Navigation – Plan du site

Le CNRS et son histoire

André Kaspi
p. 45-50

Texte intégral

1Michel Berry donne la parole à Monsieur André Kaspi, spécialiste réputé des Etats­Unis, et Président du Comité pour l’histoire du Cnrs, une institution « hyper française » qu’il connaît pour y avoir exercé des responsabilités de direction. Comme il existe de nombreuses histoires de la Révolution écrites par des historiens éminents qui n’en donnent pas la même vision et qui de ce fait suscitent encore de longues controverses, de même il existe déjà des histoires du Cnrs. Qu’est-ce donc que l’Histoire du CNRS (au singulier) ? Sachant d’ailleurs que la censure serait plus difficile que dans le cas de Renault, étant donné le nombre de chercheurs qui ont sans doute leurs idées sur cette question. Nous serons très intéressés de savoir comment le Professeur Kaspi aborde ce problème.

2Le Professeur Kaspi rappelle d’abord que le Centre National de la Recherche Scientifique ne se compare pas à des groupes industriels comme Renault, Dassault, Essilor ou Schneider. L’établissement public emploie 26000 agents et son Directeur général est nommé en conseil des ministres. Le Professeur Kaspi, compte tenu de l’heure tardive, a le sentiment de donner un exposé qui ressemble à un post-scriptum, un peu décalé par rapport aux interventions qui l’ont précédé. Cependant, il va essayer de répondre à deux questions principales :

3Pourquoi y a-t-il un comité pour l’histoire du Cnrs ? Comment procède-t-il ?

4D’ores et déjà, il pense pouvoir apaiser les inquiétudes de Michel Berry : le Cnrs ne ressemble pas tout à fait à la Révolution française. Par conséquent les résultats ne se présentent pas de façon identique.

5Le CNRS a été créé le 19 octobre 1939, un peu plus de six semaines après la déclaration de guerre. Le décret a été signé notamment par le Président du conseil de l’époque, Edouard Daladier. Certes, il était le résultat d’une longue évolution qui remonte au début du XXème siècle, mais, en même temps, la date prend une signification toute particulière puisqu’il s’agissait de rassembler toutes les forces du domaine scientifique. Il s’agissait aussi de combler les lacunes de l’Université et de donner à la France la politique de recherche publique dont elle avait besoin dans des circonstances exceptionnelles. Le CNRS a survécu non sans mal à l’Occupation. Sa situation a été rétablie en 1944 et 1945. Il a pris, par la suite, de l’ampleur. Il a connu des réformes dans les années 60, dans les années 70, dans les années 80. On continue à parler des réformes du CNRS, ce qui veut dire que cet établissement public a su s’adapter aux transformations du monde moderne, tant bien que mal, avec des résistances certes, mais aussi avec des initiatives qui proviennent de l’intérieur.

6Or, depuis cette époque-là, il n’y avait pas de comité au sein du CNRS qui s’intéressât à son histoire ! Il y avait eu des commémorations, par exemple, en 1989, celle du cinquantenaire. Louis Schweitzer évoquait ce matin la bénédiction des commémorations. Il est vrai que le grand avantage des anniversaires, c’est qu’ils reviennent chaque année. Ce qui veut dire que chaque année les chercheurs peuvent éventuellement évoquer la création de l’organisme ou bien la création de leur laboratoire, mais je ne pense pas que ces commémorations puissent être le cœur même de la démarche.

7Il n’empêche qu’on a organisé, à l’occasion du cinquantenaire en 1989, un grand colloque international. Des équipes ont alors été mises sur pied. On a également créé des Cahiers pour l’histoire du CNRS qui ont compté jusqu’à dix numéros. Cela montre l’importance qu’on a attachée à cet événement.

8Certains départements scientifiques (le CNRS en comprend huit) ont célébré à leur tour l’anniversaire de leur création, l’un après 20 ans, l’autre après 25 ans, mais on ne peut pas dire qu’il y ait eu une perspective d’ensemble.

9La décision de créer ce comité est récente. Elle remonte à novembre 1998. L’initiative revient à Catherine Bréchignac, qui était alors Directeur Général. Elle répond à trois objectifs :

10Premier objectif, remédier à la grande déperdition de la connaissance qui sévit au sein du CNRS. Déperdition d’abord dans le domaine des matériels. Les physiciens, les biologistes, pour ne prendre que ces exemples, se débarrassent des matériels devenus obsolètes, pour la grande joie des brocanteurs, et pour la plus grande détresse de ceux qui voudraient sauvegarder des éléments du patrimoine national. Déperdition également des connaissances elles-mêmes, puisque les cahiers d’expériences et de manipulations courent à leur tour le risque d’être jetés à la poubelle, lorsque leurs auteurs cessent leurs activités ou estiment que ces cahiers ont perdu leur importance.

