Navigation – Plan du site

Le binôme Gay-Lussac et Thenard : une longue amitié

Gérard Emptoz
p. 31-44

Texte intégral

Résumé

1Les relations de ces deux savants au sein des différentes institutions dans lesquelles ils ont été actifs, aussi bien en recherche et en enseignement de la chimie qu’en expertise technique, ont marqué leurs carrières. Nés à l’École polytechnique et poursuivis tout au long de leur carrière, les liens qu’ils ont pu créer indiquent que la chimie a été très souvent au centre de leurs préoccupations. La complémentarité de leurs méthodes scientifiques, techniques ou politiques a été aussi assortie d’une longue et fidèle amitié avec des relations entre leurs deux familles.

La dédicace suivante :

À mon ami Gay-Lussac, membre de l’Académie royale des sciences de l’Institut de France, professeur de chimie à l’École royale polytechnique, professeur de physique à la Faculté des sciences de l’Académie de Paris, etc, etc,etc.

a figuré dans la première édition du célèbre Traité élémentaire de chimie théorique et pratique que Louis-Jacques Thenard a publié à partir de 1813, et dans les cinq autres qui ont paru jusqu’en 1836. Elle est l’un des témoignages qui seront versés ici pour évoquer le binôme Gay-Lussac–Thenard. Il s’agit bien d’un binôme sur le plan scientifique, puisque l’histoire de la chimie a réuni leurs deux noms à propos d’une page très connue, celle des recherches réalisées et publiées en commun par les deux savants entre 1806 et 1811. Ces travaux ont marqué la chimie de leur époque et leur ont valu la reconnaissance de la communauté française et internationale.

  • 1  À ce sujet, voir les contributions réunies dans les actes du colloque Gay-Lussac, 11-13 décembre 1 (...)

2Cependant il existe sur ce binôme d’autres témoignages qui vont au-delà des relations qu’ils ont nouées avec leurs recherches en chimie1. En effet, lorsqu’on regarde de plus près le parcours des deux personnages, on ne peut que remarquer le parallélisme de leurs carrières respectives. Il existe en effet de très nombreuses similitudes à propos de leur appartenance à des institutions d’enseignement supérieur, à des instances ministérielles et à des organismes savants. Il s’en trouve aussi dans des instances politiques majeures du pays, comme dans leurs relations avec le monde technique et les industries. Comme on le verra plus loin, il existe durant la vie de Gay-Lussac et de Thenard beaucoup de moments partagés dans les mêmes lieux. Leurs vies se sont croisées en de multiples occasions (voir Tableau). On pourra alors se poser la question de leurs relations personnelles, et chercher à déterminer les liens d’amitié qui pouvaient les réunir. Comme nous le soulignerons ici, le binôme composé de deux hommes ayant pratiquement le même âge a été fondé sur une réelle amitié et des relations personnelles établies entre leurs familles respectives.

La naissance d’une amitié à l’École polytechnique.

3À partir des sources disponibles, l’École polytechnique apparaît comme le premier lieu où les deux hommes ont commencé à se connaître, puis à travailler ensemble, et à se lier d’amitié.

4Leur rencontre en chimie s’est faite autour de la nouvelle chimie. Les anciens collègues de Lavoisier voulaient installer cette discipline dans les nouvelles institutions scientifiques françaises afin d’en assurer la diffusion.

5C’est pour cette raison que Thenard, jeune préparateur de chimie nommé en décembre 1798 à l’École polytechnique, y a probablement croisé très tôt l’élève Gay-Lussac en fin d’études. Toutefois ce dernier était sans doute à cette époque plus intéressé par la physique que par la chimie. En tout cas, ils suivaient l’un et l’autre des voies encore différentes et n’avaient pas de raisons de mener des recherches ensemble.

  • 2  De nombreuses publications ont porté sur la vie et la carrière de Gay-Lussac. La présente communic (...)

6Ce n’est que plus tard, à partir du moment où ils vont se rencontrer dans le cadre de la Société d’Arcueil, que l’École polytechnique fera partie de leur horizon scientifique2. La chimie de Lavoisier sera alors au centre de leurs préoccupations de recherche.

Portrait de Louis-Jacques Thenard, académicien des sciences, gravure

Portrait de Louis-Jacques Thenard, académicien des sciences, gravure

d’après dessin de L.L. Boilly, ca 1820 (archives Thenard, La Ferté)

Deux formations différentes (années 1795-1800)

7Lorsqu’on se replace vers 1800, deux chimistes de haut niveau, disciples de Lavoisier et porteurs de la nouvelle discipline chimique, parrainent ces futurs savants : Thenard est le protégé de Nicolas Louis Vauquelin, et Gay-Lussac le protégé de Claude Louis Berthollet. Ces deux grands scientifiques sont des défenseurs de la nouvelle chimie. À partir du Directoire, ils occupent des postes importants. Le premier, pharmacien de formation, est professeur de docimasie à l’École des mines et professeur de chimie au Collège de France. Le second, médecin de formation, est l’un des fondateurs de l’École polytechnique. Il a suivi Bonaparte en Italie en 1796, puis a fait la campagne d’Égypte dont il est revenu en 1800, pour reprendre ses cours à Polytechnique.

8Pour Gay-Lussac commence à partir de 1804, sous la direction de Berthollet, la réalisation de recherches qui visent à mettre la physique au service de la chimie :

  • 3  Maurice Crosland, Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit. p. 43.

Dans le domaine de la recherche, les travaux de Berthollet constituaient avant tout un modèle pour Gay-Lussac. Sur le plan personnel, Berthollet était un homme agréable et un bon ami ; pourtant, c’est l’homme de science que Gay-Lussac prit pour modèle. Ce qui importait, au premier chef, c’était sa conception de l’activité scientifique. Même si le sujet, la chimie, l’écartait des grandes mathématiques d’un côté, et de la biologie de l’autre, il demeurait ouvert à une certaine approche multidisciplinaire. C’est la chimie appliquée qui l’intéressait, celle qui justifie la démarche scientifique par la recherche des applications, dans la tradition de l’Encyclopédie3.

9Maurice Crosland ajoute le témoignage de François Arago racontant comment Berthollet, ayant demandé l’aide d’un élève de Polytechnique pour ses travaux de laboratoire et accueilli le jeune Gay-Lussac, celui-ci lui rendit des « résultats diamétralement opposés à ceux qu’attendait l’illustre chimiste ».

10De son côté, le jeune Thenard a été formé à une chimie plutôt liée à la pharmacie et à la médecine. Dès son arrivée à Paris en 1794, il a suivi les cours publics de Vauquelin à la Société de pharmacie. Hébergé chez les sœurs d’Antoine Fourcroy, comme Vauquelin avant lui, il est devenu par la suite préparateur de Vauquelin à l’École des Mines, et ensuite introduit ensuite dans le cercle des savants proches du pouvoir scientifique et politique.

11Toutefois cette relation avec l’École polytechnique ne semble pas avoir joué immédiatement dans la formation de Thenard. En fait, c’est au laboratoire de l’École des mines, sous la direction de Vauquelin, grand spécialiste de l’analyse chimique, qu’il est formé à la recherche en chimie minérale et organique, comme l’indiquent ses premières publications.

