Navigation – Plan du site

Images de Louisiane

Christian Marbach
p. 74 - 83

Texte intégral

1Où l’on porte plusieurs regards sur la Louisiane, en décrivant une pièce de monnaie ; en évoquant les vagues d’émigrants français qui l’ont successivement peuplée ; en essayant de reconstituer, mieux que dans les films de la M.G.M., l’ambiance et les odeurs de sa capitale ; en mêlant passé et présent, histoire et histoires, lectures, papiers peints et souvenirs, de manière à y accueillir encore mieux notre Benjamin Buisson, qui y débarqua en 1817 et y vécut plus de cinquante ans : l’Amérique, à la fois « terre d’observation et pays rêvé » pour les voyageurs, devient aussi lieu de travail et pays de colonisation.

2C’est donc en 1812 que fut officiellement créé l’Etat de la Louisiane, le douzième des Etats-Unis. Pendant tout le XIXème siècle l’expansion de la nation se traduira ainsi par des créations et des délimitations d’Etats, au gré des annexions, des prises de guerre, des acquisitions commerciales quelquefois forcées, suivies par des opérations de peuplement et parfois associées au règlement de « problèmes de société », comme l’obligation faite aux Mormons d’abjurer la polygamie pour que l’Utah puisse prétendre à l’élévation au rang d’Etat.

3La Grande Louisiane, divisée par la suite en plusieurs Etats, fut la première de ces opérations de commerce portant sur des achats de superficies énormes. Cette méthode fut aussi utilisée pour la Floride achetée à l’Espagne, bien plus tard pour l’Alaska vendu en 1867 par la Russie. Il y a quelques années, début 1999, « l’U.S. Mint », le département de la monnaie des Etats-Unis, a eu l’excellente idée de frapper cinq fois par an un nouveau quarter dédié à l’un de ces Etats, dont le revers est dessiné en liaison avec l’Etat en question. C’est le Président Clinton qui avait décidé ce « 50 states commemoration coin program act », afin de développer l’intérêt des Américains vers leur histoire et la « diversité de l’héritage national ». La taille du quarter (25 cents) fut choisie de préférence au « dime » ou au penny, trop petits pour accepter des illustrations détaillées.

4Le premier Etat à bénéficier de son quarter fut le Delaware, petit Etat de l’Est que les compagnies non américaines, ou américaines, connaissent bien en raison des facilités fiscales qui accompagnent l’incorporation et la création d’entreprises. Le Delaware avait été désigné comme Etat le 7 décembre 1787. Après lui, et jusqu’au Kentucky (1er juin 1792), furent d’abord créés les Etats de la Nouvelle Angleterre. La colonisation amènera ensuite le Tennessee en 1796, l’Ohio en 1803, la Louisiane en 1812.

5Les pièces de monnaie actuellement éditées (j’écris ces lignes en été 2004) sont au nombre d’une bonne vingtaine. Je les ai presque toutes, mais je profite de cet écrit pour lancer un appel aux lecteurs : quelqu’un voudrait-il m’envoyer, parce qu’ils me manquent, l’Arkansas et le Wisconsin ? Je lui échangerai contre mes doubles, à son choix. Ce n’est pas que ces pièces soient très rares, même si leur tirage est limité. Mais il faut être au bon moment au bon drugstore ou devant les bons jackpots pour récupérer une des « nouvelles » en circulation.

6L’une de leurs faces reprend immuablement le credo américain et ses archétypes, le profil de Washington, le terme de « Liberty », la devise « In God we trust », le nom de cette grande nation, « United States of America », et la valeur de la pièce « quarter dollar ». Histoire, économie, politique et religion y sont donc étroitement liées. La géographie plus détaillée et l’histoire figurent au revers, illustrées par des anecdotes ou des réalisations qui sont autant de parcelles émanant d’un Etat, et inscrites dans la mémoire collective.

