Navigation – Plan du site
de Gaulle et l'Ecole polytechnique

Le colonel Émile Mayer

Fabrice Mattatia
p. 7-11

Texte intégral

  • 1 Le colonel Mayer, de l’affaire Dreyfus à de Gaulle, Un visionnaire en République, sous la direction (...)
  • 2 Quelques bémols toutefois : certains passages cèdent à la facilité jargonnesque. Par exemple : « le (...)

Un livre paru récemment1 fait découvrir au public un personnage insolite, le colonel Émile Mayer (1851-1938, X1871). L’ouvrage porte plusieurs sous-titres (« de l’affaire Dreyfus à de Gaulle, Un visionnaire en République »), ce qui avertit le lecteur de la difficulté de cerner cette personnalité complexe. D’ailleurs des sous-titres supplémentaires auraient été nécessaires pour mentionner tous les domaines abordés par Mayer : « pratique et théorie de l’armée », « action et introspection », « une vocation littéraire contrariée », « le rebelle conciliant »… Sous les plumes d’une équipe d’historiens (dont Marc-Olivier Baruch X1975) travaillant d’après les archives du colonel et avec la collaboration de ses descendants, enrichi de certains écrits publiés ou privés de Mayer, et des lettres de de Gaulle à Mayer, cet ouvrage apporte un éclairage diversifié sur un parcours inhabituel2.

1Le père d’Émile, Chailly Moyse dit Mayer, issu de la bourgeoisie juive de Nancy, était entré à l’École polytechnique en 1835 et en était sorti avec un bon classement pour devenir ingénieur des poudres et directeur de la poudrerie impériale d’Angoulême, puis, en 1865, Inspecteur général des manufactures de l’État. Parmi les relations de la famille, plusieurs ministres : Michel Goudchaux, Adolphe Crémieux…

2Émile Mayer naquit le 8 mai 1851 à Nancy. Il grandit à Angoulême puis à Paris. Au lycée Charlemagne, il découvrit sa vocation pour le théâtre et la littérature, « tout ce qui est œuvre d’imagination ou de sentiment ». Mais son père exigeait qu’il devînt polytechnicien, alors que ses dispositions en sciences étaient médiocres. Émile échoua donc deux fois au concours en 1869 et 1870. À la déclaration de guerre, Émile s’engagea dans la Garde nationale. Il ne participa à aucun combat lors du siège de Paris. Pendant la Commune, la famille se replia en banlieue, comme le gouvernement l’avait demandé à tous les fonctionnaires. Émile rentra toutefois dans Paris et put assister à la fin de la répression et à l’incendie des Tuileries.

3Une fois la paix revenue, son père insista pour qu’Émile préparât une troisième fois le concours. Celui-ci tenta en vain de plaider que sa vocation se trouvait ailleurs, mais céda finalement aux injonctions paternelles. Émile fut enfin reçu 136e sur 140, grâce, écrit-il, à ses notes de composition française.

Émile Mayer (assis au centre de face) et ses cocons à l’X

Émile Mayer (assis au centre de face) et ses cocons à l’X

© Ecole polytechnique

4Élu caissier de sa promotion, Émile Mayer s’occupa notamment de reconstituer les archives de la Caisse perdues pendant la Commune et d’assurer la reprise des traditions dont la transmission avait été perturbée par la guerre. Il développa aussi les activités caritatives de la Caisse.

5La charge de caissier n’étant pas compatible avec un travail scolaire sérieux, et Mayer n’ayant de toute façon pas de grande motivation pour les matières scientifiques, ses notes s’en ressentirent. Il échappa de justesse à une moyenne éliminatoire, et sortit 139e, sous-lieutenant d’artillerie. Bien qu’il eût été réformé par la commission de révision en raison de sa faible constitution, Mayer poursuivit sa formation à l’École d’artillerie de Fontainebleau. Et, de même qu’il avait intégré Polytechnique par devoir malgré sa répugnance pour les sciences, il se retrouva militaire de carrière sans en avoir aucunement la vocation. Mayer prit son parti de sa situation, appréciant les avantages de la vie militaire :

« Ma santé raffermie se trouvait bien de la vie militaire active, et qui avait le mérite d’être assez vide. Ma carrière était toute tracée : je n’avais qu’à m’abandonner à mon sort. En quittant l’uniforme, j’aurais eu à chercher une situation, et, une fois en possession d’une place, il m’eût fallu travailler pour apprendre le métier. Mon goût pour le moindre effort me détournait d’y songer. Et c’est, en quelque sorte, sans y penser, que je suis resté militaire après avoir souhaité et espéré de ne pas l’être. »

6Ces lignes sont caractéristiques de la psychologie de Mayer, témoignant à la fois de son goût pour l’introspection et de son autodérision.


