Navigation – Plan du site

Texte intégral

  • 1  Chandler Alfred D. Jr., La Main visible des managers. Une analyse historique, Paris, Economica, 19 (...)
  • 2  FRIDENSON Patrick, Histoire des usines Renault, Paris, editions du Seuil, 1972
  • 3  DAVIET Jean-Pierre, Un destin international. La Compagnie de Saint-Gobain de 1830 à 1939, Paris, E (...)

1Même si aujourd’hui, l’histoire industrielle suscite de nombreux travaux en France, ce n’est pas dans l’hexagone qu’il faut en chercher ses origines. Tout a commencé outre atlantique en 1925 avec la fondation aux Etats-Unis de la Business Historical Society. La première chaire de Business History est créée deux ans plus tard à la Business School de l’Université de Harvard. Cette nouvelle discipline se développe en marge de l’histoire économique. Elle étudie les entrepreneurs et les stratégies des entreprises. Après la Seconde Guerre Mondiale, sous l’influence d’Alfred D. Chandler, elle s’intéresse à l’organisation de ces sociétés. Elle a engendré une multiplication des monographies d’entreprises. Alfred D. Chandler1 propose une synthèse sur le développement des sociétés. Les travaux américains ont beaucoup influencé la recherche anglaise et allemande. En France, les chercheurs se sont intéressés plus tardivement à cette question. Ils préféraient les secteurs industriels ou les régions en privilégiant les archives d’entreprises. Patrick Fridenson avec Renault2 ou encore Jean-Pierre Daviet avec Saint-Gobain3 ont ouvert la voie des études d’histoire industrielle. Le recensement entrepris par l’Inventaire Général permet de prendre conscience des richesses du patrimoine industriel français. Tous ces travaux ont participé à la multiplication, ces dernières années, des monographies d’entreprises, de branches ou des études régionales. La diversité du monde des entrepreneurs est mieux connue aujourd’hui. Toutefois certains secteurs, à l’instar du génie civil ou du pétrole, sont quelque peu négligés.

2Etudier l’aventure originale et familiale des Schlumberger ne comblera certainement pas cette lacune. Mais, elle permettra de découvrir un domaine méconnu. Avant de devenir cette grande entreprise d’envergure internationale, c’est l’histoire d’une association entre deux frères réunis par la ténacité paternelle. Conrad et Marcel Schlumberger, scientifiques et ingénieurs de talent, créent, développent et commercialisent une technique particulière de recherche pétrolière : la prospection électrique. Ils élaborent une méthode de travail fondée sur la curiosité, la rigueur et la persévérance. Fidèle aux principes imposés par ses fondateurs, la firme Schlumberger perdure après leur mort. Symbole d’une union réussie entre la France et les Etats-Unis, elle offre une prestation de services d’une haute qualité scientifique et technique.

  • 4  BOWKER Geoffrey C., Science on the run, MIF Press-Cambridge, Massachussetts, 1994, (collection : " (...)

3Pour comprendre cette réussite industrielle, il faut tout d’abord découvrir la naissance et le développement de cette technique particulière de recherche pétrolière : la prospection électrique. L’étude de l’entreprise des frères Schlumberger autour des différents thèmes développés lors de la journée organisée par la SABIX et l’Association des Archivistes Français met en évidence l’originalité de leur œuvre et leur anticipation, non seulement pour la technique, mais pour les méthodes de management. Les collections du Musée de la Fondation Schlumberger à Crèvecoeur-en-Auge présentées dans le livret réalisé par Jacques Delacour illustrent les grandes étapes de leur aventure. Après avoir étudié pendant trois ans les archives déposées par Madame Anne Grüner-Schlumberger, fille de Conrad, au Centre de Sociologie et de l’Innovation (C.S.I.) de l’Ecole des Mines de Paris, Geoffrey C. Bowker, professeur assistant de la Graduate School of Library Information Science à l’Université de l’Illinois, a publié un ouvrage en 1994 sur l’épopée Schlumberger, intitulé : Science on the run4. Les extraits de son livre, traduits et commentés par Jacques Delacour, apportent un éclairage nouveau sur la stratégie de l’entreprise analysée par un sociologue.

Haut de page

Notes

1  Chandler Alfred D. Jr., La Main visible des managers. Une analyse historique, Paris, Economica, 1988, (texte américain, 1977). Chandler Alfred D. Jr., Stratégie et structures de l’entreprise, Paris, les Editions d’organisation, 1989, (traduction de la seconde édition ; première édition américaine en 1962). Chandler Alfred D. Jr., Organisation et performance des entreprises, 3 tomes (Les USA, La Grande-Bretagne, L’Allemagne), Paris, les Editions d’organisation, 1993, (texte américain, 1990).

2  FRIDENSON Patrick, Histoire des usines Renault, Paris, editions du Seuil, 1972

3  DAVIET Jean-Pierre, Un destin international. La Compagnie de Saint-Gobain de 1830 à 1939, Paris, Editions des Archives contemporaines, 1988.

4  BOWKER Geoffrey C., Science on the run, MIF Press-Cambridge, Massachussetts, 1994, (collection : "Inside Technology" dirigée par BIJIKER Wiebe E., CARLSON Bernard W., PINCH Trevor J.)

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christelle Robin, « Introduction », Bulletin de la Sabix, 34 | 2003, 3-4.

Référence électronique

Christelle Robin, « Introduction », Bulletin de la Sabix [En ligne], 34 | 2003, mis en ligne le 25 août 2010, consulté le 29 juin 2017. URL : http://sabix.revues.org/420

Haut de page

Auteur

Christelle Robin

Doctorante en Histoire à la Sorbonne (Paris IV)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • Revues.org