Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Nous voici au terme d’une longue promenade, qui nous a surtout conduits « en Louisiane », c’est le titre que j’ai choisi. Mais aussi dans l’ensemble des Etats-Unis, de Fort Monroe à Philadelphie et de Castroville à New Harmony. Nous avons voyagé en voilier, en char à bœufs, en bateau à fond plat ou en chemin de fer, à cheval ou en steamboat. Nous avons aussi exploré d’autres contrées, jetant un coup d’œil dans les pampas de l’Argentine, faisant nos modestes bagages dans une vallée des Vosges, prisonnier en Russie, promeneur à Dole, découvreur en Australie ou intrépide combattant sur les pentes de l’Acropole. Et nous avons aussi, cela va de soi, suivi des enseignements profitables sur les bancs de l’Ecole polytechnique, impériale ou non, celle de l’Hôtel de Lassay comme celle du Collège de Navarre.

2Je voudrais remercier ici tous ceux qui m’ont aidé à « faire mes bagages ». Bien sûr, d’abord tous les collaborateurs de la bibliothèque de l’Ecole, archivistes, informaticien, assistante, imprimeur : pour ce bulletin comme pour tous les autres, leur aide ne m’a jamais fait défaut. Mais cette expédition en Louisiane, et ailleurs, doit aussi beaucoup à mes amis, Jacques Bodelle en Amérique, Jean-Pierre Girardier à Dole. Les informations qu’ils m’ont adressées, les illustrations qu’ils nous ont trouvées ont été fondamentales dans le plaisir que j’ai eu à préparer ce texte.

3Grâce à eux, mais aussi entraîné dans un tourbillon de curiosités toujours réexcitées, j’ai été conduit à utiliser toutes sortes de matériaux : livres précieux, estampes, pièces de monnaie, souvenirs de promenade, photographies, catalogues d’exposition, sites Internet, documents d’archives, thèses de docteurs, lés de papier peint, dossiers d’anciens élèves. L’historien actuel bénéficie de l’accumulation effectuée par les historiens du passé, comme de nouvelles méthodes pour en examiner les documents et les souvenirs ; cela lui procure, certainement, davantage de matériaux pour réfléchir mais aussi pour se contredire ; pour analyser, mais aussi pour rêver.

4J’ai, assez souvent, accepté de rêver lors des multiples rencontres provoquées par mes travaux. Car nous en avons vu, des personnages de toute nature, peintres, officiers, pionniers, historiens, musiciens, princes, émigrés, oiseaux (et même girafe), poètes, conventionnels, maréchaux, abbés, Indiens, savants et aussi, en hommage à Prévert, un raton-laveur salué chapitre VI.

5Bien entendu les polytechniciens n’ont pas été oubliés, loin de là, dans cette fresque. Rappelez-vous le papier peint panoramique intitulé « les vues de l’Amérique » ; comme nous l’a conseillé leur auteur et dessinateur, j’ai animé mes propres « Vues de l’Amérique » avec trois héros, mais aussi d’autres camarades connus ou presque inconnus, Arago ou Marestier, Dufour ou Jeannin, Chevalier ou Hulot, Charvet ou Clermont-Tonnerre, Fabvier ou Biot, Ajasson ou Considérant, Bureau ou Parchappe.

6Témoins donc de la construction des Etats-Unis, une œuvre que j’admire car c’est un pays que j’aime, témoins sympathisants mais je l’espère lucides, nous avons aussi à cette occasion pu nous construire une image des polytechniciens, ce qui est un exercice auquel il m’arrive de m’essayer. Nous en avons accompagné beaucoup depuis leurs études juvéniles et leurs chahuts de gamins jusqu’à leurs travaux, leurs campagnes, leurs prises de responsabilité, leurs échecs et leurs chefs d’œuvre. Avec eux, avec leur regard d’il y a deux cents ans ou le regard qu’ils nous ont inspiré, nous avons pu être confrontés à de nobles et belles dialectiques. Le rôle des sciences et des techniques. Le devoir. L’égalité des chances ou des races. L’indépendance d’un pays. La construction d’une communauté. La conquête et l’aménagement d’un territoire, l’édification d’une nation. Le rapport à la patrie, l’ancienne qu’on quitte ou que l’on retrouve, la nouvelle qu’on sert.

