réparations et des dispositions convenues pour le bien du service.
Le chef de Brigade fournira tous les renseignemens qui lui seront demandés et recevra les Documens qu'il devra transmettre aux élèves pour le succès du travail. Tous tiendront la main au maintien de l'ordre et de la propreté, suivant le mode usité l'année dernière.

179Article 8e
Tous les vases contenant des produits ou matières seront étiquetés et il ne pourra en rester dans les laboratoires, que ceux dépendans des opérations de la dernière séance, et ceux occupés par les réactifs, jugés indispensables, et d'un usage continuel.

Préparation de la troisième rentrée scolaire (Nivôse an V)

Séance du 18 frimaire. [1, 125].

180La séance est ouverte par la lecture du procès verbal. Le Ministre de l’Intérieur écrit au conseil de l’Ecole pour l’engager à réduire l’enseignement de la chymie à deux laboratoires principaux, le conseil invite les citoyens instituteurs de chymie à conférer ensemble sur cet objet et à lui remettre le plan dont ils seront convenus. Les citoyens instituteurs de Mathématiques et de géométrie descriptive sont pareillement invités à rapporter duodi au conseil, le résultat de leur délibération sur le mode qu’ils suivront pendant le cours de l’année qui va s’ouvrir pour l’enseignement des parties dont ils sont respectivement chargés.

Séance du 22 frimaire. [2, 86].

181Le conseil après avoir entendu la lecture du mode proposé pour l’enseignement de la chymie pendant l’an 5. arrête que les instituteurs de cette partie conviendront entre eux des moyens de l’établir sur les bases proposées provisoirement, en attendant qu’il soit statué déffïnitivement. Le conseil adopte la même mesure pour l’Enseignement de l’Analyse...

Séance du 2 Nivôse. [2, 86].

182La séance est ouverte par la lecture du procès verbal. Le conseil arrête que les cours de chymie commenceront le 4 prochain à 9 heures, et que le Cen Welter instructeur chymiste sera attaché à la division du Cen Guyton chargé de diriger les Elèves dans leurs opérations. Le conseil arrête que le Directeur écrira au ministre que d’après l’arrangement pris pour l’Enseignement des Mathématiques, il devient nécessaire d’employer dorénavant en qualité d’adjoint des instituteurs de mathématiques, le citoyen fourrier qui a rendu des services distingués à l’Ecole dans cette partie. Le conseil reçoit les instrumens de Physique et les livres détaillés dans la lettre du Ministre qui les envoie à l’Ecole, et arrête que les livres seront déposés à la Bibliothèque, et les instrumens de Physique, remis au citoyen Barruel qui en fera l’examen et la description, et rendra compte au conseil, de l’état ou il les aura trouvé. Le conseil approuve le règlement provisoire de travail et de Police des Elèves dans l’intérieur de l’Ecole, duquel le Cen le Brun a fait lecture et arrête qu’il sera observé.

Et, pour faire mentir l’adage « de minimis non curat praetor » , le Conseil adopte dans le détail le règlement de distribution du bois de chauffage pour l’hiver prochain :

Séance du 18 vendémiaire an 5. [l, 122].

183... L’administration donne lecture d’un règlement, concernant la distribution du bois aux agens de l’école, le conseil en adopte les dispositions, et arrête qu’elles Seront exécutées pendant un mois provisoirement, ainsi qu'il suit :

184Article 1er
Le Bois sera distribué aux agens de l'école dans la quantité qui est fixée par l'état cy joint, sans pouvoir l'excéder, sans une décision expresse du conseil.

185Article 2e
La quantité attribuée à chacun pourra être prise dans le courrant des six mois d'hiver à compter du 1er Vendémiaire, mais pour égale portion par chacun des dits six mois.

186Article 3e
Chaque voie de Bois sera fournie sciée, les membrures pleines, de manière que chacun des agens puisse vérifier s'il a son compte, lorsqu'il aura été arrangé dans son appartement.

187Article 4e

188Lorsque l'un des agens désirera avoir du Bois, il voudra bien envoyer au distributeur, sa demande, Suivant le modèle qui sera indiqué par l'administration, et qui devra être tel que la partie prenante ne donne son récépissé qu'après avoir reconnu l'exactitude de la mesure, et qu'en outre elle voye chaque fois le compte de ce qu'elle a reçu, et de ce qui lui reste à consommer.

189Article 5e
Il ne sera transporté du Bois au dehors, sous aucun prétexte.

190Nta- la voye étant fournie entière, à pleines membrures, et sciée en deux équivaut à une voye 1/4 au moins telle qu’elle a été fournie l’année dernière...

La pression des examinateurs de sortie et du corps du Génie : « la crise de l’an V»3

  • 3  Cf. Bulletin SABIX n° 8, E. Grison, "Les premières attaques contre l’Ecole polytechnique, 1796-179 (...)

Laplace a été nommé examinateur de sortie pour l’artillerie ; il interrogera les élèves sans beaucoup se soucier du programme de l’Ecole, malgré les invitations et protestations discrètes du Conseil.

Séance du 18 prairial an 4. [1, 90].

191... Le Conseil entend la lecture de deux arrêtés du Directoire Executif du 6. Prairial, le premier concernant le mode et le tems de l’examen des Elèves de l’Ecole Polytechnique qui devront entrer dans les Ecoles d’application. Le second concernant les examens qui doivent avoir lieu à Châlons pour le service de l’Artillerie. Le Conseil arrête qu’une lettre sera écrite en son nom aux Cens. La Place et Bossut nommés par le Directoire exécutif examinateurs des Elèves sortant de l’Ecole Polytechnique pour les engager à assister à ses séances toutes les fois qu’ils voudront, a venir prendre eux mêmes connoissance de l’Intérieur de l’Ecole, de sa marche et de ses travaux, à enrichir le Journal des articles qu’ils jugeront à propos d’y insérer, et charge le Directeur de les voir et de leur réitérer verbalement ces invitations...

Séance du 2 vendémiaire an 5. [2, 82].

192... La question des examens par les citoyens Laplace et Bossut à été discutée le citoyen Directeur a insisté sur ce qu’ils dévoient être restreints au seul travail de l’école, ce dont le Citoyen Laplace a paru convenir...

Séance du 2 prairial an 5. [2, 91].

193... Le conseil charge le directeur de conférer avec les Instituteurs, pour les engager a fournir avant la fin du mois une notice détaillée de leurs leçons dont il sera fait un programme général pour régler la forme des examens des Elèves ; le Cen. Fourier se charge de la confection du programme des mathématiques et de consulter à ce sujet les Cen. Bossut et Laplace. que le Directeur invitera à lui donner leurs avis...

Et ce n’est pas seulement des examinateurs de sortie que viennent des critiques dangereuses pour l’Ecole, c’est maintenant du très puissant Corps du génie militaire qui prône une réforme complète de l’Ecole.

Séance du 2 Ventôse, an 5e. [2, 90].

194La séance est ouverte par la lecture du Procès Verbal. Le Directeur fait lecture d’un Arrêté du Directoire Exécutif qui ordonne que le Cen. Maillet la Coste, Elève de l’Ecole Polytechnique en sera renvoyé. Le Directeur fait également lecture d’un Ecrit intitulé : Observations du Bureau Central des fortifications, envoyé par le Ministre de l’Intérieur au Conseil pour en avoir son avis. Les Membres présens s’accordent à penser que sans admettre ni rejetter ce qui y est contenu, ils ne peuvent sans inconvénient ouvrir une discussion appronfondie sur la composition d’une nouvelle Ecole Polytechnique, ils chargent en conséquence Le Directeur d’Ecrire au Ministre de l’Intérieur une lettre motivée dans laquelle il lui sera spécialement représenté que les grands changemens jetteroient le désordre dans l’enseignement commencé et que l’Ecole Polytechnique persiste à lui demander l’organisation qui vient de lui être communiquée et qui a fait jusqu’à présent la base de sa première institution. S’en rapportant d’ailleurs à ce que sa sagesse inspirera pour le succès de ce précieux établissement.

Les nuages s’amoncellent ; le Corps du génie retire purement et simplement les officiers du génie professeurs à l’Ecole ; le Directoire fait supprimer l’enseignement de la fortification qui était donné à l’Ecole, pour le réserver à l’École d’application de Mézières.

Séance du 28 germinal. [1, 131].

195... La Délibération s’ouvre sur les moyens d’Eclairer le Gouvernement sur les Dangers dont l’existance de l’Ecole seroit menacée par des changemens aux loix existantes concernant cet établissement ; Le Conseil charge le Directeur de recueillir les observations par écrit, que ses membres sont invités de lui remettre sur cet objet, à fin d’en faire usage au besoin.

Séance du 28 floréal an 5. [1, 133].

196... Le Cen Catoire fait part au Conseil de l’ordre qu’il a reçu du Ministre de la Guerre de se rendre dans le plus bref délai à l’Ecole du Génie à Metz en qualité de commandant en second ; le conseil touché du départ du Cen Catoire ; lui exprime son regret de le voir s’éloigner de son sein, et le désir de conserver avec lui pour le bien de l’Instruction des liaisons fondées sur l’estime et la reconnoissance de ses lumières, arrête en outre qu’un extrait de ce procès verbal lui sera remis, contenant le témoignage des talens et de l’exactitude qu’il a apportée à l’exercice de ses fonctions et de la satisfaction qu’il éprouve à lui donner cette déclaration de ses sentimens. Le Cen. Say Communique au Conseil l’ordre qu’il a reçue du Ministre de la guerre de se rendre à l’Ecole du génie à Metz le Conseil sensiblement affecté de le voir s’éloigner de l’Ecole lui exprime combien il ressent la perte qu’il fait en sa personne, et le désir de conserver avec lui pour le bien de l’instruction une correspondance fondée sur l’estime de la conviction de ses lumières, arrête en outre qu’un extrait de ce procès Verbal lui sera remis contenant le témoignage de sa satisfaction des talents et de l’exactitude de ses fonctions et du zèle éclairé qu’il a développé dans les diverses connoissances et dans tous les travaux dont il a été chargé par le conseil...

