Navigation – Plan du site
Colloque Charles Dupin (X1801), octobre 2007

Dupin et la Grande Bretagne : la première visite

Margaret Bradley
p. 30-38

Texte intégral

Introduction

  • 1  Pour en savoir plus, voir M.BRADLEY, et F.PERRIN, F. ‘Charles Dupin’s Study Visits to the British (...)
  • 2  Pour en savoir plus sur les publications de Dupin, voir I.GRATTAN-GUINNESS, Convolutions in French(...)

1Dans cette contribution, je vais examiner les raisons pour lesquelles Dupin s’intéressait à visiter la Grande-Bretagne et me concentrer en particulier sur sa correspondance, officielle ou personnelle, pour mieux connaître Dupin l’homme.1 Au printemps 1816, il était déjà correspondant de l’Institut, chevalier de la Légion d’honneur, sous-ingénieur de première classe et, depuis cinq ans, lieutenant de vaisseau. A l’âge de 32 ans, il était reconnu comme un des meilleurs membres du Corps du génie maritime pour ses Développements de géométrie, la Flexibilité des bois, et la Stabilité des corps flottants2.

  • 3  André-Marie-Jean-Jacques Dupin, couramment désigné par l’appellation Dupin aîné, avocat prestigieu (...)

2Mais il voulait s’élever plus haut ; une lettre à son frère Dupin aîné3 révèle son ambition :

Dunkerque, le 5 avril 1816

  • 4  Ce fut au cours de l’année 1816 que la classe des sciences physiques et mathématiques de l’Institu (...)

« Huit places d’académiciens libres sont créées à l’Académie des sciences par la nouvelle organisation4. Je sollicite d’être mis au nombre des candidats pour l’une d’elles. J’ai écrit pour cela à M. Delambre, secrétaire. Si tu pouvais voir MM. Dagueux et Lefèbre-Gineau pour prendre des renseignements sur le mode et l’époque certaine de l’élection, afin de me l’apprendre sur le champ, tu me rendrais grand service. J’obtiendrai une permission de 15 jours pour aller à Paris faire valoir mes titres (la permission me sera donnée ici par le général Goux et me mettra parfaitement en règle).
Ma nomination à l’Académie changerait la face de mes affaires et me ferait certainement placer à Paris par le ministre de la Marine »
(Document de la Collection Romain Baron).

3Dans cet objectif, Dupin concentre ses efforts pour être envoyé en mission en Grande-Bretagne, convaincu que le compte rendu d’une telle mission lui servira pour accéder à l’Académie. Le 7 février 1816, le mathématicien et physicien Fourier demande au ministre de la Marine que l’on autorise Dupin à réaliser le projet d’observer les procédés de construction dans les pays étrangers et, notamment, en Angleterre. Il est difficile, en fait, de déterminer si l’initiative d’un voyage en Angleterre revient à Dupin lui-même ou à ses chefs et, en tout cas, si Dupin n’a pas aidé un peu le sort par des recommandations efficaces. Par exemple, à la lettre de Fourier est joint un Plan de voyage en Angleterre, plan établi à Paris en janvier 1816. Dupin demande au ministre d’être chargé de mission en Angleterre afin d’observer l’état des Arts directement ou indirectement relatifs à la Marine et de décrire :

« 1) Les agents et les moteurs employés par les Anglais pour exécuter les travaux de ces arts.

2) Les instruments et les outils employés pour donner aux objets les formes et les qualités qui leur conviennent.

3) La suite des procédés méchaniques [sic] et géométriques employés pour faire passer la matière première de l’état brut à l’état de produit industriel.

Considérer ensuite l’application de ces moyens à la construction, au gréement, à l’armement des vaisseaux. »

4Dupin signale au Ministre que :

« Jamais étude de ce genre ne fut plus intéressante pour la France que celle de la Marine anglaise ; jamais moment ne fut plus opportun. Une guerre longue et fertile en grandes expéditions ; toutes différentes en but, en moyens, en résultats, a créé dans les arts maritimes des besoins inconnus jusqu’alors et des ressources inespérées pour satisfaire à ces besoins […] Ainsi, la léthargie de la paix, qui rend l’art stationnaire dans nos arsenaux oisifs nous offrira les moyens de perfectionnement les plus avantageux, pour une comparaison impartiale et raisonnée de nos travaux avec les travaux de nos émulés […] Il existe en France deux opinions également erronées, également pernicieuses. Ceux qui partagent la première croient que nos travaux nautiques ont atteint le maximum de perfectionnement […] Ceux qui partagent la seconde opinion croient au contraire que tout est parfait en Angleterre […] Je ne crois pas à notre perfection en marine ; je crois encore moins à celle des Anglais. »

