Navigation – Plan du site
Peintres polytechniciens du XIXe siècle‎

Rovel, X 1868, le déodatien

Christian Marbach
p. 99-102

Texte intégral

1Pour beaucoup de polytechniciens, le nom d’Henry Rovel (X 1868) ne provoquera aucune réaction. Sauf pour certains Déodatiens, qui savent qu’il existe une rue Rovel, et trouveront dans les documents informatifs de leur mairie le nom de ce natif de Saint-Dié-des-Vosges … aux côté de Jules Ferry qui lui est presque contemporain. Il était donc logique que, pour en savoir un peu plus sur ce camarade, j’entre en contact avec le musée Pierre-Noël (musée de la vie dans les Hautes-Vosges) de cette ville ; c’est à lui que je dois les éléments suivants extraits de la documentation qu’il m’a aimablement envoyée.

Le musée de Saint-Dié-des-Vosges porte aujourd’hui le nom de Pierre Noël, qui fut le maire et conseiller général de la cité (1965-1977). Il rassemble diverses collections, relatives aux beaux-arts comme aux traditions populaires ou à la vie dans les Hautes-Vosges, ou encore à Jules Ferry.

2Henry Rovel (dont le prénom est souvent orthographié Henri, mais le registre de l’École l’écrit avec un y) est donc né à Saint-Dié le 8 juillet 1849, et son père est marchand de papier peint. Baignant ainsi dans un univers de couleurs, Rovel se verrait bien destiné à une carrière artistique, mais, manque de chance !, il est assez fort en mathématiques pour se retrouver à Polytechnique après un passage par une classe préparatoire à Nancy. Après l’X, il choisit l’artillerie et part à Metz pour suivre les cours de l’école d’application. Mais nous sommes en 70, en 71 : Rovel est pris dans le blocus de Metz, il a le courage de s’en échapper, refusant pour sa part de se laisser endormir par un Bazaine si peu décidé à combattre qu’il fut condamné à mort pour trahison deux ou trois années plus tard. Rovel s’échappe donc de Metz, et va continuer la guerre dans l’armée de la Loire où il se retrouve commandant de sa batterie. Il a su répondre présent et résister, et l’armée pourrait donc représenter pour lui une voie d’avenir. Il aurait aussi poursuivre des travaux dans des domaines scientifiques : il était passionné par la météorologie et continuera à l’être toute sa vie au point d’en approfondir certains aspects. Mais il préfère finalement revenir à ses rêves de carrière artistique. Aussi, en 1874, il démissionne de l’armée, et décide de s’inscrire à des cours de peinture chez Cormon dont l’atelier est au demeurant très fréquenté : il verra passer Soutine, Matisse, Toulouse-Lautrec ou Van Gogh !

  • 1 À l’occasion du Festival International de Géographie, dont le pays invité fut en 2012 la Turquie, l (...)

3Chez Cormon, Rovel apprend ou améliore des techniques. Mais il ne trouve pas dans l’atelier de son maître des raisons de se révolter contre son académisme. Il peint ce qu’on attend alors d’un peintre de talent, des nus, des paysages, des portraits. Il se veut réaliste, « ressemblant », pragmatique et presque « commercial » : il sait ce que le marché attend. Comme il aime voyager, il rapportera plus tard de ses déplacements des vues plus ou moins exotiques, plus ou moins habitées de personnages typiques. Séville, Zurich, Vence, la Virginie lui offrent des sujets pittoresques, mais c’est surtout l’Afrique du Nord qui lui donnera l’occasion de produire de nombreuses œuvres orientalistes : il s’inscrira là encore dans une tradition très courante pour l’époque, et ses vues de Tunis ou d’Algérie seront assez spectaculaires pour que l’État les achète, et pour que l’on en tire des affiches touristiques au tirage impressionnant1.

Henri Rovel, Village fortifié en Tunisie, 27 x 43 cm

Henri Rovel, Village fortifié en Tunisie, 27 x 43 cm

Musée Pierre-Noël, Saint-Dié-des-Vosges

D’après Henri Rovel (1862-1926), Chemins de fer de Bône, Gelma et prolongement.

D’après Henri Rovel (1862-1926), Chemins de fer de Bône, Gelma et prolongement.

Affiche en couleurs, lithographiée par la Société Lyonnaise de photochromographie. 110 x 80 cm. Vue de Tunis, Kairouan, El Djem, Tebessa, Bizerte.