Séance du 8 Prairial an 5. [1, 134].

197... Le Directeur Communique au Conseil une lettre du Directoire Executif tendante à opérer sans délai la suppression de l’enseignement de la fortification, des travaux civils, et de l’architecture le Conseil après avoir développé tous les inconveniens qui résulteraient de cette mesure dans ce moment a chargé le Directeur d’en Ecrire au Ministre. Le Directeur a prévenu le Conseil de la restitution projettée des objets provenants de l’Ecole de mezieres, le conseil a pensé que l’intention du Gouvernement était que cela ne put interrompre le service Journalier de l’enseignement et a chargé le Directeur d’y Veiller.

Séance du 18 Thermidor an . [1, 137].

198... Le Ministre de l’Intérieur consulte le Conseil sur la proposition faite par le Ministre de la Guerre d’appeler le Cn. fourrier à la place de professeur à l’Ecole du génie a Metz pour la remplir pendant six mois en lui laissant les six autres mois pour le service de l’Ecole Polytechnique.
Le Conseil après en avoir délibéré, charge son président d’informer le Ministre de la nécessité indispensable de l’Instituteur d’analyse à l’Ecole pendant le cours entier des Etudes. Le Cn. fourrier déclare en outre qu’il opte pour l’Ecole. Le Ministre consulte encore le Conseil sur la demande faite par le Ministre de la Guerre de remettre à sa disposition les planches de l’enseignement de fortification. Le Conseil charge son président de présenter au Ministre les motifs qui paroissent militer contre cette demande, en offrant de procurer au Ministre de la Guerre les exemplaires qu’il jugeroit lui être nécessaires...

Le retour de Monge d’Italie

Après le coup d’état du 18 fructidor an V (4 septembre 1797) qui élimine du Directoire les » modérés » Carnot et Barthélémy, et du Corps législatif les députés suspects de » royalisme », le Conseil de l’Ecole semble entrer en hibernation. Alors qu’il a tenu régulièrement ses deux séances par décade jusqu’au 22 Fructidor, il ne se réunit que deux fois en Vendémiaire, pour élire Monge comme directeur, malgré son absence en Italie.

Monge est de retour le 4 brumaire, précédant de peu le » héros d’Italie » qui l’a chargé de porter solennellement au Directoire et au Corps législatif le glorieux traité de Campo Formio. Le Conseil ne se réunit qu’une seule fois en Brumaire, le 22.

Séance du 22 Brumaire an 6. [2, 97].

199On ouvre la séance par la lecture d’un arrêté du Directoire exécutif portant la nomination du Cn. Monge à la place de Directeur de l’Ecole Polytechnique...
Le Cn. Monge est chargé d’écrire une lettre au Cn. Deshautschamps, dans laquelle il lui témoignera la reconnoissance du Conseil pour les services importants qu’il a rendus à l’Ecole. On donne ensuite lecture d’une lettre du Ministre de l’intérieur tendant à obtenir des renseignemens sur le civisme des Agens de l’Ecole. Le conseil a arrêté qu’on enverroit copie de la réponse qui a été faite il y a quelque tems sur le même sujet...

 « In cauda venenum » : il sera beaucoup question de vérification du « civisme » dans les mois à venir. Aidée de Monge, l’Ecole va donner des gages de sa ferveur républicaine et lance d’abord une opération de publicité : fin brumaire an 6, la sortie scolaire est terminée, mais la rentrée est imminente ; on va s’en servir.

En frimaire et nivôse, le Conseil reprend le rythme de ses réunions.

Séance du 28 frimaire an 6. [1, 140].

200... Le Conseil a arrêté que l’ouverture des Cours pour la 2e Divon des Elèves aurait lieu le 6 Nivôse ; ceux pour la lère Division le 16 dudit ; Les cours Généraux commenceront le 15 par une séance Générale à laquelle les Instituteurs sont invités à assister et à prononcer des discours analogues aux sciences qu’ils professent. Dans la séance du 8 le Directeur fera part au Conseil des dispositions faites pour le tenue de la séance générale du 15.

Séance du 18 Nivôse an 6. [1, 141].

201Après la lecture du procès Verbal le Directeur fait part d’une lettre du Ministre qui annulle l’examen de Merlis et Cousin pour n’avoir pas rempli le voeu de la Loi sur les preuves de Républicanisme.
Cette juste sévérité, dit le Ministre rappellera aux Elèves l’obligation qui leur est imposée de payer par leur civisme autant que par leur travail l’instruction dont la patrie fait pour eux les frais, ainsi que l’intention formelle du Gouvernement de n’accorder ses faveurs et ses distinctions nationales qu’à ceux qui s’en rendront dignes par leur dévouement à la République. Le Directeur informe le Conseil que les Elèves formant la 2e. division ont spontanément voté un don patriotique de la somme de 684 f. 50 qui a été envoyée au Corps législatif avec une lettre dont il est donné lecture. Le Conseil arrête que le don sera inscrit au procès verbal ainsi que la lettre ainsi qu’il suit :

Citoyens Représentans,

Les Elèves de la 2e. division del’Ecole Polytechnique, désirant concourir, autant qu’il est en leur pouvoir à l’effort unanime des français contre le Gouvernement Britanique et leur impatience ne leur permettant pas d’attendre l’arrivée de leurs nouveaux camarades formant la lère. division, viennent d’exposer au sein de la Représentation nationale, une somme qu’ils regrettent de pouvoir offrir plus considérable ; mais consacrant leurs tems et leurs moyens à un travail qui doit tourner à l’avantage de leur patrie, ils espèrent que le Conseil des cinq cents ne considérera dans leur offrande qu’une manière d’énoncer leur voeu pour le succès des armes de la République, en attendant que plus en état de la servir, ils puissent efficacement concourir au maintien d’un gouvernement qu’ils chérissent et dont ils apprennent à connoitre de jour en jour les bienfaisans effets par l’instruction qu’ils reçoivent. Envoyés par nos camarades, nous déposons en leur nom la somme de 684 f. 50.