5Je ne vais pas trop m’étendre sur la question de l’espionnage. Toujours est-il que Dupin, dans son rapport, constate :

« Disons un mot de nos moyens d’exécution. C’est comme géomètre et comme physicien que je parcourrai l’Angleterre. C’et avec la recommandation de l’Institut de France et de plusieurs académies et des ingénieurs anglais. Nos amis et ceux de ma famille me fourniront encore d’autres facilités et, malgré l’esprit mystérieux qui s’opposera plus d’une fois à mes recherches, je suis sûr d’en voir assez pour acquérir une juste idée des établissements où je ne pourrai pas pénétrer » (ASHM, dossier CC7 779).

6Dupin termine son rapport en indiquant au Ministre qu’il pourrait avantageusement partir dès avril de façon à profiter de la belle saison pour visiter les chantiers et ateliers anglais. Il ajoute qu’il a l’intention à son retour de présenter une description des établissements visités, de faire connaître les machines, instruments et outils dont l’imitation ou l’achat serait le plus utile à la Marine français et de réserver pour son Tableau général de l’architecture navale les développements théoriques auxquels ses observations l’auront conduit nécessairement.

7Il s’impatiente. Le 14 juillet, son père écrit à son fils aîné :

  • 5  La loi sur les étrangers et l’asile d’aliénés.
  • 6  Cousin des Dupin.

« Donne à Charles toutes les instructions pour se bien porter et se bien comporter en Angleterre, pour ne pas s’exposer à l’Alien Bill ni à Bedlam5. Bogne6 prétend qu’il ne verra rien parce que l’on ne montre rien aux étrangers.

Recommande-lui de ne point abuser de la liberté de parler, pour ne point se compromettre ni avec la police anglaise ni avec la police française.

Je désire qu’il s’en revienne avec la tête froide comme les glaciers de la Suisse et avec une tempérance de conversation comme Jacques Rosbif. Souhaite-lui bon voyage de ma part » (Document Romain Baron).

  • 7  Bajot, L.M., écrivain et administrateur de la Marine.

8 Enfin, le moment du départ arrive et Dupin écrit à M. Bajot7, directeur du Bureau des lois au Ministère de la Marine, le 21 juillet 1816 :

« D’ici à un mois, je vous ferai passer copie d’un rapport que l’Institut vient de faire sur un de mes mémoires de physique mathématique […] . J’ai reçu mes papiers hier et je pars demain […] On m’a donné 1 200 F d’indemnité pour six mois et j’emporte 3 000 F pour trois mois » (Document Romain Baron).

Le départ et le séjour

9Comme il l’annonce donc la veille à M. Bajot, Dupin va s’embarquer à Dunkerque pour l’Angleterre le 22 juillet 1816. Qu’est-ce donc cette Angleterre vers laquelle Dupin vogue, dans l’objectif de visiter ses arsenaux et d’étudier sa marine ? En 1815, la paix étant revenue après 22 ans de guerre (1793-1815) contre le Continent, l’Angleterre connaissait une grave crise économique : les impôts étaient lourds, le commerce avait souffert pendant de nombreuses années de ne pouvoir exporter les produits coloniaux vers l’Europe, les industriels n’arrivaient pas à écouler leurs stocks, le chômage était en progression et le prix de la vie augmentait de façon inévitable.

10Si Dupin ne connaît pas encore l’Angleterre, il n’en connaît pas mieux la langue, qu’il n’a jamais parlée – mais il se servira d’un dictionnaire et apprendra peu à peu l’anglais de façon directe, aiguillonné comme il l’est par son désir de réussir à perfectionner ses connaissances maritimes et de mettre au point son Tableau de l’Architecture navale. Son premier voyage, qui durera six mois, ne portera que sur l’Angleterre, tandis qu’au cours du second il visitera l’ensemble de la Grande-Bretagne. Voici quelques lettres concernant son voyage :

[Lettre de Charles à son frère aîné]

« Londres, 2 août 1816

Je suis arrivé à Londres en bonne santé. J’ai pris une chambre pas trop chère et je vis avec ma donation, moyennant quoi je me tirerai d’affaire.

Je vois de toutes parts des choses admirables dans une ville de quatre lieues de long sur dix de large. Les habitants qu’on nous représentait comme des hommes qui nous haïssent, sont d’une grande complaisance et ne nous injurient jamais [….]

Voici mon adresse : Mr Dupin, at M. Edden, taylor and draper, Christchurch passage, Newgate Street, London” » (ASHM).