7Car cette présentation en puzzle du pays (chaque pièce du puzzle est ici une pièce de monnaie, ou un Etat), n’est pas très différente d’une appréhension d’un pays par l’examen global des timbres-poste qu’il a émis : il s’agit là aussi d’objets ayant une valeur faciale précise, avec des représentations décidées par la puissance publique. Elle y propose en bloc les dates remarquables de son histoire, ses grands hommes, ses beaux sites, ses monuments, son folklore, tout ce qui la constitue.

Pièces de monnaie de la Louisiane

Pièces de monnaie de la Louisiane

Le département américain des Monnaies et Médailles, « the US Mint », frappe depuis 1999 avec régularité des pièces de 25 cents consacrées à chacun des cinquante Etats. Ce « 50 state quarters program », d’une belle ambition culturelle, a donné l’occasion à chaque Etat de chercher à se « symboliser », ou synthétiser, ou singulariser.... Voici le « quarter » de la Louisiane, avec ses deux faces, émis en 2002.

Photographie Jérémy Barande

  • 1  Le Wisconsin a bien choisi une tête de vache genre Vache qui Rit...

8Que trouve-t-on gravé sur les « quarters » commémoratifs ? Des ébauches cartographiques, contours d’Etats. Des références historiques (un coureur des bois, un « minuteman » au Massachussets). Des spécimens botaniques (le palmier en Caroline du sud). De la publicité gastronomique (la récolte du sirop d’érable au Vermont). De la propagande touristique (un voilier au Rhode Island, des instruments de musique au Tennessee). L’affirmation positiviste de la technologie (l’Ohio, « lieu de naissance et de progrès de l’aviation », montre côte à côte l’avion des frères Wright et les scaphandriers d’un homme dans l’espace), etc.Peu à peu, comme dans un jeu, se mettent en place les éléments de cette représentation symbolique, et leur définition donne d’ailleurs lieu à la désignation de multiples « panels » et à des discussions préliminaires dans les Etats, où les journaux reproduisent les suggestions et les critiques des lecteurs. Que choisir pour symboliser l’Arizona ou le Wyoming ? Un animal1 ? Un pionnier ? Ou même, « politiquement correct », un « native » ?

9S’il me manque encore des pièces de la collection dans son état actuel, je possède bien sûr le quarter de la Louisiane. Comme pour les autres Etats le revers porte le nom et la date de la création, 1812, et la devise fédérale de l’unité dans la diversité, « in pluribus unum », gravée en bas du cercle. Quant à l’image, elle met l’accent sur trois éléments :

  1. le « Louisiana purchase », avec une carte très lisible affichant fièrement l’immensité du territoire cédé par la France et sa place dans les USA d’aujourd’hui (Alaska et Iles exclus)

  2. une trompette avec trois notes de musique, signal sonore de l’exubérance musicale essentiellement apportée par la communauté noire.

  3. le pélican brun, l’oiseau de l’Etat, dessiné de profil fidèle aux photos que l’on peut prendre sans trop de difficultés, depuis qu’un programme de sauvegarde et de réimplantation a permis à sa colonie, décimée par le DDT, de se multiplier à nouveau à profusion.

10De nombreux Américains sont très attentifs à l’oiseau qui symbolise leur Etat, le « statebird ». Pas de liste complète des Etats, pas de description résumée en tête d’un guide touristique ou automobile, sans le rappel de ces volatiles, la mésange du Massassuchets, la caille huppée de Californie, et l’omniprésent cardinal pour six ou sept Etats.

Le pélican brun

Le pélican brun

L’oiseau emblématique de la Louisiane est ici représenté par Audubon, dans une immobilité hiératique. Les touristes savent qu’il est capable de mouvements, d’actions de pêche, de disputes, de pitreries, et de vols majestueux…une fois le décollage réussi.