  • 4  Journal de la Société de pharmacie de Paris (1799, p. 461) Bulletin des sciences de la Société phi (...)

12Sa première publication est intitulée « Mémoire sur les différents états de l’oxyde d’antimoine et sur ses combinaisons avec l’hydrogène sulfuré », a été lue à l’Institut, le 11 vendémiaire an VIII (3 octobre 1799)4.

  • 5  Sur l’argent rouge : Journal de physique, t. LI (1800), p. 68 ; sur le plomb rouge : Journal de ph (...)

13Elle sera suivie par la publication en 1800 de deux autres articles de chimie analytique sur l’argent rouge5, et sur le plomb rouge et sa gangue.

  • 6  Voir l’analyse de M. Crosland à ce sujet : Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit., p. 46-49.

14Cette première apparition dans des revues spécialisées est diffusée par les instances scientifiques qui comptent le plus à cette époque pour se faire reconnaître comme savant. L’article que Thenard a publié la même année, sous le titre « Sur la nécessité de réunir la pratique et la théorie de la chimie, pour en faire d’utiles applications aux arts6 » est très significatif aussi de l’influence de Vauquelin.

15Ainsi, pratiquement à la même période, les deux jeunes savants, placés sous l’influence de leurs maîtres respectifs, se positionnent encore sur des axes différents : la physique pour Gay-Lussac, ou la chimie pour Thenard, à la fois en recherche fondamentale et en recherche appliquée.

  • 7  Voir l’analyse de M. Crosland à ce sujet : Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit., p. 46-49.

16Cependant le futur ami de Thenard n’a pas encore publié en 1800. Mais il s’est déjà fait remarquer par ses qualités de chercheur en physique dès la fin de ses études et a attiré l’attention de Berthollet, professeur de chimie à Polytechnique en même temps que Fourcroy. Son premier article, qui porte sur la dilatation thermique des gaz, date d’octobre 18027.

17En fait, s’ils ne sont donc pas beaucoup vus dans cette école jusqu’en 1804-1805, ils s’étaient déjà rencontrés dans d’autres institutions.

Leur entrée dans le monde scientifique par l’intermédiaire des sociétés savantes - la Société d’encouragement pour l’industrie nationale

18Pour Thenard, une étape qui va compter dans cette première décennie du XIXe siècle est sa rencontre avec Jean Antoine Chaptal, alors ministre de l’Intérieur sous le Consulat et président de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale, fondée en 1801.

  • 8  L.-J. Thenard, Journal des mines, t. 15, an XII, (1803-1804), p. 128-136 ; cet article a été repro (...)

19Présenté par Vauquelin, lui-même membre de cette Société, le jeune chimiste est sollicité pour répondre à la demande de Chaptal de fabriquer une couleur bleue pour la peinture (en juin 1802) destinée au remplacement du lapis-lazuli que l’embargo anglais empêche de faire entrer en France. Ce sera le bleu de cobalt, destiné à la peinture, que Thenard met au point et dont il publie la méthode en 18038.

  • 9  A.C. Déré et G. Emptoz, Autour du chimiste Louis-Jacques Thenard (1777-1857), op.cit., p. 95-96.

20Lorsque Vauquelin est nommé à la chaire de chimie du Muséum en 1804 , il quitte sa chaire de chimie au Collège de France. Thenard est alors élu pour lui succéder (23 germinal an 12)9. Le poste préparateur de chimie qu’il libère alors à l’École polytechnique est attribué au jeune Gay-Lussac.

21Au moment où Thenard est nommé professeur de chimie au Collège de France, il a déjà publié quatorze articles, parus entre 1800 et 1804 compris. Cette activité de recherche souligne l’étendue des sujets étudiés, à la fois en chimie minérale (phosphates de soude et d’ammoniaque, acétite (acétate) de plomb, combinaisons du cobalt avec l’oxygène, bleu pour remplacer l’outremer, nickel) et en chimie organique (huile de colza, acide cébacique, acide tartrique, acide zoonique, fermentation vineuse, notamment).

  • 10  A.C. Déré et G. Emptoz, « Les pièges de la médiation : la légende du bleu Thenard », in La Médiati (...)

22Pour la recherche sur le bleu de cobalt, le ministre Chaptal a versé une subvention à l’École polytechnique, en demandant des essais sur la tenue de la couleur par deux chimistes, Léonor Mérimée et Vincent10.

  • 11  G. Emptoz, - »Un procédé de fabrication de la céruse issu de la « chimie moderne » au début du XIX(...)

23On peut ajouter que l’acétite de plomb est une recherche qui se situe dans le cadre d’un concours ouvert par la SEIN en 1803 pour la fabrication de la céruse, et que le procédé sera reproduit à l’échelle industrielle par le polytechnicien Roard à Clichy11.

  • 12  A.C. Déré et G. Emptoz, Autour du chimiste Louis-Jacques Thenard (1777-1857), op.cit., p. 97.

24Dans cette succession d’événements, Thenard est élu en 1804 membre du Comité des arts chimiques de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale12.

25De son côté Gay-Lussac, qui n’avait pas initialement compté sur la Société d’encouragement, est cependant élu en 1805 membre du Comité des arts économiques de cette Société, dans le comité couvrant la physique, les instruments de précision et de l’économie domestique. Cette élection n’est sans doute pas étrangère à son admission au Bureau consultatif des arts et manufactures.

26Il sera peu présent dans le Bulletin. Son nom apparaît dans une mention à propos de la préparation du lin apparaît en 1801, puis les alcoolomètres (1823), les solutions titrées (1844), la fabrication de la stéarine, et un procédé alcalimétrique (1849) principalement.

  • 13  Voir notamment M. Crosland (op.cit.) sur cette période très active de Gay-Lussac

27Si Thenard est resté actif dans cette Société durant de longues années, Gay-Lussac, pris par d’autres préoccupations, n’y a pas pris de responsabilités comme son ami. Les choses se sont passées ailleurs pour Gay-Lussac13.

Cours de Thenard, jeune préparateur de chimie à l’École polytechnique

Cours de Thenard, jeune préparateur de chimie à l’École polytechnique

Aquarelle d’un élève, vers 1800

(archives Thenard, La Ferté)

La Société philomathique de Paris

  • 14  A.C. Déré et G. Emptoz, Autour du chimiste Louis-Jacques Thenard (1777-1857), op.cit., p. 87-90.
  • 15  A.C. Déré et G. Emptoz, Autour du chimiste Louis-Jacques Thenard (1777-1857), op.cit., p. 87-90.