  • 8  Pour en savoir plus sur Prony et sa femme, voir mon Career Biography of Gaspard-Clair-François-Mar (...)

11Au bas de la lettre, il a dessiné une potence avec un condamné au bout d’une corde. Il décrit son logement dans une lettre adressée à ses grands amis, les Prony8, le 2 août 1816 :

  • 9  Le ‘sombre Young’ (Thomas), membre de la Royal Society de Londres. Hervey, pour l’instant, est un (...)

« Comme toutes les joies de ce monde sont courtes et transitoires, je vais quitter la plus jolie habitation du monde, où j’avais à ma droite les prisons de Newgate, en face une église, à côté un cimetière planté d’arbres en quinconce et parsemé de pierres tombales ! Enfin à gauche un hôpital. Voilà, Madame, une demeure digne du sombre Young et du lugubre Harvey »9 (BN Naf 3282).

12Ensuite, une lettre du 1er septembre 1816, datée de Londres et adressée au ministre de la Marine :

« Monsieur l’Ambassadeur de France, auquel vous m’aviez recommandé, a pris le vif intérêt au succès de mes sollicitations, et il est allé lui-même deux fois à l’Amirauté d’Angleterre ; il a écrit en ma faveur.

A présent, Monseigneur, vous pouvez vous en rapporter à mon amour pour les Arts et les Sciences, du soin que je vais mettre à rendre mon voyage fructueux […]

(ASHM).

13Une lettre du même jour à une personne non désignée nous apprend le succès de ses démarches :

« J’ai réussi dans tout ce que je voulais ; j’ai l’autorisation … de voir tout ce que je désire observer. Je crois qu’aucun voyageur n’avait encore été traité d’une manière aussi favorable » (ADN).

14Ensuite, le 2 octobre, il raconte encore des détails à son frère aîné. Il est à noter que Dupin se plaint toujours de son manque de fonds :

« Portsmouth, le 2 octobre 1816

Je suppose que tu vas lire mon itinéraire détaillé dans ma lettre à mon père. Tu verras que je ne fais pas le paresseux et que, si je reviens sans être bien instruit, ce ne sera pas faute d’avoir bien étudié[…] Force m’est de voyager économiquement pour ne pas manger en trois mois ce qui doit m’amener jusqu’à six. Aussi me suis-je emparé de l’impériale des diligences anglaises […] j’y ai pris place dans un coin honorable et avantageux, à droite et sur le devant pour voir le pays et avoir ma main droite libre. Je voyage avec habit, redingote, capote et parapluie, mon dictionnaire dans une poche et la description alphabétique des villes et des comtés dans l’autre poche » (Ibid.).

15Le 5 novembre, à son frère aîné :

« J’ai encore besoin de toucher 800 des 1 200 que tu as remis à M. Lafitte. Tu devrais bien dire à mon père que, si jamais il doit se déterminer à me faire le fameux cadeau dont il parle depuis si longtemps, c’est à présent que 5 ou 600 F me mettraient par conséquent à mon aise » (Ibid.).

Le retour

16Dupin retourne en France le 22 janvier 1817, six mois après son départ. Une masse de notes accumulées lui permettront, jointes à celles de son deuxième voyage, de compléter son Tableau de l’architecture navale et de rédiger divers autres ouvrages bien documentés. Le lendemain de son retour, il soumet à M. Jurien, conseiller d’Etat, un rapport sur son voyage qui sera présenté à l’Académie des sciences le 26 janvier 1818 et reproduit au début de Mémoires sur la Marine et les Ponts et Chaussées de France et d’Angleterre. Il précise les détails de sa visite :

« Londres, docks de la compagnie des Indes orientales et de la compagnie des Indes occidentales, Southwark.
Liverpool : docks, corderie.
Bristol : le bassin.
Plymouth : trois visites à l’Arsenal de la Marine, une visite au Victualling Office (service de ravitaillement des navires) et une à l’Hôpital de la Marine.
Portsmouth : Quatre visites à l’Arsenal de la Marine, visites de vaisseaux et de l’école des jeunes officiers de Marine.
A l’embouchure de la Tamise, visite de Chatham, Sheerness, Isle of Sheppey, Bellerophon (Billy Ruffian comme le nommaient les marins anglais) qui avait emmené Napoléon à Sainte-Hélène l’année précédente, transformé en bagne flottant pour les forçats.
Woolwich : visite de l’Arsenal de la Marine et de l’Artillerie.
Deptford : l’Arsenal.
Greenwich : l’Observatoire et l’hôpital de la Marine ».

