Navigation – Plan du site
Dreyfus (X1878), 2006, le centenaire de la cassation

Introduction

La rédaction
p. 59

Texte intégral

1En 2006 a été célébré le centenaire de la révision par la Cour de Cassation du procès d’Alfred Dreyfus (X1878). Ce centenaire a donné lieu à deux manifestations officielles importantes. La première eut lieu à la Cour de Cassation le 19 juin 2006. La seconde eut lieu le jour même du centenaire, le 12 juillet 2006, à l’École militaire en présence du président de la République Jacques Chirac (discours disponible sur Wikisource).

2Parallèlement eut lieu au Musée d’art et d’histoire du judaïsme une exposition consacrée à Alfred Dreyfus : l’iconographie et la référence à Dreyfus polytechnicien y étaient limitées (voir fonds d’archives du musée à http://dreyfus.mahj.org). En règle générale, le fait que Dreyfus ait été élève de Polytechnique reste un angle de vue à approfondir dans la perspective de l’ « Affaire ».

3Nous avons souhaité remettre d’actualité deux éléments importants relatifs à la communauté des polytechniciens en regard de l’affaire Dreyfus :

  • Le premier est une présentation par Roger Mansuy et Laurent Mazliak du rapport de 1904 d’Henri Poincaré (X1873), comme expert nommé par la Cour de Cassation. De nombreux scientifiques, ou présentés comme tels, s’étaient impliqués dans l’affaire (notamment le fameux graphologue Bertillon, à charge contre Dreyfus), et les conclusions de Poincaré, qui ne s’était pas exprimé sur le sujet jusqu’alors, viendront apporter une caution scientifique prestigieuse au camp dreyfusard.

  • Le deuxième concerne le rôle d’un certain nombre de polytechniciens, officiers pour la plupart, dont un certain nombre de ministres de la Guerre sur la période 1894 – 1906. Il s’agit d’un article de Hubert Lévy-Lambert, paru dans La Jaune et la Rouge (revue des anciens élèves de Polytechnique) à l’occasion du centenaire du début de l’Affaire et du premier « procès » de Dreyfus (1894).

4Par ailleurs, nous avons relié à l’Affaire le portrait original qu’a brossé Paul-Henri Bourrelier de Gaston Moch (X1878), officier de renseignements, de la même promotion que Dreyfus, qui sera ami et influent défenseur de son camarade, et, au-delà, un fervent combattant de la paix, entre la France et l’Allemagne notamment, jusqu’à sa mort en 1935. Auteur du livre La Revue Blanche (Fayard 2007), P.H. Bourrelier nous montre aussi l’engagement de la revue des frères Natanson dans le camp dreyfusard.

5Signalons enfin, comme nous l’avons fait sur notre blog (www.sabix.info) en janvier 2008, que le ministère de la Culture, à l’occasion de ces célébrations du centenaire, a ouvert un site (www.dreyfus.culture.fr) dans le cadre des volumes multimédia des Célébrations nationales. Ce site contient un fonds d’archives où l’on peut retrouver plusieurs documents numérisés concernant Dreyfus et l’Ecole polytechnique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

La rédaction, « Introduction », Bulletin de la Sabix, 42 | 2008, 59.

Référence électronique

La rédaction, « Introduction », Bulletin de la Sabix [En ligne], 42 | 2008, mis en ligne le 06 août 2009, consulté le 18 novembre 2017. URL : http://sabix.revues.org/151

Haut de page

Auteur

La rédaction

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • Revues.org