Navigation – Plan du site

La photographie à l’épreuve du concept de curriculum technique

Régis Couillard
p. 47-54

Texte intégral

  • 1  François Russo, Introduction à l’Histoire des Techniques, éditions Blanchard, Paris, 1986, p. 163.

1Le concept de curriculum technique est développé par François Russo au sein du premier chapitre de la deuxième partie de son Introduction à l’Histoire des Techniques. Dans ce chapitre, il y précise en effet quelle est selon lui la distinction entre une invention et une création technique et détermine pourquoi écrire l’histoire des techniques n’est pas écrire une histoire des inventions1. L’invention est une des étapes de ce que François Russo appelle la création technique. C’est à ce titre que la notion de curriculum technique, aussi appelé curriculum d’une création technique, apparaît pour lui opératoire, parce qu’elle permet de replacer l’invention dans un contexte plus large, où celle-ci est tributaire d’antécédents qui l’autorisent et de développements ultérieurs qui la socialisent. L’invention, le moment fort de la création technique, est à la fois le point de rencontre de savoirs accumulés et le point de départ à une insertion sociale réussie de la technique. Selon l’invention, les perfectionnements successifs peuvent également être des développements ultérieurs qui déterminent le statut d’une création technique. Le concept de curriculum technique, composé de trois étapes qui se succèdent chronologiquement, est donc un outil d’identification et d’analyse d’une création technique.

  • 2  François Russo, « Science et Technique », in : Bertrand Gille, Histoire des techniques, Gallimard, (...)

2Si François Russo reconnaît lui-même que cette construction demeure sommaire, elle n’en est pas moins juste selon lui pour appréhender l’histoire d’une technique. Parmi les nombreux exemples qu’il cite dans la seconde partie de son Introduction à l’Histoire des Techniques, la photographie est l’une des créations techniques convoquées par François Russo pour étayer sa démonstration. Déjà, dans la partie « Science et Technique » de l’Histoire des Techniques de Bertrand Gille, il faisait de la photographie l’exemple d’un point de contact fructueux entre la science et la technique au XIXe siècle2. Il s’intéressait notamment à la disponibilité des connaissances scientifiques et techniques requises pour permettre l’apparition de la photographie. S’il précise que les dispositifs optiques sont prêts dès le XVIIIe siècle, il montre que les avancées de la chimie ne permettent pas la fixation de l’image avant le début du XIXe siècle. La photographie est donc un cas intéressant pour François Russo afin d’illustrer le lien qui unit la science et la technique. C’est ainsi sans surprise qu’elle se retrouve fréquemment convoquée pour valider ses concepts dans son Introduction à l’Histoire des Techniques.

3La présente étude se propose donc d’appliquer le concept de curriculum technique à la photographie grâce aux nombreux éléments qu’il dissémine dans le deuxième chapitre. Nous tenterons par la suite de mettre en lumière les failles et les limites de ce concept.

Nicéphore Niépce (1765 – 1833)

Nicéphore Niépce (1765 – 1833)

– DR

Louis Daguerre (1787 – 1851)

Louis Daguerre (1787 – 1851)

– Photo : Jean-Baptiste Sabatier-Blot, Wikimédia Commons

Hyppolite Bayard (1801-1887), Autoportrait en noyé

Hyppolite Bayard (1801-1887), Autoportrait en noyé

Positif direct sur papier, 1840, 18,6 x 18,2 cm

Collection de la société française de photographie © SFP

4Mis au point en 1839 et ancêtre du polaroid, le procédé d’Hyppolite Bayard est une des nombreuses propositions oubliées par François Russo pour valider son curriculum technique de la photographie autour de Daguerre. Bayard, qui n’a obtenu aucune reconnaissance de la part de l’Académie des sciences, met en scène toute son amertume et sa déception dans cet Autoportrait en noyé.