  • 10  Sganzin J.M., ingénieur des ponts et chaussées qui a longtemps travaillé avec Prony.

17Dans un manuscrit de ce rapport dédicacé à Sganzin10, il explique qu’il avait étudié les procédés mécaniques et théoriques de la marine anglaise et aussi son administration. Là, il avait pu voir » les moyens de mettre en harmonie la branche la plus importante du pouvoir public avec la forme et l’opération d’un gouvernement représentatif et monarchique » (ENPC ms 3000). Dupin continuait toujours à admirer la constitution plus libérale de l’Angleterre. Il ajoute qu’on lui avait permis de visiter les arsenaux militaires de Plymouth, Portsmouth, Sheerness et par la suite, de Deptford et de Woolwich. Selon ce rapport, il a pu recevoir tous les renseignements qu’il voulait et rien ne lui a été caché, même les futurs projets. Il a pu étudier le système commercial, visiter des chantiers navals et même assister au lancement d’un vaisseau, ajoutant que la cérémonie était identique à celle d’un navire de guerre.

  • 11  K.R. GILBERT, The Portsmouth Blockmaking Machinery, London 1965, p. 1.
  • 12  Ch. DUPIN, Aux moyens de mettre en harmonie la branche la plus importante du pouvoir public avec l (...)

18Animé de ses intérêts pour les domaines économiques et sociaux, il a visité des hôpitaux et des prisons à Liverpool et à Bristol, le canal « qui traverse toute la longueur de la ville », les chantiers de la marine, et « des cuisines chauffées par la vapeur de l’eau ». A Portsmouth, il a visité à quatre reprises l’arsenal naval, où il a vu des machines pour fabriquer des blocs de poulies. Ce système a été décrit comme « le premier exemple de l’utilisation de machines-outils pour la production de masse »11. Dupin a observé ce système et d’autres exemples de fabrications anglaises. En outre, il indique qu’un « professeur a étéchargé de [lui] montrer et de [lui] expliquer les dispositions locales, l’ordre et la nature de l’enseignement dans les écoles des jeunes officiers de la marine et des ingénieurs, instituées à Portsmouth »12.

19La ville de Chatham lui a ouvert les portes de l’arsenal naval, de l’arsenal de l’artillerie, de casernes et de l’école pratique pour les mineurs et sapeurs. Dupin s’est beaucoup intéressé à Sheerness et aux problèmes posés par la construction de docks et de quais dans un endroit « où le sol solide est à 40 pieds au dessous des hautes mers et à plusde 20 pieds au dessous des basses mers ». Après cette description, il fait mention d’expériences à Woolwich dans le domaine balistique.

20Sur la Tamise, Dupin a vu des dragues activées par une pompe à feu, mais se trouve « incapable de citer toutes les machines remarquables [qu’il a] examinées danschacun des établissements [qu’il a] parcourus ». Il décide donc d’écrire une histoire complète de son voyage, en rendant compte de toutes les œuvres d’ingénierie civile qu’il a vues. Il termine ainsi son rapport :

« Des circonstances particulières, des recommandations très puissantes et très nombreuses, beaucoup de patience et de persévérance, des yeux attentifs pour bien regarder ce qu’on me faisait voir, beaucoup plus de bonheur que de mérite, voilà ce qui a fait le succès de mon voyage. Si les résultats peuvent en être de quelque utilité pour mon pays, je ne regretterai ni les privations continuelles, ni les vexations intermittentes que j’ai dû éprouver, ni les sacrifices que j’ai dû faire pour arriver à mon but, celui d’apprendre et de savoir la marine anglaise. »

  • 13  V.LACAINE, et C.LAURENT., (eds), ‘Notice sur le Baron Charles Dupin’, Biographies et Nécrologies d (...)

21Dupin signale qu’il a été partout bien accueilli – mais avait-il tout vu ? Il est certainement remarquable qu’on lui permît de voir autant, mais il est tout aussi probable que beaucoup lui fût caché. Un auteur affirme que le jeune ingénieur avait de grandes difficultés à pénétrer dans les arsenaux, qu’il n’avait droit de faire la moindre esquisse ni de prendre des notes. C’était la mémoire remarquable de Dupin qui lui permit de retenir ce qu’il avait visité13

22Le 23 Janvier 1817, il écrit à son frère aîné :

« J’ai quitté Dunkerque le 22 juillet 1816 et j’y suis rentré le 23 janvier 1817, ce qui me fait six mois juste. Je te prie de régler l’état de mes dépenses. Je vais toucher ici une petite somme qui m’est due et avec laquelle je te paierai sur le champ, en te remerciant, mon bon ami, des avances que tu m’as faites. [….] Je reviens, mon cher ami, avec une riche collection d’observations, de plans, d’expériences et trois mois me suffiront à peine pour les mettre en ordre et les rendre présentables L’ambassadeur de France, auquel j’avais été recommandé très froidement et qui m’avait reçu en conséquence, a fini par prendre intérêt à mon voyage lorsqu’il en a vu le succès. Il m’a ouvert sa maison et m’a invité à dîner chez lui. A mon avant-dernière visite, il me demanda si l’avocat du Maréchal Ney m’était parent.

