Navigation – Plan du site
Monge, l'homme de pouvoir

Monge et la Marine

Etienne Taillemite
p. 129-139

Texte intégral

1Ce fut au cours de la première partie de sa carrière que Gaspard Monge fut amené à s’intéresser aux activités de la Marine et cet intérêt revêtit plusieurs aspects. Avant 1789, il s’agit surtout pour lui de participer aux activités scientifiques de la marine royale, à la formation de ses futurs officiers et à l’orientation vers les sciences liées à la Marine de plusieurs de ses élèves. N’oublions pas aussi que Louis Monge, frère de Gaspard, s’occupa aussi de sciences nautiques. Puis survint la Révolution, aux idées de laquelle Monge se rallia avec conviction, ce qui lui donna l’occasion d’exercer ses talents scientifiques dans de nouvelles directions avec en particulier, la grande aventure de la rénovation des poids et mesures et de l’institution du système métrique auquel son nom reste attaché avec celui de Borda.

2Dans le grand bouleversement des institutions et du personnel politique qui survint à partir de 1789 et plus encore après la chute de la royauté et la proclamation de la République. Monge se trouva, le 12 août 1792, promu soudain ministre de la Marine, fonction qu’il n’exercera que très brièvement puisqu’il la quitta dès le 13 avril 1793 à la suite de la suppression générale des ministères, remplacés, sur le rapport de Carnot, par douze commissions. Monge étant avant tout un savant et un professeur, il n’est donc pas étonnant qu’après avoir quitté des responsabilités ministérielles qui, dans les circonstances du moment, ne pouvaient lui procurer que des déceptions, il se soit à nouveau consacré à l’enseignement supérieur en organisant chez lui des cours à l’usage des jeunes gens qui se destinaient aux carrières de génie civil, de l’armée et de la marine. De même que l’Ecole du génie maritime était née vers 1740 du cours particulier créé par Duhamel du Monceau, l’institution ébauchée par Monge deviendra bientôt l’Ecole polytechnique. Monge se doutait-il qu’en créant cette grande école, il allait rendre un éminent service à la Marine puisqu’elle fournira à celle-ci un nombre considérable d’ingénieurs du Génie maritime, d’hydrographes et, à partir de 1822, d’officiers de vaisseau puisque Louis XVIII décida cette année-là que dans chaque promotion, six polytechniciens pourraient opter pour la Marine.

Traité élémentaire de statique, à l’usage des écoles de la marine / Gaspard Monge

Traité élémentaire de statique, à l’usage des écoles de la marine / Gaspard Monge

5e éd., revue par Hachette,.... - Paris : Courcier, 1810. - [VII]-204 p. : 5 pl. ; in-8 (20 cm)

Collection Ecole polytechnique

3Nous allons donc essayer d’évoquer quelle était ta situation de la Marine à la veille de la Révolution en insistant spécialement sur ses activités scientifiques variées auxquelles Monge apporta une contribution remarquable. Nous verrons ensuite comment cette marine fut totalement bouleversée dans ses fondements même par les événements révolutionnaires et par une politique de réformes systématique dont les promoteurs ne mesurèrent pas les conséquences, ce qui explique l’état assez chaotique dans lequel Monge la trouva lorsqu’on lui en confia la responsabilité.

4A la veille de la Révolution, la Marine royale, à laquelle Louis XVI n’avait jamais cessé de s’intéresser personnellement, dès le début de son règne, avait atteint un degré de puissance et d’efficacité qu’elle n’avait jamais connu auparavant même au temps de son apogée vers le milieu du règne de Louis XIV. Cette quasi perfection compatible avec les techniques de l’époque ne fut réalisée que grâce à des efforts constants et à une politique cohérente et persévérante portant aussi bien sur les structures administratives que sur le perfectionnement technique des navires. Une des caractéristiques de cette marine, qui venait de s’illustrer pendant la guerre de l’indépendance américaine, fut son souci de progrès, en particulier dans le domaine des constructions navales et dans celui des sciences de la navigation. Les derniers ministres de la Marine de la Monarchie, Sartine et surtout Castries, s’attachèrent à tirer les enseignements de la guerre d’Amérique pour améliorer le matériel et l’entraînement des hommes mais aussi à constituer un embryon d’état-major destiné à élaborer une politique navale et à préparer les opérations en cas de guerre. Castries, après la fin du conflit, organisa également ce que nous appellerions aujourd’hui un bureau d’études scientifiques pour lequel il fit appel à des officiers savants qui avaient donné les preuves de leurs compétences comme Verdun de la Crenne, Liberge de Granchain, à des ingénieurs comme Borda et Sané, et aussi à des spécialistes civils, quelquefois étrangers, comme par exemple l’abbé Boscowitch, jésuite serbe, astronome de talent.