Illustration extraite de l’édition Lockwood des Oiseaux d’Audubon ; photographie Jérémy Barande

11La Louisiane a choisi un pélican, plus précisément « the eastern brown pelican, linnaeus pelicanus occidentalis ». Audubon l’a dessiné sur les deux planches 251 et 421 de son ouvrage sur les oiseaux d’Amérique. C’est sur la planche 251 que le pélican se présente dans l’attitude de médaille que lui donne le quarter, avec la couleur en plus. Tête jaune, dos brun et gris, pattes noires, l’animal prend une posture sobre et résolue. Rien à voir avec le pélican brodé sur le drapeau de la Louisiane, inspiré de l’iconographie chrétienne, qui, les ailes écartées, distribue aux petits de son nid les produits de sa pêche ou de ses entrailles.

"Union, Justice et Confidence"

"Union, Justice et Confidence"

La devise de la Louisiane, dont la traduction française proposerait évidemment Confiance, ou Foi, ou Fidélité, ou Loyauté à la place de « Confidence » est ici écrite sous le pélican de l’Etat. Ce volatile est traité en version « charité chrétienne », genre : « comment nourrir ses petits avec ses propres entrailles », traduction noble de « comment régurgiter des poissons prédigérés ».

12Ce pélican brun, que l’on trouve des Etats-Unis du sud jusqu’au Brésil, était connu de Buffon vers 1780, mais celui-ci indique avec force précisions n’être pas sûr qu’il s’agisse d’une espèce distincte du pélican blanc, « et nous sommes portés à croire que la couleur brun est la livrée des plus jeunes, car on a observé que ces pélicans bruns étaient généralement plus petits que les blancs. Ceux que l’on a vus près de la baie d’Hudson étaient aussi plus petits et de couleur cendrée ; ainsi leur blanc ne vient pas du climat froid... » etc... Dans une édition Buffon de 1830, l’éditeur signale dans une note en bas de page datée de 1829, que « Temminck, Vieillot et Cuvier considèrent cet oiseau comme formant une espèce distincte de celle du pélican ordinaire » (ils avaient raison). C’est de la même façon que furent complétées les éditions de Wilson, corrigées parfois par Charles Lucien Bonaparte. Ces notules sur une querelle d’experts méritent plus de louanges que de sarcasmes : c’est ainsi qu’avance toute science, et ce pélican a toujours été un grand sujet d’intérêt pour nos colons de Louisiane.

13Dans cette volonté de caractérisation de l’Etat, qui certainement répond aussi à des considérations mercantiles, la Louisiane a défini pour elle-même d’autres symboles, « the official Louisiana State symbols ». J’ai déjà évoqué le pélican brun, le drapeau décidé et dessiné en 1912 pour le centenaire de l’Etat, avec une devise ornant la « cène familiale », « Union, Justice and Confidence », qu’il vaut mieux traduire par confiance que par son vrai-faux-ami confidence. Ces éléments se retrouvent aussi sur le sceau de l’Etat. Mais la Louisiane a aussi des couleurs « officielles » : le bleu, le blanc, et l’or. Elle a un crustacé officiel, la fameuse écrevisse « crawfish », que les cuisiniers cajuns vous proposent accommodée de cent façons, je les préfère à l’étouffée (« on va manger des écrevisses si vous autres t’aiment çà »). Elle a un poisson d’eau douce officiel (je ne plaisante pas, il y a un « official freshwater fish ») c’est la perche blanche que les cajuns appellent sac à lait. Le reptile officiel est l’alligator. L’insecte, l’abeille. Le mammifère, l’ours brun.

14Plus significatif pour nous, la fleur officielle, le magnolia, dont l’exubérante floraison colore les places et les plantations, et dont l’odeur envahit les arrière-cours comme les avant-scènes, odeur de jeunesse adolescente à l’éclosion, odeur capiteuse à la pleine floraison, odeur forte et peu à peu obsédante par sa pourriture de végétal prêt à se transformer en tourbe ou en pétrole, lors de sa très longue décomposition. Le magnolia, comme le pélican brun, forme un « state symbol » très « Louisiane ». Je n’en dirai pas autant de la boisson officielle, je vous le donne ...en mille. Non, ce n’est pas le bourbon, ce n’est pas un de ces cocktails éblouissants que vous remuent à la chaîne les barmen de la Nouvelle Orléans pendant que la country et la pop music affrontent à décibels libérés le jazz des orchestres de rue ; non, c’est le lait, en hommage à l’industrie laitière et crémière.. .tu parles !