« Frère, M. l’Ambassadeur.
- Il a un très grand talent.
- Vous êtes bien bon.

- Mais je crains qu’il n’ait des principes trop républicains.
- Au contraire, Monsieur, et je l’ai souvent vu manifester avec véhémence contre ce système ; il était d’ailleurs fort mal vu du Gouvernement provisoire de Bonaparte.
- Eh bien ! Vous me faites plaisir et je suis charmé par ce que vous me dites […]

Un moment après, une Lady Clainger, avec laquelle j’avais dîné chez l’ambassadeur, me demanda tout haut si j’étais son frère.
- Oui, Madame.

  • 14  Bruce, Hutchinson et le Général Robert Wilson, trois officiers. Ils aidèrent le Comte de Lavalette (...)

- Eh bien ! Monsieur, je suis enthousiaste de votre frère ; j’étais présente à la défense des trois anglais14 ; elle lui fait un honneur infini et je l’aurais embrassé si je l’avais pu. Dites-lui cela de ma part.

23Dupin continue :

  • 15  Gergonne avait présenté un mémoire sur la géométrie descriptive, le 2 mai 1814, à l’Académie des s (...)

Je t’avais écrit pour te prier d’envoyer, par la diligence, 40 exemplaires des feuilles de mathématiques dont M. Gergonne15, de Nîmes ou de Montpellier, m’a écrit t’avoir adressé 100 exemplaires » (Document Romain Baron).

La structure des vaisseaux anglais de Charles Dupin

24Ce mémoire fut rédigé au cours de son premier voyage en Angleterre (1816) et publié dans les Philosophical Transactions de la Royal Society (1817) en français et sans traduction. Il fut d’abord l’objet d’une communication à la Royal Society par Sir Joseph Banks le 9 décembre 1816, un mois avant le retour en France de Charles Dupin, sous le titre La structure des vaisseaux anglais, considérée dans ses derniers perfectionnements, avec cinquante pages, une planche de figures et des calculs.

25La composition de ce mémoire est la suivante :

  • 16  Entre 1804 et 1810, Sir Robert Seppings avait évolué un projet pour réduire la consommation du boi (...)

« a) Un historique des études françaises et anglaises sur l’amélioration de la solidité des navires.
b) Innovations apportées par M. Seppings16, ingénieur-constructeur britannique du chantier naval de Chatham, à savoir :
Remplissage de toutes les mailles (intervalles entre deux membres voisines) au-dessous du faux-pont (pont situé au-dessous du pont principal) ;
Suppression du vaigrage (revêtement du côté intérieur des membrures d’un navire) ;
Remplacement des porques (pièces de renfort, plus larges que les membrures ordinaires) ordinaires par des porques obliques.
c) Considérations générales et étude, avec calculs à l’appui, des deux derniers des cinq points soulevés dans ces considérations ».

26Dupin signale d’abord qu’attiré en Angleterre par le désir de rendre plus complet et moins imparfait son ouvrage intitulé Tableau de l’architecture navale aux 18 et 19e siècles, il a reçu un accueil très chaleureux. Il précise ensuite que c’est Laplace qui l’a invité à » faire un examen raisonné des progrès accomplis en Grande-Bretagne dans le domaine naval ». Il parle de Seppings, « qui a fait adopter en Angleterre un moyen de donner à la charpente des vaisseaux une force nouvelle et dont les principes, mis en application avec succès à la remise en état de divers vaisseaux anglais (Tremendous, Ramillies et Albion), ont reçu les éloges des spécialistes les plus distingués [Sir J. Banks, le Dr Wollaston etc.] ».