5Depuis le milieu du XVIIIème siècle, la marine royale s’était distinguée par son goût pour les travaux scientifiques, lequel s’était exprimé de manière évidente par la création, en 1752, de l’Académie de Marine regroupant officiers, ingénieurs, constructeurs, hydrographes, médecins, administrateurs spécialisés dans les sciences et les techniques concernant les navires et la navigation. Certains de ses membres seront les principaux conseillers techniques des ministres, au premier rang desquels figurent Fleurieu, officier de vaisseau spécialiste des sciences de la navigation et du calcul de la longitude et Borda, ancien élève de l’Ecole du Génie de Mézières, passé au service de la Marine où il va rendre les plus éminents services. Les liens entre Borda et Monge sont bien connus puis qu’ils collaboreront assidûment à la création du système métrique. Un des aspects les plus novateurs et des plus modernes de la marine de cette époque fut son souci de standardisation des types de navires et de rationalisation du travail des arsenaux. Surtout depuis les années 1740, la construction navale avait cessé d’être un art empirique laissé au savoir-faire des charpentiers de marine, pour devenir une véritable science basée sur des calculs mathématiques. Borda et Sané mettront au point les plans de trois types de vaisseaux et de deux types de frégates qui seront construites en série et donneront à la flotte des bâtiments homogènes aux qualités nautiques aussi semblables que possible. Dans quelle mesure Monge participa-t-il à l’élaboration de ces programmes, il est difficile de le préciser faute de documents explicites mais ses liens d’amitié et de coopération avec Borda, sa qualité de professeur d’hydrodynamique à l’Ecole créée au Louvre par Turgot laissent à penser qu’il ne fut pas étranger à cet effort de perfectionnement. Monge entretenait dès cette époque des relations suivies avec la Marine et son corps d’officiers. Très protégé par le secrétaire d’Etat Castries, il sera nommé, à la mort de Bezout en septembre 1783, examinateur des gardes-marine, c’est-à-dire président du concours d’entrée à ce qui faisait alors d’office d’école navale. II assurait également la présidence des jurys d’examen sanctionnant les études des futurs officiers. La proposition de nomination de Monge contient cette phrase révélatrice de l’estime dans laquelle il était tenu : « on n’en voit pas de plus capable de remplir cette place que le S. Monge par les talents et les qualités morales qu’il réunit ». En raison de ses multiples activités à l’Académie des Sciences et à l’Ecole de Mézières, Gaspard fut souvent amené à déléguer ses fonctions à son frère Louis mais il restait soucieux de la formation des jeunes officiers puisque c’est à leur intention qu’il rédigea et publia en 1788 un Traité de statique.

6Les activités scientifiques de la Marine des années prérévolutionnaires se traduisaient aussi de plusieurs manières dont la plus connue fut le voyage autour du monde dirigé par Lapérouse. Voulu, décidé par Louis XVI lui-même qui en suivit de très près la préparation, celle-ci fut minutieusement assurée avec le concours de l’Académie des Sciences, de l’Académie de Marine, de la Société royale de médecine et, symbole des premiers pas de la coopération scientifique internationale, par la Royal Society de Londres qui accepta de prêter quelques instruments et en particulier les précieux chronomètres. Monge fut associé à ce projet et son frère Louis fut choisi, sur la recommandation de Borda, pour servir comme astronome sur l’Astrolabe, commandée par Fleuriot de Langle, capitaine de vaisseau et membre de l’Académie de Marine. Malheureusement, Louis Monge ne put s’habituer à la mer et à la navigation. Les deux navires de Lapérouse, la Boussole et l’Astrolabe, partirent de Brest le 1er août 1785 en direction de l’Atlantique sud mais Louis Monge tomba rapidement malade de sorte que Lapérouse et Fleuriot de Langle lui conseillèrent de débarquer à l’escale de Ténériffe dès le 30 août, ce qui lui sauva la vie en lui permettant d’échapper au désastre final de l’expédition sur les récifs de Vanikoro. Louis Monge ne rompit pas pour autant tout lien avec la Marine puisqu’il fut nommé, en 1787, examinateur d’hydrographie des élèves fréquentant les nouveaux collèges préparatoires de Vannes et d’Alès qui venaient d’être créés par le maréchal de Castries pour remplacer les compagnies de gardes de la marine qui faisaient fonction d’école navale depuis 1683.

