Navigation – Plan du site

Texte intégral

Portrait de Lamblardie

Portrait de Lamblardie

Conçoit en 1794 l’idée de créer une Ecole centrale des Travaux publics qui prend en 1795 le nom d’Ecole Polytechnique.

1Lamblardie est un peu pâlot à côté de Monge ou de Carnot, et si l’Ecole polytechnique a tout de même conservé son souvenir dans la galerie des pères fondateurs, il y fait plutôt figure d’honnête exécutant des grands desseins du Comité de Salut public et de bon directeur des études, administrant des professeurs prestigieux mais difficiles et des élèves souvent agités. D’ailleurs, il fait bien modeste sur notre portrait, détonnant par sa simplicité avec l’imposant cadre doré de feuilles de chêne et de lauriers dans lequel on a fixé la toile. Le front est très haut, le crâne totalement dégarni sauf la maigre couronne de cheveux qu’il a laissé pousser si longs que de rares boucles lui tombent de l’occiput sur les épaules. Les traits sont réguliers et peu expressifs. La cravate, ou l’écharpe, nouée simplement, paraît sous le col déboutonné de la redingote verdâtre. On pense à un personnage de Greuze, à quelque vicaire savoyard. Etait-il disciple de Rousseau ou de Diderot ? Ou simple technicien, mais habité d’une âme sensible ? C’est ce que laisserait penser le passage suivant d’un de ses rapports de service, daté de 1793, dans lequel, ingénieur départemental, il va décrire les travaux projetés dans l’estuaire de la Somme : « La vallée de la haute Somme... entièrement couverte de roseaux et de joncs, offre un spectacle stérile et mélancolique, qui porte dans l’âme une tristesse qu’accroît encore le cri monotone et fatigant des oiseaux du marécage et des autres animaux aquatiques. Cette partie de la vallée affecte l’observateur sensible qui a le courage de la parcourir, d’un sentiment pénible tel que, lorsqu’il l’a quittée (... ) il se sent comme allégé d’un fardeau qu’il avait peine à supporter ». Cet ingénieur n’avait donc pas le coeur sec et savait fleurir ses notes dans le style à la mode.

2Ses biographies nous laissent, de fait, l’impression d’un homme doux, extrêmement consciencieux, totalement dévoué au service public dans la tâche que lui ont confiée ses supérieurs. Entré très jeune à l’Ecole des Ponts et Chaussées, sous-ingénieur des Ponts en 1770, spécialiste des travaux maritimes, il fit merveille à Dieppe puis au Havre. Il savait concevoir, calculer, diriger les grands travaux. Il ne semble pas qu’il y ait appliqué des méthodes originales ni fait preuve d’invention. Prony ne dira-t-il pas, dans son éloge funèbre : « Si l’on parcourt l’histoire des plus grands travaux, on y verra que le talent de faire, souvent plus utile, peut mériter parfois autant de gloire que celui de créer » ?

3On ne dit nulle part que Lamblardie ait participé activement aux grands débats politiques du temps. De 1789 à 1791, il est à Dieppe où il déplore que ses travaux n’avancent pas plus vite. En 1792, on le désigne comme expert pour faire rapport sur les travaux maritimes de Cherbourg. En novembre 1793, il est appelé à Paris à l’Ecole des Ponts et Chaussées par Perronet, resté à 85 ans le grand patron du Corps des Ponts, encore directeur de cette Ecole qu’il avait fondée quarante-cinq ans plus tôt. Quand meurt Perronet deux mois plus tard, il lui succède.

Lamblardie directeur, et sauveur, de l’Ecole des Ponts et Chaussées

4Ses nouvelles fonctions le mettent sans doute en rapport avec Carnot ou du moins son entourage : Prieur, Lindet, l’équipe des « savants » qui oeuvrent pour l’approvisionnement et le soutien des armées. Les routes étaient dans un état déplorable, on manquait d’ingénieurs ; Lamblardie, inspecteur général des Ponts et directeur de l’Ecole avait évidemment son mot à dire. Il ne manquait pas, en outre, de sentir que la mort de Perronet, la rivalité entre les deux Corps du Génie et des Ponts, la prédominance actuelle du corps militaire - tant en raison des circonstances que de la présence de Carnot et de Prieur au grand Comité - mettaient en danger l’existence même du Corps des Ponts et Chaussées auquel il était profondément attaché. Attachement qu’il démontrera clairement plus tard lorsque, après avoir dirigé la nouvelle Ecole centrale des Travaux publics pendant sa première année, il la quittera pour reprendre la direction de l’Ecole des Ponts et Chaussées dès que le statut de celle-ci comme école d’application aura été défini par la loi du 30 vendémiaire an IV (22 octobre 1795), qui confirmait d’autre part la mission du Corps des Ponts et Chaussées et lui assurait un recrutement stable.