Louis Daguerre, Historique et description des procédés du daguerréotype et du diorama

Louis Daguerre, Historique et description des procédés du daguerréotype et du diorama

Paris, éditions Susse Frères, Paris, 1839

5Encouragé par Arago, Daguerre commence dès 1839 à publier des ouvrages sur son procédé. Afin d’assoir au mieux la prévalence de ses travaux, il choisit de les mettre dans une perspective historique. C’est non sans prétention et patriotisme que l’illustration de la page de garde par le Panthéon n’omet pas de rappeler qu’il s’agit là d’une invention de la nation française.

Anonyme, Portrait de Madame L.P Boyer

Anonyme, Portrait de Madame L.P Boyer

Daguerréotype (tirage unique sur cuivre), 1845. 9 x 7 cm

Bibliothèque nationale de France, Eg4-514

6Le développement des studios est pour François Russo, avec la reconnaissance de l’Académie des sciences, l’une des preuves de l’excellente socialisation de la technique photographique. Sur ce daguerréotype de 1845, la posture et le regard de Mme Boyer trahissent pourtant le long temps de pose nécessaire à la prise de vue qui finira par avoir raison du procédé dans le courant des années 1850.

  • 3  François Russo, « Science et Technique », in : Bertrand Gille, Histoire des techniques, Gallimard, (...)
  • 4  François Russo, Introduction à l’Histoire des Techniques, éditions Blanchard, Paris, 1986, p. 185.
  • 5  François Russo en fait une liste à la page 185.

7Parmi les stades dits antérieurs, François Russo distingue d’abord les trois grands prérequis nécessaires à l’invention de la photographie. Les connaissances en chimie, le dispositif de la chambre noire et les travaux de Nicéphore Niépce (1765 – 1833), d’où proviendrait la « première photographie véritable3 », sont aux origines de l’instant créateur. L’invention, au cœur du concept de curriculum technique, serait l’œuvre d’un seul homme : Louis Daguerre (1787 – 1851), « Après la réalisation par Daguerre de la plaque photographique – image fixe 1838 – lequel, de ce fait, doit être considéré comme l’inventeur de la photographie »4. Toute l’articulation du concept de curriculum technique appliquée à l’exemple de la photographie tourne donc autour de cette figure fondatrice. Enfin, le troisième et dernier stade du curriculum technique de la photographie selon François Russo vient regrouper tout un ensemble de perfectionnements techniques5, mais également la socialisation du procédé de Daguerre, comprenant la reconnaissance du procédé de Daguerre par l’Académie des Sciences, l’achat du brevet de la Daguerréotypie par le gouvernement français en août 1839 ou encore la commercialisation des photographies issues de ce procédé.

  • 6  Stephen C. Pinson, « Revers de fortune », in : Catalogue de l’exposition Le Daguerréotype français (...)
  • 7  André Gunthert, « La boite noire de Daguerre », in : Catalogue de l’exposition Le Daguerréotype fr (...)

8Si le curriculum de la technique photographique d’après Russo semble fonctionner, il n’en est rien en réalité. Pour le comprendre, il faut déconstruire la mécanique de l’auteur. Si François Russo opère une cristallisation autour de la figure de Louis Daguerre, c’est à la fois parce qu’il réalise le point de jonction entre la somme des savoirs accumulés et parce que les résultats de ses travaux ont bénéficié d’une indéniable socialisation. Vivement encouragé par François Arago (1786 – 1853), Daguerre a eu en effet le soutien sans faille de l’Académie des sciences6. Arago, fervent défenseur du Daguerréotype, va avoir un rôle déterminant pour la socialisation de la photographie, puisqu’en août 1839 il pousse le gouvernement français, après l’achat du brevet, à offrir la photographie comme cadeau de la France au reste du monde7. Arago va aussi amener Daguerre à écrire des opuscules sur l’histoire de la naissance de la photographie. Dans ces premiers textes sur la photographie, Daguerre minimise largement les apports de Niépce et se montre lui-même comme le seul et unique inventeur de la photographie.

François Arago (1786 – 1853)

François Arago (1786 – 1853)

– Collections École polytechnique

  • 8  Voir par exemple Histoire de la photographie de Raymond Lécuyer (1945) ou encore Histoire de la ph (...)
  • 9  Quentin Bajac, L’image révélée, l’invention de la photographie, Gallimard, Paris, 2001, p. 16.