« Les anciens constructeurs français avaient si bien connu la vérité du principe reproduit ici par M. Seppings, qu’ils l’avaient mis en usage, précisément pour parvenir au même résultat de fortifier les navires et les empêcher de s’arquer. Au lieu de diriger les bordages intérieurs ou vaigres parallèlement aux bordages extérieurs, ils avaient soin dans toute la partie de la cale qui va depuis le faux-pont jusqu’aux serres d’empatture, de diriger obliquement leurs vaigres suivant lesdiagonales des parallélogrammesformés par les membres et les bordages ; ensuite les porques couvraient les vaigres obliques et les pièces transversales allaient d’une porque à l’autre suivant la direction de la seconde diagonale de ces mêmes parallélogrammes ».

  • 17  Duhamel de Monceau (1700-1782), auteur de nombreux ouvrages sur l’architecture navale. Il fut insp (...)

27Dupin cite ensuite les travaux français de Duhamel17 dans son Architecture navale, de Chauchot, ingénieur de la Marine, de Groignard, qui tous ont prôné l’utilisation de vaigres et de porques obliques.Il termine son préambule historique en déclarant que « le principe employé par M. Seppings n’est nouveau ni dans la pratique ni dans la théorie, mais que, toutefois, il a apporté des innovations (…) dans la liaison des ponts avec le bord par des poteaux montants, une ceinture et des courbes en fer ».

  • 18  R. FOX, “From Corfu to Caledonia: The Early Travels of Charles Dupin”, in The Light of Nature, ed. (...)

28Les commentaires de Dupin sur les établissements de la Royal Navy ont, selon Robert Fox18, incité le traducteur anglais de ses Mémoires sur la Marine à ajouter une introduction acerbe et une critique permanente dans une série de notes de pied de page. Dupin y est accusé non seulement d’erreurs de fait, mais aussi d’un orgueil arrogant dans sa vision d’une supériorité scientifique française.

29La capacité de Dupin d’absorber et de se rappeler les détails est évidente dans sa Notice sur les travaux de Breakwater ou jettee (sic) en construction dans la rade de Plymouth, 1816. Dans ce manuscrit, il explique que les constructions à Plymouth étaient d’une utilité particulière à cause de problèmes généraux du terrain. Les fleuves Plym et Tamar forment deux grands bassins à leur embouchure, et leurs eaux se rencontrent dans un bassin même plus grand, Plymouth Sound. Les établissements commerciaux et la ville de Plymouth étaient situés sur la rive droite du Plym, les établissements de la marine étaient sur la rive gauche du Tamar. Les deux villes étaient reliés par une autre, Stonehouse, et l’ensemble de ces villes représentait quelques 60 000 habitants. Dupin nous offre une description entière de la région, suivie d’un compte-rendu des problèmes de construction de la rade. Il conclut en notant : « Les travaux que je viens de décrire sont dirigés par M. Whidbey[Thomas Whitby], ancien navigateur qui accompagna Vancouver autour du monde, qui est un élève du célèbre ingénieur Rennie auquel on doit le plan et la disposition générale des opérations ».

30Dupin envoya son rapport à Prony, directeur de l’Ecole des Ponts et Chaussées, exprimant son désir que Prony le soumît à l’Académie des sciences, de préférence en présence de Rennie. Il conclut :

  • 19  Rennie, John, grand ingénieur écossais, responsable des ponts Waterloo et London, de canaux et de (...)

 « Sans votre recommandation à M. Rennie19 et celle de M. Rennie à M. Whidbey, je n’aurais jamais pu donner une idée aussi étendue et j’ose dire satisfaisante d’un ouvrage qui fait honneur à M. Rennie […] je poursuis mon voyage, plein d’admiration pour une foule de belles choses qui frappent partout mes regards » (ENPC, ms 1877).

31Charles Dupin est rentré en France après six mois de travail soutenu en Angleterre. Il lui reste à mettre au point le compte-rendu de toutes ses démarches et de ses visites des arsenaux. Il avait acquis une bonne connaissance générale de la marine britannique mais comptait renforcer son savoir par un second voyage aussi proche que possible. C’est très rapidement que l’Académie des sciences va lui ouvrir ses portes (septembre 1818) ; pour être élu, il aura su faire habilement état des ses missions en Angleterre.

32Pendant l’intermède à Dunkerque, Dupin continue à se plaindre de son état financier, dans une lettre à son frère du 3 février 1817, par exemple :

  • 20  Son éditeur (maison Vve Courcier).

« J’ai ici deux mandats de 660 F. Je garderai 60 F qui, avec les 50 autres que j’ai dans ma poche, me fourniront un capital pour boire et manger jusqu’à nouvel ordre. Je vais songer aux moyens de t’envoyer tes 600 F. Tu les recevras incessamment […] Tu verras que, quand tu auras reçu les 600 F que je vais t’envoyer, mes dettes seront plus que payées. Le reste sera pour solder une petite somme que je dois à Mme Courcier ».20 (Document Romain Baron).