28Simultanément, les deux jeunes savants se retrouvent dans une société savante de première importance, la Société Philomathique de Paris. À l’époque, cette institution jouait le rôle d’« antichambre de l’Institut14 ». Fondée avant la Révolution, composée de membres élus, elle a permis la poursuite des échanges entre les savants durant la période durant laquelle l’Académie des sciences avait été supprimée. Très active dans les années 1800, elle se tient informée de tout ce qui se passe dans les institutions savantes, accueille de jeunes chercheurs pour présenter leurs travaux, imprime leurs contributions et ainsi, leur permet de se faire connaître. Thenard, soutenu par Vauquelin, ne manque pas d’y présenter ses recherches. Après son travail sur l’acétate de plomb présenté par son maître, Thenard est finalement élu membre au cours d’une séance où sa candidature est soutenue par Guyton-Morveau (28 prairial an 11) (18 juin 1803)15. C’était pour Thenard l’entrée dans le cercle qui comptait le plus pour son projet personnel.

  • 16  J. Mandelbaum, « Gay-Lussac et la Société philomathique », in M. Sadoun-Goupil (ed.), Gay-Lussac : (...)
  • 17  J. Mandelbaum, « Gay-Lussac et la Société philomathique », op.cit., p. 48.

29De son côté Gay-Lussac ne rejoindra ce cercle qu’un peu plus tard, le 5 germinal an 13 (26 mars 1805), soutenu par Berthollet, au cours d’une séance présidée par Thenard. Les activités de Gay-Lussac ainsi que celles réalisées conjointement avec Thenard ont été étudiées par J. Mandelbaum16. Il a montré que le binôme a été très actif dans cette société durant cette première décennie, et que leurs noms se trouvent souvent associés. En effet, à côté de la présentation de travaux, les deux chercheurs collaborent au Nouveau Bulletin des sciences, par la Société philomathique de Paris, relancé en 1807. Gay-Lussac fait partie de la commission pour la section de physique, et Thenard de la commission pour la chimie minérale et végétale. Leur tâche, comme membres de la rédaction était de préparer des extraits et des résumés de mémoires qui devaient figurer dans les sections. Entre 1807 et 1811, vingt-et-un articles sont dus à ces deux auteurs, chargés en particulier de suivre les séances de l’Institut. Ainsi leurs travaux sur la décomposition de la soude et de la potasse par voie chimique, présentés le 7 mars 1808, figure dans le Bulletin le même mois, ainsi que l’extrait de l’étude de Gay-Lussac sur « l’action chimique du fluide galvanique » qui était une mise au point sur les travaux réalisés par d’autres savants, en particulier Davy17.

La Société d’Arcueil et les recherches physico-chimiques, étape clé de leur amitié

  • 18  Voir M. Crosland, The Society of Arcueil. A View of French Science at the Time of Napoleon I, Lond (...)

30Exactement à la même époque, l’autre cercle au sein duquel nos deux savants se rencontrent est la Société d’Arcueil, fondée par Berthollet et Laplace, institution dont le rôle a été essentiel sous le Premier Empire18. Berthollet, voulant donner à la chimie des bases théoriques, cherchait à développer sa conception de l’affinité chimique, contribution qui a donné lieu à son livre Essai de statique chimique paru en 1803.

31Les raisons scientifiques de la naissance de la Société d’Arcueil sont fournies par Berthollet, dans l’introduction qu’il a rédigée dans le premier tome des Mémoires de la société en 1807 :

La physique et la chimie, qui contractent de plus en plus des rapports intimes, sont cultivés avec une telle émulation dans une grande partie de l’Europe, que l’on voit les découvertes jaillir de toutes parts et se succéder rapidement ; mais, en même temps, des opinions souvent contradictoires paraissent jeter de l’incertitude sur les résultats de l’expérience qui devient elle-même de plus en plus difficile.

  • 19  Maurice Crosland, Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit, p. 110.

32Un séminaire régulier, en quelque sorte, leur permet de se tenir informés, comme à la Société philomathique et à la Société d’encouragement, mais dans un cercle ici plus restreint. Thenard n’est entré dans cette société savante que vers 180419, c’est à dire après sa nomination au Collège de France.

33En 1807, la Société d’Arcueil était composée de neuf membres. La chimie y est représentée alors par les Berthollet, père et fils, Collet-Descotils, et Thenard, et la physique par Laplace, Gay-Lussac, Biot, Humboldt et Candolle.

La grande pile à l’École polytechnique installée pour les recherches physico-chimiques de Gay-Lussac et Thenard

La grande pile à l’École polytechnique installée pour les recherches physico-chimiques de Gay-Lussac et Thenard

Gravure de U. Parent, extraite de L.Figuier, Les Merveilles de la science, 1867, p. 669 (collection privée)

34L’alliance entre ces deux spécialités souhaitée par Berthollet et instaurée avec le binôme Gay-Lussac et Thenard permettra d’entreprendre les fameuse recherches « physico-chimiques », sur lesquelles nous ne reviendrons pas.

À ce sujet, citons le témoignage du fils aîné de Thenard, le chimiste Paul Thenard :

  • 20  Joseph Gay-Lussac et Louis-Jacques Thenard, Recherches physico-chimiques faites sur la pile ; sur (...)
  • 21  Paul Thenard, Un grand français, le chimiste Thenard, 1777-1857, avec introduction et notes de G. (...)

C’est à la Société d’Arcueil que Gay-Lussac et Thenard apprirent à se connaître et à s’apprécier ; ce fut sous les auspices de Berthollet et de Laplace que se forma cette association de deux amis qui a donné les Recherches physico-chimiques20, le monument scientifique le plus riche, le plus consciencieux et le plus original qui ait jamais paru21.

Bien que le propos soit un peu exagéré, Paul Thenard souligne la collaboration de deux scientifiques, dans laquelle :

  • 22  Paul Thenard, Un grand français, le chimiste Thenard, 1777-1857, op.cit., p. 101

[…] Gay-Lussac et Thenard disparaissaient individuellement pour se réunir et vivre la même pensée, pour se confondre si bien ensemble que leurs meilleurs amis ont toujours ignoré, même dans les faits de détail, la véritable part de l’un et de l’autre22.

  • 23  Maurice Crosland, Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit, p. 103

35Pour sa part, Maurice Crosland a analysé et comparé les approches de ces deux chercheurs dans l’équipe d’Arcueil. Les deux savants ont des méthodes de recherche différentes. D’après son analyse, la méthode de Gay-Lussac « coïncide à peu près avec la méthodologie hypothético-déductive moderne, mais quand il s’agit d’apporter les preuves, il multiplie les exemples pour convaincre le lecteur23 ».

Et il ajoute :

  • 24  M. Crosland, Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit, p. 104.

Alors que les chimistes comme Vauquelin se contentaient le plus souvent de préparer de nouvelles substances chimiques et d’étudier leurs propriétés, (Gay-Lussac) s’intéressait avant tout aux principes de relations entre les phénomènes24.

36À ses yeux, la méthode de Thenard, apprise auprès de Vauquelin, apparaît donc distincte de celle de son ami. Il s’agit d’une méthode d’analyse descriptive peu portée sur la théorisation. On peut avancer qu’elles se complétaient, ce qui explique les résultats obtenus.

Deux professeurs dans les institutions d’enseignement supérieur

1 - À l’École polytechnique

  • 25  Voir M. Crosland, Gay-Lussac : « La bibliographie et l’œuvre d’un savant français », in - M. Sadou (...)