7Outre le voyage de Lapérouse qui emmenait avec lui un état-major d’officiers soigneusement choisis pour leurs compétences scientifiques, complété par une quinzaine de savants civils spécialistes de diverses disciplines, la marine royale à cette époque fut, pour la première fois de son histoire, présente sur toutes les mers du monde grâce à la création, après la guerre d’Amérique, de stations navales permanentes aux Antilles, à Terre-Neuve, sur les côtes occidentales d’Afrique, en Méditerranée orientale, dans l’Océan Indien et en Mer de Chine méridionale. Les bâtiments affectés à des stations commandés par des officiers choisis en général en raison de leurs talents et de leurs connaissances, avaient pour mission de protéger les intérêts commerciaux français dans leur zone d’activité mais aussi de procéder à de nombreux travaux scientifiques permettant d’améliorer les connaissances principalement dans les domaines géographiques et hydrographiques. Ce fut le cas, par exemple, du capitaine de vaisseau de Rosily qui, au cours d’une campagne de près de quatre ans dans l’Océan Indien, opéra du golfe Persique aux mers de Chine, ce qui lui permit de publier, après son retour, un supplément au Neptune de l’Inde.

8Parmi les contributions de Monge aux activités maritimes, il faut aussi signaler le fait que plusieurs de ses élèves se distinguèrent par leurs travaux dans ces domaines à certains moments de leur carrière. Ce fut le cas, par exemple, de Sylvestre Lacroix (1765-1843), mathématicien aux talents spécialement précoces. Distingué par Monge, Lacroix fut nommé en 1782, à 17 ans, professeur à l’Ecole des garde-marine de Rochefort. II rédigea ensuite une étude sur les assurances maritimes qui lui vaudra une récompense de l’Académie des sciences, deviendra l’adjoint de Monge à l’Ecole normale en 1794 et sera l’auteur, en 1800, d’un Eloge historique de Borda tout à fait remarquable, ce qui lui permit d’être élu au siège de celui-ci à l’Académie des Sciences. Lacroix sera doyen de la Faculté des Sciences de Paris, professeur à l’Ecole polytechnique puis au Collège de France.

9Autre protégé de Monge : Jean-Nicolas Hachette (1769-1834) né à Mézières, attaché à l’Ecole du Génie en 1788, qui fut reçu par concours professeur d’hydrographie à Collioure. II traita par la géométrie plusieurs problèmes de navigation et devint adjoint de Monge à l’Ecole polytechnique avant d’y devenir professeur titulaire. Hachette s’intéressa à l’aérostation et plus tard aux machines à vapeur.

10Monge a donc apporté une contribution certaine à la constitution, à la veille de la Révolution d’une des plus belles flottes de guerre que la France ait jamais possédée. Avec ses 80 vaisseaux, ses 60 frégates, ses 60 corvettes et ses 40 bâtiments auxiliaires, cette flotte était particulièrement bien équilibrée dans ses différentes composantes et l’avenir semblait assuré puisqu’en 1790, 12 vaisseaux étaient en construction. Malheureusement, ce bel édifice va se trouver rapidement désorganisé, d’une part, à la suite de l’agitation et des troubles qui se généraliseront dans les ports et arsenaux dès le début de la Révolution, d’autre part, en raison d’une politique de réformes visant à détruire systématiquement les structures constituées depuis le XVIIe siècle et récemment modernisées pour les remplacer par des institutions nouvelles inspirées par des théories des plus discutables. II faut donc préciser cette situation pour mieux comprendre l’état dans lequel Monge trouvera cette Marine lorsqu’il en deviendra le ministre.