5Lamblardie n’était pas un savant, comme Guyton, Berthollet ou Monge - encore qu’il devait comprendre la « langue » de celui-ci, sa chère géométrie descriptive. Ce n’était pas non plus, que nous sachions, un révolutionnaire enthousiaste comme Hassenfratz. Nous le voyons plutôt modéré, respectueux de l’autorité établie, soucieux du bien du pays, adhérant loyalement au régime républicain : sinon, Prieur, très susceptible sur le point du civisme, et qui venait d’épurer Laplace, Bossut et d’autres de la Commission des Poids et Mesures, n’aurait pas admis sa collaboration.

6Son Ecole des Ponts étant en « chômage technique », puisqu’on avait requis aux armées les élèves anciens qui avaient servi d’instructeurs pour les jeunes et qu’elle n’avait pas de corps de professeurs attitrés, il eut l’idée de la faire revivre dans un nouvel avatar. Il aurait donc été l’inventeur de l’Ecole polytechnique en lançant l’idée d’une école des travaux publics, école préparatoire où ses propres élèves débutants de l’Ecole des Ponts, actuellement privés de moniteurs, pourraient reprendre leurs études. Tant qu’à faire, cette Ecole servirait aussi de préparation commune à l’Ecole du Génie. Fourcy, premier historien de l’Ecole polytechnique, qui écrivit assez peu de temps après les événements pour qu’on puisse prendre son récit avec confiance, est formel en décrivant le cheminement du projet : Monge « s’empare de cette idée avec chaleur », en parle à « l’espèce de congrès de savants » qui gravitaient autour du Comité de Salut public et l’assistaient dans les affaires scientifiques et techniques. Accueillie très favorablement, cette idée trouve finalement de « zélés approbateurs » dans deux membres du Comité, Carnot et Prieur, anciens élèves de Mézières.

7Toutefois, tandis que Lamblardie voyait midi à son clocher, Monge, Carnot et Prieur avaient des vues plus vastes. Monge, professeur et pédagogue né, s’était déjà soucié en octobre 1793 de l’impuissance du Comité d’Instruction publique de la Convention à restaurer un système cohérent d’enseignement, notamment pour la formation des ouvriers et des artistes, c’est-à-dire des gens de métier. Il avait proposé au Département de Paris de créer des écoles secondaires avec un cycle de deux ans portant essentiellement sur la géométrie descriptive (déjà !), base indispensable dans tous les arts , comme sur la chimie et les arts appliqués. L’emploi du temps proposé était justement celui qu’il imposera, un an plus tard, à l’Ecole centrale des Travaux publics... Le projet de Monge n’eut aucune suite, mais il ne fait pas de doute que Monge avait déjà à l’esprit de manière assez précise le plan d’instruction de la future Ecole. S’il n’eut pas l’initiative du décret du 21 ventôse (11 mars 1794) - mais celui-ci n’était-il pas dans l’air ? - il sauta en tout cas sur l’occasion pour l’utiliser aux fins qu’il méditait et anima, c’est sûr, « l’espèce de congrès de savants » qui hantait les bureaux du Comité de Salut public et discuta de la future Ecole et de ses programmes. Lamblardie en était, mais Monge y fut le plus actif : « J’ai tout arrangé comme je l’entendais », dira-t-il plus tard. Il est d’ailleurs symptomatique que l’ordre de mission du Comité de Salut public du 6 messidor (25 juin 1794, un mois avant le 9 thermidor) enjoignant de « se transporter à l’Ecole des Travaux publics pour y voir l’Ecole et les élèves et lui faire rapport sur son état actuel » était mandé « aux citoyens Monge et Hassenfratz », sans faire mention de Lamblardie : on allait inspecter son Ecole (on appelait « Ecole des Travaux publics » ce qu’était présentement l’ancienne Ecole des Ponts et Chaussées, celle de Lamblardie), ce qui marque clairement que le projet de Monge prenait ses distances par rapport à celui de Lamblardie.