37Revenons maintenant vers l’École polytechnique, qui a été le point central des relations scientifiques, devenues personnelles, entre nos deux savants. Il n’est pas possible ici de revenir sur les détails de leurs parcours respectifs, déjà bien décrits25. Leurs carrières s’y sont entrecroisées, comme on l’a vu plus haut, à la fois au niveau de l’enseignement et de la recherche.

38D’abord préparateurs, ils ont été ensuite professeurs de chimie dans des conditions différentes. Ils ont enseigné tous les deux durant plus d’une trentaine années : Gay-Lussac , durant 36 ans, de 1804 à 1840 ; et Thenard, durant 31 ans, de 1798 à 1804, et de 1810 à 1836.

39De son côté, Gay-Lussac a été nommé professeur de chimie en 1810 à la succession de Fourcroy, et a démissionné de ce poste en 1840. Nommé professeur de chimie pratique sans traitement en 1810, Thenard a remplacé Louis Guyton de Morveau en 1811 avec le demi-salaire de ce professeur, puis est nommé professeur en 1819 comme titulaire sur ce poste. Entre temps, il a été nommé professeur de chimie le 9 septembre 1816, et il a démissionné en 1836.

40Sur les cours donnés à l’École polytechnique, une comparaison serait à faire. Si M. Crosland a étudié en détail celui de Gay-Lussac, à notre connaissance celui de Thenard ne semble pas avoir attiré un intérêt comparable.

  • 26  M. Crosland, Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit, p. 216.
  • 27  M. Crosland, Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit, p. 219.
  • 28  Sur le Traité de chimie de Thenard, voir B. Bensaude-Vincent, A. Garcia Belmar et J. R. Bertomeu-S (...)

41Ce que souligne Crosland est la valeur de l’enseignement de Gay-Lussac, qualifié de « haut niveau, à vocation internationale26 », en particulier d’après les témoignages de Davy et Faraday venus écouter Gay-Lussac en 1813. Le cours est accompagné de manipulations au laboratoire de l’École, où ce sont les élèves qui font eux-mêmes les préparations les plus utiles. On leur enseignait, par la pratique, les principes de l’analyse tant minérale qu’organique27 ». Il est probable que Thenard, lui-même très bon manipulateur, ait donné des cours de la même qualité compte tenu des autres enseignements de chimie qu’il dispensait à la même époque28.

42Pour l’autre volet, celui de la recherche, la période la plus active du binôme commence en 1807 quand le chimiste anglais Humphry Davy annonce la découverte de deux nouveaux éléments, le sodium et le potassium, obtenus par électrolyse au moyen d’une pile électrique de Volta. Or, depuis 1802, l’Institut avait été chargé par le premier Consul de décerner un prix « sur l’électricité voltaïque », dont l’attribution avait été reportée d’année en année faute de candidats sérieux. L’École polytechnique, sans doute sur l’intervention des savants d’Arcueil, et de Berthollet en particulier, avait demandé à Napoléon des crédits pour refaire les expériences de Davy. Une « grande pile » de 600 paires de plaques de zinc et de cuivre avait été installée peu après à l’École polytechnique. Gay-Lussac et Thenard furent chargés de faire des recherches devenues célèbres peu après, et couronnées, en 1809, par l’attribution du prix de l’Institut aux deux chercheurs. Nous ne reviendrons pas sur cette page bien connue de l’histoire de la chimie, inscrite dans un contexte de concurrence scientifique et aussi politique entre les deux français et leur collègue anglais.

  • 29  R. Taton, »Gay-Lussac en son temps », in M. Sadoun-Goupil (ed.), Gay-Lussac : la carrière et l’œuv (...)

43Il reste en tout cas à redire sur les recherches physico-chimiques qui se sont déroulées à la fois au laboratoire de l’École polytechnique et dans celui de Berthollet, installé d’abord dans son domicile, rue d’Enfer, puis dans sa maison d’Arcueil29.

44Pour souligner l’ampleur des investigations réalisées il convient de rappeler le titre complet de l’ouvrage, publié à la fin de ces recherches communes, réunissant tous les travaux réalisés au cours des années précédentes.

2 - À la Faculté des sciences de Paris

  • 30  Sur l’enseignement de Gay-Lussac au Muséum, voir : M. Crosland, op.cit., p. 222-226

45L’organisation de l’Université impériale, mise en place en mars 1808, devait être suivie de la création, l’année suivante, de nouvelles institutions d’enseignement supérieur, les Facultés des sciences. Parmi les premiers professeurs nommés à Paris, figurent Biot, Thenard, Poisson et Gay-Lussac. De jeunes savants, déjà professeurs au Collège de France ou à l’École polytechnique, qui avaient été formés à la recherche à la Société d’Arcueil, faisaient ainsi partie des premiers universitaires nommés. Nos deux savants vont se côtoyer durant de longues années, l’un professant la physique, l’autre la chimie. Gay-Lussac démissionna en 1832 pour prendre un poste de professeur de chimie au Muséum d’histoire naturelle30, où les fonctions y étaient moins contraignantes qu’à la Faculté des sciences.

  • 31  A.C. Déré et G. Emptoz, op.cit., p. 279-280

46Quant à Thenard il y fit une carrière plus longue. Nommé en 1821 doyen de la Faculté, il le resta jusqu’en 1840, date à laquelle il dû démissionner à la suite à sa nomination à la vice-présidence du Conseil royal de l’Instruction publique31.

47D’après les témoignages sur ses activités d’enseignement, comme pour Gay-Lussac, les cours de Thenard étaient très suivis, avec des auditoires très hétérogènes. Une petite poignée d’étudiants se destinait à l’enseignement secondaire, une autre groupe était constitué par les normaliens, et la majorité était composée de personnes du beau monde, la science étant à la mode. De temps en temps l’agitation de la rue venait perturber les cours et il fallait rétablir le calme dans l’amphithéâtre. Devant le succès de ces cours les locaux de la jeune faculté se révèlent trop exigus, et il fallu aller les faire dans l’amphithéâtre du Muséum.

Deux notables de la science à l’Institut

48L’entrée de nos deux savants à l’Institut a eu lieu à des dates différentes et dans des disciplines distinctes, mais pour tous les deux, relativement tôt dans leur carrière.

  • 32  R.Taton « Gay-Lussac en son temps », in M. Sadoun-Goupil (ed.), Gay-Lussac : la carrière et l’œuvr (...)

49Gay-Lussac, alors âgé de 28 ans, est le premier a y être admis entré est à l’issue de ses travaux de physique. Rappelons qu’il avait présenté ses premières recherches personnelles dans un grand mémoire sur la dilatation des gaz devant la Première Classe de l’Institut national le 31 janvier 1802. Comme l’a souligné René Taton, ce travail « lui valut d’être considéré comme un jeune physicien de talent32 ». Réputation confirmée après les célèbres ascensions en ballon avec Jean-Baptiste Biot en août et septembre 1804, et d’autres travaux, qui devaient aboutir à son élection comme membre de la section de physique de la 1ère classe de l’Institut, le 8 décembre 1806. C’était donc une reconnaissance rapide du monde savant, puisque Gay-Lussac n’était encore ni professeur à l’École polytechnique ni à la Faculté des sciences. Par la suite, Gay-Lussac a été vice-président de l’Académie des sciences pour 1821 et 1833, et président en 1822 et 1834.

