Navigation – Plan du site

Georges Besse, le bicentenaire de l’X et le bicentenaire du corps des mines

Christian Marbach
p. 96-104

Texte intégral

1En 1994, l’École polytechnique et la collectivité polytechnicienne ont fêté le bicentenaire de la création de l’X ; en 2011, le corps des Mines, qui avait fusionné la même année avec le corps des ingénieurs des Télécommunications, a organisé diverses manifestations à l’occasion de son bicentenaire et de celui du Code minier. Il est intéressant de noter que la figure de Georges Besse a été évoquée lors de chacune de ces deux commémorations.

2C’est ainsi que son portrait figure dans le livre Les polytechniciens dans le siècle (1994), qui avait pour ambition de présenter la contribution des X à de nombreuses réalisations industrielles et économiques françaises du XXe siècle. Cet ouvrage voulait prolonger l’insurpassable Livre du Centenaire (qui, en 1894, développait, sur 1 700 pages, l’histoire de l’École et la vie de centaines de ses élèves), mais en évitant le ton souvent hagiographique de son modèle. Une trentaine d’auteurs, historiens ou acteurs, réunis autour de Jacques Lesourne et de Jean-Etienne Chapron, se sont efforcés d’évaluer le poids des X dans le développement des disciplines scientifiques et des secteurs de l’économie ; Georges Besse est évidemment abondamment cité dans les chapitres relatifs à l’énergie et aux entreprises publiques. Par ailleurs, au terme d’une sélection assez difficile, une vingtaine de polytechniciens du XXe siècle ont été choisis pour faire l’objet d’une page spéciale ; Besse fut retenu parmi eux. Il nous a semblé intéressant, pour marquer la place de Georges Besse parmi ses pairs issus de l’X, de donner dans cet article la liste des X dont fut brossé le portrait (page IX de l’ouvrage précité), ainsi que la copie de la page relative à Besse (page 189).

3Georges Besse figure aussi parmi les X d’un triptyque peint à l’occasion du bicentenaire, intitulé Les Deux cents premières années, qui est désormais exposé dans le grand hall d’Estienne d’Orves de l’Ecole. L’auteur de ce tableau, Jacques Tosetto, avait reçu pour mission de présenter plusieurs centaines de polytechniciens issus des deux cents promotions de l’école (au total 40 000 X !). Il est clair que le commanditaire que j’étais était inspiré par La Fée Électricité de Raoul Dufy… D’ailleurs, si La Fée Electricité devait était reprise aujourd’hui, des personnages comme Besse ne mériteraient-ils pas d’y figurer ? La photographie jointe représente la partie de ce triptyque où l’on peut reconnaître la silhouette de Besse à côté d’Honoré d’Estienne d’Orves et de Jean Grégoire, non loin d’Albert Caquot et de Raoul Dautry ; devant eux, une autre belle silhouette d’ingénieur, celle de Jean Bertin.

Les deux cents premières promotions, triptyque du bicentenaire de l’École polytechnique (hall d’Estienne d’Orves, École polytechnique)

Les deux cents premières promotions, triptyque du bicentenaire de l’École polytechnique (hall d’Estienne d’Orves, École polytechnique)

Détail du triptyque avec Georges Besse (X 48) entre Jean Bertin (X 38) et Honoré d’Estienne d’Orves (X 21), à gauche, et Jean Grégoire (X 18) à droite

Détail du triptyque avec Georges Besse (X 48) entre Jean Bertin (X 38) et Honoré d’Estienne d’Orves (X 21), à gauche, et Jean Grégoire (X 18) à droite

4Venons-en au bicentenaire du corps des Mines. Comme de juste, ses organisateurs ont souhaité présenter des portraits d’ingénieurs des Mines et ils ont souhaité élargir leur sélection à des ingénieurs des Télécommunications pour marquer la fusion des deux corps. Dans la liste des vingt X-Mines ou X-Télécom que l’on trouvera ci-après, Georges Besse figure à nouveau. Nous reproduisons également le panneau dédié à Georges Besse qui a été préparé à cette occasion, comme pour les dix-neuf autres ingénieurs figurant sur la liste.