202Le Directeur informe ensuite le Conseil que le don patriotique offert par les Instituteurs et autres agens de l’Ecole s’est trouvé monter à 751 f.25c. dont il a représente le récépissé de la Trésorerie.
Comme il a été représenté que ce récépissé etoit énoncé en livres et sols, le conseil a arrêté qu’il serait renvoyé à la Trésorerie comme non Valable avec invitation de le remplacer par un autre énoncé en francs et centimes conformément aux loix sur les mesures Républicaines.
Il a été ensuite rendu compte de la séance extraordinaire qui a eu lieu le 15 Nivôse pour l’ouverture des cours généraux de l’Ecole ainsi qu’il suit : Cette séance a été ouverte à une heure après midi par un discours dans le quel, Le Directeur après avoir montré que toutes les jouissances qui contribuent au bonheur de l’homme en société sur le produit de ses facultés intellectuelles, fait sentir que l’objet immédiat de la Civilisation doit être le perfectionnement de l’esprit humain ; il indique quelques unes des vues qui pourraient tendre à ce but.
Le Cn. Guyton à fait l’éloge du Cn Pelletier qu’une mort prématurée vient d’enlever aux sciences. Il a exposé les travaux et les découvertes de ce chimiste habile, il a entretenu l’assemblée des vertus Républicaines de ce zélé Citoyen. Le Cen Guyton a parlé ensuite des avantages sans nombre de ce Zélé Citoyen à la société. Le Cn. fourrier présente le tableau de l’instruction mathématique. Il fait connoitre aux Elèves les motifs les plus propres pour diriger leur attention vers l’étude des sciences exactes, les invite particulièrement à considérer ces sciences sous les rapports multipliés qu’elles offrent avec les besoins de la société. Il développe rapidement les relations singulières qui lient les vérités abstraites avec les phénomènes naturels et rappelé les principales découvertes mathématiques qui honorent les deux derniers sciecles. Le Cn Prony a lu une notice historique de la vie et des ouvrages de Jacques Elie Lamblardie Inspecteur Général et Directeur del’Ecole des ponts et chaussées et Instituteur de l’Ecole Polytechnique. Né à loches, Département de l’Indre en 1747. et mort à Paris le 6 frimaire an 6. de la République. Cette notice renferme l’exposé succint des Travaux de Lamblardie depuis son entrée à l’Ecole des ponts et Chaussées en { } Jusqu’à l’an 5e. de la République terminé par quelques détails sur ses vertus sociales et sur le sort de sa famille.
L’instituteur de Dessin après avoir établi l’analogie qui existe entre les sciences et les arts, après avoir démontré que bien loin d’être rivales ces diverses parties des connoissances humaines, se prêtent un mutuel secours dérivent de la même source et s’appuyent sur les mêmes bases a examiné brièvement ce qui constitue l’essence des arts en général et de la peinture en particulier, il a indiqué comment les diverses branches du dessin dérivent de la peinture qu’on peut regarder comme le tronc qui les nourrit toutes, puis se renfermant dans ce qui concerne plus particulièrement l’étude du dessin par rapport à l’ingénieur il a fait connoitre aux Elèves la marche qui sera suivie dans l’Ecole Pour leur rendre cette étude la plus plus profitable possible, malgré le peu de tems qu’ils peuvent y consacrer. Le Cn. Chaussier a lu un discours dans le quel après avoir rapproché sous un point de vue les differens objets del’Enseignement de l’Ecole. Il a fait sentir combien dans un Gouvernement Républicain il importoit de faire entrer dans l’éducation civique des connoissances générales sur l’organisme animal, sur les moyens de salubrité et il a démontré, par quelques considérations combien ces connoissances etoient surtout nécessaires aux Cns qui, par état, sont destinés aux travaux publics. Après ces considérations générales, il a tracé une esquisse concise du cours de zoonomie, et il a profité de cette circonstance pour faire sentir que cette variété d’étude et de travaux successifs loin de nuire à la santé, ne pouvoit que contribuer à l’améliorer, et faire acquérir l’habitude du travail, le rendre agréable et facile et doubler ainsi la durée de l’existence. Enfin le Cn. Chaussier a rappelé aux Elèves les fonctions dont il est chargé en qualité de Médecin de l’Ecole et il a terminé son discours par quelques reflexions propres à faire reconnoissance et l’attachement à la République. Tous ces discours ont été accueillis par des aplaudissemens qui ont redoublé dans les passages qui exprimoient avec le plus d’énergie les vertus Républicaine et un patriotisme brûlant et éclairé. On a pu remarquer aussi que les traits les plus fins n’echappoient pas à la sagacité des Elèves et qu’ils saisissoient avec empressement les occassions de témoigner aux instituteurs la reconnoissance dont ils étoient pénétrés. L’assemblée entière s’est transportée dans la cour des laboratoires où venoit d’être planté l’arbre consacré à la Liberté. Le Directeur y a attaché le drapeau national. Le procès verbal d’inauguration (dont copie est ci après) a été enfoui à la racine dans un bocal hermétiquement fermé. Il a été chanté des couplets patriotiques composés par un agent de l’Ecole. D’autres strophes composées par un chef de Brigade et lues avec la chaleur du sentiment par le Cn. Ginguené ont porté dans tous les coeurs une vive émotion qui s’est enfin exhalée par le cri cher aux français si terrible à leurs ennemis, le cri général de vive la République. Le Conseil considérant que la cour dans la quelle a été planté l’arbre de la Liberté portoit improprement le nom de cour des laboratoires, et Voulant lui en donner un plus propre à rapeller aux Elèves le sentiment qui doit les animer dans tous les instans de leur existance, a arrêté que cette cour seroit dorénavant désignée sous le nom de cour de la Liberté et que la deuxième cour désignée sous le nom de cour du muséum, porteroit le nom de cour de l’égalité.

Copie du procès verbal de l’inauguration de l’arbre de la Liberté à l’Ecole Polytechnique :

Le quinze Nivôse an 6 de la république fse a été planté et consacré à la Liberté par le voeu des instituteurs, Administrateurs, Elèves et employés

Espèce inconnue Linnoeus, Un peuplier d’Athène : populus cordata (muséum national des plantes), populus athenae (Jussieu), populus atheniensis Weston, Populus graeca Cayton hortus Kervensis, La Marck

ayant 6 ans de crue 7 mètres 5/100 mètres de hauteur depuis le collet de la racine. 32 centimètres de circonférence mesurée à un mètre du collet de la racine.

203Ont assisté à cette inauguration et ont signé.

204Signé Ginguené Directeur général de l’Instruction publique. Le Général De Saix commandant en chef l’armée d’angleterre. Max caffarelli Dufalga général du génie qui a perdu une jambe au service de la République.

205Dandreossi chef de Brigade d’artillerie commandant l’artillerie à l’armée d’Italie.

206Les Membres du Conseil de l’Ecole Polytechnique Signé Monge directeur, Prony. La Grange, L. B. Guyton, hassenfratz Chaussier Laplace, hachette Lermina Neveu fourcroy Gardeur Le Brun et Peyrard.

207La Croix Lemire Say ex-Instituteur, Mérimée, Bossio Eisenman, Vauquelin, Taillepied, fourrier et Bouillon la grange.

Offrande civique des élèves, serment républicain : le Conseil déploie tout son zèle.

Séance du 28 Nivôse an 6. [1, 145].

208Après la lecture du Procès Verbal le Directeur fait un Rapport sur le mode de la prestation de serment de haine à la Royauté qui doit avoir lieu le 2 Pluviôse.
Le Conseil a arrêté que tous ses membres se rendroient à 9 heures au lieu ordinaire de leur séance, pour se rendre delà à l’Amphithéâtre où seraient réunis tous les Elèves et les differens agens de l’Ecole. Le Conseil a arrêté ensuite que les CC. Le Brun et Neveu se rendroient à St. Sulpice pour prêter le serment de haine à la Royauté conjointement avec les autorités Constituées de Paris...

Séance du 8 Pluviôse an 6. [1, 145].

209Après la lecture du procès verbal, le Directeur a rendu compte de la prestation de serment qui a eu lieu le 2 pluviôse jour anniversaire du 21 Janvier en vertu de la loi du 24 nivôse, an 4.
Tous les Instituteurs, Elevés et Agens de l’Ecole ont été appelés nominativement, et après avoir prononcé le serment dans les termes ordonnés, ils sont remis sur le Bureau écrit et signé de leur main conformément au procès verbal dont copie sera adressé au Ministre. Le Directeur annonce ensuite que les Elèves de la lère Division ont offert au Corps législatif un don de 552 fr. 55.c. pour les frais de la descente en Angleterre. Le Conseil autorise l’Administration à prendre des mesures pour empêcher que qu’il ne soit jeté aucuns immondices ni eaux quelconques par les fenêtres qui donnent sur le local occupé par le Conseil des 500. L’Administration est autorisée à faire condamner les fenêtres de ceux des Agens de l’Ecole qui contreviendraient à cette défense.

Mais ce n’est pas encore suffisant. Le Directoire réclame « l’épuration » .

Séance du 22 Ventôse an 6. [2, 99].

210Après l’adoption du procès verbal de la séance précédente, le Directeur fait lecture d’une arrêté du Directoire exécutif en date du 7 Ventôse, concernant l’épuration des Elèves.
Il est arrêté qu’il sera écrit une lettre au Ministre de l’Intérieur pour lui faire observer que le Conseil de l’Ecole n’est point chargé par l’arrêté du Directoire de procéder lui même à l’épuration des Elèves, et pour l’Engager à la faire exécuter par des Commissaires nommés par lui hors du sein de l’Ecole. Conformément à l’arrêté du Directoire du 7 Ventôse An 6., les Citoyens Michaud, David, Mairet, Yencesse Chatain, Dambruere, Carrette, Legentil, Desclos et Martineau demandent une attestation de Civisme et de bonne conduite. Le Conseil après avoir pris les renseignemens convenables et après s’être assuré du Civisme des reclamans, arrête que les Certificats demandés leur seront délivrés. Le Conseil charge les Cens. Guyton et Neveu de presser le Rapport concernant la nouvelle organisation de l’Ecole Polytechnique.

Le Conseil va se montrer sévère pour deux élèves, sans doute encore plus « mauvais élèves » que » mauvais citoyens » :

Séance du 2 Germinal an 6. [2, 100].

211Le Conseil arrête qu’il y aura le 4 Germinal une séance extraordinaire pour prendre un parti définitif relativement aux certificats de bonne conduite {et} de Civisme demandés par les Citoyens Duchamd et hooke et qu’en conséquence il sera adressé une lettre de convocation à tous ses membres. Le Directeur rend compte que conformément au voeu du Conseil il s’est rendu avec les administrateurs, plusieurs professeurs, et un grand nombre d’Elèves à la Célébration de la fête du 30. Ventôse, que l’Ecole à été placée immédiatement à la suite des autorités constitués au premier rang sous la bannière de l’Instruction Publique.

Séance du 4 Germinal an 4. [2,100].

212Après la lecture du procès verbal le Directeur expose que le conseil à été convoqué pour prendre un parti définitif relativement aux certificats de bonne conduite et de Civisme demandés par les Citoyens Duchamd et hooke, conformément à l’arrêté du Directoire du 13 Ventose dernier. Les Cens. Duchamd et hooke ayant été entendus, le conseil maintient son arrêté du 28 Ventose et refuse à l’unanimité à ces deux individus le Certificat mentionné dans l’arrêté du Directoire exécutif.

Madame Hooke mère se jette aux pieds du Ministre, qui semble pencher pour l’indulgence :

Séance du 18 floréal an 6. [1, 151].

213... Le Ministre de l’Intérieur fait passer une pétition de la Cenne hooke tendante à obtenir un certificat de civisme et de bonne conduite pour son fils a qui ce Certificat avait été refusé, le Ministre demande l’avis du Conseil sur cette pétition. Le Directeur soumet un projet de lettre pour le Ministre de l’Intérieur en réponse à la pétition de la Cenne hooke le Conseil approuve cette lettre ainsi qu’il suit :

214Citoyen Ministre

215J’ai reçu avec votre lettre du. 9. floréal la pétition de la Cenne. hooke tendante à obtenir pour son fils cidev/t Elève le Certificat du Conseil de l’Ecole exigé par l’arrêté du Directoire du 13 Ventose, an 6e. Vous me chargez par cette lettre d’examiner si les qualités morales les connaissances et surtout la légèreté de la faute peuvent bien mériter l’indulgence qu’on réclame pour lui. Le Conseil de l’Ecole à qui j’ai communiqué vos intentions m’a chargé de vous transmettre sa réponse sur divers objets de votre dite lettre.