11Déperdition de la connaissance aussi, parce que travaillent au sein du CNRS un certain nombre de personnes qui savent beaucoup de choses, n’écrivent pas leurs mémoires une fois leur retraite prise, ne laissent aucune déposition, fût-elle orale, et du coup, tout ce qu’ils savent est oublié. Ainsi disparaît une part importante de l’histoire de l’organisme.

12La deuxième raison de créer ce comité est que l’on s’est aperçu que, dans beaucoup d’institutions publiques et privées, se manifestait ce souci de la mémoire que le CNRS, lui, ne ressentait pas. Pour s’en tenir aux institutions publiques, on peut citer deux exemples particulièrement intéressants. Le ministère des Affaires étrangères a une commission de publication des documents diplomatiques qui a pour but précisément de publier, depuis le 19ème siècle, les dépêches, les télégrammes, les rapports des ambassadeurs et des ministres plénipotentiaires. Deuxième exemple, le Comité d’histoire économique et financière tient lui aussi une place importante.

13La question n’est pas tant de savoir pourquoi le CNRS a créé un comité, mais pourquoi il lui a fallu tant de temps pour le créer.

14Enfin la troisième raison est que ce comité peut, comme bien d’autres d’ailleurs, rendre des services à la direction générale. Je dois m’expliquer sur la notion de service. Il ne s’agit évidemment pas de défendre une image de marque. Mais très souvent au CNRS on se pose des questions simples, par exemple, qui était directeur général pendant une certaine année ? Qui était directeur scientifique ? A quel moment a-t-on créé des actions thématiques concertées ? A quel moment a-t-on créé telle ou telle équipe ?

15Qui va répondre ? Dans la plupart des cas les services s’interrogent et des personnalités extérieures au CNRS posent aussi des questions. Le comité pourrait constituer une base de données qui apparaît d’ailleurs comme une nécessité dans le travail même que le CNRS accomplit.

16Lorsque le comité a été créé, il s’est donné pour but de travailler dans trois domaines très précis.

17Premier domaine : le CNRS avait en 1939 pour objectif d’approfondir nos connaissances scientifiques. A-t-il répondu à cet objectif ? A-t-il connu des réussites ? Des échecs ? A-t-il oublié d’emprunter des voies qui auraient peut-être abouti à d’autres réussites, ou peut-être à d’autres échecs ?

18Second domaine : le CNRS a été créé par le gouvernement, ce qui implique des rapports particuliers avec les pouvoirs publics. Ce sont les pouvoirs publics qui lui attribuent ses crédits, qui déterminent le statut de ses chercheurs, qui définissent globalement ses missions. Quelle a été l’histoire des relations entre le CNRS et les pouvoirs publics ?

19Enfin, troisième groupe de questions, le CNRS est une invention française. Les Britanniques n’ont pas suivi la même voie, les Allemands pas exactement la même, les Américains pas du tout. Pourquoi les Français ont-ils privilégié la recherche publique aux dépens de la recherche privée ? Qu’est-ce que cela révèle sur l’évolution de notre société ? Ce sont là des questions très vastes qui méritent que l’on y réponde avec patience, compétence et précision.

20Ceci me conduit à mon deuxième point : que faisons-nous ? Beaucoup de choses et nous aimerions en faire davantage. Tout d’abord notre première tâche est de sensibiliser les chercheurs, d’expliquer aux directeurs de laboratoires, aux chercheurs qui travaillent dans les laboratoires, que l’histoire n’est pas inutile, qu’elle compte.

21Evidemment si l’on s’adresse à un laboratoire d’historiens, la tâche est facile, mais il n’y a pas que des laboratoires d’histoire au CNRS. Si l’on s’adresse à des laboratoires de physique, de chimie, de biologie, il faut expliquer que, au-delà de deux ou trois ans, il peut être intéressant de savoir ce qui a été fait dans le laboratoire. Il faut expliquer aux jeunes chercheurs que même si leur carrière est en jeu, une réflexion sur les activités de leurs prédécesseurs peut ne pas manquer d’intérêt.

22Autant dire que cette tâche n’est pas aisée. Elle est cependant un peu plus facile avec les chercheurs qui prennent de l’âge, comme si l’histoire était un sport de l’âge mûr, comme si à mesure que l’heure de la retraite s’approchant, chacun avait tendance à se retourner sur son passé.

23Notre deuxième objectif est d’inventorier, de savoir où sont les sources, de quelles sources nous disposons. Certes, le CNRS est un établissement public et par conséquent ses archives sont conservées dans des dépôts publics, aux Archives nationales ou, à titre temporaire, aux archives du CNRS à Gif-sur-Yvette. Mais, chacun des laboratoires dispose à son tour d’archives, parfois en très mauvais état.