11Dès l’été 1789, les premiers désordres survinrent dans les ports, avant même que soient connus les premiers projets de réforme. Refus d’obéissance, véritables mutineries dans le personnel des équipages et des arsenaux devinrent presque quotidiens, ce qui désorganisait totalement le service. Les commandants de la Marine dans les ports ne disposaient d’aucun moyen de rétablir un peu d’ordre car ils n’étaient nullement soutenus par les autorités supérieures. On a peut-être trop souvent négligé le fait que, dès les premiers jours de la Révolution, surgit un phénomène lourd de conséquences : l’effondrement de l’Etat et des structures administratives. L’autorité royale disparut à peu près totalement ainsi que celle des ministres, dépourvus de pouvoirs réels. L’Assemblée nationale, devenue théoriquement souveraine, fut rapidement débordée par l’agitation et se révéla incapable de réagir. Cette démission du pouvoir politique favorisa évidemment l’augmentation du désordre. En avril 1790, les équipages de Brest se soulevèrent pour protester contre le nouveau Code général de la Marine adopté par la Constituante. Découragé, le commandant de la Marine, le comte d’Hector, abandonna des fonctions qu’il était désormais incapable d’exercer, et ses successeurs, Albert de Rions, Bougainville, ne furent pas plus heureux. Cette situation entraîna une véritable dislocation du corps des officiers désormais incapables, eux aussi, d’exercer leurs fonctions. Dès 1790, nombreux furent ceux qui émigrèrent ou simplement rentrèrent chez eux et furent notés « absents sans congé ». La loi du 22 décembre 1790, exigeant le retour à leurs postes de tous, n’eut aucun effet et la situation générale continua à se détériorer en 1791 avec la multiplication des mutineries à Brest et à Toulon. Symbole de la désorganisation générale, les ministres de la Marine, qui avaient connu une grande stabilité depuis l’avènement de Louis XVI puisque trois seulement exercèrent ses fonctions entre août 1774 et octobre 1790, vont se multiplier à une cadence rendant impossible tout travail sérieux. D’octobre 1790 au 12 août 1792, date de la nomination de Monge, six ministres se succédèrent, l’un d’eux, Delessart, ne restant en fonctions que 12 jours, un autre, Dubouchage, le prédécesseur immédiat de Monge, 20 jours. Même instabilité dans les commandants de la Marine dans les ports. Toulon en vit passer six. II était évidemment impossible, dans de telles conditions d’assurer le service.

12Circonstance aggravante, l’Assemblée nationale décida de bouleverser complètement les structures des institutions maritimes suivant des principes nouveaux. La loi du 7 janvier 1791 modifiait le système de recrutement des gens de mer en conservant toutefois celui des classes établi par Colbert au milieu du XVlle siècle mais en l’étendant considérablement. On maintenait le principe du service militaire obligatoire pour les marins mais en donnant à ce terme une extension considérable. Seront désormais considérés comme exerçant des professions maritimes, non seulement les matelots servant sur les navires de guerre, de commerce et de pêche, mais aussi tous les bateliers de rivière, pécheurs, mariniers naviguant « sur les étangs, lacs, canaux et rivières dans l’intérieur du royaume ». Etaient aussi astreints au service dans les arsenaux de la marine tous les hommes exerçant les professions de charpentiers de navires, perceurs, poulieurs , calfats, voiliers, cordiers et tonneliers dans les villes maritimes. Tous pouvaient être appelés au service entre dix-huit et cinquante six ans. Avant 1789, ce système de recrutement était géré par des officiers de vaisseau. La loi de janvier 1791 le confiait à des commissaires, officiers d’administration et à des syndics, ces derniers devant être élus par les gens de mer au cours d’élections contrôlées par les municipalités. On introduisait donc un système électif dans un mécanisme de recrutement à vocation militaire.

13Une autre loi du 15 mai 1791 allait bouleverser le corps des officiers de vaisseau et reposait sur un principe alors très à la mode qui niait la spécificité de la marine de guerre et visait à pousser aussi loin que possible la fusion avec la marine marchande. On oubliait tout à fait que les navires des années 1790 n’étaient plus ceux du XVIe siècle et que le bâtiment marchand différait totalement du navire de guerre aussi bien dans ses dimensions que dans ses structures, dans ses qualités nautiques et sa manœuvre. Commander un bâtiment de combat n’avait donc rien à voir avec une campagne au commerce mais les rédacteurs de la loi ignorèrent cette évidence. Cette erreur monumentale sera la cause de bien des difficultés. La loi de mai 1791, très souvent imprécise, prévoyait un système complexe de recrutement des officiers, ouvrant largement le corps aux jeunes gens issus du commerce. Celles du 10 août et du 14 octobre 1791 modifiaient totalement aussi les écoles de formation en créant, dans les ports et villes maritimes, trente sept écoles gratuites et publiques d’hydrographie contrôlées par les municipalités qui en surveilleraient le fonctionnement. Les écoles proprement militaires disparaissaient et, dans la nouvelle formule adoptée, destinée à former indifféremment officiers marchands et officiers de vaisseau, la formation proprement militaire se trouvait réduite au strict minimum, c’est-à-dire quelques rudiments de canonnage et d’évolutions. On estimait sans doute que l’art difficile de la manœuvre des escadres, du combat et du commandement à la mer s’apprenait sur le tas et rien n’était prévu pour développer l’esprit militaire.