L’arche de Saint-Louis

L’arche de Saint-Louis

« The Gateway Arch », la grande arche parabolique élevée par Saarinen en 1965 à deux cents mètres au-dessus du sol se veut, et représente effectivement, un superbe hommage aux pionniers : porte grandiose vers un Ouest à découvrir. « Go west, young man ! » : cette attirance vers les grands espaces , de très nombreux émigrants français la vécurent dès les débuts des Etats-Unis et la vivent encore : trappeurs, puis éleveurs, puis ingénieurs et entrepreneurs.

Photographie Christian Marbach

7Il n’est pas si évident de toujours « bien » répondre aux questions que peuvent nous poser les événements qui se présentent à nous, conflits, révolutions, guerres, batailles, concurrences, territoires inconnus, et de conserver pour l’essentiel des lignes directrices « droites », dans tous les sens du terme. Même si leurs hésitations, leurs emportements (je pense à Fabvier) ou leurs frustrations (je pense à Crozet) les ont parfois conduits à des choix pas totalement réfléchis, les personnages principaux de cette promenade effectuée aux débuts du XIXème siècle me paraissent avoir pour l’essentiel, fait honneur à ce qui fait la grandeur d’une trajectoire d’honneur. En fonction de leurs moyens, jamais négligeables, parfois exceptionnels, ils ont pu non seulement rester fidèles à leurs « valeurs », mais aussi s’appuyer sur elles, et sur leurs talents, pour construire une œuvre et donc apporter leur pierre à l’histoire. Notre voyage souvent historiquement précis, parfois paresseusement divagant, n’est donc pas seulement le récit romanesque de quelques aventures humaines, mais aussi un voyage (« vaut-il ou non le détour » ?) parmi des réalisations encore présentes, bâtiments, canaux, voies ferrées, fortifications, institutions d’enseignement supérieur. Ce sont là des pierres, toujours debout.

Un bison

Un bison

Ce dessin de bison (barbu) n’est pas dû à Bodmer, mais à Catlin. On comprend aisément qu’un tel animal ait impressionné peintres et pionniers et appartienne encore aujourd’hui à l’image de l’Ouest américain – cet Ouest dont une grande partie s’est appelée « Louisiane » il y a deux siècles.

Dessin de George Catlin dans son ouvrage sur les Indiens d’Amérique ; photographie Jérémy Barande

8Et puis, je ne veux pas oublier les livres. Voyager de la Moskowa à La Nouvelle-Orléans, c’est aussi voyager d’une belle édition d’Atala à un ouvrage sur les oiseaux d’Amérique « corrigé » par le prince Charles-Lucien Bonaparte, d’un mémoire de Chevalier sur les réseaux des chemins de fer américains à une thèse relative à l’opinion des Français sur les Etats-Unis, de René Rémond. Les livres sont, aussi, des monuments dignes d’examen. C’est aussi pour inciter à les visiter encore davantage que j’ai proposé ce voyage en Louisiane aux adhérents de la Sabix, et aux autres.

Haut de page

Table des illustrations

Titre L’arche de Saint-Louis
Légende « The Gateway Arch », la grande arche parabolique élevée par Saarinen en 1965 à deux cents mètres au-dessus du sol se veut, et représente effectivement, un superbe hommage aux pionniers : porte grandiose vers un Ouest à découvrir. « Go west, young man ! » : cette attirance vers les grands espaces , de très nombreux émigrants français la vécurent dès les débuts des Etats-Unis et la vivent encore : trappeurs, puis éleveurs, puis ingénieurs et entrepreneurs.
Crédits Photographie Christian Marbach
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/514/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Un bison
Légende Ce dessin de bison (barbu) n’est pas dû à Bodmer, mais à Catlin. On comprend aisément qu’un tel animal ait impressionné peintres et pionniers et appartienne encore aujourd’hui à l’image de l’Ouest américain – cet Ouest dont une grande partie s’est appelée « Louisiane » il y a deux siècles.
Crédits Dessin de George Catlin dans son ouvrage sur les Indiens d’Amérique ; photographie Jérémy Barande
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/514/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 179k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Marbach, « Conclusion », Bulletin de la Sabix, 38 | 2005, 142 - 144.

Référence électronique

Christian Marbach, « Conclusion », Bulletin de la Sabix [En ligne], 38 | 2005, mis en ligne le 25 novembre 2010, consulté le 28 juin 2017. URL : http://sabix.revues.org/514

Haut de page

Auteur

Christian Marbach

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • Revues.org