5Ce n’est certainement pas une coïncidence si Georges Besse a été ainsi mis à l’honneur lors de ces deux bicentenaires. Avant tout, il a été un ingénieur : par les fonctions qu’il a exercées au début de sa carrière, mais aussi, et surtout, par sa conviction que les connaissances scientifiques qu’il avait acquises lors de sa formation étaient le meilleur bagage pour diriger des entreprises industrielles. J’ai mentionné à plusieurs reprises le soin qu’il mettait à entretenir régulièrement ces connaissances, faisant ainsi honneur aux écoles qu’il avait fréquentées et à ses professeurs. Dans toutes les responsabilités qu’il a assumées, dans l’administration, puis dans des entreprises publiques ou privées, il a su faire preuve d’un sens aigu de l’intérêt national. À ce titre, il revêt un caractère exemplaire pour l’ensemble du corps des Mines, démontrant l’intérêt pour l’État de disposer de hauts fonctionnaires à la formation scientifique et technique. Avec un talent exceptionnel, il a incarné la devise de l’Ecole Polytechnique : « Pour la Patrie, les Sciences… » …et la Gloire est venue de surcroît.

Affiche réalisée à l’occasion du bicentenaire du corps des Mines (2010) et exposée au ministère des Finances lors des Journées du Patrimoine (18 - 19 septembre 2010)

Affiche réalisée à l’occasion du bicentenaire du corps des Mines (2010) et exposée au ministère des Finances lors des Journées du Patrimoine (18 - 19 septembre 2010)

Quelques ingénieurs du Corps des Mines célèbres

6Fondation créée en 1987 par des entreprises et des proches après l’assassinat de Georges Besse, sous l’égide de la Fondation de France, ce qui lui confère les avantages d’une Fondation Reconnue d’Utilité Publique.

7Objet : soutien à des jeunes voulant devenir ingénieur, mais rencontrant de grandes difficultés matérielles, après sélection sur dossier et entretien individuel par un comité de sélection spécifique.

8Réalisations : 430 lauréats depuis l’origine - 20 à 25 nouveaux par an, dont une partie débute ou poursuit en classe préparatoire, l’autre ayant intégré une école - environ 70 bourses versées par an.

Spécificités de la Fondation Georges Besse 

9A. Vis-à-vis de la Fondation de France :

10 • autonomie de la sélection et du niveau et du mode de soutien aux lauréats

11• autonomie de gestion des fonds initiaux et complémentaires, pour autant que la pérennité de la Fondation soit assurée

12B. Vis-à-vis d’autres fondations et pour les lauréats :

13• niveau des bourses, personnalisé en fonction des budgets réels besoins /ressources de chaque lauréat, de 1500 à 7000 € par an (s’ajoutant aux bourses d’état éventuelles), pour la plupart ; quelques prêts d’honneur accordés en complément.

14• mode de sélection sur des critères visant à la fois : excellence scolaire et qualités morales

15• part importante donnée à la parité (40 % de filles dans les 3 dernières promos) et à la Diversité.

16• catégorie socioprofessionnelle des parents, très décalée par rapport celle de la population habituelle des écoles d’ingénieur, montrant l’originalité de la Fondation.

17• variété des formations d’ingénieur (la mention TB au baccalauréat n’ayant pas la même signification partout).

18• suivi permanent et animation des lauréats (rencontres, visites d’entreprises,…) par le secrétariat de la Fondation et par l’amicale des lauréats

Gouvernance 

191. comité exécutif ; Prést : Yannick d’Escatha (Prést du CNES) ; 4 collèges d’administrateurs :

20A. Entreprises fondatrices (Renault, Total, Areva, CEA, Eurodif, Pechiney-Alcan)

21B. Personnes physiques fondatrices, dont Mme Besse

22C. Personnes morales partenaires (Publicis, Essilor)

23D. Personnalités extérieures, un enfant de Mme Besse, des lauréats et les Présidents du comité de sélection, du comité financier (Trésorier) et de l’Amicale.