***

7Mayer ne pouvait donc être qu’un officier atypique, soit un aigri, soit un original. Il choisit la deuxième voie, et une fois en régiment se distingua à la fois par son style de commandement anticonformiste et par son activité d’écrivain militaire. En effet, dans les régiments d’artillerie où il servit, Mayer refusa la routine d’une armée habituée à respecter la tradition, et introduisit des innovations dans la conduite des hommes et dans le maniement des pièces.

« À tort ou à raison, j’avais cherché à développer, fût-ce à l’excès, le goût et la pratique de l’initiative chez mes subordonnés. Je leur laissais une indépendance beaucoup plus large que celle dont je jouissais moi-même. Et ma surprise a été grande de voir qu’ils en étaient embarrassés. Ils n’avaient rien de plus pressé que de n’en pas user, préférant conformer leur conduite à celle de leurs camarades des autres batteries, ou se contentant de faire faire à leurs canonniers ce qu’on leur avait fait faire à eux-mêmes. J’ai eu toutes les peines du monde à les amener à quitter l’ornière, à sortir de la routine, à créer des méthodes neuves […]. J’ai rompu avec les méthodes admises partout. Il en est résulté qu’on s’adressait à moi chaque fois qu’on avait une idée à expérimenter ».

8Mayer exerçait par ailleurs une activité d’écrivain militaire. Il avait publié un manuel, Éléments d’administration d’une batterie, qui se vendit bien auprès des élèves artilleurs. Il collabora ensuite à partir des années 1880, sous son nom propre ou sous divers pseudonymes, au Journal des Sciences militaires et au Journal de la librairie militaire, à la Revue scientifique comme rédacteur militaire, à la Bibliothèque universelle de Lausanne et à la Revue militaire suisse dans laquelle il tint une « chronique française ». Dans ses contributions, Mayer analysait librement l’organisation de l’armée française, le moral de ses troupes et de ses cadres, la doctrine d’emploi des armes, l’action des ministres… C’est dans le cadre de ses articles militaires que le commandant Mayer en vint à commenter à chaud l’affaire Dreyfus. Faisant naturellement confiance à sa hiérarchie, Mayer avait tout d’abord cru en 1894 à la culpabilité de Dreyfus. Mais ses certitudes furent ébranlées par les révélations successives sur les irrégularités de procédure, et Mayer, finalement convaincu de l’innocence de Dreyfus, fut épouvanté par ce que le comportement des chefs militaires révélait de l’état d’esprit de l’armée. Il fustigea à partir de 1898 dans ses chroniques l’esprit de corps dévoyé et la lâcheté de la justice militaire. Les services secrets militaires, qui recherchaient l’auteur des chroniques suisses tant pour ses articles critiquant l’organisation de l’armée que pour ses prises de position sur l’affaire Dreyfus, identifièrent Mayer en 1899. La sanction normale pour des publications non autorisées consistait en une mise aux arrêts, mais les passions étaient exacerbées : les députés antidreyfusards demandèrent le 12 mai 1899 à la Chambre la révocation de Mayer, qui fut accordée par le ministre. Le commandant Mayer fut ainsi exclu de l’armée. Il ne put obtenir sa réintégration, avec le grade de lieutenant-colonel, qu’après la réhabilitation de Dreyfus. Il choisit toutefois à ce moment de rester dans l’armée de réserve, pour pouvoir se consacrer à son activité éditoriale avec une plus grande liberté d’action, devenant ainsi un spécialiste reconnu de la stratégie et de la critique militaire. Ses écrits influencèrent notamment la conception par Jaurès de « l’armée de demain ».


***

  • 1 Mayer fut toutefois accablé par la mort au combat de ses deux fils, dès les premiers mois du confli (...)

9En 1914, le lieutenant-colonel de réserve Mayer, âgé de 63 ans, fut mobilisé et affecté au commandement de l’artillerie de la 81e Division d’infanterie territoriale. Pendant les premiers mois du conflit, prise dans la guerre de mouvement, sa Division se déplaça d’un front à l’autre sans vraiment se retrouver au combat1. La suite du conflit se révéla conforme à ce que Mayer avait anticipé dans ses articles de stratégie parus en 1902 et 1906, où il prévoyait, au rebours de la doctrine officielle française, la suprématie de l’artillerie sur l’infanterie, et où il prédisait l’échec de l’offensive et l’avènement de la guerre de position :