50De son côté, quatre ans plus tard, Thenard, alors âgé de 32 ans, a été élu membre de la section de chimie de la 1ere classe de l’Institut le 29 janvier 1810. Vice-président de l’Académie des sciences en 1822, il en a été président en 1823. Bien que leurs activités furent très diverses au cours de leur carrière, l’un faisant partie des physiciens, l’autre des chimistes, leur présence à l’Institut a été régulière durant toute leur vie. Cette assemblée étant la première parmi les assemblées savantes françaises, ils n’ont jamais manqué de s’y manifester, surtout jusqu’aux années 1830. Par la suite, ils ont été pris, l’un et l’autre par des activités dans l’industrie, et enfin dans la politique.

Une présence régulière dans le Bureau des arts et manufactures, devenu le Comité consultatif des arts et manufactures

  • 33  Dix membres supplémentaires complétaient le Bureau.

51Une autre instance officielle, placée auprès du Ministre de l’Intérieur et chargée de lui formuler des avis à sa demande, est le Bureau consultatif des arts et manufactures. Ici aussi, Gay-Lussac est entré le premier, nommé comme membre le 7 février 1806, alors qu’il se trouvait en Allemagne. Ce Bureau était constitué de cinq conseillers : Bardel, Molard, Montgolfier, Ampère et Gay-Lussac33, tous membres de la Société d’encouragement, et chargés d’examiner des questions techniques et industrielles.

52De son côté, Thenard a été nommé membre de cette instance en 1810. Cette nomination, survenue la même année que son élection à l’Institut, est une entrée dans un petit groupe de cinq puis six conseillers en 1816 : Molard, Bardel, Gay-Lussac, Roard, Pajot des Charmes et Thenard, avec des membres honoraires.

  • 34  Voir à ce sujet, les relations de l’industriel Marc Seguin avec Thenard, membre du Comité consulta (...)

53En particulier ce comité examinait l’intégralité des brevets d’invention déposés en France et donnait un avis sur chacun d’entre eux. Il s’agit là d’un poste important de veille technologique qui avait été installé par Chaptal, et où se réunissaient des experts en recherche et développement industriel. Se réunissant dans les locaux du ministère de l’intérieur pour y examiner des dossiers de toute nature relatifs à l’industrie nationale, le Comité a eu souvent un rôle décisif34. Thenard a démissionné de ce poste important en 1845 pour laisser la place à Michel-Eugène Chevreul.

Le monde des techniques et des industries

54Ils ont l’un et l’autre, eu des activités techniques et industrielles. Toutefois, ils n’ont pas oeuvré ensemble, s’étant engagés dans des branches différentes. Il convient de rappeler très brièvement les interventions directes ou indirectes de nos deux savants dans les industries.

55Gay-Lussac, en tant qu’ingénieur formé par l’État, a été Maître de l’essai au Bureau de garantie de la Monnaie, à partir de 1818, dans un service public à vocation de branche industrielle. Puis il a vu son nom attaché à la compagnie de Saint-Gobain, où il a été censeur en 1832, puis administrateur en 1840, et enfin, président du « Conseil supérieur » de la firme en 1847. Ce fut un beau parcours dans le secteur de l’industrie chimique privée, assorti de confortables émoluments. Il ne s’est pas limité à ce domaine industriel.

56La fabrication d’alcoolomètres par la firme Colardeau est un autre volet de ses interventions dans le secteur privé. Gay-Lussac a aussi déposé des brevets d’invention, dont un sur la bougie stéarique, avec Chevreul en 1825, et deux pour la fabrication de l’acide sulfurique avec Lacroix en 1842.

  • 35  A.C. Déré et G. Emptoz, Autour du chimiste Louis-Jacques Thenard (1777-1857), op.cit., p. 262, et (...)

57De son côté, Thenard a débuté comme conseiller technique pour la fabrication des crayons Conté chez son beau-père Humblot-Cont, puis il a mis au point des procédés de fabrication de produits chimiques : la céruse et le bleu de cobalt en 1803, et l’eau oxygénée en 1819. Il a aussi travaillé sur l’étanchéité des parois de bassins. Son titre de baron décerné par le roi Charles X est lié à cette technique. Elle avait été appliquée sur la coupole du Panthéon lors de la réfection des fresques par le peintre Antoine Gros en 1825. Enfin, Thenard a été président du Conseil d’administration de la compagnie du chemin de fer de St-Etienne à Lyon en 184535. Toutefois, à la différence de Gay-Lussac, Thenard n’a pas déposé de brevet d’invention, bien qu’il ait mis au point des procédés exploités dans l’industrie, comme le bleu Thenard, la céruse ou l’eau oxygénée. Leur position a été finalement très proche : il s’agissait de faire pénétrer la science dans l’industrie, et en particulier en chimie, dans la continuité des idées exprimées par Chaptal au début du siècle.

Les instances politiques

58Les deux savants ont siégé dans les instances politiques de leur époque. Ils ont alors trouvé des auditoires bien plus vastes que ceux qu’ils avaient fréquentés jusque-là. Les tribunes devant lesquelles ils sont intervenus leur ont permis de faire connaître leurs avis d’hommes de science en tant qu’experts sur des sujets qu’ils connaissaient bien, particulièrement au cours de la Monarchie de Juillet.

59À la Chambre des députés, les deux parcours ont été indépendants, car effectués à des périodes séparées. Ils n’ont pas siégé ensemble. Le baron Thenard était du centre droit, faisant partie du « juste milieu ». Gay-Lussac avait plutôt le coeur à gauche, bien qu’appartenant à la haute bourgeoisie comme son ami. En tout cas, ils ont été les rares scientifiques de la Chambre des députés, donnant des avis écoutés.

60À la Chambre des Pairs, ils ont été actifs ensemble pendant quelques années. Thenard a été nommé le premier, en 1832, c’est à dire après l’échec de sa réélection à la Chambre des députés aux élections de 1831. Son ami Gay-Lussac a été nommé en 1839, après sa non-réélection à la Chambre. Ils ont donc passé neuf années ensemble à la Chambre des Pairs.

61Leurs sujets d’intervention étaient en rapport avec leurs compétences scientifiques et techniques. Ainsi Thenard a été présent à propos de la loi sur les sucres, restée en discussion pendant une dizaine d’années. Il en a été de même sur la démonétisation des vieilles pièces, qui uniformisait les monnaies en circulation et permettait à l’Etat de récupérer des métaux précieux. Il fit part de son incompréhension devant la non-application de la loi. Il est aussi intervenu sur le développement de nouvelles lignes de chemin de fer.