  • 1  Guy Boistel, Une loi de la marine discutée : la refonte des écoles de la Marine du 10 août 1791 da (...)

14Gaspard Monge et son frère Louis furent nommés, en vertu de la loi du 20 août 1791, examinateurs des aspirants de marine, reprenant ainsi les fonctions qu’ils exerçaient avant 1789. Précisions tout de suite que, lors de son passage au Ministère de la Marine, Monge s’intéressa de très près à la mise en place et au fonctionnement du réseau d’écoles d’hydrographie prévu par cette loi. La correspondance qu’il entretient à ce sujet avec un autre examinateur, son ami Pierre Levêque, est très instructive à cet égard et souligne les nombreuses difficultés soulevées par l’exécution de ce texte1.

15L’Assemblée constituante crut devoir bouleverser également l’administration des ports et arsenaux. Alors que l’évolution dans ce domaine, avant 1789, allait dans le sens de la militarisation des services, le décret du 21 septembre 1791, proclamait : « l’administration des ports sera civile, elle sera incompatible avec toutes fonctions militaires », on revenait donc cent ans en arrière, au système de Colbert puisque la direction générale de tous les services des ports était désormais confiée à un ordonnateur qui régnait sur six grandes directions confiées à des agents civils nommés chefs d’administration. On maintenait quand même un commandant armes militaire mais dont les attributions restaient dans le vague.

16Symptomatique du nouveau régime, le Conseil d’administration, organisme de coordination prévu dans les grands ports, ne comportait aucun élément militaire. Ce décret du 21 septembre 1791 organisait donc la prédominance absolue des administrateurs civils et ou aboutissait à une marine de commis et de comptables de la direction de laquelle militaires combattants étaient systématiquement exclus. On imagine aisément que de telles transformations, surtout dans le climat agité de l’époque, ne se mirent en place qu’avec beaucoup de difficulté et de lenteur. Si la paix s’était maintenue, peut-être aurait on pu parvenir à faire fonctionner un système présentant a priori bien des lacunes. Remarquable, en effet, était l’imprécision de tous ces textes rédigés à l’évidence hâtivement par des esprits connaissant mal le monde très particulier de la marine. Mais l’Assemblée législative lança le pays au printemps de 1792 dans la guerre contre le roi de Bohême et de Hongrie et la Convention, le 1er février 1793, contre l’Angleterre, première puissance maritime mondiale.

17Lorsqu’il devint ministre de la Marine, dans les jours qui suivirent le 10 août 1792 et la chute de la royauté, Monge se trouva donc à la tête d’une flotte dans un état de confusion et de désorganisation structurelle complet, privée par l’émigration ou la retraite anticipée d’une part importante de ses cadres, incapables d’exercer leurs fonctions dans le climat de révolte et d’insécurité permanentes régnant dans les ports et arsenaux. Les réformateurs qui étaient à l’œuvre depuis trois ans avaient oublié que, dans le domaine maritime, rien ne peut s’improviser, que si, à cette époque, il était possible, à terre, de former très rapidement des soldats aptes au combat, il n’en était pas du tout de même sur mer où le métier de matelot et plus encore d’officier nécessitait un long apprentissage et beaucoup d’expérience.

18II fallait parer au plus pressé et tenter de remettre un minimum d’ordre et de méthode dans une administration et une institution qui partaient à la dérive. Dès le 17 août ; Monge, qui avait vu de près fonctionner les institutions d’Ancien Régime et en connaissait l’efficacité, fit promulguer une loi qui suspendait l’application des textes rédigés au cours des années précédentes et prescrivait de revenir, dans les ports et- arsenaux, « à l’observation provisoire des différentes dispositions des ordonnances de 1689 et de 1765 ». Préoccupée par d’autres dangers, la nouvelle assemblée ne sembla pas remarquer qu’en votant cette loi, elle désavouait pratiquement toute l’oeuvre législative de la Constituante et de la Législative dans le domaine maritime.

