Navigation – Plan du site

Le fonds UAP – Prieur de la Côte d'Or

Francine Masson
p. 25 - 26

Texte intégral

1Le présent numéro est totalement consacré à Prieur de la Côte d’Or, en raison de l’importance du fonds de documents acquis par l’U.A.P. et déposé aux Archives de l’Ecole. Il n’est pas inutile d’apporter maintenant quelques précisions sur le contenu même du fonds.

2Le fonds comporte environ 355 documents pour un total de près de 1.500 feuillets, sans compter les partitions musicales.

3Le fonds le plus important concerne le système métrique, pour lequel nous avons plus de 120 documents.

4Le fonds se compose en gros de trois grands ensembles :

  • les documents familiaux, présentant l’enfance et la formation de Prieur,

  • les documents concernant son activité pendant la Révolution,

  • les documents sur sa vie après qu’il a quitté les affaires publiques.

La jeunesse et la formation

5Le premier ensemble nous introduit au coeur d’une querelle familiale : le jeune Prieur perdit sa mère très tôt et, étant donné l’incapacité de son père à gérer correctement son patrimoine, la tutelle fut délicate. Cela nous vaut un décompte minutieux de dépenses d’entretien et d’éducation de l’enfant.

6Nous avons ainsi des renseignements de première main sur le coût d’un certain type d’éducation, certainement assez répandu, dans la deuxième moitié du XVIIIe siècle, pour les enfants de la petite et moyenne bourgeoisie.

7Nous pouvons aussi suivre les étapes de la formation du jeune homme, avant l’Ecole du Génie de Mézières, puis à l’Ecole et enfin jeune officier du Génie. Là encore, des comptes minutieux et précis sont plus riches d’enseignement sur le mode de vie qu’un long discours.

La vie politique

8Le deuxième ensemble du fonds est beaucoup plus riche et important, car il nous informe sur l’activité de Prieur pendant la Révolution.

9Envoyé de la Convention, Prieur participe à plusieurs missions sur le terrain, pour inspecter les forces militaires et juger l’état d’esprit des populations. Ces missions ont donné lieu, pour la plupart, à des rapports publiés par la Convention, mais les notes préparatoires sont fort intéressantes, car elles permettent d’apprécier les méthodes de travail des envoyés.

10Le fonds porte également témoignage de l’activité de Prieur dans les affaires d’armement et plus particulièrement dans la production de poudre.

11Mais ce qui apparaît le plus important est le sous-ensemble des documents concernant le système métrique, qui représente plus de 120 documents.

12On y trouve des réflexions sur la portée politique de l’uniformisation des mesures, mais surtout quantité de lettres et notes sur le quotidien de la mise en place des nouvelles mesures : organisation des ateliers chargés de fabriquer des mesures et des références, établissement de tables de concordance entre anciennes et nouvelles mesures. Prieur eut à régler les problèmes liés à la pénurie de matière première : où trouver les quantités suffisantes de bois et de métal pour fabriquer mètres et kilos ? Le métal surtout faisait défaut, et on ne pouvait même pas envisager d’utiliser les cloches des clochers, celles-ci avaient déjà été fondues pour faire des canons !

13Le fonds se fait aussi l’écho des discussions acharnées autour de la dénomination des nouvelles mesures. Les mots qui nous sont maintenant si familiers devaient sonner d’étrange manière en 1794, d’aussi étrange manière que les noms qui ont été refusés. On peut suivre, à travers les documents rassemblés, une partie de ces querelles linguistico-scientifiques.

14Une part non négligeable de cet ensemble concerne aussi l’éducation. Certes, il y a peu de trace de l’Ecole polytechnique, mais il y a beaucoup de réflexions de Prieur sur l’organisation de l’éducation, et en particulier de l’éducation artistique, à laquelle il attachait une grande importance.

Un bourgeois de province

15Le troisième ensemble ne manque pas d’intérêts, mais il est plus anecdotique : relations de Prieur avec ses amis, et ses voisins, gestion de ses intérêts, réflexions sur la vie, trace des nombreux centres d’intérêt d’un bourgeois relativement aisé retiré à la campagne après la Révolution.

16On peut faire une mention spéciale des partitions musicales. Prieur se piquait de composer et il a laissé un nombre non négligeable de partitions originales, dont certaines écrites pour mettre en musique les poèmes de son ami Lazare Carnot.

17Le souffle de l’histoire traverse tous ces documents, mais il est tempéré par la mesure et la discrétion de Prieur et adouci par la force de ses amitiés.

18L’ensemble du fonds Prieur - U.A.P est désormais conservé et traité dans les meilleures conditions, et sa mise à la disposition des chercheurs est complète.

19On ne peut que souhaiter que l’opération menée par l’U.A.P et l’Ecole polytechnique serve de modèle et que la collectivité scientifique trouve un écho favorable auprès des mécènes chaque fois qu’il faudra sauver de l’éclatement et de la dispersion les fonds d’archives scientifiques, indispensables à l’étude et à la compréhension de notre histoire.  

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francine Masson, « Le fonds UAP – Prieur de la Côte d'Or », Bulletin de la Sabix [En ligne], 8 | 1991, mis en ligne le 05 mai 2011, consulté le 28 avril 2017. URL : http://sabix.revues.org/595

Haut de page

Auteur

Francine Masson

Conservatrice de la Bibliothèque de l’Ecole polytechnique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© SABIX

Haut de page