  • 36  M. Crosland, Gay-Lussac …, op.cit., p. 341,

62Thenard et Gay-Lussac sont intervenus sur la propriété intellectuelle, sur le brevet d’invention et sur la contrefaçon, notamment lors des travaux qui devaient aboutir à l’adoption de la nouvelle loi sur la propriété industrielle en 1844. L’un et l’autre ont défendu la nature de la création technique qu’ils mettaient à un niveau comparable à celui de la création artistique. Pour sa part, Gay-Lussac a beaucoup défendu l’industrie chimique, et en était devenu le porte-parole pour reprendre le qualificatif donné par Crosland notamment à propos de l’abaissement des taxes sur les sels36.

63Autre volet, Thenard a suivi de près les réformes de l’enseignement dans le cadre de commissions parlementaires sur l’exercice de la médecine et son enseignement, et sur l’enseignement secondaire.

  • 37  Sur leur activités politiques, consulter leurs notices dans l’ouvrage : A. Robert, E. Bouloton et (...)

64Ainsi, chacun à sa manière, ils sont intervenus dans le déroulement des débats parlementaires, mettant leurs compétences au service du pays sous la Monarchie de Juillet. Il serait intéressant de déterminer s’ils ont été complémentaires, dans leurs interventions, lorsqu’ils ont siégé ensemble37.

Portrait de Louis-Jacques Thenard et Timbre-poste 1er jour d’émission pour le centenaire de la naissance de Thenard

Portrait de Louis-Jacques Thenard et Timbre-poste 1er jour d’émission pour le centenaire de la naissance de Thenard

(collection privée)

Des liens personnels

  • 38  M. Crosland ibid, p. 349-350),

65La question a été posée au début de cette communication : a-t-on des traces d’une véritable amitié entre les deux savants ? Quelques éléments peuvent être avancés à ce sujet. Thenard a été le parrain de Jules Gay-Lussac, né en 1810, fils aîné de son ami. L’aîné des cinq enfants a reçu une formation de chimiste. Envoyé en 1830 chez Liebig à Giessen, il y soutint sa thèse, puis devint par la suite essayeur à la Monnaie pour finalement succéder à son père en 184838.

  • 39  A.- C. Déré et G. Emptoz, Autour de …, op.cit., p. 122-123.

66Par ailleurs, Gay-Lussac, conjointement avec Denis Poisson, a été témoin du mariage religieux de Thenard avec Victorine Humblot-Conté, le 1er septembre 1814 à l’église St-Thomas d’Aquin. On peut ajouter que lors du mariage civil la veille, les témoins de Thenard étaient Berthollet, et Vauquelin39.

  • 40  P. Thenard, Un grand français, le chimiste Thenard, 1777-1857, avec introduction et notes de G. Bo (...)
  • 41  À titre d’exemple, voir René Le Canu : Souvenirs de M. Thenard, lus en séance de rentrée de l’Écol (...)

67À ces deux relations d’ordre familial, on peut ajouter quelques témoignages de cette amitié entre les deux savants. D’abord les archives de la famille conservent des correspondances qui apportent la confirmation d’une relation amicale entre eux. Pour sa part, Paul Thenard, qui a laissé ses souvenirs réunis dans le livre publié en 1950 par Georges Bouchard40 en a témoigné. Le cercle des témoins est plus large que celui de la famille. Des contemporains français (collègues, préparateurs, élèves) et étrangers comme Davy ou Berzelius, ont laissé des mentions de cette liaison amicale41, avec notamment les hommages à ses funérailles, et aussi, entre autres, la publication faite par René Le Canu.

68Enfin, on peut indiquer que la veuve de Gay-Lussac, dans une correspondance liée à la fondation de la Société de secours des Amis des sciences avec un don de Thenard de 20 000 francs en 1857, a écrit à son ami ce petit mot amical :

  • 42  Lettre de Joséphine Gay-Lussac à Louis-Jacques Thenard, datée du 31 mars 1857 (Archives Thenard, L (...)

Très illustre ami,
Je ne voulais plus vous écrire, car le 16 ou 18 avril, je serai à Paris, où j’espère vous voir et recevoir vos conseils. Mais je cède aujourd’hui à l’admiration que me cause votre belle action qui vous associe si noblement à relever l’infortune des savants. Croyez-moi, ami, votre générosité vous donne autant de gloire que vos plus beaux travaux, on dira de vous il a un grand génie et un grand cœur42.

Deux approches qui se sont complétées au bénéfice de la chimie

  • 43  M. Crosland, Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit., p. 109.

69De l’estime réciproque, mais deux méthodes scientifiques complémentaires, tel peut être la conclusion de ces parcours. L’analyse de Maurice Crosland, en ce qui concerne leurs parcours intellectuels, les résume bien : « Plus que la préparation de nouveaux produits, c’était le mécanisme de la réaction chimique qui intéressait Gay-Lussac. Pour Thenard, probablement la gloire suprême du chimiste était de découvrir une nouvelle et excitante substance, alors que pour Gay-Lussac, disciple et protégé de Berthollet et de Laplace, c’était la découverte d’un principe fondamental ou d’une loi43 ». Quant aux autres parties de leur carrière, elles ont été sans nul doute des lieux de rencontre et de complémentarité.

  • 44  Thenard, Traité élémentaire de chimie théorique et pratique, 6e édition, 1836

70On peut aussi noter que dans leurs publications, Gay-Lussac a fait apparaître la théorie à plusieurs reprises. Son nom reste d’ailleurs attaché aux lois volumétriques des combinaisons gazeuses (1805). Thenard était moins versé dans une telle démarche. Sa classification des métaux est fondée sur des affinités chimiques constatées par l’observation (1813). Ce n’est qu’à la sixième édition de son Traité de chimie qu’il donnera une vision générale de la chimie dans une nouvelle partie consacrée à la philosophie chimique44. Si le premier était plus théoricien, le second est resté plus tenté par des relations factuelles.

  • 45  Nous remercions vivement Danielle Fauque, présidente du Club d’histoire de la chimie (Société fran (...)

71Ainsi les deux hommes se complétaient à merveille, même si leur parcours a évolué et s’est orienté dans des directions différentes à partir des années 183045.

Haut de page

Bibliographie

- B. Belhoste, A. Dahan-Dalmedico et A. Picon (dir.), La formation polytechnicienne, 1794-1994, Paris, Dunod 1994.

- B. Bensaude-Vincent, A. Garcia Belmar et J. R. Bertomeu Sanchez, L‘émergence d’une science des manuels, Paris, Ed. des Archives contemporaines, 2003.

- M. Crosland, Gay-Lussac, savant et bourgeois, Paris, Belin, 1991.

- M. Crosland, « Joseph-Louis Gay-Lussac (1778-1850 », Dictionary of Scientific Biography, C.C Gillispie (ed.), New York, vol. 5, 1972, pp. 317-327.

- Maurice Crosland, The Society of Arcueil, A View of French Science at the Time of Napoleon I, London, Heinemann, 1967.

- Maurice Crosland, « La Société d’Arcueil, un creuset pour physiciens et chimistes », La Recherche, n° 300, juillet-août 1997, pp. 54-57.