8B.Belhoste a parfaitement élucidé le rôle des divers acteurs de cet été 1794 au cours duquel fut décidé l’implantation de la future Ecole : on en confondit le projet avec celui du déménagement de l’Ecole des Ponts que réclamait Lamblardie depuis quelque temps, en installant l’Ecole au ci-devant Palais-Bourbon ; quand on s’apprêta à se rendre devant la Convention avec le projet de décret de création, le texte en fut soumis à Lamblardie qui formula quelques réserves et suggestions, mais il semble bien que le décret brillamment présenté par Fourcroy le 7 vendémiaire (28 septembre 1794) n’avait pas reçu son plein aval et qu’il ne manqua pas, sinon de le surprendre, au moins de le décevoir quelque peu (Bulletin SABIX n° 11, 1994).

La répartition des rôles entre les pères fondateurs

9Monge « a tout arrangé », mais c’est Prieur, armé des pleins pouvoirs du Comité de Salut public, qui eut mission de faire aboutir son projet. C’est lui qui donna les ordres d’exécution et rédigea les arrêtés : c’est lui, évidemment soutenu par Carnot, qui incarnait la volonté politique. Fourcroy devait se joindre à lui peu après le 9 thermidor : il avait été élu membre du Comité de Salut public le 15 fructidor (1er septembre) et on le chargea de monter à la tribune de la Convention (Monge n’était pas conventionnel) pour y présenter un décret définitivement élaboré. Chacun de ces protagonistes eut un rôle essentiel, mais aucun ne peut revendiquer la paternité exclusive de l’oeuvre : ni Lamblardie, certes, ni d’ailleurs Monge, ni Prieur. Ce dernier, peu après la mort de Monge en 1818, fit entendre modestement sa voix, alors que l’opinion générale, formée par les premiers élèves de l’Ecole qui avaient eu Monge comme professeur et gardaient une vénération pour lui, qualifiaient celui-ci de fondateur de l’Ecole polytechnique. Il y eut d’abord un article quelque peu maladroit dans le Journal de Paris réclamant au contraire pour Prieur ce titre de gloire. La signature, « Sieur D. », désignait peut-être Drappier, ancien élève de la promotion 1795, répétiteur de chimie à l’Ecole de 1804 à 1810, époux de la fille naturelle de Prieur. De son côté, Prieur lui-même, dans un article envoyé à un journal dijonnais, tout en rendant à Monge l’hommage qui lui était dû, rappelait que la fondation de l’Ecole avait été voulue par le pouvoir politique : « Qui a fondé cet établissement ? la Convention Nationale, sans contredit... La circonstance de la formation de cette Ecole n’a été amenée par le désir de personne en particulier ». Il n’était certes pas très élégant de faire ces mises au point moins de deux mois après la mort de Monge, que le gouvernement de Louis XVIII avait frappé d’interdit, mais il n’était pas inopportun de s’opposer à la naissance d’une légende.

10Pas d’exclusivité donc, pour personne. Mais Lamblardie servit assurément de catalyseur et se proposa comme un agent actif et disponible pour concrétiser une idée qui était dans la ligne politique du moment, qui correspondait à un besoin évident, qui entrait dans les vues profondes de Carnot et qui rejoignait les intentions pressantes deMonge. Il joua les seconds rôles, organisant efficacement l’installation matérielle, l’administration, l’emploi du temps et les conditions de vie des élèves, cumulant en quelque sorte ce que seront après 1804 les attributions du général commandant l’Ecole et du directeur des études.

Le directeur de l’Ecole centrale des Travaux publics

11Mais ce serait faire injustice à Lamblardie de ne pas reconnaître que, à la place relativement modeste et effacée qui fut la sienne, il eut une influence décisive sur l’avenir de l’Ecole et son orientation.

12D’abord, administrateur exact et aidé de l’excellent Gardeur-Lebrun, il donna à la nouvelle Ecole corps et consistance. En se souciant du logement des élèves, des travaux d’installation des salles de cours et des laboratoires, en réunissant deux fois par décade le Conseil de l’Ecole - qu’il ne présidait pas - il mena le chantier de l’Ecole centrale des Travaux publics avec la même efficacité que les chantiers de grands travaux dont il avait eu la responsabilité : ici, il faut faire travailler ensemble ouvriers, ingénieurs, comptables et financiers ; là, élèves, commis, professeurs et administrateurs. Lamblardie savait parler le langage de chacun et maintenir l’unité et la cohérence de l’ouvrage. N’est-il pas frappant que l’Ecole Normale de l’an III, fondée en même temps et dotée d’une pléiade de professeurs encore plus brillante, ne survécut pas à ses débuts ? Si l’Ecole polytechnique passa le cap difficile de la première année, n’est-ce pas à Lamblardie qu’elle le doit ? L’enthousiasme et le dévouement de Monge - qui dut d’ailleurs s’éclipser pendant deux mois cruciaux, après les journées de Prairial, lors de la réaction antijacobine - auraient-ils suffi sans l’application calme de Lamblardie, sa neutralité politique pendant cette période de règlements de comptes contradictoires ? Son indulgence et sa bienveillance vis-à-vis des élèves, ses habitudes de fonctionnaire zélé et respectueux de l’ordre établi, ses bons rapports avec les professeurs, une douceur de caractère qui n’excluait ni la fermeté ni l’habileté furent probablement des atouts décisifs pour guider hors du port le vaisseau nouvellement lancé et lui faire traverser les premiers remous.