15A propos de musique, l’instrument officiel est l’accordéon diatonique, joué par les cajuns. Il y a aussi, et bien sûr, des chants officiels de la Louisiane, et d’abord « Give me Louisiana ».

16« Give me Louisiana » se dit donc Benjamin Buisson en frappant à la porte de son cousin Guillote en 1817. Il le dit sans doute en français. Il le dit en sachant que, imitant des milliers de Français qui l’avaient précédé dans cette région, dans cet Etat, puisque désormais c’en est un, il aborde à la fois les Etats-Unis et autre chose (« it’s different ») que les Etats­Unis de ses lectures.

17Dans le récit sur le Champ d’Asile que j’ai déjà mentionné, Jean Soublin fait expliquer au soldat Chamoreau, un garçon assez peu cultivé, ce que serait cette Louisiane qu’on lui propose comme point de fuite - vous verrez, ce n’est pas si éloigné de nos « state symbols » ! Il y avait « beaucoup de forêts, ça, tout le monde le sait, et puis des fleuves immenses, des artisans ingénieux, des républicains à perruques courtes, des princesses indiennes, des sauvages cruels à la solde des Anglais, des oiseaux aux couleurs éclatantes. Mais il y avait aussi des cousins de La Rochelle (ou d’Altkirch, je complète), des créoles belles et langoureuses comme Joséphine, des flibustiers d’origine peut-être malouine ». Si je veux continuer, en reporter ou en auteur moderne de prospectus, je peux le faire ainsi. Il y avait aussi, il y a aussi et encore de belles plantations, les Yankees ne les ont pas toutes brûlées en 1865, elles sont parfois transformées en « bed and breakfast ». A Nottoway ou à Houmas, des reproductions d’Audubon, sont suspendues aux murs à moins qu’il ne s’agisse de scènes inspirées des Natchez de Chateaubriand, on peut sur une balancelle y lire la série Louisiane de Maurice Denuzière ou, mieux encore, Manon Lescaut.

18Et puis il y a des parcs, des forêts et des bayous, on peut y croiser les mânes des pirates de Jean Lafitte déjà évoqués à propos de Chalmette, ou les héritiers des proscrits du XVIIIème siècle, ou des bagnards qu’un odieux système pénitentiaire exploitait et maltraitait, ce n’est pas si ancien, il y a quelques dizaines d’années, vous souvenez-vous de l’acteur Muni injustement condamné et conduit, par deux fois, à fuire les bagnes de Louisiane et ses garde-chiourmes sadiques ?

19Et puis, voici les appareils de forage. D’abord plantés en terre ferme, ils gagnent peu à peu les terres gorgées de l’eau des bayous, puis les marais, bientôt la mer, et bientôt encore les eaux profondes. Notre bulletin SABIX n° 34 sur le pétrole a évoqué cette activité.

Les bayous de Louisiane

Les bayous de Louisiane

Ces paysages de bois pourrissants et d’eaux à moustiques sont toujours présents, pour les photographes et les cinéastes. Il est donc facile d’imaginer la difficulté des relevés de missions cartographiques préliminaires aux tracés de canaux et de routes, telles qu ’elles furent proposées à Crozet, à Buisson, à Bernard.

Photographie Christian Marbach

20Les canalisations ont certes dérangé alligators et ratons laveurs, mais on peut toujours en trouver, ce n’est pas si difficile, il suffit de se promener, ou encore, si vous êtes pressé, de louer une place sur un de ces bateaux à aubes qui appareillent à toute heure des quais du port, pour s’égarer dans les canaux qu’avaient fait creuser Buisson, ou Crozet, ou Bernard.