- A.C. Déré et G. Emptoz, Autour du chimiste Louis-Jacques Thenard (1777-1857), Chalon-sur-Saône, Université pour tous de Bourgogne, 2008.

- N. et J. Dhombres, Naissance d’un nouveau pouvoir : sciences et savants en France (1793-1824), Paris, Payot, 1989

- G.Emptoz, « Louis-Jacques Thenard pendant la première industrialisation de la France », in R. Belot et al.(éds), La technologie au risque de l’histoire, Paris, Berg International, 2000, pp. 113-119.

- Danielle Fauque, « Louis-Joseph Gay-Lussac (1778-1850) », L’Actualité chimique, janvier 2001, p. 29-33.

- Notices « Gay-Lussac » et « Thenard », in A. Robert, E. Bouloton et G. Cougny, Dictionnaire des parlementaires français (1789-1889), Paris 1909, réédition Slatkine Reprints, 2000 ; accessible sur Gallica.

- M. Sadoun-Goupil (éd.), Gay-Lussac : la carrière et l’œuvre d’un chimiste français durant la première moitié du XIXe siècle, Palaiseau, École Polytechnique, 1980, (Actes du colloque Gay-Lussac, 11-13 décembre 1978).

- Sadoun-Goupil, « Hommage à Gay-Lussac », L’Actualité chimique, septembre 1978, p. 7-14.

- P. Thenard, Un grand français, le chimiste Thenard, 1777-1857, avec introduction et notes de G. Bouchard, Dijon, Imp. Jobard, 1950.

Haut de page

Annexe

Chronologies

L.-J. THENARD

1777-1857

J.-L. GAY-LUSSAC

1778-1850

1777 : naissance La Louptière fils de fermier propriétaire

1778 : naissance Saint-Léonard de Noblat fils d’avocat, procureur royal

1799 (déc.) : Répétiteur à l’X

1800 (nov.) : Sortie de l’X

1803 : Société philomathique

1804 : Prof. Collège de France Société d’encouragement

1804 : Répétiteur à l’X

1805 : Société philomathique

1806 : Membre Institut Bureau Consultatif A & M

1807 : Société d’Arcueil

1807 : Société d’Arcueil

1809 : Prof. Faculté Sciences Paris

1809 : Prof. Faculté Sciences Paris(1832) mariage avec Germaine Rojot

1810 : Membre Institut Prof. à l’X Bureau consultatif A&M (1844)

1810 : Prof. à l’X

1814 : mariage avec Victorine Humblot

1818 : Comité consultatif P&S

1820 : Associé Académie Médecine

1821 : doyen Faculté Sciences (1840)

1823 : Associé Académie Médecine

1825 : Baron

1827 : Député de l’Yonne (1831)

1829 : Bureau Garantie Monnaie

1830 : Conseil royal Instruction publique

1831 : Député de la Haute-Vienne

1832 : Pair de France (1848) Président Société d’encouragement

1832 : Prof. Muséum Censeur à Saint-Gobain

1838 : Administrateur Collège de France

1839 : Pair de France

1840 : Administrateur St-Gobain Démission de l’X

1843 : Ecole d’application Tabacs

1845 : Chancelier de l’Université

1849 : Président Soc. Agriculture Retraite de l’X

1850 : décès à Paris

1852 : Retraite de l’Instruction publique

1857 : Décès à Paris

Sources : Maurice Crosland, Gay-Lussac, savant et bourgeois, Paris, Belin, 1991 ; Maurice Crosland, notice « Thenard, Louis, Jacques, 1777-1857 », in Dictionary of Scientific Biography, C.C. Gillispie (éd.), New York, vol. 14, 1979, p. 309-314 ; Anne-Claire Déré et Gérard Emptoz, Autour du chimiste Louis-Jacques Thenard (1777-1857), Chalon-sur-Saône, Université pour tous de Bourgogne, 2008 (liste non exhaustive).

Haut de page

Notes

1  À ce sujet, voir les contributions réunies dans les actes du colloque Gay-Lussac, 11-13 décembre 1978 : Michèle Sadoun-Goupil (éd.), Gay-Lussac : la carrière et l’œuvre d’un chimiste français durant la première moitié du XIXe siècle, Palaiseau, École polytechnique, 1980.

2  De nombreuses publications ont porté sur la vie et la carrière de Gay-Lussac. La présente communication a fait largement appel à l’ouvrage traduit en français de Maurice Crosland, Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit. Nous utiliserons à de nombreuses reprises des éléments contenus dans cet ouvrage.

3  Maurice Crosland, Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit. p. 43.

4  Journal de la Société de pharmacie de Paris (1799, p. 461) Bulletin des sciences de la Société philomathique de Paris, n° 31 (1799), p54.

5  Sur l’argent rouge : Journal de physique, t. LI (1800), p. 68 ; sur le plomb rouge : Journal de physique, ibid., p. 71

6  Voir l’analyse de M. Crosland à ce sujet : Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit., p. 46-49.

7  Voir l’analyse de M. Crosland à ce sujet : Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit., p. 46-49.

8  L.-J. Thenard, Journal des mines, t. 15, an XII, (1803-1804), p. 128-136 ; cet article a été reproduit dans le Bulletin de la Société philomathique, 1803, t. 80, p. 254 sq. et le Bulletin de la SEIN, 1803, t.II, p. 125 sq.

9  A.C. Déré et G. Emptoz, Autour du chimiste Louis-Jacques Thenard (1777-1857), op.cit., p. 95-96.

10  A.C. Déré et G. Emptoz, « Les pièges de la médiation : la légende du bleu Thenard », in La Médiation, Actes Séminaires Le lien social, MSH, Nantes, mai 2000, p. 63-71.

11  G. Emptoz, - »Un procédé de fabrication de la céruse issu de la « chimie moderne » au début du XIXe ». in L.Lestel et C. Lefort (ed.), « La céruse : usages et effets, Xe-XXe siècles », Documents pour l’Histoire des Techniques, Cahier n° 12, CNAM , Paris 2003, pp. 49-60.

12  A.C. Déré et G. Emptoz, Autour du chimiste Louis-Jacques Thenard (1777-1857), op.cit., p. 97.

13  Voir notamment M. Crosland (op.cit.) sur cette période très active de Gay-Lussac

14  A.C. Déré et G. Emptoz, Autour du chimiste Louis-Jacques Thenard (1777-1857), op.cit., p. 87-90.

15  A.C. Déré et G. Emptoz, Autour du chimiste Louis-Jacques Thenard (1777-1857), op.cit., p. 87-90.

16  J. Mandelbaum, « Gay-Lussac et la Société philomathique », in M. Sadoun-Goupil (ed.), Gay-Lussac : la carrière et l’œuvre d’un chimiste français durant la première moitié du XIXe siècle, Palaiseau, École Polytechnique, 1980, p. 41-57

17  J. Mandelbaum, « Gay-Lussac et la Société philomathique », op.cit., p. 48.

18  Voir M. Crosland, The Society of Arcueil. A View of French Science at the Time of Napoleon I, Londres, Heinemann, 1967.