9S’inscrivant parfaitement dans cette lignée, dans son Introduction à l’Histoire des Techniques, François Russo ne mentionne jamais la figure de Niépce. Il apparaît pourtant difficile de passer sous silence les travaux de ce dernier tant celui-ci a œuvré pour cette invention. François Russo ne peut ignorer en 1986, lorsqu’il publie son Introduction à l’Histoire des Techniques, que l’historiographie de la photographie est revenue sur les questions de paternité d’un éventuel procédé initial8. Niépce n’est pas le premier à avoir l’idée d’une possible impression chimique de la lumière, mais il est vraisemblablement le premier qui soit parvenu à un résultat pérenne9.

  • 10  François Russo, « Science et Technique », in : Bertrand Gille, Histoire des techniques, éditions G (...)

10Avant de prendre Daguerre, un décorateur de théâtre intéressé par ses recherches, comme associé en 182910, Niépce travaille seul durant une dizaine d’années durant lesquels il parvient à capturer des images satisfaisantes. L’association entre les deux hommes est courte : Niépce meurt en 1833 et Daguerre continue ses travaux. Il parvient à réduire le temps de pose et met ainsi au point ce qu’il nommera le Daguerréotype en 1838. Si plusieurs heures étaient nécessaires au procédé de Niépce pour capturer une image, quelques minutes suffisent désormais avec le Daguerréotype. Et pour François Russo, toute l’invention de la photographie réside dans cette différence fondamentale entre les deux procédés. S’il ne cite jamais Niépce dans son Introduction à l’Histoire des Techniques, il précise bien que c’est la plaque sensible réalisée par Daguerre qui est l’invention. C’est le temps de pose nécessaire pour fixer l’image qui a autorisé la socialisation – condition sine qua non pour définir une création technique – du procédé de Daguerre et qui a relégué la première photographie de Niépce au statut de prérequis aux travaux de Daguerre. Si le procédé de Niépce a produit la première photographie, l’absence de socialisation dudit procédé lui empêche l’attribution du statut d’invention. Par conséquent, cela ne peut pas être le centre d’une création technique selon les critères établis par Russo.

  • 11  Quentin Bajac, L’image révélée, l’invention de la photographie, Gallimard, Paris, 2001, p. 20.

11Mais le curriculum technique de la photographie s’effrite lorsqu’on se dégage des œillères et des raccourcis historiques que François Russo s’autorise. En 1839, Louis Daguerre n’est pas le seul homme en Europe à réclamer la paternité de la photographie11. Très vite, l’enjeu de la photographie n’est plus scientifique, mais patriotique. Parmi les concurrents les plus sérieux de Daguerre, il y a ainsi l’anglais William Fox Talbot (1800 – 1877). Jamais François Russo ne mentionne ce nom dans ses textes. Or, cet homme a mis au point en même temps que Daguerre un procédé photographique différent, tout aussi efficace et qui a eu une réelle socialisation par la suite : le Calotype. Si on dresse le curriculum technique de la photographie en prenant pour pivot le Calotype, les résultats démontrent à quel point le concept de Russo est fragile. Le procédé de William Fox Talbot s’appuie sur les mêmes antécédents que le Daguerréotype, à savoir les connaissances acquises en chimie, nécessaires à la fixation d’une image, et le dispositif de la chambre optique. La différence majeure entre le Calotype et le Daguerréotype réside en fait davantage dans les acteurs de leur socialisation respective.

  • 12  Quentin Bajac, L’image révélée, l’invention de la photographie, Gallimard, Paris, 2001, p. 39.

12Dans un climat où le prestige national contamine la détermination de la paternité de la photographie, l’Académie des sciences à Paris proclame le Daguerréotype bien meilleur que le procédé anglais alors que la Royal Society de Londres juge le Calotype d’une bien meilleure qualité que le procédé français. Le procédé de William Fox Talbot a également reçu le soutien de l’Académie des Beaux-arts de Paris en 1839 et bénéficié, comme le Daguerréotype, d’une commercialisation12.