21Le port de la Nouvelle Orléans est toujours actif aujourd’hui, pétrole, coton, bois. Au début du XIXème siècle il était plus important que New York et Jefferson le considérait comme vital pour les Etats-Unis et leur expansion vers l’ouest. Avant les chemins de fer et les routes faciles, c’est surtout par le Mississipi qu’arrivaient et partaient hommes et biens de cette région encore peu connue. C’est ici qu’ont été accueillis des immigrés sans passeport : à cette époque les Etats-Unis ne demandaient ce document ni aux Buisson venus rendre visite à leurs cousins, ni aux Buisson venus s’installer pour une nouvelle vie.

22C’est donc à cause de ce port, de tous les arrivants nouveaux, mais aussi de tout l’arrière pays planté de coton et de canne à sucre que la Nouvelle Orléans se développe dans une précipitation qui n’est pas sans poser de graves problèmes. Il y a comme une course entre les aménageurs et les hygiénistes d’une part, et les contraintes de climat et les indisciplines de la foule d’autre part, dans un contexte où la « loi » s’impose avec d’autant plus de difficultés que le personnel politique et administratif y bat des records de corruption.

23La Nouvelle Orléans ce n’est pas seulement salles de bal et baise-main aux belles créoles. C’est aussi ordures mal vidées, marécages dormants et fétides, herbes et pétales de magnolias en fermentation, excréments de chevaux, eaux toujours usées et insalubres, rues évidemment non pavées, mouches et moustiques sans pitié (ces odieux « maringoins »), fièvre jaune recouvrant la ville par grandes vagues successives pour y faire des milliers de morts. Le « vomito negro » est peut-être la caractéristique la plus constante, et pour nous aujourd’hui la plus oubliée, de la ville de cette époque. Il arrachait à leurs familles vieillards, enfants et adultes dans la force de l’âge, et l’on entendait crier « sortez vos morts » quand passaient les « tombereaux » des pompes funèbres. On allait ensuite jeter les cadavres dans des fosses, mais l’eau suintait et dans les cimetières les écrevisses dévoraient les êtres chers.. .je n’invente pas. Buisson joua d’ailleurs un rôle majeur dans l’aménagement du cimetière Saint Louis en proposant que l’on surélève les monuments funéraires, hors d’eau, lieux de visite pour les adeptes du vaudou venus mettre leur tag sur la tombe de Marie Laveau, et pour les généalogistes amateurs venus repérer le lieu où reposent les restes de leurs arrière-grands parents.

24Pour compléter ce tableau de la Louisiane, on peut y ajouter d’autres images, plus « cinéma joyeux ». Les riches courtisanes quarteronnes en robes blanches, et les esclaves à peine vêtus leur proposant la protection d’une ombrelle. Des boutiques approvisionnées par le commerce des bateaux européens, comme par celui des radeaux et des steamboats apportant les fourrures du Nord américain, de l’autre Louisiane, celle de Marquette, de Lewis et de Clark. La boutique-bibliothèque où Boimard, libraire français, prêtait des livres, une innovation à cette époque. (C’est avec ce Boimard que Buisson montera une entreprise d’édition de livres et journaux). Des « parcs », parfois jardins propices aux duels, Denuzière décrit un de ces duels, mais l’abbé Prévost l’avait fait avant lui, rappelez-vous des Grieux embrochant le neveu du gouverneur qui veut lui ravir Manon. Et Buisson se battit ainsi à plusieurs reprises dans ces terrains vagues mal famés où l’ombre de la mousse espagnole accrochée aux branches des chênes cachait des mauvais coups, rackets, envoûtements, règlements de comptes. Sur les quais du port aussi on venait vider ses querelles ou chercher fortune, à la merci des pirates encore non assimilés, des aventuriers arrivés d’Europe ou descendus des plaines à bisons, comme les hommes des bois du Kentucky, les Kaintuchs, rudes gaillards venus chercher le prix de leurs peaux de castors, les tavernes à whisky et l’odeur de la femme dans une ville célèbre dans toute l’Amérique pour sa prostitution aux multiples facettes, la nouvelle Babylone.