  • le Conseil observe qu’il ne peut avoir aucunes données sur les qualités morales de ce je homme relatives à sa conduite hors de l’Ecole.mais il est constant que le Cen. hooke a été un mauvais Elève, n’ayant jamais rempli ses devoirs d’une manière satisfaisante sous ce rapport.

  • sur les connaissances de cet Elève, le Conseil observe qu’ayant été jugé par le Cen. La Place comme en état d’entrer au service de l’artillerie, il ne peut révoquer en doute la décision d’un juge aussi éclairé.

  • sur la légèreté de la faute de ce jeune homme, le Conseil observe que dans cette affaire il n’est pas question d’une faute grave ou légère, mais seulement d’un certificat qui atteste que l’Elève a toujours eu une bonne conduite et qu’il a constamment manifesté l’amour de la liberté, de l’Egalité, la haine de la royauté et l’attachement à la Constitution de l’an 3. Or ce certificat a été refusé au Cen hooke à l’unanimité d’après la conviction de chacun des délibérans. Cette conviction n’ayant pas été infirmée par de nouveaux renseignemens, depuis cette époque, le Conseil a persisté dans son opinion : Cependant comme a Cenne. hooke, dans sa pétition réclame, comme un motif d’indulgence, la légèreté du caractère de son fils, le Conseil doit à la Justice de déclarer que le Je hooke a toujours manifesté àl’Ecole une grande légèreté de caractère et une extrême étourderie, la conduite anticivique jointe à une telle disposition d’esprit pourrait en effet être moins coupable et moins dangereuse dans ses effets que celle qui émanerait d’un caractère mur et réfléchi qui ne laisserait aucune espérance pour le retour au bien.

216Mais ces Considérations dignes sans doute de fixer l’attention d’un gouvernement juste et indulgent ne sera pas de la compétence d’un Juri consulté sur un fait positif ; c’est sous ce point de vue, que le Conseil a cru remplir le voeu de l’arrêté du Directoire, et qu’il a refusé le Certificat au Cen. hooke sans rien préjuger sur les motifs d’indulgence invoqués en sa faveur et fondés sur la frivolité et l’étourderie de son caractère.

Mais le Ministre n’en est pas moins sévère pour d’autres, et, pour deux » mauvais élèves », le Conseil renchérit :

Séance du 18 thermidor an 6. [2, 107].

217... Le Directeur fait part au Conseil de la décision du Ministre du 17 Thermidor sur l’épuration ordonnée par arrêté du Directoire du 13 Ventose dernier. 4 Elèves seront exclus : 7 vivement semoncés, et 7 receveront un témoignage de mécontentement.
Le Directeur est chargé de notifier ce résultat aux intéressés. Le Conseil délibérant sur le paragraphe de la dte Lettre du Ministre portant : je devrais peut être infliger sur le Champ la même punition aux jeunes Lanus et Culon pour les quels un excès d’indulgence m’engage a suspendre encore la peine qu’ils ont encourue mais elle obtiendra son effet au premier délit grave dont ils se rendront »coupables » et considérant que ces deux Elèves n’ont cessé d’être le scandale de l’Ecole par leur inexactitude et le mépris de leur devoir, et qu’il serait du plus grand danger de laisser subsister, un tel exemple. D’impunité a côté des actes d’une juste sévérité exercée par le gouvernement a arrêté que le Ministre de l’intérieur serait invité à prononcer l’exclusion de l’Ecole contre les Cens. Lanus et Culon...

Les élèves, de leur côté, ne facilitent pas les choses en chahutant dans les théâtres :

Séance du 8 messidor an 6. [1, 155].

218... Un Membre rend compte du désordre qui a été occasionné au théâtre des jeunes artistes par des Elèves de l’Ecole les 5 et 6. du Courant. Le Conseil arrête qu’il s’assemblera demain en séance extraordinaire pour en délibérer d’après les nouveaux renseignemens qui auront pu être recueillis...

Séance extraordinaire du 9 Messidor an 6. [1, 155].

219Le Conseil convoqué extraordinairement le Directeur a annoncé que plusieurs Elèves étaient détenus par la police pour cause de trouble et de tumulte dans un spectacle : que le juge de Paix devant qui cette affaire avait été portée, en avait ordonné l’élargissement mais qu’il paraissait convenable que le Conseil examinat de son coté cet affaire sous le rapport de la discipline de l’Ecole, afin de prévenir de nouveaux excès par la juste punition des coupables echapés à la jurisdiction des tribunaux. Le Conseil après une mure délibération, a arrêté de proposer au Ministre, comme mesure répressive et nécessaire dans les circonstances.

  • l’Etablissement de l’uniforme projette depuis longtems et déjà approuvé tant par le Directoire Executif que par le Ministre de l’Intérieur.

  • l’Execution la plus prompte de l’Epuration ordonnée par arrêté du Directoire du 13 Ventose an 6.

  • l’autorisation au Conseil de l’Ecole, de proposer au Ministre un règlement de discipline basé sur la sévérité pratiquée dans les Ecoles analogues.

220Enfin le Conseil a pensé qu’il devait dès ce moment faire connoitre aux Elèves que cette malheureuse affaire avoit éveillé sa sollicitude et excité son indignation en interdisant, provisoirement, jusqu’à Primidi à 5 heures du soir, l’entrée à l’Ecole aux neuf individus qui ont été arrêté, pendant lequel tems, il sera pris les informations pour qu’il puisse être rendu au Ministre un Compte définitif et proposer tel mesures que les Circonstances éxigeront.

221Le Conseil a encore arrêté qu’il sera adressé au Directoire et au Ministre un mémoire expositif de la situation de l’Ecole, et à chargé Le Cen. Directeur d’en présenter le projet dans sa prochaine séance.

Séance extraordinaire du 11 Messidor an 6. [1, 156].

222Un des membres rend compe [sic] au Conseil que le Cen. Cheveny, qui avait déjà manqué d’une manière grave à la subordination est fort inexacte à ses leçons et s’y conduit d’une manière peu décente. Le Conseil après s’être assuré que depuis le Commencement de l’année le Cen. Cheveny avait manqué à un grand nombre d’appels a arrêté que son renvoi de l’Ecole serait demandé au Ministre, et que l’entrée de l’Ecole lui serait interdite provisoirement. Le Cen. Le Brun est chargé de faire connaitre cet arrêté au Cen. Cheveny. Le Conseil s’est occupé ensuite des Elèves qui avoient été arrêtés a cause de troubles arrivé au théâtre des jeunes artistes ; et après avoir entendu tous les renseignemens que ses commissaires s’étaient procurés sur cette affaire et sur les Elèves, accusés d’y avoir pris part a arrêté que le résultat de sa délibération serait soumise au Ministre ainsi qu’il suit.

223Le Directeur est chargé de mander ces Elèves de les réprimander et de leur faire sentir combien leur conduite est réprehensible. Le Conseil arrête que le Directeur, les deux administrateurs et le Cen. Gaivernon s’occuperont sans délai de la rédaction d’un règlement a proposer pour la police intérieure de l’Ecole.

Autre ingérence du gouvernement dans les affaires de l’Ecole : on impose à tout le monde de souscrire un emprunt »contre l’Angleterre » . Le Conseil essaie de protéger, autant que possible, le personnel et les élèves, mais »l’épuration » , elle aussi, menace toujours.

Séance du 28 germinal an 6. [1, 149].

224... Le Conseil arrête :

  • Qu’il sera pris onze actions dans la proportion désignée par le Directoire.

  • Que le Ministre de l’intérieur sera invité a ne point comprendre dans cet emprunt les garçons de salle, de Bureau, hommes de service, le Cen. Guerreau leur chef attendu que tous ces employés ne jouissent que d’un traitement de 720#. que leur payement est arriéré de plusieurs mois, qu’ils sont presque tous surchargés d’enfans et de dettes, et que par la nature de leur service étant obligés de rester à l’Ecole depuis 7 heures du matin jusqu’à 9 heures du soir ils sont privés de toute autre ressource pour subvenir à leur besoins.

  • Que le Ministre seroit invité à décider que le numéraire pour les actions ne seroit exigible que sur les appointemens de Ventose ainsi que cela s’est pratiqué dans les Bureaux des Ministres de la Guerre, de l’Intérieur et de la Marine.

  • Que ceux des Membres du Conseil qui n’en seraient pas empêchés par une absolue nécessité seraient invités à contribuer sur le champ pour leur portion.

  • Qu’il seroit observé au Ministre que le but de l’Instruction du Cen. Jacquemont seroit rempli avec plus de simplicité en chargeant le Comptable de l’Ecole de se procurer à la trésorerie les Actions et de les conserver dans sa Caisse pour y avoir recours au besoin.

  • Que le Ministre seroit invité à approuver que l’opération entière soit faite sous la surveillance de l’administration de l’Ecole.

  • Enfin le Conseil a pensé que les sommes allouées aux Elèves n’étant qu’une solde journalière destinées à pourvoir à leur subsistance, ils ne pouvoient être assujetis à aucune contribution.