19  Maurice Crosland, Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit, p. 110.

20  Joseph Gay-Lussac et Louis-Jacques Thenard, Recherches physico-chimiques faites sur la pile ; sur la préparation chimique et les propriétés du potassium et du sodium ; sur la décomposition de l’acide boracique ; sur les acides fluorique, muriatique et muriatique oxygéné ; sur l’action chimique de la lumière ; sur l’analyse végétale et animale, etc., Paris, Deterville, 1811, 2 tomes.

21  Paul Thenard, Un grand français, le chimiste Thenard, 1777-1857, avec introduction et notes de G. Bouchard, Dijon, Imp. Jobard, 1950, p. 96

22  Paul Thenard, Un grand français, le chimiste Thenard, 1777-1857, op.cit., p. 101

23  Maurice Crosland, Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit, p. 103

24  M. Crosland, Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit, p. 104.

25  Voir M. Crosland, Gay-Lussac : « La bibliographie et l’œuvre d’un savant français », in - M. Sadoun-Goupil (ed.), Gay-Lussac : la carrière et l’œuvre d’un chimiste français durant la première moitié du XIXe siècle, op.cit., p. 1-11

26  M. Crosland, Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit, p. 216.

27  M. Crosland, Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit, p. 219.

28  Sur le Traité de chimie de Thenard, voir B. Bensaude-Vincent, A. Garcia Belmar et J. R. Bertomeu-Sanchez, L‘émergence d’une science des manuels, Paris, Ed. des Archives contemporaines, 2003. Sur les cours de Thenard au Collège de France : A. Garcia Belmar et J. R. Bertomeu-Sanchez, « Louis Jacques Thenard’s Chemistry Courses at the Collège de France, 1804-1835 », Ambix, vol. 57, March 2010, p. 48-63.

29  R. Taton, »Gay-Lussac en son temps », in M. Sadoun-Goupil (ed.), Gay-Lussac : la carrière et l’œuvre d’un chimiste français durant la première moitié du XIXe siècle, op.cit., p. 15.

30  Sur l’enseignement de Gay-Lussac au Muséum, voir : M. Crosland, op.cit., p. 222-226

31  A.C. Déré et G. Emptoz, op.cit., p. 279-280

32  R.Taton « Gay-Lussac en son temps », in M. Sadoun-Goupil (ed.), Gay-Lussac : la carrière et l’œuvre d’un chimiste français durant la première moitié du XIXe siècle, p. 15 ; voir aussi M. Crosland, op.cit., p. 226-236.

33  Dix membres supplémentaires complétaient le Bureau.

34  Voir à ce sujet, les relations de l’industriel Marc Seguin avec Thenard, membre du Comité consultatif, : M. Cotte, Innovation et transferts de technologie, le cas des entreprises de Marc Seguin (France, 1815-1835), Villeneuve d’Asqc, Ed. du Septentrion, 1998, p. 236, 634, 876-877.

35  A.C. Déré et G. Emptoz, Autour du chimiste Louis-Jacques Thenard (1777-1857), op.cit., p. 262, et 316-318.

36  M. Crosland, Gay-Lussac …, op.cit., p. 341,

37  Sur leur activités politiques, consulter leurs notices dans l’ouvrage : A. Robert, E. Bouloton et G. Cougny, Dictionnaire des parlementaires français (1789-1889), Paris 1909, réédition Slatkine Reprin,ts, 2000 ; accessible sur Gallica.

38  M. Crosland ibid, p. 349-350),

39  A.- C. Déré et G. Emptoz, Autour de …, op.cit., p. 122-123.

40  P. Thenard, Un grand français, le chimiste Thenard, 1777-1857, avec introduction et notes de G. Bouchard, Dijon, Imp. Jobard, 1950.

41  À titre d’exemple, voir René Le Canu : Souvenirs de M. Thenard, lus en séance de rentrée de l’École de pharmacie, le 11 novembre 1857 (Paris, Vve Dondey-Dupré, 1857

42  Lettre de Joséphine Gay-Lussac à Louis-Jacques Thenard, datée du 31 mars 1857 (Archives Thenard, La Ferté, E III f/é, Inventaire p. 97-98)

43  M. Crosland, Gay-Lussac, savant et bourgeois, op.cit., p. 109.

44  Thenard, Traité élémentaire de chimie théorique et pratique, 6e édition, 1836

45  Nous remercions vivement Danielle Fauque, présidente du Club d’histoire de la chimie (Société française de chimie), d’avoir accepté de relire cette contribution et d’y avoir apporté des éléments complémentaires.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Portrait de Louis-Jacques Thenard, académicien des sciences, gravure
Crédits d’après dessin de L.L. Boilly, ca 1820 (archives Thenard, La Ferté)
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1046/img-1.png
Fichier image/png, 2,2M
Titre Cours de Thenard, jeune préparateur de chimie à l’École polytechnique
Légende Aquarelle d’un élève, vers 1800
Crédits (archives Thenard, La Ferté)
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1046/img-2.png
Fichier image/png, 1,2M
Titre La grande pile à l’École polytechnique installée pour les recherches physico-chimiques de Gay-Lussac et Thenard
Crédits Gravure de U. Parent, extraite de L.Figuier, Les Merveilles de la science, 1867, p. 669 (collection privée)
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1046/img-3.png
Fichier image/png, 1,3M
Titre Portrait de Louis-Jacques Thenard et Timbre-poste 1er jour d’émission pour le centenaire de la naissance de Thenard
Crédits (collection privée)
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1046/img-4.png
Fichier image/png, 819k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Gérard Emptoz, « Le binôme Gay-Lussac et Thenard : une longue amitié », Bulletin de la Sabix [En ligne], 50 | 2012, mis en ligne le 15 mai 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://sabix.revues.org/1046

Haut de page

Auteur

Gérard Emptoz

Gérard Emptoz est professeur émérite d’histoire des sciences et techniques de l’université de Nantes. Titulaire d’un doctorat de 3e cycle de chimie organique et d’un doctorat d’État ès-sciences physiques, il a ensuite entrepris des recherches sur l’histoire de l’innovation technologique au cours de l’industrialisation de la France (XIXe-XXe siècles), à l’E.H.E.S.S., puis au C.N.A.M. et, depuis 1993, au Centre François Viète (EA1161) de l’université de Nantes, dont il a été directeur-adjoint. Ses travaux sur l’histoire scientifique, technique et industrielle de la chimie ont donné lieu à de nombreuses contributions dans des revues et des ouvrages collectifs français et étrangers. Il a notamment co-édité Encourager l’innovation en France et en Europe. Autour du bicentenaire de la Société d’encouragement pour l’industrie nationale (avec S. Benoit et D. Woronoff, Ed. du CTHS, 2006), et publié récemment, Autour du chimiste Louis-Jacques Thenard (1777-1857). Grandeur et fragilité d’une famille de notables au XIXe siècle (avec A.-C. Déré, Université pour Tous de Bourgogne, 2008).

Haut de page

Droits d'auteur

© SABIX

Haut de page