33Cette lettre est suivie d’une autre à son frère aîné, le 9 février 1817, où il fait allusion au compte-rendu de son premier voyage en Angleterre et à son activité d’ingénieur à Dunkerque :

  • 21  Sané, J-N, architecte naval français très renommé.

« J’ai reçu une lettre fort agréable de l’amiral Rosily, à qui j’avais adressé la description des travaux entrepris pour lever les grandes cartes de l’Angleterre. Comme l’amiral Rosily est à la tête du dépôt des cartes et plans de la Marine, il ne pouvait qu’être content de connaître ce que les Anglais font dans un genre analogue au sien […] J’achève le premier mémoire de la relation de mon voyage. Ce mémoire, qui comprend tout ce qui est relatif à l’artillerie, sera le plus propre à intéresser le ministre comme général d’artillerie […] Je viens de recevoir les cartes et les livres que j’ai achetés en Angleterre pour fournir des matériaux à mon travail. La douane de Dunkerque, en faveur de la "science des a + b", a bien voulu ne pas me prendre de droits, ce qui eût achevé de me ruiner […] M. Sané21 vient de m’écrire que le ministre, reconnaissant l’utilité et l’importance des résultats de mon voyage, m’a accordé un élève du Génie maritime auquel il va faire faire 300 lieues pour m’aider à dessiner les plans qui vont accompagner mes mémoires […] Je vais jouir d’un peu de tranquillité maintenant que ma corvette est lancée, et cela tournera tout au profit du récit de ce que j’ai vu en Angleterre » (Document Romain Baron).

34Dupin revient toujours sur les questions de finances. Dans une lettre du 27 février 1817 : « Cette somme de 800 F que j’ai emportée auparavant, plus mon voyage de Paris à Dunkerque, plus 2 400 F constituent les dépenses effectives de mon voyage, sans compter le délabrement de ma garde-robe ».

  • 22  D. LE MALLIER, Le Roman des Dufaud, La Charité sur Loire, 1971, p. 31.

35De cette lettre, il ressort que, pour son premier voyage en Angleterre, il a dépensé plus de 3 200 F, sans compter le prix de son voyage de Paris à Dunkerque. La même année, Georges Dufaud, maître de forges, qui a séjourné trois mois en Angleterre avec des invitations du même genre que celles de Dupin, n’a dépensé qu’environ 600 F22. L’allocation par l’Administration à Dupin de 1 200 F, dont il s’était plaint avec tant d’amertume, n’était pas si dérisoire après tout ; il en avait dépensé plus du double.

36Dupin est déjà Correspondant de l’Institut, Chevalier de la Légion d’Honneur, et sous-ingénieur de 1ère classe à la marine et il est renommé pour ses Etudes sur la Flexibilité des Bois et Sur la Stabilité des Corps Flottants. Il a trente-trois ans et a l’intention de repartir en Angleterre, afin de favoriser son élection à l’Institut de France (dès lors rétabli dans ses quatre académies, selon le décret royal du 21 mars 1816). Il continue à attirer l’attention de ses supérieurs sur ses ouvrages déjà complétés, en même temps qu’il se plaint à Sganzin (le 16 avril 1817) que :

« Il y a 34 jours que j’ai envoyé mon premier travail relatif à l’Artillerie, le Ministre ne m’en a même pas accusé réception. On n’a pas encore parlé de m’indemniser d’un sol. Malgré cette incertitude, je n’en demande pas moins de faire encore un voyage de trois mois en Angleterre pour compléter mon premier travail […] Si par hasard le Ministre vous parlait de mon travail, un mot de vous sur l’utilité de mon retour en Angleterre ferait le plus grand effet sur l’esprit de son Excellence. Je me mets sur les rangs pourla place que laisse vacante à l’Institut la mort du physicien Rochon. Je doute fort queGirard me donne sa voix après avoir prétendu pendant un an qu’il n’était pas encore temps de parler de mes travaux … Vous voyez … que tout ne me sourit pas en ce monde, mais je suis loin de me décourager pour cela » (ENPC, ms 3000).

37Loin, en effet, de se décourager, Dupin continue à frapper à toutes les portes. Il écrit (le 19 mai 1817) à son ami Bajot, Directeur du Bureau des Lois au ministère de la Marine, qu’il pourra lui envoyer un mémoire sur le mesurage trigonométrique des côtes de l’Angleterre : « Quand je serai à Londres, je crois que vous ferez bien de m’adresser deux ou trois exemplaires du numéro où sera cet article […] Vous savez que l’intérêt est le plus grand mobile de la pauvre humanité ».