« [dans la guerre de l’avenir], les deux ennemis […] s’immobilisent comme les troupes qui défendent un camp retranché et celles qui concourent à son investissement […]. [La bataille de l’avenir mettra] face à face deux murailles humaines presque au contact, séparées seulement par l’épaisseur du péril, et cette double muraille va rester presque inerte malgré la volonté d’avancer qu’on a de part et d’autre, malgré les tentatives qu’on fait pour y réussir ». Il avait également prévu dès 1902 la « course à la mer » : « l’une de ces lignes cherchera, ne pouvant réussir de front, à déborder l’autre. Celle-ci, à son tour, prolongera son front, et ce sera un concours à qui s’étendra le plus […] La ligne s’arrêtera à un point d’appui, à une mer, à une montagne, à la frontière d’une nation neutre ».

10Toutefois, Mayer n’avait pas anticipé le creusement des tranchées et l’immobilisation du front, et pensait plutôt que celui-ci serait mobile, « plus comparable à une grille qu’à une muraille ». Toujours iconoclaste, Mayer continua pendant la guerre de critiquer les faiblesses du commandement français, estimant l’armée française moins bien organisée que l’armée allemande, jugeant sans complaisance ses supérieurs (Joffre « ignorait tout de la stratégie », son camarade de promotion Foch « n’avait rien d’un penseur », tous deux d’ailleurs étaient partisans de l’offensive que Mayer estimait vouée à l’échec, etc.). Avec sa franchise habituelle il alla jusqu’à souligner dans une lettre saisie par la censure la supériorité de l’armée allemande :

« la littérature militaire allemande est du plus haut intérêt [… ] je suis un grand admirateur de l’armée allemande, la guerre actuelle n’a fait qu’accroître mon admiration ».

Ce qui lui valut une radiation immédiate de son commandement et une mise à la retraite définitive…


***

Georges Bonnet (plusieurs fois ministre dans les années 1930), à gauche ; Émile Mayer, au centre ; Léon Blum, assis.

Georges Bonnet (plusieurs fois ministre dans les années 1930), à gauche ; Émile Mayer, au centre ; Léon Blum, assis.

Dans les années 1920 et 1930, Mayer noua des relations avec de nombreux écrivains, avec lesquels il entrait souvent en contact en corrigeant les fautes de français et d’impression de leurs ouvrages, car il avait l’obsession de la pureté grammaticale : André Gide, Jean Guéhenno, Jules Isaac (au sujet de l’histoire de la Grande guerre), et surtout Roger Martin du Gard… Les deux hommes échangèrent de 1922 à 1938 avis et conseils amicaux sur leurs travaux respectifs, Martin du Gard encourageant vivement Mayer à rédiger ses souvenirs, Mayer prodiguant des conseils techniques pour la rédaction de la partie des Thibault se déroulant pendant la guerre… Parmi les autres personnes ayant fréquenté le colonel Mayer à cette époque, se trouvait également Jacqueline de Romilly, pour ainsi dire dès sa naissance : son père était un condisciple d’un des fils de Mayer.

11Le colonel Mayer reprit après l’armistice son activité littéraire et la poursuivit jusqu’à son décès en 1938, s’attachant à plaider pour une refonte de l’armée, fondée sur un noyau professionnel et sur le développement de l’aviation. Mayer anticipait en effet le développement et le futur rôle décisif de l’aviation. Alors que les victimes de la guerre de 1914-1918 avaient été principalement les soldats des armées de terre, Mayer estimait que les bombardements et la guerre chimique viseraient désormais les populations civiles. Cela le conduisait à entrevoir la possibilité d’une espèce d’ « équilibre de la terreur » avant la lettre, qui aboutirait à une dissuasion mutuelle et peut-être à la disparition de la guerre.

12À partir des années 1920, Mayer tint salon le dimanche matin, d’abord chez lui, puis chez sa fille Cécile et son gendre Paul Grunebaum-Ballin, conseiller d’État et proche collaborateur de Briand et de Blum. S’y croisaient des écrivains et des penseurs militaires comme un certain Charles de Gaulle. Celui-ci admirait les vues de son aîné pour lequel il professait un profond respect, bien que ces deux visionnaires ne fussent pas d’accord sur tous les points. Leurs échanges portaient sur l’avenir de la guerre et, partant, de l’armée. Tous deux s’accordaient à estimer inévitable la revanche de l’Allemagne. Mayer l’exposait dans une conférence de 1925 ; De Gaulle le confirmait dans une lettre de 1930 à son aîné :

« il faut être convaincu que l’Anschluss est proche, puis la reprise par l’Allemagne, de force ou de gré, de ce qui lui a été arraché au profit de la Pologne. Après quoi on nous réclamera l’Alsace ».