25La Nouvelle Orléans, grand port et grande ville, à la fois bassin de fermentation et pourrissoir aux extrémités de l’Empire, mais aussi, comme toute ville américaine, une ville où l’on devient Américain. Ecoutons Tocqueville : « un Américain prend, quitte, reprend dix états dans sa vie ; il change sans cesse de domicile et forme continuellement de nouvelles entreprises ». Si Buisson, qui a croisé Tocqueville à la Nouvelle Orléans lors du passage du jeune magistrat français venu inspecter le système pénitentiaire américain au début de 1832, si Buisson n’a guère quitté sa ville, il a pris effectivement bien des « états ».

26Parmi les commerçants venus proposer des objets de luxe aux riches planteurs cherchant à décorer leurs propriétés figurent les représentants des fabriques françaises de papier peint, les Dufour, les Pignet, et surtout, à Mulhouse, les Zuber. Ils viennent en particulier proposer de grands panoramiques aptes à faire tout le tour des murs d’un salon ou d’un fumoir, avec des décors exotiques ou historiques, que l’on peut aujourd’hui admirer au musée de Rixheim. Si Buisson était intéressé par de tels papiers peints, il a pu acheter « La bataille d’Austerlitz » ou « Paysage Napoléonien ». S’il voulait penser à son camarade Fabvier, il pouvait acheter « Les vues de la Grèce moderne » : là vers un Acropole non pollué au Parthénon étincelant, on voit précisément Fabvier guidant une troupe de Grecs et apportant aux assiégés assez de munitions pour prolonger un siège alors désespéré. Mais Buisson, et peut-être, les Louisianais, seront-ils encore plus intéressés par « Les vues des Etats-Unis ». Ce papier panoramique représente sur une quarantaine de lés, quatre images qui font partie de l’incontournable évocation des Etats-Unis pour les clients européens de l’époque. Tout en rappelant aux Américains les beautés de leur Etat avant la ruée vers l’ouest : la baie de New York et West Point, le port de Boston, le pont naturel de Virginie, les chutes du Niagara.

"Les Vues d'Amérique"

"Les Vues d'Amérique"

Vue d’ensemble d’un papier peint panoramique. Ce papier est toujours en fabrication à la Manufacture Zuber.

Musée du Papier Peint (Rixheim)

Vues d'Amérique du Nord (lés 27 à 32) : Chutes du Niagara – Deltil d'après Milbert

Vues d'Amérique du Nord (lés 27 à 32) : Chutes du Niagara – Deltil d'après Milbert

Avec nos remerciements à la manufacture Zuber, qui fabrique toujours ces décors panoramiques, et au Musée du papier peint de Rixheim qui nous en a procuré les photographies

27Deltil (1791-1863) qui dessina ces papiers peints a utilisé comme modèles des gravures qu’il a trouvées dans un itinéraire de voyage d’un naturaliste français, Milbert, un de ces curieux personnages, curieux de tout eux-mêmes, et que l’on peut retrouver de ci, de là, pour peu que l’on ait envie de voyager dans les livres et les découvertes de cette époque. Milbert en effet avait accompagné Baudin et Lesueur vers l’Australie ( Baudin, encore Baudin !) avant d’abandonner l’expédition pour raisons de santé à « l’Ile de France ».

28Puis il part pour l’Amérique, s’y promène, publie en France en 1828 un « itinéraire pittoresque du fleuve Hudson et des parties latérales de l’Amérique du Nord », d’après des dessins « pris sur les lieux ». Il fait en quelque sorte collection de belles vues, comme d’autres font collection de coquillages ou d’oiseaux. Il essaie de voir ce qui peut « symboliser » les Etats-Unis, moins pour en faire un prospectus touristique que pour en garder une image d’avant colonisation. : une démarche que des artistes américains commenceront à faire à l’époque, comment décrire vite ce qui va si vite disparaître ou être transformé ?

