Navigation – Plan du site

Préface : Mémoire et changement, Histoire et Archives d’Entreprise

Maurice Hamon
p. 1

Texte intégral

1L’entreprise, comme l’individu ou toute organisation communautaire, possède une mémoire qui se crée par des processus cumulatifs, en intégrant une grande diversité de facteurs, une histoire, générale ou particulière, une culture propre, les savoirs et savoir-faire, les expériences.

2Mais aujourd’hui, plus encore que dans le passé, elle évolue dans un contexte de changement accéléré. Le temps est aux acquisitions, fusions, ingrédients indispensables de la mondialisation, sur fond de complexité croissante des modes de management, de l’environnement technique et économique, de « financiarisation » globale. La mise en œuvre des stratégies qui en découlent ne va pas sans de profonds bouleversements : les efforts de productivité, continus, quasi exponentiels, se traduisent par des restructurations qui touchent en grand nombre les individus, par une remise en cause des modèles sociaux qui ont longtemps fondé le consensus interne. Les délocalisations dans les pays à bas coûts de main-d’œuvre se généralisent.

3A partir d’exemples d’entreprises particulièrement illustratives, à un moment donné de leur histoire, d’une forte évolution manageuriale, technologique, les débats du 6 juin 2000 ont voulu situer par rapport aux propos le rôle de la mémoire, au sens large, et de ses outils, dans l’évolution de l’entreprise, entre continuité et ruptures, toutes deux nécessaires.

4Frein ou facteur positif ? La mémoire d’entreprise, concept qui couvre un vaste champ de connaissances et d’expériences, peut-elle accompagner efficacement le changement, ou faut-il, au contraire, la considérer comme un outil non opératoire, à reléguer dans un sous-système de culture interne ou de communication ?

5C’est ce à quoi ont tenté de répondre lors d’une première session, différentes entreprises ou institutions ayant piloté ou pilotant de profondes mutations en s’étant intéressées, pour la plupart, à en faire établir un bilan historique. Des historiens et archivistes spécialisés font part, en regard, de leurs commentaires et réactions sur les expériences présentées.

6Une deuxième session a envisagé plus précisément la confrontation entre mémoire héritée, ou savamment structurée au contraire, et l’histoire immédiate. Elle s’est penchée tout particulièrement sur le rôle des identités et des cultures dans le cadre de fusions, actuelles ou déjà anciennes, intervenues dans le paysage français. L’on n’a pas oublié enfin, dès lors qu’il sort du champ d’utilité de l’entreprise, le patrimoine matériel d’une part, immatériel de l’autre. Est-il possible de donner une deuxième vie à des sites, des machines ? Est-ce que les archives ou l’image ne permettent pas à leur façon d’intéressantes expériences de deuxième vie de l’entreprise également ? A l’issue des exposés, un débat ouvert a permis d’approfondir certaines questions et d’esquisser des conclusions, par nature provisoires, d’un colloque l’autre, mais actées dans les pages qui suivent.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Maurice Hamon, « Préface : Mémoire et changement, Histoire et Archives d’Entreprise », Bulletin de la Sabix [En ligne], 29 | 2001, mis en ligne le 16 mai 2010, consulté le 29 mars 2017. URL : http://sabix.revues.org/304

Haut de page

Auteur

Maurice Hamon

Directeur des Relations Générales de Saint-Gobain

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© SABIX

Haut de page