19Bien que sincèrement rallié aux idées nouvelles, il est manifeste que Monge, lors de son bref passage au Ministère de la Marine, tenta de limiter les conséquences du désordre régnant et de faire fonctionner ses services dans les moins mauvaises conditions. II eut ainsi à s’occuper d’un décret qui prévoyait la destitution de tous les employés du gouvernement signataire d’une pétition jugée contre-révolutionnaire. Or presque tout le personnel des bureaux de la Marine était dans ce cas et présenta au ministre une démission collective, ce qui aurait entraîné des conséquences désastreuses. Monge tint un langage direct montrant qu’il était sans illusions. « Parlons avec franchise, déclara-t-il, vous désirez vous retirer parce que le nouveau ministre n’a pas vos sympathies. Eh, bien, patientez, je suis ici pour peu de temps, soyez-en certains ; mon successeur vous conviendra peut-être mieux ». Ce discours convainquit ses auditeurs qui restaient en fonctions, évitant une dislocation totale de l’administration centrale. S’il ne put remédier à la désorganisation du corps des officiers, Monge réussit par contre, après son départ du ministère, à rendre un immense service à la Marine et à la Nation en sauvant Borda qui risquait d’être victime de la loi sur les suspects du 27 germinal an II (avril 1794). Grâce à la protection de Monge, Borda ne fut pas inquiété et retrouva dès avril 1795 ses fonctions d’Inspecteur des constructions navales et de Directeur de l’Ecole des élèves ingénieurs-constructeurs de la Marine.

20Pendant le ministère de Monge, la flotte n’effectua qu’une campagne de guerre en Méditerranée contre la Sardaigne, position stratégique importante appartenant alors au royaume de Piémont. Une opération combinée fut préparée avec 5 vaisseaux partis de Toulon aux ordres du contre-amiral Truguet qui passa, le 13 janvier 1793, en Corse pour prendre à son bord le corps expéditionnaire de 1 700 hommes. Symptôme de la désorganisation générale, un des vaisseaux se perdit par erreur de navigation dans la baie d’Ajaccio. Renforcé par 10 vaisseaux venant de Brest avec Latouche-Tréville, Truguet réussit à occuper les îles San Pietro, au sud-ouest de la Sardaigne, excellent mouillage bien protégé. Mais les deux assauts tentés contre la ville de Cagliari le 23 janvier et le 15 février furent repoussés à la suite de la débandade du corps des volontaires marseillais. Un violent coup de vent dispersa la flotte entraînant la perte d’un second vaisseau et l’échouage de deux frégates et de plusieurs transports qui purent être récupérés. C’était un échec complet et il fallut rembarquer les troupes pour rentrer à Toulon le 8 mars en abandonnant le mouillage de San Pietro, bientôt utilisé par la flotte anglaise qui s’y installa pendant toutes les guerres de la Révolution et de l’Empire.

21Monge profita aussi de son passage au ministère pour s’intéresser à une question capitale pour la marine : l’artillerie. La guerre de l’Indépendance américaine avait démontré le retard technique français sur les Anglais qui avaient mis au point un engin d’un nouveau type : la caronade, sorte d’obusier tirant à mitraille, extrêmement meurtrier pour les équipages. Pour des raisons mal expliquées, les Français tardèrent à adopter ce canon redoutable qui provoqua encore de très lourdes pertes en hommes à Trafalgar. Monge s’attacha à développer les fonderies de canons et toutes les fabrications d’artillerie dont la flotte avait le plus grand besoin. II rédigea à ce sujet un traité théorique paru en 1794 sous le titre de Description de l’art de fabriquer les canons.

22Monge était aussi soucieux d’humaniser la guerre maritime, dans la mesure du possible. C’est ainsi, qu’au début du conflit, il se déclara tout à fait favorable à une disposition qui avait été prise pendant la guerre d’Amérique prévoyant que les pêcheurs seraient exclus des opérations de guerre et pourraient continuer leurs activités vitales pour les populations sans être inquiétés ni capturés. Pierre Levêque suggéra à Monge de provoquer la rédaction d’un accord international sur ce sujet et le ministre approuva mais les circonstances ne se prêtaient guère à ce genre de soucis humanitaires.