225Le Conseil autorise l’administration à arrêter les Etats de Traitemens de Nivose et mois suivans conformément au projet de réduction déjà présenté au Ministre et approuvé par lui en Messidor dernier et ajourné alors jusqu’au renouvellement des cours.
Le Cen. Boulouvard Elève ayant été nommé à une place par le Ministre des relations extérieures demande sa démission, elle est acceptée par le Conseil.
Le Ministre de l’Intérieur instruit le Conseil que des Commissaires extérieurs ont été nommés pour procéder à l’épuration des Elèves. Le Conseil charge l’administration de donner aux Commissaires, tous les renseignemens dont ils pourront avoir besoin et qui seront en son pouvoir.

On se console grâce aux bonnes relations de Monge avec son général.

Séance du 18 germinal an 6. [1, 149].

226... Le Directeur annonce que le Général Buonaparte à fait présent à l’Ecole de 100 livres de Mercure d’hydria.
Le Conseil charge le Directeur dEcrire une lettre de remerciement au Général Buonaparte...

Relique si précieuse que Guyton demandera au Conseil l’autorisation d’en disposer !

Séance du 12 thermidor an 6. [1, 159].

227... Le Cen. Guyton demande à être autorisé à se servir du mercure donné par Bonaparte ...

Monge, Berthollet et Fourier partent en Egypte.

Séance du 22 Germinal an 6. [2, 100].

228Après l’adoption du procès verbal, le Directeur fait lecture d’une lettre du Ministre de l’Intérieur portant que le traitement du Cen. fourrier sera payé à sa famille durant le tems de la mission de cet Instituteur. Le Cen. Berthollet annonce au Conseil qu’il est sur le point de partir pour une mission dont le Gouvernement l’a chargé, il dépose une copie d’une lettre du Ministre de l’Intérieur portant que son traitement sera payé à sa famille durant son absence. Le Cen. Berthollet présente le Cen. Chaptal pour remplir ses fonctions. Le Conseil agrée cette proposition. Le Directeur est chargé d’inviter le Cen. Chaptal à assister aux Séances du Conseil.

Séance du 8 floréal an 6. [1, 150].

229... Un des administrateurs instruit le Conseil que le Cen. Bertholet a fait emballer pour le compte de l’expédition dont il est membre, des effets et matières confectionnées tirées soit du magasin de Chymie, soit du laboratoire du préparateur Général, il ajoute que l’expédition dont il s’agit ne pouvant souffrir de retard, l’administration a cru devoir se prêter au voeu du Cen. Bertholet, Ces objets enlevés ont été estimés 182.f.30.Cen. Le Conseil arrête que la somme provenant des objets enlevés sera employée en achat de vases et matières les plus urgentes pour le service. Le même Administrateur instruit le Conseil que le Cen. Berthollet a fait emballer avec le consentement de l’Administration plusieurs ustenciles de Chymie pour la même expédition dont il a été donné connaissance. Le Conseil arrête que ces derniers objets resteront sous la garantie du Cen Berthollet jusqu’à son retour.

La rentrée de l’an VII

230Après le départ de l’expédition d’Egypte, comme si la scène était redevenue de nouveau normale, le Conseil reprend ses réunions régulières pendant le reste de l’an VI et au début de l’an VII. Il a d’ailleurs restauré sa propre discipline en imposant à ses membres d’être à l’heure au début des séances et en les attirant par une modeste indemnité de 24 francs par mois.

Séance du 22 prairial an 6. [2, 102 bis].

231... Le Conseil, sentant la nécessité d’apporter quelque modification à la tenue de ses séances arrête qu’il sera écrit à tous ses membres pour les inviter à se rendre à la séance du 28 pal...

Séance du 28 Prairial an 6. [1, 154].

232Après la lecture du procès verbal on discute la question de savoir s’il ne serait pas convenable de distribuer des jetons aux Membres présens aux délibérations du Conseil.

233Les articles suivans sont arrêtés.

2341° - La séance du duodi de Chaque Décade sera spécialement consacrée aux objets d’administration. Celle de l’Octidi le sera aux objets de sciences et d’enseignement la séance s’ouvrira à 2 heures précises par la lecture du procès verbal, ensuite de la quelle les membres présens signeront sur le registre.

2352° - A la séance d’octidi, les membres présens récéveront, au moment de la signature au Registre un jeton de la valeur de 3 francs payable à la caisse avec le traitement du mois.

2363° - Pour subvenir à la dépense de ces jetons, il sera fait une retenue de 9. francs par mois sur le traitement de chacun des membres du Conseil.

2374° - Les parties de cette retenue qui n’aura pas été distribuée en jetons, sera employée en acquisition de papiers publics ou autres ouvrages d’une utilité journalière Déposés à la Bibliothèque.

2385° - Ne seront exempts de la rétenue aux jettons que les membres du Conseil employés par ordre du Gouvernement à une mission hors de Paris. Le Conseil ajourne à la prochaine séance la délibération sur le mode de distribution du 5e. cahier du Journal de l’Ecole.

Il se préoccupe ensuite des concours d’admission et de sortie :

Séance du 18 Thermidor an 6. [2, 105].

239Après l’adoption des proces-verbaux des deux séances précédentes, le Directeur fait lecture d’un projet d’arrêté concernant le mode d’examen tant pour l’entrée que pour la sortie de l’Ecole.
Le conseil approuve ce projet d’arrêté ; il sera transcrit sur le registre du Conseil ainsi qu'il suit :

240Considérant que le Corps législatif n'a pas encore statué sur le message du 21 floréal an 5., concernant l'Ecole Polytechnique, mais que la discussion ayant développé differens objets d'amélioration et de perfectionnement généralement avoué, il est urgent de prendre des mesures pour les adapter au prochain concours et receuillir sans délai les fruits heureux de l'expérience et des lumières arrête.

241Primo
Le Ministre de l'intérieur est chargé de pourvoir à ce que les examens des candidats pour les places d'Elèves à l'Ecole Polytechnique, aient lieu le pr Brumaire prochain, selon le mode usité, dans les principales communes de la République par des examinateurs de son choix, aux quels il sera alloué les indemnités convenables pour frais de déplacement.

242
Les connaissances exigées des candidats et sur les quelles ils seront examinés sont : l'arithmétique l'algèbre jusqu'aux équations du 2e. degré inclusivement, la géométrie comprenant la trigonométrie, la Construction des quantités algébriques par la ligne droite et le cercle, La statique, la position du nouveau Système des poids et mesures.

243
Les Examens pour l'admission des Elèves de la dite Ecole aspirans aux services publics, commenceront le pr Brumaire prochain.
Les Candidats seront interrogés sur tous les objets de Sciences et d'arts enseignés à l'Ecole Polytechnique, conformément aux programmes qui seront présentés par le Conseil de la dite Ecole.
Les examens pour chaque service seront faits en public et par trois examinateurs nommés par le Ministre de l'intérieur.
L'un des examinateurs interrogera les Candidats sur les mathématiques.
Le 2e. sur la Physique et la Chimie.
Le 3e. sur la géométrie descriptive, les arts graphiques et le dessin.
Ces 3 Examinateurs formeront un Jury qui dressera la liste par ordre de mérite des concurrens reconnus propres à être admis dans le service désigné, ils y seront en effet reçus en même nombre que celui des places vacantes et suivant le rang qu'ils occuperont sur le tableau. Si quelque candidat quoi que suffisament instruit, se trouvait affecté de quel qu'infirmité corporelle, qui le rendit impropre au service auquel il prétend, le jury en expliquera son opinion dans le compte qu'il rendra au Ministre, que le service concerne, il en sera référé au Directoire exécutif, qui prononcera l'exclusion s'il y a lieu.
On s'occupe ensuite des Programmes pour les examens de sortie de l'Ecole, le Conseil arrête que Chaque professeur remettra le sien à la Séance du 28 Thermidor.

Le texte proposé est accepté par le Ministre, mais celui-ci tient à maintenir nommément Laplace et Bossut comme examinateurs (malgré les réticences muettes du Conseil) et l’article 3 de son arrêté est ainsi conçu :

244Article 3
Les examens pour l'admission des Elèves à la dite Ecole aspirans aux services publics commenceront au 1er Brumaire Prochain.
Les Candidats seront interrogés sur tous les objets de sciences et d'arts enseignés à l'Ecole Polytechnique, conformément aux programmes qui seront présentés par le Conseil de la dite Ecole.
D'après l'article deux, de l'arrêté du 6 Prairial, an 4e. pour faciliter l'éxecution de cet article, le Ministre de l'Intérieur choisira deux nouveaux examinateurs pour être provisoiremens adjoints aux Cens Laplace et Bossut, désignés dans l'article 1er de l'arrêté précité.
L'un de ces nouveaux examinateurs interrogera les candidats sur la géométrie descriptive, les arts graphiques et le Dessin.
Le 2e sur la Physique et la Chimie.
Les Citoyens Bossut et Laplace continueront d'examiner sur l'analyse appliqué à la géométrie et sur la méchanique les classes d'Elèves qui leur sont attribuées dans le même arrêté, et chacun d'eux se réunira successivement aux examinateurs désignés cy dessus pour former un Jury qui dressera la liste par ordre de mérite, des concurrens réconnus propres à être admis dans le service désigné, ils y seront en effet reçus en même nombre que celui des places vacantes, et suivant le rang qu'ils occupent sur le tableau.

245Article 4
Les examens seront faits en public.