13Les deux hommes divergeaient sur la forme de la guerre à venir. Mayer, nous l’avons vu, doutait de la possibilité d’une nouvelle guerre sous sa forme traditionnelle : « la guerre classique, à forme militaire, est d’ores et déjà périmée », puisque les capacités de destruction de l’aviation rendaient selon lui l’armée de terre inutile. Au contraire, De Gaulle estimait indispensable de se préparer à combattre au corps à corps en donnant la priorité aux blindés, sans croire au rôle de l’aviation. L’Histoire devait montrer que la vérité se trouvait à mi-chemin : la suprématie pendant la Seconde guerre mondiale appartint à la combinaison de l’aviation et des blindés… Il est piquant de constater que De Gaulle avait en quelque sorte prédit ce dénouement en 1928 dans une lettre à Mayer portant sur leurs divergences : « Qui donc a raison ? Personne ? Ou sans doute tout le monde, suivant Luigi Pirandello ». Mais vraisemblablement De Gaulle écrivait-il cela par pure politesse, sans y croire.

14De 1925 à 1938, la rigueur de la pensée de Mayer, son anticonformisme, sa revendication d’une liberté d’analyse face à la doctrine officielle, bref son attitude intellectuelle exigeante, exercèrent une forte influence sur De Gaulle qui se trouvait lui aussi en situation de penser l’organisation idéale de l’armée. En ce sens, Mayer participa à la formation de De Gaulle. Enfin, outre une émulation intellectuelle, De Gaulle trouva dans le salon du colonel Mayer les relations politiques qui lui ouvrirent les portes du cabinet Reynaud en 1940.

15Comme l’écrit Brigitte Bergmann, son arrière-petite-fille, le colonel Mayer représente pour ceux qui l’ont connu :

« une figure morale, un surmoi plutôt bienveillant dont l’influence s’explique plus par les valeurs humaines qu’il est supposé incarner que par ses réalisations ou ses écrits quasi inconnus de tous. Il me semble que l’aura et l’influence de Mayer sur sa famille, mais aussi, peut-être, sur les nombreuses personnalités qu’il a côtoyées, s’expliquent en partie par l’originalité de son profil psychologique […]. D’une part Mayer représente la rigueur, la droiture, l’intégrité, l’exigence morale, le respect scrupuleux de la loi et du règlement. Mais dans le même temps, Mayer se distingue par un goût prononcé pour la provocation, une défiance à l’égard de la hiérarchie, une indépendance et une liberté de pensée, une originalité, un anticonformisme, une iconoclastie qui lui joua bien des tours mais qui fait tout l’intérêt de sa pensée et de sa personne ».

Haut de page

Notes

1 Le colonel Mayer, de l’affaire Dreyfus à de Gaulle, Un visionnaire en République, sous la direction de Vincent Duclert, Armand Colin, 2007.

2 Quelques bémols toutefois : certains passages cèdent à la facilité jargonnesque. Par exemple : « le concept de pacte autobiographique qui désigne le régime de vérité spécifique aux récits de soi (…) est particulièrement opératoire ici ». Cette formulation a-t-elle pour but d’« épater le bourgeois », comme dirait Flaubert ? Par ailleurs, l’éditeur semble faire aveuglément confiance à son correcteur automatique. Il a tort, car son logiciel ne sait pas repérer les trop nombreuses coquilles qui transforment un mot en un autre mot existant (ex : autour/auteur). Le traitement de texte ne sait pas non plus corriger les barbarismes, comme l’irritant « is fecit cui prodent », répété deux fois.

Haut de page

Note de fin

1 Mayer fut toutefois accablé par la mort au combat de ses deux fils, dès les premiers mois du conflit.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Émile Mayer (assis au centre de face) et ses cocons à l’X
Crédits © Ecole polytechnique
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/167/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Georges Bonnet (plusieurs fois ministre dans les années 1930), à gauche ; Émile Mayer, au centre ; Léon Blum, assis.
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/167/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 97k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Fabrice Mattatia, « Le colonel Émile Mayer », Bulletin de la Sabix, 43 | 2009, 7-11.

Référence électronique

Fabrice Mattatia, « Le colonel Émile Mayer », Bulletin de la Sabix [En ligne], 43 | 2009, mis en ligne le 16 mai 2013, consulté le 28 juin 2017. URL : http://sabix.revues.org/167

Haut de page

Auteur

Fabrice Mattatia

Secrétaire général de la SABIX

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • Revues.org