William Fox Talbot (1800 – 1877)

William Fox Talbot (1800 – 1877)

– Photo : John Moffat, 1864

13Au sein de cette comparaison, d’un point de vue technique, le Calotype de William Fox Talbot possède un atout de taille : il s’agit du premier système négatif/positifde l’histoire de la photographie, permettant la reproductibilité d’une image photographique sur papier. Ce principe est à l’origine de la pratique contemporaine de la photographie argentique. À l’inverse, le Daguerréotype ne produit qu’une seule image, unique, en positif sur une plaque de cuivre. Ainsi, c’est bel et bien le procédé de William Fox Talbot qui a eu le plus d’influence sur la pratique actuelle de photographie argentique. Ce point est totalement passé sous silence par François Russo dans son Introduction à l’histoire des techniques. Les perfectionnements techniques sont pourtant des développements ultérieurs tout aussi importants que la socialisation. Le procédé de William Fox Talbot a eu un impact fort par la suite dans la façon de penser l’image photographique en tant qu’objet reproductible et non comme une image unique. Mais François Russo, au détour d’une phrase, balaye d’un revers de main, sans explication aucune, toutes les possibles objections qui pourraient lui être faites :

  • 13  François Russo, Introduction à l’Histoire des Techniques, éditions Blanchard, Paris, 1986, p. 176.

« Et, il est même des cas de créations techniques où, devant plusieurs réalisations « fonctionnant correctement », on n’aura pas d’hésitation pour décider celle qui mérite la qualification d’invention. C’est ainsi que Daguerre (1838) est digne du titre d’inventeur de la photographie, parce qu’il a, le premier, obtenu une image fixe sur une plaque13 ».

14En affirmant de façon péremptoire que Louis Daguerre est le seul et unique inventeur de la photographie, alors que cela semble parfaitement discutable, François Russo semble avoir conscience de l’aporie conceptuelle dans laquelle il place son lecteur avec son curriculum de la création technique.

15Le concept de curriculum technique ne semble pas opératoire pour comprendre avec finesse et exactitude l’émergence d’une technique depuis ses origines jusqu’à son insertion dans la société. Il pousse à tomber dans un écueil redoutable : celui de la cristallisation autour d’un moment fort – l’invention – ou d’une figure clef – l’inventeur – pour définir les contours d’une création technique. Cette schématisation, qui peut apparaître séduisante de prime abord tant elle facilite l’approche contextuelle d’une invention, est aussi artificielle que dangereuse. Le concept force l’historien à nier la possibilité qu’une technique ait des origines plurielles, parfois même sans lien les unes avec les autres. Pour l’exemple de la photographie, c’est le cas. Il existe autant d’inventeurs de la photographie que d’initiatives isolées menées dans les années 1830 aux quatre coins de l’Europe.

Honoré Daumier, Planche n° 49 de la série Les Bons Bourgeois

Honoré Daumier, Planche n° 49 de la série Les Bons Bourgeois

Lithographie parue dans Le Charivari, le 24 juillet 1847, 24,7 x 21,7 cm

BNF département des Estampes et de la photographie

 Honoré Daumier, Planche n° 28 de la série Les Bons Bourgeois

 Honoré Daumier, Planche n° 28 de la série Les Bons Bourgeois

Lithographie parue dans Le Charivari du 24 juillet 1847, 24,7 x 21,7 cm

BNF département des Estampes et de la photographie

16Dans ses caricatures, Honoré Daumier se moque autant de l’enthousiasme de la bourgeoisie pour le daguerréotype que du procédé lui-même. Le bon bourgeois s’oblige à des poses rigides et inesthétiques pour s’offrir un ersatz de portrait à la hauteur de sa vanité.

Haut de page

Notes

1  François Russo, Introduction à l’Histoire des Techniques, éditions Blanchard, Paris, 1986, p. 163.

2  François Russo, « Science et Technique », in : Bertrand Gille, Histoire des techniques, Gallimard, La Pléiade, Paris, 1978, p. 1131.