Le Conseil prépare le budget de l’Ecole : on ne lui avait donné jusqu’ici que 300.000 francs ; il en demande 394.000 et proteste que le traitement des instituteurs ne saurait être inférieur à celui des professeurs des Mines.

Séance du 18 brumaire an 7. [2, 118].

246... Le Conseil ouvre la discussion sur la lettre du Ministre du 12 Brumaire an 7e concernant les dépenses de l’Ecole.
On rappelle que des le Commencement de l’an 5e, il fut présent au Conseil de régler les dépenses de cet établissement de manière qu’elles n’exederont pas 300,000f, la résolution des 500 les avait fixés au même taux en y apportant seulement 18000f pour les frais d’examen.
Depuis cet époque, le Conseil de l’Ecole à fait des efforts continuels pour parvenir à ce but ; il a proposé toutes les réductions qui lui ont paru possible sans altérer le plan de l’enseignement, toutes ces réductions soit dans le nombre des places, soit dans la qualité des traitemens étaient fort pénibles par ce quelles tomberaient sur des individus estimables d’une Classe peu fortunée, mais il à trouvé le courage d’opérer le bien dans la loi de la nécessité et dans la pénurie des finances.
Le Conseil a reconnu pendant les années 5 et 6 que si le service a pu essuyer quelques embarras ce n’est pas parce que la somme de 300,000 fr. était insuffisante mais uniquement parce que cette somme ne lui a pas été soumise en entier à beaucoup près.
C’est d’après ce fait bien constaté que le projet des dépenses de l’Ecole pour l’an 7e, remis et discutés dans les bureaux du Ministre de l’Intérieur ont été fixé à 300,000fr. avec l’assurance positive de la part de l’Ecole que cette somme était suffisante pour subvenir à tous ses besoins pourvu qu’elle fut exactement payée.
Cependant il a été demandé au Corps législatif une somme beaucoup plus forte et par la loi du 11 Brumaire an 7e. il a été alloué environ 394,000f. d’après les renseignements fournis par les Bureaux du Ministre, Cette augmentation de fonds est destinée.

  • à reporter à leur fixation primitive les traitemens qui avaient été réduits aux 3/4 par l’arrêté du Directoire executif du 11 Pluviose an 5.

  • à augmenter le traitement des Elèves de l’Ecole

  • à pourvoir aux frais d’examen

247En conséquence le Conseil autorise l’administration à présenter au Ministre l’Etat de distribution de la somme de 394,000f. comme il suit.

248Le Conseil de l’Ecole après avoir approuvé l’Etat de distribution ci dessus et s’être par la conformé aux intentions du Ministre, croit devoir lui soumettre les observations suivantes.

2491° sur la réintégration du traitement des Instituteurs à 6000f. Les Membres du Conseil de l’Ecole pénétrés des vues d’Economie qui dirigent le Gouvernement eussent désiré pouvoir n’accepter d’augmentation que jusqu’à concurrence de 5000f, mais étant informés que les professeurs du Collège de france, l’Ecole de santé, les mines et plusieurs autres Etablissemens étaient réintégrés, à 6000f, ils eussent craint de manquer aux convenances en se rangeant dans une Classe infre. aux autres etablissemens publics analogues, ils désirent que le Ministre soit convaincu de leur empressement à se soumettre à toutes les mesures d’économie que les Circonstances pourraient lui dicter par la suite sur cet objet.

2502° Sur l’augmentation de traitement des Elèves. Cette augmentation pourait avoir pour principal motif que le traitement des Instituteurs ayant été remis à sa première fixation, il était juste de rendre aussi aux Elèves une partie du leur ; pour réfuter ce raisonnement il suffit d’observer que le traitement des instituteurs et l’honoraire du rigoureusement pour prix d’un travail commandé par la République, au lieu que le traitement des Elèves n’est que le secours offert à l’indigent pour le mettre à même de Concourir avec le riche aux places que la nation ne défère qu’aux talens.

251Ce traitement des Elèves sera donc assez Elevé toute les fois qu’il assurera la subsistance strictement nécessaire aux indigens, et un secours suffisant aux peu aisés.
Ce qui leur serait alloué au delà serait une surcharge a pure perte pour le trésor public, et ne servirat aux Elèves qu’à leur fournir des occasions de plaisirs ou de débauches absolument contraires au but de l’enseignement.
Le Conseil Croit donc devoir déclarer au Ministre que la fixation actuel du traitement des Elèves et le mode de distribution établie jusqu’à ce jour à rempli son but ; l’indigence absolu y trouve, sa subsistance entière, la médiocrité un soulagement suffisant, le riche n’est pas a charge à l’Etat ; Cet état de Choses parait devoir être maintenu sauf un fonds de réserve de quel ques Mille francs pour les Cas urgens et extraordinaires.
Le Conseil a donc pensé que Ces faits et observations soumis à la sagesse du Ministre pouvait modifier l’opinion sur l’utilité d’une augmentation du traitement des Elèves ; Le Directeur sollicitera une décision utérieure à cet égard.
Le Cen. Directeur est invité a présenter lui même au Ministre la présente délibération, et à lui donner tous les dévéloppemens convenables.

D’ailleurs, le Conseil demandera bientôt qu’on remplace le titre d’« instituteur » par celui de »professeur » (2, 136, séance du 18 frimaire an VII) : l’appellation révolutionnaire, voulue par Monge, (mais il est au Caire...), est effacée.

Enfin, d’humeur décidément à tout mettre en ordre pour la prochaine rentrée, le Conseil va édicter successivement un règlement de »police et discipline » (28 brumaire), un programme des cours (12 frimaire) et un emploi du temps détaillé (28 frimaire).

Séance du 28 brumaire an 7. [2, 122].

252... Un des Administrateurs fait lecture d’un projet de Règlement de police il est approuvé ainsi qu’il suit :

Règlement et instructions relatives à la police et discipline parmi les Elèves et les Chefs de Brigade.

§ 1er - Police des Salles et Laboratoires

253Article 1er
Chaque Elève a juré haine à la Royauté à l'anarchie, attachement à la République ; ce sentiment profond de liberté qui anime tous les vrais français doit se manifester en toute occasion parmi les Elèves et ils ne doivent tolérer entre eux ni aucun signe qui caractérise les factions ni aucune des qualifications reprouvées par les lois.
En conséquence le seul titre de Citoyen sera entendu dans l'enceinte de l'Ecole.
Cet objet est mis sous la responsabilité spéciale des Chefs de Brigade qui seront tenus de faire leur rapport sur les infractions qui pourraient y être commises dans leurs salles respectives.
La même obligation est imposée aux élèves en ce qui concerne l'annuaire et les mesures républicaines les seules tolérées par les loix et dignes d'obtenir l'assentiment des hommes dévoués aux sciences exactes.

254Article 2e
Tous les Elèves sont tenus d'user en tout tems les uns envers les [autres] des Egards que l'honnêteté prescrit ; d'éviter dans les salles soit D'Etude soit de dessin les Conversations bruyantes et les jeux de toutes espèces, enfin tout ce qui peut troubler l'ordre et la tranquilité, de manière que chaque Elève puisse s'y livrer comme chez lui au travail et aux Etudes {précieuses} sérieuses ; de montrer la plus grande déférence pour les conseils et les observations de leurs Chefs de Brigade, de se conduire en tout tems et en toutes occasions vis à vis leurs Professeurs et maitres avec le respect qu'on doit à ceux de qui on reçoit le bienfait inestimable de l'instruction, Les Elèves n'oublieront jamais que pour être un jour en état de commander a des hommes, il faut avoir apris à obéir et à se plier à des Reglemens calculés pour leur avantage particulier et le succès d'un Etablissement qui doit être la pépinnière des meilleurs Sujets de la République.

255Article 3e
Les Elèves seront rendus à l'Ecole en tout tems un peu avant 8 heures, il entreront au signal de la Cloche dans les salles ou amphitéatres destinés aux leçons de géométrie descriptive de Chimie et de Phisique, ou les appels se feront aussi tôt. Pendant les leçons (d'une heure environ), les élèves observeront le plus grand silence et ne se permettront aucun acte qui puisse troubler l'ordre et l'attention indispensable pour en tirer du fruit, ils n'y mangeront point, la demie heure qui suit étant destinée aux déjeuners et aux distributions de papiers, Plumes & Ceux des contrevenans seront d'abord rappelés à l'ordre puis punis de la salle d'arrêt pour le récidive.
Le même silence et pareille attention seront observées à toutes les leçons générales de mathématiques ou autres que Chaque Elève est tenu de suivre sans se permettre de lire ni de s'y occuper d'autre choses quelconque que de ce qui fait l'objet de la leçon.

256Article 4e
Le travail de Chaque Jour, pour chaque division sera énoncé pour une décade dans un tableau qui sera affiché dans chaque Brigade, a fin que Chaque Elève puisse toujours savoir à chaque heure, ce qu'il doit faire, et être rappelé à l'ordre par le Chef de Brigade s'il y manque.

257Article 5e
Un demi heure après la leçon de Chimie appliquée aux arts pour la 2e Division commencera celle de Chimie pratique ou de manipulation.
Ceux des Elèves à qui seront confiées les manipulations du jour s'en occuperont immédiatement après la leçon et les suivront toute la journée, les autres Elèves se retireront dans leurs salles et quand ils viendront à différentes époques au laboratoire en activité pour suivre le progrès des opérations, ils auront la plus grande attention à n'y pas troubler l'ordre et à ne pas déranger ceux de leurs camarades qui y travaillent.
Ce laboratoire est sous la surveillance spéciale du Préparateur Général de Chimie et de son adjoint, les quels y maintiendront l'ordre en prévenant l'inspecteur des infractions qui pourraient se faire au Règlement.