29Deltil a donc toutes les raisons d’utiliser ces modèles, qu’il va copier sans scrupules excessifs. Mais, comme il l’explique à Zuber, il va les animer : « il ne suffit plus, pour vendre un papier peint, surtout avec l’ambition du panoramique, de représenter des monuments ou des paysages, il faut parler à l’imagination, il faut de l’action, du mouvement, et que tout l’intérêt se porte sur les figures qui sont toujours le sujet principal malgré le titre de l’ouvrage qui n’annonce que des paysages » Deltil va donc ajouter aux paysages de Milbert d’autres figures, ainsi que des éléments plus actuels ; il dessinera des touristes, des marins, des Indiens en face d’un chemin de fer tiré par des chevaux, des cadets de West Point avec l’uniforme qu’ils portaient quand Crozet leur enseignait la géométrie descriptive.

30Ainsi ces papiers peints étaient-ils destinés à deux clientèles. Celle de la bourgeoisie européenne pour laquelle les Etats-Unis sont un sujet d’intérêt, peut-être au nom d’ambitions exceptionnelles : les USA sont souvent une « cible », un lieu d’investissement et d’action pour un grand entrepreneur comme Schneider, qui recouvre son grand salon du Creusot de ces vues des Etats-Unis, on peut les y admirer aujourd’hui encore. Celle aussi de la bourgeoisie américaine. Bernard Jacqué, conservateur du musée du papier peint, m’a envoyé l’article qu’il a cosigné il y a quelques années, pour la Société Industrielle de Mulhouse, au sujet de la commercialisation du papier peint français aux Etats-Unis dans la première moitié du XIXème siècle. Toute la démarche de l’entreprise Zuber y est analysée, avec ses contraintes, transports et droits de douane ; ses origines, conception, dessins, études de marché, choix des motifs ; son système de distribution. Il donne même le nom des représentants aux Etats-Unis, à Albany comme à Boston, à New York et, bien sûr, à la Nouvelle Orléans. Divine surprise ! J’y trouve le nom de Antoine Louis Boimard, signant contrat en 1829 avec Zuber pour vendre ses papiers en Louisiane, et ce Boimard est précisément le libraire associé à Buisson avec lequel il lancera une entreprise d’édition et un journal.

31Petit exercice, pour se faire plaisir. Si j’avais, aujourd’hui, à proposer à un fabricant de papiers peints panoramiques cinq images des USA, à la fois simples et « animées », emblématiques à elles seules, mais aussi dans leur ensemble, que choisirais-je ? New York bien sûr. Plutôt que le port, Manhattan vu d’avion, avec des avions, des gratte-ciel élancés, des ponts majestueux, la Statue de la Liberté dont je n’oublie pas, pas plus que Bodelle que l’alsacien Bartholdi la sculpta. San Francisco aussi : en un raccourci audacieux je placerais le cable-car et des séquoias au premier plan, un jeune chinois marcherait en pianotant sur son ordinateur portable, le Golden Gate Bridge s’afficherait à l’arrière. De cela Buisson n’avait pas idée.

32Une ou deux « merveilles de la nature », certainement. Pourquoi pas les chutes du Niagara, quand même ? Mais sûrement le Bryce Canyon National Park, avec ses cheminées de grès et ses « hoodoos », je choisirais un jour de neige comme celui qui m’y surprit en septembre 2001, ce serait féerique, des centaines de colonnes rouges surmontées de capuchons blancs, des centaines de pins Douglass et des genévriers aux branches chargées de flocons de neige, un Indien passerait par là ( il faut un Indien sur les panoramiques de papier peint, Deltil explique cela à son fabricant), un geai de l’espèce « steller’s jay » jouerait sur la branche, un bison s’aventurerait à l’arrière plan, pour un papier peint symbolique on peut rapprocher des éléments un peu éloignés.

Pierre Benjamin Buisson

Pierre Benjamin Buisson

Le voici donc, notre Buisson, avec son portrait digne de figurer dans un « trombinoscope porte un uniforme d’officier français, il est encore jeune. On peut supposer qu’il a emporté ce tableau lors de son émigration, en 1817 ; il se trouve désormais au Louisiana State Museum de la Nouvelle Orléans.