3  François Russo, « Science et Technique », in : Bertrand Gille, Histoire des techniques, Gallimard, La Pléiade, Paris, 1978, p. 1143

4  François Russo, Introduction à l’Histoire des Techniques, éditions Blanchard, Paris, 1986, p. 185.

5  François Russo en fait une liste à la page 185.

6  Stephen C. Pinson, « Revers de fortune », in : Catalogue de l’exposition Le Daguerréotype français, un objet photographique, musée d’Orsay, Réunion des Musées Nationaux, Paris, 2003, p. 22.

7  André Gunthert, « La boite noire de Daguerre », in : Catalogue de l’exposition Le Daguerréotype français, un objet photographique, musée d’Orsay, Réunion des Musées Nationaux, Paris, 2003, p. 39.

8  Voir par exemple Histoire de la photographie de Raymond Lécuyer (1945) ou encore Histoire de la photographie, de 1839 à nos jours, de Beaumont Newhall (1937).

9  Quentin Bajac, L’image révélée, l’invention de la photographie, Gallimard, Paris, 2001, p. 16.

10  François Russo, « Science et Technique », in : Bertrand Gille, Histoire des techniques, éditions Gallimard, La Pléiade, Paris, 1978, p. 1143.

11  Quentin Bajac, L’image révélée, l’invention de la photographie, Gallimard, Paris, 2001, p. 20.

12  Quentin Bajac, L’image révélée, l’invention de la photographie, Gallimard, Paris, 2001, p. 39.

13  François Russo, Introduction à l’Histoire des Techniques, éditions Blanchard, Paris, 1986, p. 176.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Nicéphore Niépce (1765 – 1833)
Légende – DR
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1075/img-1.png
Fichier image/png, 359k
Titre Louis Daguerre (1787 – 1851)
Crédits – Photo : Jean-Baptiste Sabatier-Blot, Wikimédia Commons
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1075/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Hyppolite Bayard (1801-1887), Autoportrait en noyé
Légende Positif direct sur papier, 1840, 18,6 x 18,2 cm
Crédits Collection de la société française de photographie © SFP
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1075/img-3.png
Fichier image/png, 77k
Titre Louis Daguerre, Historique et description des procédés du daguerréotype et du diorama
Crédits Paris, éditions Susse Frères, Paris, 1839
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1075/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Anonyme, Portrait de Madame L.P Boyer
Légende Daguerréotype (tirage unique sur cuivre), 1845. 9 x 7 cm
Crédits Bibliothèque nationale de France, Eg4-514
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1075/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre François Arago (1786 – 1853)
Crédits – Collections École polytechnique
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1075/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre William Fox Talbot (1800 – 1877)
Crédits – Photo : John Moffat, 1864
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1075/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 140k
Titre Honoré Daumier, Planche n° 49 de la série Les Bons Bourgeois
Légende Lithographie parue dans Le Charivari, le 24 juillet 1847, 24,7 x 21,7 cm
Crédits BNF département des Estampes et de la photographie
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1075/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre  Honoré Daumier, Planche n° 28 de la série Les Bons Bourgeois
Légende Lithographie parue dans Le Charivari du 24 juillet 1847, 24,7 x 21,7 cm
Crédits BNF département des Estampes et de la photographie
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1075/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Régis Couillard, « La photographie à l’épreuve du concept de curriculum technique », Bulletin de la Sabix, 53 | 2013, 47-54.

Référence électronique

Régis Couillard, « La photographie à l’épreuve du concept de curriculum technique », Bulletin de la Sabix [En ligne], 53 | 2013, mis en ligne le 01 octobre 2014, consulté le 29 juin 2017. URL : http://sabix.revues.org/1075

Haut de page

Auteur

Régis Couillard

Étudiant en master d’histoire des techniques de l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne (CH2ST/EA 127) en mai 2012.
Organisateur de la masterclass « François Russo et l’histoire des techniques ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • Revues.org