258Article 6e
Les Elèves en entrant aux salles de Dessin, au signal de la Cloche à 5 heures, se mettront sur le champ au travail de manière que l'inspecteur qui nottera aussitôt les presens les trouve à leur place.
Les Elèves s'occuperont uniquement de Dessin dans les salles destinés à Cet exercice ; ou y maintiendra la même tranquilité et le même silence qu'on exige dans les salles d'Etude, on y tolérera ni lecture ni promenade, ni conversations qui peuvent occasionner des distractions et troubler ceux qui sentent le prix du tems.

§ 2e - Police Générale

259Article 7e
Les portes de l'Ecole seront fermées pour la sortie des Elèves depuis 8 heures du matin jusqu'à deux et depuis 5 jusqu'à 8 heures du soir tems destiné aux differens exercices.

260Article 8e
Le Jardin ne sera ouvert aux Elèves le matin que jusqu'à 8 heures depuis 2 heures jusqu'à 5 et après le signal de la Cloche de sortie à 8 heures du soir, il est défendu aux Elèves de se promener et de converser ou jouer dans les cours pendant le tems où ils doivent être occupés c'est à dire de 8 heures à 2 le matin et de 5 à 8 du soir.

261Article 9e
La Bibliothèque sera ouverte pour les Elèves, savoir :
-Le Décadi et les jours de fêtes nationales depuis 9 heures du matin jusqu'à deux heures.
-Le quintidi depuis la fin de la leçon de phisique jusqu'à deux heures.
-Les autres jours depuis deux heures après midi jusqu'à 6 heures.
-Le Règlement particulier sur la tenue de la Bibliothèque y sera affiché et les Elèves seront tenus de si conformer, sous la surveillance spéciale du Bibliothécaire qui y maintiendra l'ordre en prévenant l'administration des infractions qui pourraient y être commises.

§ 3 - Absences

262Article 10e
Les Elèves seront tenus de prendre une permission par écrit de l'inspecteur, de son adjoint ou de l'un des agens supérieurs de l'Ecole, s'ils sont indispensablement obligés de sortir pendant le tems du travail. Ce mot indispensablement fait entende [sic] qu'ils doivent être très circonspects sur ces demandes qu'on pourra toujours refuser, puis que les Elèves sont obligés à une assiduité extrême pour se tenir au Courant de l'instruction et du travail graphique.

263Article 11
Aucun Elève ne pourra s'absenter de l'Ecole que pour raison de maladie ou de force majeure et dans ces cas il sera tenu d'en informer sur le Champ par écrit l'inspecteur qui prendra des mesures pour que l'Elève reçoive les secours dont il pourrait avoir besoin.
Tout eleve qui restera plus de deux jours sans donner connaissance des motifs de son absence encourrera la peine d'exclusion.

264Article 12
Si un Elève est obligé de s'absenter un ou plusieurs jours pour des affaires urgentes, ou autres causes légitimes, il fera par écrit la demande de cette permission ; qui pourra être accordée par le Directeur pour une Décade, ou une quinzaine au plus, et seulement par le Conseil pour un congé plus long.
Les Congés d'un mois ou plus seront toujours sans appointemens excepté dans le cas où ils seraient motivés pour cause de maladie ou de convalescence.

§ 4 - Habillement, Uniforme

265Article 13
Les Elèves sont tenus de porter l'habillement uniforme tant au dehors que dans l'intérieur de l'Ecole. Celui qui serait arrêté dans un lieu public, encourra la peine de 10 jours d'arrêts à l'Ecole indépendamment de celle affectée au délit par lequel il aura été arrêté.

266Article 14
Un Elève qui se présenterait à l'Ecole sans l'habillement uniforme sera tenus d'en déduire les motifs à l'inspecteur qui pourra l'envoyer de suite aux arrêts s'il ne les trouve pas suffisans ; il en rendra Compte au Directeur qui prononcera sur l'étendue de la peine.

§ 5 - Punitions, arrêts et salle de Discipline

267Article 15
Les punitions consisteront :

2681° dans les réprimandes données par le Directeur, l'inspecteur et les professeurs.
2° dans les arrêts donnés par le Directeur définitivement, et suivant les cas les instituteurs, les administrateurs et même les Chefs de Brigade
3° dans les avertissemens donné à l'Elève par le Directeur au nom du Conseil assemblé
4° enfin dans l'expulsion de l'Ecole demandé par le Conseil et approuvé par le Ministre.

269Article 16
Tout Elève rencontré par les agens supperieurs commettant un délit dans l'intérieur de l'Ecole pourra être envoyé de suite aux arrêts par l'agent témoins du délit ; s'il ne défère pas à l'ordre il y sera contraint par le poste militaire placé dans l'intérieur pour y assurer le bon ordre dans ce cas, il en sera rendu compte sur le Champ à l'administration qui y donnera telle suite que les circonstances l'exigeront.

270Article 17
Il sera établi une salle de discipline pour y constituer les Elèves aux arrêts ; elle sera garnie de tables, tableaux &c. Chaque Elève puni des arrêts y portera son carton, ses compas &c. et tout ce qui est nécessaire pour y travailler.

271Article 18
La peine des arrêts consiste :

2721° à rester à l'Ecole et dans la salle de discipline, depuis 7 heures du matin jusqu'à 9 heures du Soir ; ce qui sera constaté par une liste de présence.
2° à ne pouvoir sortir de la salle de discipline que pour assister aux leçons ou pour satisfaire aux besoins de la Nature.
3° à ne pouvoir introduire dans la salle de discipline d'autre Nouriture que du pain, de l'Eau et des fruits.

273Article 19
Tout Elève envoyé aux arêts qui ne s'y rendra pas incontinent et ne signera pas la liste de présence en distinguant l'heure de son entrée sera d'après l'acte même de sa désobéissance hrenvoyé provisoirement de l'Ecole, Le Directeur lui en intimera l'ordre par écrit et en fera son rapport au Conseil.

274Article 20
Le Service de la salle de Discipline sera fait par chacun des Gardiens des salles qui alterneront tous les jours.

275Le Gardien de service suivra toute les instructions qui lui seront données par l'inspecteur.

§ 6 - Chefs de Brigade

276Article 21
Les Chefs de Brigade ont été choisis parmi ceux des anciens Elèves Egalement distingués par les talens, les moeurs, l'amour de l'ordre et le zèle pour l'avancement de leurs Camarades confiés à leur surveillance.
Cette instruction salutaire de la quelle dépend en grande partie le succès de l'Ecole n'admet dans les individus qui la composent ni faiblesse, ni inexactitude, ni légèreté, leurs devoirs sont de rigueur, en acceptant la place, ils se sont soumis aux Conditions qui en sont l'essence et dont ils ne peuvent s'écarter sans trahir l'interets de la patrie, dans celui des Elèves qui font sa plus Chère espérance.
Servir en tout de modèle aux Elèves, s'élever au dessus des petites passions, mépriser des mécontentements momentanés ramener tout à l'ordre et au travail par les moyens de la douce fraternité, du bon exemple, de la raison et s'il en était besoin, par la fermeté que Commande la Conscience de ses devoirs tel est le Chef de Brigade parmi les Elèves.
Sa récompense sera l'attachement, la reconnaissance et le respect des Elèves sages et appliqués, l'opinion des autres, s'il s'en trouvait, serait trop méprisable pour que sa tranquilité put en être affectée, et il trouverra dans toutes les Circonstances, l'appui le plus ferme de la part des agens supérieurs de l'Ecole pour surmonter les obstacles qui lui seraient opposés dans le louable désir de consacrer entièrement ses talens et toutes ses facultés à l'utilité générale.

277Article 22
Les Chefs de Brigade délivreront les Bons généraux pour les fournitures de papiers, plumes, Encre, Crayons, Couleurs à tirer du magasin, ils présideront à la distribution suivant le mode indiqué et Veilleront a ce que chacun des Elèves en use avec l'économie convenable.

278Article 23
Ils maintiendront dans leurs Salles, la plus grande tranquilité, afin que Chacun y puisse employer le tems de la manière la plus avantageuse à son travail et à son instruction, ils emploieront à cet effet les raisons, les Conseils, les exhortations, et finiront par infliger la peine des arrêts, à ceux qui continueront le bruit malgré les invitations de le cesser, ou bien ils en rendront compte à l'inspecteur qui infligera la punition.

279Article 24
Ils Verront Chaque Jour le travail des Elèves de la Brigade, ils en viseront les Epures ou dessins qui devront être signés de chacun et datés du jour ou ils seront finis. C'est de l'Execution de cet article que dépend la certitude que c'est bien véritablement lElève qui a fait le dessin qu'il présente à l'examen, en conséquence on le prescrit spécialement.
Dans cette inspection du travail les Chefs de Brigade montreront aux Elèves les défauts qu'ils y trouverront, les leur fairont rectifier au moyen des éclaircissement qu'ils voudront bien leur donner.
Enfin ils fairont les fonctions de répétiteur pour toutes les leçons de mathématiques et d'analyse aux quelles seront consacrées 4 soirées par Décades.

