Navigation – Plan du site
Au service des arts

Chabrol, X 1794, de la politique à la lave de Volvic

Christian Marbach
p. 105-106

Texte intégral

1Même s’il est moins connu que de nombreux autres polytechniciens de la première promotion de l’École, comme Bernard, Biot, Jomard, Malus, Poinsot ou Tupinier, qui le cite souvent dans ses mémoires, Jacques Chabrol n’en demeure pas moins un de ses représentants les plus étonnants, et sans entrer dans les détails, la notice dont il est l’objet dans le fichier de la bibliothèque de l’X rappelle son parcours.

Chabrol Jacques Joseph Gaspard Antoine (X 1794 ; 1773-1843).
Incorporé comme simple soldat (1792), il entre à l’École polytechnique, dont il sort major de sa promotion. Ingénieur des Ponts et chaussées, il fait partie de la commission scientifique qui suivit l’expédition d’Égypte. Commissaire impérial auprès du Pape en 1810, il surveille étroitement Pie VII. Il est préfet de la Seine en 1812 et, sous la Restauration, devient conseiller d’État. Quatre ans plus tard, il est élu député de la Seine, puis est nommé sous-secrétaire d’État à l’Intérieur (1817- 9), cependant qu’il est élu membre libre de l’Académie des beaux-arts (1817). Il termine sa carrière, en déployant beaucoup d’énergie comme député du Puy-de-Dôme (1824- 43) et meurt en cours de session parlementaire en 1843. Il avait épousé Dorothée Lebrun, la fille du duc de Plaisance.

2Même si l’objet de cet article est davantage de parler de la contribution de Chabrol à l’histoire des arts que de développer la biographie complète de Chabrol, il faut revenir sur certains aspects de sa personnalité.

3Son intelligence exceptionnelle, qui lui permet de sortir major de la promotion, et même si la fabrication du classement était à cette époque moins affûtée que deux cents ans plus tard, cette remarque a malgré tout du sens.

4Sa participation active à l’expédition d’Égypte, aventure fondatrice de Polytechnique et des réseaux polytechniciens : Chabrol participa sur place aux travaux d’étude de la préfiguration du canal de Suez et y consolida des amitiés de longue durée avec, par exemple, son camarade de promotion Jomard ; leur vie professionnelle est traversée de services rendus par l’un à l’autre ou de projets menés en commun.

5Sa carrière politique : Napoléon qui l’avait apprécié en Égypte fit de Chabrol un préfet, d’abord en Italie où il eut à surveiller Pie VII installé à Savone et surtout à Paris. Louis XVIII le conserva dans ce poste (il aurait dit aux ultras qui voulaient l’éloigner : Chabrol a épousé la ville de Paris, et je suis opposé au divorce). Chabrol, clairvoyant plus que sentimental, refusa durant les Cent Jours de rejoindre l’Empereur et fut caché par Jomard. Il poursuivit ensuite durant la Restauration sa carrière administrative et politique, toujours préfet de Paris et successivement conseiller d’État, député de la Seine, sous-secrétaire d’État à l’Intérieur.

6Sa volonté d’aménageur : bien longtemps avant d’autres grands X-Ponts comme Alphand ou Belgrand qui, pendant le Second Empire, redessinèrent Paris sous l’autorité d’un autre préfet, Haussmann, Chabrol développa avec méthode des recherches statistiques sur sa ville, et y fit créer des lotissements, creuser divers canaux, construire des bâtiments publics, et paver de nombreuses rues parisiennes.

7Son attention aux problèmes d’éducation : Chabrol ouvrit de nombreuses écoles primaires. Il fut, avec Jomard, Francoeur (X 1794) et bien d’autres polytechniciens, très impliqué dans l’aventure du développement de « l’enseignement mutuel » (puis dans l’Association polytechnique). Et puisque ce bulletin est consacré aux arts et au dessin, il n’est pas inutile de souligner à propos de cet enseignement mutuel, qu’il n’oublia pas d’inscrire à son programme l’enseignement du « dessin linéaire », matière sur la quelle l’étonnant Francoeur théorisa avec attention. Il écrivit en 1819 un manuel « Le dessin linéaire d’après la méthode de l’enseignement mutuel » qui contribua puissamment à vulgariser en France la pratique du dessin scolaire et pourrait nous conduire à placer Francoeur dans les X professeurs de dessin ou en tout cas parmi ceux qui se sont mis au service des arts.

8Revenons à Chabrol, pour parler aussi de son attachement à son Auvergne natale : né à Riom, Chabrol qui obtint de devenir le comte de Chabrol de Volvic fut élu député du Puy de Dôme…et c’est avec cette région que nous retrouvons son goûts pour les arts. Déjà, il avait fait utiliser la pierre de Volvic pour ses travaux parisiens, mais il jugea que ce matériau noble (comme lui) méritait davantage que de servir de pavement aux trottoirs dont il développa l’installation à Paris. Il créa donc l’école d’architecture et de sculpture de Volvic (encore en activité) et consacra beaucoup d’énergie à mettre au point les techniques de peinture sur lave au point de pouvoir être qualifié d’inventeur de la peinture émaillée sur lave. Utilisant d’abord sa position de décideur, mais jusqu’à la fin de sa vie attentif à cette aventure artistique, devenu d’ailleurs membre libre de l’Académie des Beaux Arts il put encourager des essais et procurer des commandes de tableaux en lave émaillée à des artistes. Après de premiers travaux réalisés par les peintres Luton ou Legros-d’Anizy, qui réalisa par exemple les premières plaques de rue pour le préfet Chabrol, c’est surtout avec Mortelèque, puis Pujol, Balze ou Jollivet que le procédé put être utilisé pour des œuvres plus artistiques, dans le goût du temps. On peut encore en trouver aujourd’hui, notamment pour le maître-autel de l’église Sainte-Elisabeth, le portail de Saint-Laurent ou la décoration parisienne de l’église Saint-Vincent de Paule : on vient récemment d’y réinstaller des œuvres de Pierre Jules Jolivet réalisées avec ce matériau et j’encourage les curieux à consulter l’excellent site de Paris myope pour en apprécier le style et préparer leur promenade parisienne.

9Les innombrables objets et meubles en lave émaillée que l’on peut admirer ou acquérir sont en quelque sorte les successeurs de ces prototypes.

Deux exemples de l’utilisation de la lave émaillée : plaque de rue à Paris

Deux exemples de l’utilisation de la lave émaillée : plaque de rue à Paris

Décoration de l’église Saint-Vincent de Paul à Paris

Décoration de l’église Saint-Vincent de Paul à Paris
Haut de page

Table des illustrations

Titre Deux exemples de l’utilisation de la lave émaillée : plaque de rue à Paris
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1183/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
Titre Décoration de l’église Saint-Vincent de Paul à Paris
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1183/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 58k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Marbach, « Chabrol, X 1794, de la politique à la lave de Volvic », Bulletin de la Sabix, 52 | 2013, 105-106.

Référence électronique

Christian Marbach, « Chabrol, X 1794, de la politique à la lave de Volvic », Bulletin de la Sabix [En ligne], 52 | 2013, mis en ligne le 13 novembre 2014, consulté le 18 octobre 2017. URL : http://sabix.revues.org/1183

Haut de page

Auteur

Christian Marbach

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • Revues.org