Photographie fournie par le Louisiana State Museum, New Orleans à partir d’un tableau confié au Musée Ralph Buisson, descendant de Pierre Benjamin Buisson

33Reste à choisir la cinquième vue. Boston, encore ? Pour les bons souvenirs professionnels que j’y fabriquai ? Ou plutôt Chicago et son architecture fabuleuse ? Ou plutôt la Nouvelle Orléans, juste pour se souvenir de Buisson et Audubon ? Allons c’est décidé, ce serait à la fois la Nouvelle Orléans et Chicago, je triche en prenant six sujets, à Chicago il y aurait mes petits enfants, des petits enfants au premier plan, et ils me souriraient, « cheeze ».

Haut de page

Notes

1  Le Wisconsin a bien choisi une tête de vache genre Vache qui Rit...

Haut de page

Table des illustrations

Titre Pièces de monnaie de la Louisiane
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/505/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Légende Le département américain des Monnaies et Médailles, « the US Mint », frappe depuis 1999 avec régularité des pièces de 25 cents consacrées à chacun des cinquante Etats. Ce « 50 state quarters program », d’une belle ambition culturelle, a donné l’occasion à chaque Etat de chercher à se « symboliser », ou synthétiser, ou singulariser.... Voici le « quarter » de la Louisiane, avec ses deux faces, émis en 2002.
Crédits Photographie Jérémy Barande
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/505/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 96k
Titre Le pélican brun
Légende L’oiseau emblématique de la Louisiane est ici représenté par Audubon, dans une immobilité hiératique. Les touristes savent qu’il est capable de mouvements, d’actions de pêche, de disputes, de pitreries, et de vols majestueux…une fois le décollage réussi.
Crédits Illustration extraite de l’édition Lockwood des Oiseaux d’Audubon ; photographie Jérémy Barande
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/505/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 112k
Titre "Union, Justice et Confidence"
Légende La devise de la Louisiane, dont la traduction française proposerait évidemment Confiance, ou Foi, ou Fidélité, ou Loyauté à la place de « Confidence » est ici écrite sous le pélican de l’Etat. Ce volatile est traité en version « charité chrétienne », genre : « comment nourrir ses petits avec ses propres entrailles », traduction noble de « comment régurgiter des poissons prédigérés ».
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/505/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
Titre Les bayous de Louisiane
Légende Ces paysages de bois pourrissants et d’eaux à moustiques sont toujours présents, pour les photographes et les cinéastes. Il est donc facile d’imaginer la difficulté des relevés de missions cartographiques préliminaires aux tracés de canaux et de routes, telles qu ’elles furent proposées à Crozet, à Buisson, à Bernard.
Crédits Photographie Christian Marbach
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/505/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre "Les Vues d'Amérique"
Légende Vue d’ensemble d’un papier peint panoramique. Ce papier est toujours en fabrication à la Manufacture Zuber.
Crédits Musée du Papier Peint (Rixheim)
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/505/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Vues d'Amérique du Nord (lés 27 à 32) : Chutes du Niagara – Deltil d'après Milbert
Crédits Avec nos remerciements à la manufacture Zuber, qui fabrique toujours ces décors panoramiques, et au Musée du papier peint de Rixheim qui nous en a procuré les photographies
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/505/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Titre Pierre Benjamin Buisson
Légende Le voici donc, notre Buisson, avec son portrait digne de figurer dans un « trombinoscope porte un uniforme d’officier français, il est encore jeune. On peut supposer qu’il a emporté ce tableau lors de son émigration, en 1817 ; il se trouve désormais au Louisiana State Museum de la Nouvelle Orléans.
Crédits Photographie fournie par le Louisiana State Museum, New Orleans à partir d’un tableau confié au Musée Ralph Buisson, descendant de Pierre Benjamin Buisson
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/505/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 159k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Marbach, « Images de Louisiane », Bulletin de la Sabix [En ligne], 38 | 2005, mis en ligne le 27 novembre 2010, consulté le 29 avril 2017. URL : http://sabix.revues.org/505

Haut de page

Auteur

Christian Marbach

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© SABIX

Haut de page