242. comité de sélection, responsable de la sélection des lauréats ; Prést : Michel Auroy.

253. comité financier, responsable de la gestion des fonds ; Prést : Emmanuel Rodriguez.

264. secrétariat général, responsable de l’administration générale en lien avec Mme Besse, le Prést de la Fondation et les Présts des comités de sélection et financier ; Secre gal : André Roche.

Chiffres clés de la Fondation Georges Besse

Patrimoine net actuel  (septembre 2011)

276,2 M€, d’origine multiple :

28• Dons des fondateurs : 3,25 M€ actualisés

29• Dons de tiers : 1,8 M€ en valeur historique

30• Legs : 1,1 M€ en valeur historique

31• Solde ressources/emplois de la période précédente : 0,1 M€.

32Les produits des placements ont donc permis de couvrir les charges de la Fondation et de maintenir, en euros courants, le niveau des dons et legs reçus depuis 1987.

Ressources annuelles actuelles 

33• Produit du placement (géré par un comité financier propre) de 6,1 M€ : aléatoire par essence, il a été de 7,4 % en moyenne, de 1995 à 2007, mais devrait se situer à bas niveau de façon durable, ce qui nécessite le recueil de nouveaux dons.

34• Dons ponctuels

35• Complément par une partie de la réserve distribuable (legs et dons ponctuels).

Emplois annuels actuels 

36• 250 k€ pour 70 bourses individuelles aux lauréats

37• 20 à 100 k€ d’accroissement de l’en-cours des prêts d’honneur attribués à certains lauréats (en-cours plafonné à 300 k€) : phase d’augmentation à cause de la généralisation des dernières années à l’étranger, voulues par les écoles

38• 140 k€ : continuité de suivi des lauréats (1 salariée permanente et des frais de visites,

39rencontres,…) et cotisation à la Fondation de France.

40Soutien financier possible sous deux formes (avec tous les avantages fiscaux d’une Fondation Reconnue d’Utilité Publique, grâce à l’égide de la Fondation de France) :

41A. Pour une entreprise : don au titre du mécénat, ou dotation

42B. Pour un particulier : don déductible - aux conditions fiscales - soit de l’ISF, soit de l’IR. Pour connaître les conditions détaillées des soutiens, se reporter au site de la Fondation www.fondationbesse.com et/ou prendre contact avec son secrétariat (Tél. : 01 34 96 05 33).

43Sous l’égide de la Fondation de France, 33 rue La Fayette, 75442 Paris Cedex 09

Haut de page

Table des illustrations

URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1032/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Les deux cents premières promotions, triptyque du bicentenaire de l’École polytechnique (hall d’Estienne d’Orves, École polytechnique)
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1032/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
Titre Détail du triptyque avec Georges Besse (X 48) entre Jean Bertin (X 38) et Honoré d’Estienne d’Orves (X 21), à gauche, et Jean Grégoire (X 18) à droite
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1032/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 132k
Titre Affiche réalisée à l’occasion du bicentenaire du corps des Mines (2010) et exposée au ministère des Finances lors des Journées du Patrimoine (18 - 19 septembre 2010)
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1032/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1032/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1032/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 84k
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1032/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 17k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christian Marbach, « Georges Besse, le bicentenaire de l’X et le bicentenaire du corps des mines », Bulletin de la Sabix [En ligne], 49 | 2011, mis en ligne le 17 octobre 2013, consulté le 29 avril 2017. URL : http://sabix.revues.org/1032

Haut de page

Auteur

Christian Marbach

Président d’honneur de la SABIX

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d'auteur

© SABIX

Haut de page