24Il arrive que l’on confonde les archives avec de simples documents car les chercheurs qui ne sont pas historiens ne savent pas nécessairement ce qui caractérise exactement une archive. Il faut donc leur montrer l’intérêt des documents qu’ils possèdent, en même temps les aider à classer ces documents, à les préparer pour les travaux des historiens. Nous ne sommes pas des archivistes. Il y a au CNRS une mission des Archives nationales qui a pour tâche d’aider les agents de l’établissement au classement des archives. Encore faut-il qu’en collaboration avec elle nous puissions lui indiquer quels sont les laboratoires dans lesquels il conviendrait de pratiquer ce classement.

25Troisième objectif : susciter des recherches. Ce n’est pas le plus facile. Il faut en effet constituer des équipes qui rassemblent à la fois des historiens, parce qu’ils connaissent les méthodes, et des chercheurs sur le terrain parce qu’ils connaissent le type de recherches qui se fait dans leur domaine. Il faut constituer des binômes. C’est pour cela que je ne cesse pas d’alerter mes collègues de l’Université et du CNRS sur la nécessité de lancer auprès des étudiants cet appel à la recherche, non seulement sur l’histoire des sciences, mais aussi sur l’histoire de la politique scientifique. De ce point de vue, le Comité est en mesure de les aider.

26Quatrième objectif : il faudrait recueillir toutes les autres sources disponibles. Nous avons dans ce but réuni un séminaire réduit à un petit nombre de participants, où nous invitons régulièrement une personnalité qui n’est plus en activité au CNRS. Nous l’interrogeons sur ce qu’elle a fait. Elle nous dit ce qu’elle se rappelle, ce qu’elle veut bien dire. Voilà qui constitue petit à petit un stock d’archives orales qui seront entreposées au comité et permettront de compléter les sources écrites.

27Enfin dernier objectif, publier. C’est fondamental. Il faut en effet faire connaître le Comité. Pour cette raison, nous publions deux fois par an une revue appelée La Revue pour l’histoire du CNRS et à côté de cette revue nous avons prévu de publier une histoire documentaire. Elle rassemblera les principaux documents administratifs et scientifiques qui ont jalonné l’histoire du CNRS. Nous publierons aussi une histoire des grandes découvertes au sein du CNRS. Nous avons également le projet de préparer l’histoire de plusieurs laboratoires pour regrouper tout cela dans une vaste histoire du CNRS qui rassemblera les informations nécessaires avec toute la rigueur historique que nous pourrons donner à cette entreprise. Tout cela devrait nous permettre d’atteindre les objectifs qui nous ont été fixés.

28Pour terminer je voudrais présenter deux observations. Michel Berry, ce matin, rapportait qu’on avait demandé à Patrick Fridenson s’il était naturel que l’histoire des entreprises fût ennuyeuse. Je ne sais pas ce qu’il en est pour l’histoire des entreprises et je ne me prononcerai donc pas sur ce point. Mais je vous garantis que cette histoire du CNRS ne devra pas être ennuyeuse. Parce qu’il n’y a pas d’un côté l’histoire ennuyeuse et de l’autre l’histoire ludique. C’est comme la musique. Il y a la bonne musique et la mauvaise musique. Il y a la bonne et la mauvaise histoire. L’écriture de l’histoire, c’est fondamental. Si l’on veut faire passer l’histoire des entreprises, celle du CNRS, ou n’importe quelle forme d’histoire, il faut commencer par bien écrire.

29Discussion

30Michel Berry donne la parole à la salle pour une ou deux questions.

31Christian Marbach se réfère à l’exposé qui suit de Philippe Belaval, qui rappelle que l’état peut imposer aux organismes qui dépendent de lui une certaine politique en matière d’archives. Peut-il aussi l’imposer pour ce qui concerne l’Histoire ? Est-ce que par exemple, les autres organismes de recherche, le Cea, l’Inra, l’Inserm, l’Ifp ont une attitude, s’agissant de leur propre histoire, conforme à celle du CNRS, ou bien chacun opère-t-il indépendamment, suivant la mode ou même suivant la volonté du directeur général du moment ?