280Article 25
Tous les Chefs de Brigade s'assembleront un fois par Décade chez le Directeur à l'heure convenue pour y rendre Compte de la marche de l'instruction et du travail, proposer ce qu'ils croiraient le plus avantageux aux Elèves, ou la reforme des abus s'il s'en glissait malgré la surveillance, ils seront aportée de faire connaitre les Bons Elèves a fin que le Directeur puisse leur donner les encouragemens et les Eloges qu'ils auront mérités.

281Article 26
Chaque Chef de Brigade aura un suppléant choisi parmi les Elèves de la Brigade pour exercer la surveillance et faire exécuter le Règlement pendant les absences du Chef, pour assister aux différentes leçons de Géométrie descriptive de mathématique et d'analyse de l'Ecole qu'il leur est libre de suivre ; en fin pour suppléer en tout le Chef de Brigade des qu'il sera absent.

Séance du 12 frimaire, an 7e. [1, 165].

282On fait lecture du procès verbal de la séance précédente.
Le Directeur rappelle au Conseil que Cette séance est consacrée à la discussion sur les améliorations à apporter à l’enseignement de l’Ecole, qu’en conséquence et conformément au voeu de la lettre du Ministre du 25 Vendémiaire dr les Cens Examinateurs laplace, Bossut, Baruel, ferry et Labey ont été invités spécialement à concourir de leur lumières au plan qui devra être proposé au Ministre.
Ces Cens. Etant présens, la délibération est ouverte.
Toutes les observations ayant été recueillies et murement discutées les articles suivans ont paru réunir tous les objets de perfectionnement indiqués par les instituteurs et les Examinateurs, En conséquence ils ont été arrêts, pour être soumis à l’approbation du Ministre ainsi qu’il suit.

Distribution des Cours.

283L'instruction de l'Ecole comprend la stéréotomie, l'application de ses principes à la coupe des Pierres, à la Coupe des bois, aux ombres, à la Perspective, au lever des plans, aux Elémens des machines, aux travaux civils, à la fortification, à l'architecture, à l'Exploitation des mines.
L'analyse appliquée à la Géométrie des trois dimensions le Calcul différentiel.
- Le calcul intégral, la mécanique analytique.
- Un Cours élémentaire de Chimie.
- La Chimie appliquée aux arts.
- Un Cours de Physique Général
- Un Cours de salubrité.
- Un Cours Elémentaire d'histoire naturelle.
- Le Dessin de la figure et du paysage.
- Le lavis et le dessin de la Carte.

284Article 2e
Les Etudes et les travaux de la 1ere. année seront distribués de la manière suivante : La stéréotomie, ses applications et le travail graphique qui en est la suite occuperont 7 mois.
Le lever sur le terrein, le lavis et le dessin de la Carte, un mois 1/2.
Les Elémens des machines et les dessins nécessaires à cette partie un mois 1/2. pendant les matinées depuis 8 heures jusqu'à une heure.
Les leçons sur la méthode de coefficiens indéterminées.
Sur la théorie des Equations des degrée supérieurs.
Sur l'application de l'algèbre à la géométrie.
Sur l'introduction au Calcul différentiel.
Sur le Calcul différentiel.
Seront donnés sans interruption pendant l'année entière à 4 leçons par Décade de 1 h. à 2 h. Les soirées des même jours de 5 a 8 heures seront employées à la répétition de ces leçons.
Le Cours Elémentaire de Chimie sera divisé en 60 leçons à 2 Par décades les 4 et 9 de chacune.
Le Cours de Physique Général sera de 30 leçons les quintidi de Chaque décade pour toute l'Ecole réunie.
Le Cours Elémentaire d'histoire Naturelle se fera pendant l'été les quintidi et au sortir de la leçon de Physique les Elèves de la 1ere Division iront dans la Campagne voir ce qui aura fait l'Objet de la leçon, tandis que la 2e. Division ira voir les manufactures et ateliers.
Le Cours de salubrité se fera aussi pendant l'été de 7 h. 1/2 à 8 h. lors qu'on n'éclaire pas Les salles de dessin et qu'il ne fait pas assez jour pour ce travail qui occupera Chaque Elève quatre soirée par Décade.

285Article 3e
Les Etudes et les travaux de la 2e année seront distribues de la manière suivante.
Trois mois de l'année seront données au Cours Elémentaire des travaux civils, tant pour les leçons orales, que pour le dessin qu'exige cette partie qui emploira six jours par décade depuis 8 heures jusqu'à une heure.
La fortification employera 3 autre mois aux mêmes jours et heures que le précédent.
L'architecture employera deux mois 1/2 et le même tems, chaque Décade, et un mois. 1/2 sera donné aux mines.
Le Cours de Calcul intégral dont on prendra des applications dans la suite des feuilles de l'analyse géométrique de Monges sera de 48 leçons qui seront données sans interruption de 1 à 2 heures pendant 4 mois.
Le Cours de mécanique analitique succédera au précédent le reste de l'année aussi à 4 ou 5 leçons par Décade.
Quatre soirées par Décade seront employées dans les salles à la Répétition de ces leçons mathématiques.
Le Cours de Physique Générale sera le même que pour la lere. Division et après la leçon la 2e Division sera conduite dans les ateliers et manufactures par le Professeur de Physique.
Le Cours de Chimie appliqué aux arts sera de 60 leçons.
Afin de Procurer plus d'avantage aux Elèves de la 2e. division relativement à l'instruction sur la Chimie les deux Cours se feront à des heures différentes Celle du Cen. fourcroy pour la lere. Division à 8 heures Celle du Cen. Guyton pour la 2. h à 9 h 1/2.
A Cette dernière succédera, un quart d'heure après, la leçon du Cen. Chaptal sur les manipulations dont s'occupera ensuite Cette 2. division sous les yeux du Professeur, du Préparateur Général de Chimie et de son aide.
Les Leçons d'analyse du Cen. Lagrange étant spécialement destinées au Perfectionnement des sciences mathématiques, ne sont pas d'obligation, et se donneront dans l'hiver de midy à 2 heures En été les duodi de Chaque Décades de 10 h. 1/2 à 1 heure.

286Article 4e
Ces differens Cours seront terminés dans 10 mois d'Etude, le 11e. est destiné à la préparation aux Examens et à ces Examens soit intérieurs, soit de sortie.
Le 12e. mois est donné aux vacances.

287Article 5e
Dans le Courant du 11e. mois, il y aura pour les Elèves de la 1ère. Division un examen intérieur fait par Chaque professeur pour la partie qui le Conserne. Chaque professeur remettra son travail au Directeur qui fera son rapport Général au Conseil, afin que le travail et le mérite des Elèves soit constaté et que le Conseil puisse leur donner par l'organe du Directeur, les témoignages de sa satisfaction ou de son mécontentement.
Le Conseil prononcera aussi sur les sort des Elèves qui auraient négligé quelque partie du travail graphique des mathématiques ou des autres branches de l'enseignement, et qui par la seraient jugé indispensables de rester à l'Ecole.
L'un des Examinateurs a proposé comme moyen d'exécution pour les répétitions par l'article deux cidessus de nommer deux répétiteurs ad hoc. le Conseil a ajourné la discussion de Cette proposition à la séance suivante :
Le Directeur informe le Conseil que par le retard de l'arrivée des Cens. Monge et Leveque il est indispensable de pourvoir le plutôt possible à l'accellération des Examens de Paris ; le Conseil arrête que le Ministre sera invité à nommer deux Examinateurs adjoints au Cen Labey, afin que Cette opération soit terminée avant la fin de frimaire ; il arrête en outre que les Cens. Barruel et Garnier seront proposés au Ministre pour remplir ces fonctions.

Registre des conseils de l’Ecole.Tome 1, page 95.

Registre des conseils de l’Ecole.Tome 1, page 95.

Collection Ecole polytechnique

Haut de page

Notes

1  J. Langins, "Sur la première organisation de l’Ecole polytechnique. Texte de l’arrêté du 6 frimaire an III" , Rev. Hist. Sci., 33, 1980, pp. 289-313.

2  Les chiffres entre crochets font référence au registre 1 ou 2 et à la page dans le registre. Rappelons (voir ci-dessus, "Présentation de la transcription" , p. 4) que les extraits ci-après sont l’exacte reproduction des registres manuscrits avec les fautes de ponctuation, les fautes d’orthographe, les absences ou excès de majuscules etc...

3  Cf. Bulletin SABIX n° 8, E. Grison, "Les premières attaques contre l’Ecole polytechnique, 1796-1799", § 3, "La crise de l’an V".

Haut de page

Table des illustrations

Titre Registre des conseils de l’Ecole. Tome 2, page 13.
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/703/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Crédits Collection Ecole polytechnique
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/703/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/703/img-3.png
Fichier image/png, 307k
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/703/img-4.png
Fichier image/png, 218k
Titre Registre des conseils de l’Ecole.Tome 1, page 95.
Crédits Collection Ecole polytechnique
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/703/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 34k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

E.L. Dooley, « Procès verbaux des Séances du Conseil de l’Ecole polytechnique de l’an III (1794) à l’an VII (1799) », Bulletin de la Sabix, 12 | 1994, 8 – 64.

Référence électronique

E.L. Dooley, « Procès verbaux des Séances du Conseil de l’Ecole polytechnique de l’an III (1794) à l’an VII (1799) », Bulletin de la Sabix [En ligne], 12 | 1994, mis en ligne le 22 septembre 2011, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://sabix.revues.org/703

Haut de page

Auteur

E.L. Dooley

Virginia Military Institute, USA

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • Revues.org