38Ses efforts et ses ambitions seront comblés. En mai 1817, il s’embarque pour une seconde visite de l’Angleterre. L’année suivante, il sera élu à l’Académie.

Haut de page

Annexe

Abréviations :

ASHM Archives du Service historique de la Marine

ADN Archives départementales de la Nièvre

BN Bibliothèque nationale

ENPC Archives de l’Ecole nationale des ponts et chaussées

Haut de page

Notes

1  Pour en savoir plus, voir M.BRADLEY, et F.PERRIN, F. ‘Charles Dupin’s Study Visits to the British Isles, Technology and Culture 32 (Jan 1991) no. 1, p. 47-68.

2  Pour en savoir plus sur les publications de Dupin, voir I.GRATTAN-GUINNESS, Convolutions in French Mathematics 1800-1840, Verlag, Basel, Birkhauser, 1990.

3  André-Marie-Jean-Jacques Dupin, couramment désigné par l’appellation Dupin aîné, avocat prestigieux, juriste renommé.

4  Ce fut au cours de l’année 1816 que la classe des sciences physiques et mathématiques de l’Institut reprit le nom de l’Académie des sciences.

5  La loi sur les étrangers et l’asile d’aliénés.

6  Cousin des Dupin.

7  Bajot, L.M., écrivain et administrateur de la Marine.

8  Pour en savoir plus sur Prony et sa femme, voir mon Career Biography of Gaspard-Clair-François-Marie Riche de Prony, Lampeter and New York 1998.

9  Le ‘sombre Young’ (Thomas), membre de la Royal Society de Londres. Hervey, pour l’instant, est un mystère mais il s’agit, probablement, de Hervey (Frederick William) 1769-1859, élu FRS en 1805.Young va démontrer en 1817, avec Fresnel, que les ondes des lumières doivent être des vibrations transversales.

10  Sganzin J.M., ingénieur des ponts et chaussées qui a longtemps travaillé avec Prony.

11  K.R. GILBERT, The Portsmouth Blockmaking Machinery, London 1965, p. 1.

12  Ch. DUPIN, Aux moyens de mettre en harmonie la branche la plus importante du pouvoir public avec la forme et l’opération d’un gouvernement représentatif et monarchiste, ENPC ms. 3000.

13  V.LACAINE, et C.LAURENT., (eds), ‘Notice sur le Baron Charles Dupin’, Biographies et Nécrologies des Hommes Marquants du 19e Siècle (Paris 1847), 4 : p. 273-312, 280.

14  Bruce, Hutchinson et le Général Robert Wilson, trois officiers. Ils aidèrent le Comte de Lavalette, impliqué dans les événements des Cent jours, à s’évader la veille de sa prévue exécution. Les trois Anglais furent condamnés à trois mois dans la Conciergerie.

15  Gergonne avait présenté un mémoire sur la géométrie descriptive, le 2 mai 1814, à l’Académie des sciences de Turin, publié dans les comptes rendus de cette Académie en 1816, mais il s’agit probablement ici des Expériences sur la flexibilité, la force et l’élasticité des bois de Dupin.

16  Entre 1804 et 1810, Sir Robert Seppings avait évolué un projet pour réduire la consommation du bois par des changements de la disposition des matériaux dans les navires de la Royal Navy.

17  Duhamel de Monceau (1700-1782), auteur de nombreux ouvrages sur l’architecture navale. Il fut inspecteur générale de la Marine. Comme Charles Dupin, il s’était intéressé également à l’éducation populaire.

18  R. FOX, “From Corfu to Caledonia: The Early Travels of Charles Dupin”, in The Light of Nature, ed. J.D. North et J.J. Roche (Dordrecht 1985), p. 303-320.

19  Rennie, John, grand ingénieur écossais, responsable des ponts Waterloo et London, de canaux et de ports.

20  Son éditeur (maison Vve Courcier).

21  Sané, J-N, architecte naval français très renommé.

22  D. LE MALLIER, Le Roman des Dufaud, La Charité sur Loire, 1971, p. 31.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Margaret Bradley, « Dupin et la Grande Bretagne : la première visite », Bulletin de la Sabix, 42 | 2008, 30-38.

Référence électronique

Margaret Bradley, « Dupin et la Grande Bretagne : la première visite », Bulletin de la Sabix [En ligne], 42 | 2008, mis en ligne le 06 août 2009, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://sabix.revues.org/129

Haut de page

Auteur

Margaret Bradley

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • Revues.org