4Rovel cultive sa modeste réputation par une présence suivie dans des Salons, à Paris mais aussi et surtout en Lorraine : Nancy, Saint-Dié, Epinal, Remiremont. Sans doute entretient-il ainsi ses contacts avec une clientèle locale qui aime retrouver sur ses murs, bien traitées, les images familières aux promenades dominicales. Car il ne faut pas, dans la description de ce parcours de voyageur, oublier une constante des travaux de Rovel, qu’il s’agisse de grands ou de petits formats : les paysages des Vosges. Parmi les nombreux tableaux dont le musée Pierre-Noël m’a envoyé caractéristiques et reproductions, j’ai reçu de nombreux sous-bois, des églises avec à l’horizon la ligne bleue des Vosges, des chalets (dont le chalet de Jules Ferry à Foucharupt),…

Henri Rovel, Calvaire vosgien, 24 x 33 cm

Henri Rovel, Calvaire vosgien, 24 x 33 cm

Musée Pierre-Noël, Saint-Dié-des-Vosges

5En avril 2012, une maison d’enchères de Saint-Dié proposait à la vente un grand tableau qui était une des versions d’un sujet régionaliste dont Rovel et ses clients raffolaient : des schlitteurs descendant les pentes dans les forêts vosgiennes. Le tableau, assez abîmé, fut vendu à bas prix : l’École ou l’AX ont-t-elles raté une occasion de rendre hommage à un ancien ?

Henri Rovel, Schlitteurs dans les Vosges,diverses versions dont une dans le Musée Pierre-Noël, Saint-Dié-des-Vosges

Henri Rovel, Schlitteurs dans les Vosges,diverses versions dont une dans le Musée Pierre-Noël, Saint-Dié-des-Vosges

6Mais on trouve aussi des œuvres de Rovel en région parisienne et en tout cas une, à Palaiseau : notre École possède de ce peintre, qui la lui a donnée, une petite peinture à l’huile (25 x 42) représentant la chute de Ferber. Le titre exact en est Le dernier vol du capitaine Ferber au champ d’aviation de Vimereux le 22 septembre 1909. Il est présenté ci-joint, et il me plaît que la représentation par un X de la fin tragique d’un autre X, pionnier de l’aviation, associe ainsi dans notre École deux vocations polytechniciennes aussi dissemblables.

Henri Rovel,Le Dernier vol du capitaine Ferber, 25 x 42 cm,

Henri Rovel,Le Dernier vol du capitaine Ferber, 25 x 42 cm,

Collection École polytechnique

7À propos de Ferber, Louis Ferdinand (X 1882 ; 1862-1909), voici la notice de l’École. Capitaine, il enseigne à l’École d’application de Fontainebleau. Sa passion pour l’aviation naît à la lecture d’un article sur les expériences d’Otto Lilienthal, et le fait défendre ce mode de transport. Après quelques vols planés, il motorise ses aéroplanes, ce qui lui permet d’effectuer quelques bonds. Il comprend le problème du pilotage, dès lors que l’on veut faire voler un « plus lourd que l’air » motorisé. Il prend part à de nombreux meetings sous le pseudonyme de « de Rue ». Le 27 mai 1905, il réussit avec son appareil, le premier véritable « vol stable en Europe », et en 1909 à Reims, il réussit à parcourir 30 kilomètres. Il se tue au cours d’une démonstration à Boulogne-sur-Mer.

Haut de page

Notes

1 À l’occasion du Festival International de Géographie, dont le pays invité fut en 2012 la Turquie, le Musée Pierre-Noël a proposé une exposition estivale ayant trait à la Turquie et l’Orientalisme : « Les Orientalistes … en passant par la Turquie » Des vues du Bosphore, des odalisques, des scènes de harem. Le musée présentait dans ce cadre plusieurs pièces d’artistes locaux tels Théodore Deck, Emile Gallé, Victor Prouvé, Emile Gerlach…, ou encore Henri Rovel.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Henri Rovel, Village fortifié en Tunisie, 27 x 43 cm
Crédits Musée Pierre-Noël, Saint-Dié-des-Vosges
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1181/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 280k
Titre D’après Henri Rovel (1862-1926), Chemins de fer de Bône, Gelma et prolongement.
Légende Affiche en couleurs, lithographiée par la Société Lyonnaise de photochromographie. 110 x 80 cm. Vue de Tunis, Kairouan, El Djem, Tebessa, Bizerte.
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1181/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Titre Henri Rovel, Calvaire vosgien, 24 x 33 cm
Crédits Musée Pierre-Noël, Saint-Dié-des-Vosges
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1181/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Henri Rovel, Schlitteurs dans les Vosges,diverses versions dont une dans le Musée Pierre-Noël, Saint-Dié-des-Vosges
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1181/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 60k
Titre Henri Rovel,Le Dernier vol du capitaine Ferber, 25 x 42 cm,
Crédits Collection École polytechnique
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1181/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 625k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Marbach, « Rovel, X 1868, le déodatien », Bulletin de la Sabix [En ligne], 52 | 2013, mis en ligne le 13 novembre 2014, consulté le 29 avril 2017. URL : http://sabix.revues.org/1181

Haut de page

Auteur

Christian Marbach

X 1956, ingénieur général des mines honoraire, est président d’honneur de la Sabix. Il a contribué à la préparation et à l’écriture de nombreux bulletins de notre association.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© SABIX

Haut de page