32André Kaspi croit savoir que le CNRS est le seul de ces grands organismes à avoir créé un Comité d’histoire. Mais dans ces organismes il y a des historiens qui travaillent. Donc tout dépend de l’atmosphère qui règne et de la volonté d’indépendance des historiens. Il va de soi qu’un Comité pour l’histoire du CNRS présente quelques ambiguïtés parce que nous travaillons avec des crédits qui nous sont accordés par la direction générale, mais d’un autre côté, son intérêt est que nous travaillions dans l’indépendance. Si nous apportions des informations téléguidées dans le dessein de confirmer la politique que la direction suit dans le moment, nous perdrions toute crédibilité, toute influence, nous ne servirions à rien. Et ce qui fait la force d’un établissement public, c’est de pouvoir accepter les éloges, et surtout les critiques. Actuellement il en est ainsi et je souhaite que cela continue.

33Michel Berry, revenant sur le bien écrire et la censure évoquée en début de séance par Louis Schweitzer, observe qu’une histoire bien écrite et qui intéresse les lecteurs extérieurs, s’accompagne généralement d’une intrigue, et que cette intrigue peut parfois gêner l’entreprise. Plus on écrit clairement, plus grand est le risque de déranger l’entreprise. Louis Schweitzer a exprimé sa volonté de freiner la tendance de certains de ses collaborateurs à censurer certaines informations. Cependant il ne faut pas être angélique, l’histoire de l’entreprise rencontre des problèmes analogues à ceux de la recherche en gestion, de la sociologie, et d’autres disciplines qui travaillent dans l’entreprise. A partir du moment où l’on parle d’une entreprise à l’extérieur et où il y a des enjeux importants, les choses ne sont pas toujours faciles, et affirmer qu’il ne doit pas y avoir de censure du tout peut conduire à des difficultés. Pour Michel Berry il y a parfois dans cette question matière à négociation, ce sont des processus de négociation qui permettent de dire les choses. Mais l’expérience montre qu’en France, quand les choses sont bien dites, on peut se permettre beaucoup d’audace.

34A propos de la censure, André Kaspi précise que, quelquefois, les historiens s’autocensurent. Ils ne sont pas tous des anges. Il y a ceux qui ont leurs parti-pris, et ceux qui essaient de se débarrasser dans la mesure du possible de leurs parti-pris. D’un autre côté, les interprétations qu’ils donnent sont sujettes à révision. L’histoire que l’on écrit en l’an 2000 n’est pas celle que l’on écrira en 2020. L’essentiel est de conforter nos interprétations par des références aux sources, mais elles demeurent des interprétations. Ce qui est réconfortant avec l’histoire, c’est qu’elle n’est jamais achevée, il y a toujours du travail pour les historiens...

35Question : vous avez insisté sur la responsabilité de sensibiliser à la nécessité de conserver et les documents, et les appareils scientifiques. En effet les instruments et appareils scientifiques ont un rôle fondamental pour écrire l’histoire, puisqu’il y a une relation très intime entre l’appareil et le chercheur qui « bidouille » en permanence l’appareil qu’il va utiliser. Quelles sont les recommandations que le comité d’histoire du CNRS peut faire ? Avez-vous des solutions pour la conservation de ces appareils ?

36André Kaspi : Nous sommes passés par plusieurs étapes. Dans un premier temps, sans doute par naïveté, je pensais qu’il fallait créer un grand musée. Encore un ! Un musée coûte cher, certains instruments sont volumineux, cette solution n’est pas réaliste. Ensuite, j’ai pensé que nous pourrions créer des musées régionaux, il en existe déjà, par exemple à Orsay, pour la physique nucléaire. Mais encore une fois, cela demande beaucoup d’efforts, beaucoup d’espace, beaucoup d’argent, et je ne suis pas certain que ce soit la meilleure solution.

37Actuellement, un groupe de travail au sein du comité réfléchit sur ce que devrait être la politique de conservation. On doit utiliser dans ce cas tous les instruments informatiques dont nous disposons, créer ne fût-ce qu’un musée virtuel, c’est une première chose, et d’autre part, il faut faire appel à chacun des laboratoires pour qu’ils conservent eux-mêmes ce qu’ils estiment être le plus représentatif de leurs expériences, étant entendu qu’il ne peuvent pas tout conserver. Il nous faut avoir le moyen de localiser les matériels de chaque laboratoire, de telle façon que nous puissions dire à ceux qui le demandent en quel lieu se trouvent les instruments qu’ils recherchent. Mais on ne pourra jamais rassembler tout le reste. L’essentiel en fait est de faire passer un message clair aux laboratoires, de leur rappeler que les instruments qu’ils utilisent font partie du patrimoine national.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

André Kaspi, « Le CNRS et son histoire », Bulletin de la Sabix [En ligne], 29 | 2001, mis en ligne le 23 mai 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://sabix.revues.org/318

Haut de page

Auteur

André Kaspi

Président du Comité pour l’histoire du CNRS

Haut de page

Droits d'auteur

© SABIX

Haut de page