13Mais Lamblardie, premier directeur, ne fut pas seulement un bon pilote ; c’était aussi un excellent ingénieur et, si l’on ose dire, il n’était que cela : rien d’un savant, point de fréquentations académiques. Il pensait travaux publics et non philosophie de la nature. Cette tournure d’esprit fut importante pour les débuts de l’Ecole appelée significativement (est-ce lui ?) « école centrale des travaux publics », même si l’enseignement prit rapidement le qualificatif de « polytechnique » sous l’influence de Monge et de Prieur, avant même qu’on en dote l’Ecole - au moment où Lamblardie la quitta. Lamblardie et Monge avaient en commun la même connaissance concrète des problèmes de l’ingénieur : génie civil pour l’un, art de la fortification pour l’autre. Ils savaient tous deux parler aux « artistes » et Monge enseignait avec passion la langue qui, par sa rigueur mathématique, obligeait l’ingénieur à préciser sa pensée et à exprimer son projet en termes clairs et intelligibles à l’artiste. Lamblardie, il est vrai, rêvait « Ponts et Chaussées » et Monge « perfectionnement des sciences ». Si l’Ecole polytechnique n’avait connu comme fondateur qu’un seul des deux, elle n’eût pas réuni deux visées qui ne sont contradictoires qu’en apparence. La diversité des caractères et des vocations des élèves, comme celle des professeurs, permet de soutenir cette double ambition et surtout de maintenir ce contact fécond entre l’ingénieur et ce qu’on appelle aujourd’hui le chercheur. Equilibre difficile à tenir, chaque partie accusant l’Ecole de trop s’occuper de l’autre - mais originalité essentielle fondement solide que nous devons à Monge et à Lamblardie et qu’aucun réformateur, jusqu’ici, n’a voulu ébranler.

14Lamblardie, d’ailleurs, ne fut pas seulement présent à l’Ecole comme directeur ; il fut aussi instituteur, chargé du cours d’architecture, avec Baltard comme adjoint. Ce dernier parlait des bâtiments et monuments (et des fêtes publiques !), tandis que Lamblardie traitait du génie civil des moyens de communication : routes, ponts, ports maritimes, témoignant ainsi de l’orientation initiale très nette des premiers programmes vers l’art de l’ingénieur. Il continua cet enseignement après qu’il eût mis fin à ses fonctions de directeur en 1795, jusqu’à sa mort, survenue prématurément - il avait 50 ans - en 1797.

15La mémoire de Lamblardie n’est plus guère évoquée que dans les récits de la fondation de l’Ecole, où rien ne rappelle plus son souvenir, hormis son pâle portrait dans le salon d’honneur. Saluons en passant devant celui-ci cet homme intègre et dévoué qui, avec d’autres, donna à l’Ecole son style.

Haut de page

Bibliographie

Biographie

François Filon. « L’ingénieur Lamblardie, successeur de Perronet à l’Ecole des Ponts et Chaussées et fondateur, avec Monge, de l’Ecole des Travaux publics (Ecole polytechnique), 1747­1797 ». Revue de Géographie , 40 (1897), pp. 116-127.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Portrait de Lamblardie
Légende Conçoit en 1794 l’idée de créer une Ecole centrale des Travaux publics qui prend en 1795 le nom d’Ecole Polytechnique.
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/217/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 142k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Emmanuel Grison, « Lamblardie », Bulletin de la Sabix, 23 | 2000, 37-43.

Référence électronique

Emmanuel Grison, « Lamblardie », Bulletin de la Sabix [En ligne], 23 | 2000, mis en ligne le 09 mars 2010, consulté le 19 août 2017. URL : http://sabix.revues.org/217

Haut de page

Auteur

Emmanuel Grison

Professeur honoraire de l’Ecole Polytechnique

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • Revues.org