  • 2  Venise et la Révolution française. Les 470 dépêches des ambassadeurs de Venise au doge. 1786-1795. (...)

23Monge ne se sentait pas très à l’aise dans ses fonctions et en février 1793, il donna sa démission qui fut d’ailleurs refusée. L’ambassadeur de Venise, Almoro Pisani, écrit le 19 février : « les plans pour la marine sont toujours aussi flous et je crois que c’est là la raison fondamentale qui a poussé le ministre de la Marine, M. Monge, à renoncer à a charge. M. Monge qui est un homme aussi profond dans les mathématiques que compétent dans le domaine de la marine, est à même plus que tout autre de mesurer les conséquences d’une composition hétérogène de ce corps dans de telles circonstances ». Le 26 février, Pisani annonçait que Monge était confirmé dans ses fonctions et ajoutait : « il semble qu’il ne refusera pas cette marque de confiance et d’estime inhabituelle jusqu’à présent pour un ministre »2. II accepta, en effet, pour peu de temps, puisqu’en avril suivant, les ministères étaient supprimés.

24De plusieurs manières, Monge a donc rendu à la Marine d’éminents services d’abord scientifiques dans les années qui ont précédé la Révolution, puis plus politiques lors de son séjour au Ministère dont il est permis de penser que la brièveté fut tout à fait dommageable. II est évident qu’il possédait des compétences très supérieures à celles de la Commission qui lui succéda. Monge n’avait rien d’un terroriste ni d’un fanatique et son action fut toujours marquée par un souci de rationalité cherchant à remettre autant que possible en action une flotte gravement perturbée dans toutes ses composantes.

25Rappelons pour conclure que la marine n’a pas oublié les services rendus par Monge puisque, depuis 1840, sept navires de guerre ont porté son nom : une frégate, une corvette, un aviso, un croiseur, deux sous-marins et enfin, depuis 1990 un grand bâtiment d’essais et de mesures affecté à la recherche scientifique et aux essais des missiles balistiques armant les sous-marins nucléaires lanceurs d’engins. Le souvenir de Monge reste bien vivant pour les marins d’aujourd’hui.

Haut de page

Notes

1  Guy Boistel, Une loi de la marine discutée : la refonte des écoles de la Marine du 10 août 1791 dans la correspondance Gaspard Monge - Pierre Levêque, dans Chronique d’histoire maritime, n° 53, décembre 2003, p. 51-65.

2  Venise et la Révolution française. Les 470 dépêches des ambassadeurs de Venise au doge. 1786-1795. Paris, 1997, pp. 882-885.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Traité élémentaire de statique, à l’usage des écoles de la marine / Gaspard Monge
Légende 5e éd., revue par Hachette,.... - Paris : Courcier, 1810. - [VII]-204 p. : 5 pl. ; in-8 (20 cm)
Crédits Collection Ecole polytechnique
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/159/img-1.png
Fichier image/png, 157k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Etienne Taillemite, « Monge et la Marine », Bulletin de la Sabix [En ligne], 41 | 2007, mis en ligne le 07 août 2009, consulté le 29 mars 2017. URL : http://sabix.revues.org/159

Haut de page

Auteur

Etienne Taillemite

Académie de marine
Etienne Taillemite, inspecteur général honoraire des archives de France, est l’un des plus grands spécialistes français de l’histoire maritime et à ce titre a eu l’honneur de présider l’Académie de marine. Son « Dictionnaire des marins français », dont l’édition est régulièrement remise à jour, fait autorité, de même que ses travaux sur les voyages de découverte des marins français dont les noms font rêver les jeunes qui contemplent le fracas des vagues sur les rochers : Jacques Cartier, Bougainville, Dumont d’Urville.
Etienne Taillemite a déjà collaboré avec bonheur aux bulletins de la SABIX : dans le numéro 31, il a présenté la biographie d’un X 1799 trop peu connu, Hyacinthe de Bougainville, trop souvent confondu avec son père et insuffisamment admiré pour sa participation à l’expédition Baudin (1800 – 1803) ou son tour du monde personnel (1824-1826) ; dans le bulletin 35 sous-titré « Les polytechniciens et la mer », il a aussi donné la biographie de Rigault de Genouilly, X1825.
Sa contribution au colloque a porté sur Monge, ministre de la marine : une fonction que Gaspard Monge exerça pendant quelques mois dans des conditions politiques extrêmement difficiles.
C.M.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© SABIX

Haut de page