Navigation – Plan du site

Une leçon pour l’avenir ?

Raymond H. Lévy
p. 93-95

Texte intégral

1Lundi 17 novembre 1986 : à Bruxelles où nous avons élu domicile du fait de mes fonctions dans la sidérurgie wallonne, ma femme et moi regardons un film à la télévision, lorsque, à 20h30, vient s’afficher en surimpression au bas des images l’annonce de l’assassinat, à Paris, du Président de la Régie Renault.

2Georges Besse et moi entretenions, de longue date, des relations amicales. En 1980 le Ministre de l’Industrie, André Giraud, avait un moment cru pouvoir obtenir le remplacement d’Albin Chalandon, à la tête d’Elf Aquitaine, par Georges Besse auquel, dans le même projet, je devais succéder à la tête de Cogema ; d’où, entre nous, un certain nombre de rendez-vous au cours desquels Georges Besse me présentait et m’expliquait Cogema, à l’inoubliable façon d’un gros propriétaire terrien faisant le tour de ses trésors, cependant que je lui décrivais dans le détail l’entreprise qu’il devait être appelé à diriger.

3La suite ne fut pas tout à fait celle qu’André Giraud avait prévue, et c’est en tant que chefs d’entreprises publiques parachutés en février 1982 que nous devions nous retrouver par la suite à intervalles réguliers. Et c’est le président de Renault que je rencontrai dans les premiers mois de 1985. Je le vois encore, m’introduisant dans son bureau et me le présentant, d’un geste large, par ce seul mot : « Voilà ! », exprimant parfaitement son sentiment devant l’argent dépensé pour un équipement de cette qualité, – devrais-je dire : de cette richesse ? – par une entreprise que sa gestion promettait alors à la faillite, et qui eût été de fait en faillite si son actionnaire n’eût pas été l’État. Une entreprise à laquelle il convenait d’abord de rappeler sa véritable raison d’être : offrir à ses clients des voitures de qualité, produits du travail d’un personnel compétent engagé au service du seul intérêt de l’entreprise, et confirmer par ses résultats sa reconnaissance matérielle envers ses actionnaires, en l’occurrence l’État, c’est-à-dire les contribuables.

4À ceux qui ne comprenaient pas ce que devait être cet engagement, le nouveau patron devait faire toucher du doigt leur erreur en obtenant, lors de la grève du Mans à l’automne 1985, l’appui des non- grévistes qu’une action violente empêchait alors de travailler, et en sanctionnant par un licenciement, à l’été 1986, dix meneurs fiers d’avoir peint à Billancourt les lettres SS sur les vêtements de leurs cadres ; qui ne se souvient des démonstrations publiques des « dix de Billancourt », parfois soutenus politiquement en haut lieu, et dont Renault ne fut libéré qu’après plus de trois ans de procédures judiciaires ?

5Tout a été dit dans les pages qui précèdent sur le redressement engagé par Renault dès 1985 et sur un espoir qu’illustre mieux que tout discours la photo que nous avons tous en mémoire, prise au Salon de l’Automobile de Paris à l’automne de 1986, de cette masse de jeunes enfants emplissant un « Espace », pressant au milieu d’eux Georges Besse au volant : le pilote garant, pour tous ces jeunes, de l’avenir symbolisé par cette voiture, alors seule de son espèce sur le marché européen.

Au Salon de l’Auto, 1985

Au Salon de l’Auto, 1985

6Lundi 17 novembre 1986 ... J’étais appelé, un mois après cette date tragique, à recueillir les premiers fruits de ce redressement et à en conduire la suite - une perte largement réduite en 1986, un premier résultat positif dès 1987 - hanté comme je l’étais par l’engagement qui devait être le mien devant tous les Renault : ne décevoir à aucun prix l’ espérance que, à travers la simplicité de ses énoncés – un franc est un franc – et la force de son autorité, Georges Besse avait su ouvrir aux dizaines de milliers de travailleurs sans doute conscients, pour la plupart, que l’entreprise dont dépendait leur vie professionnelle venait de frôler une catastrophe mortelle.

7D’un obscur engagement scolaire au sein de l’Auvergne profonde au sauvetage de la première entreprise automobile française, pouvons-nous tirer quelques leçons que nous donnent la vie et l’action d’une personnalité, je dirai simplement d’un « homme », au sens le plus fort de ce mot ?

8Je souhaiterais pour ma part en retenir trois.

9Je tirerai la première du récit d’un incident que chacun aura lu dans les pages précédentes, et que j’appellerai l’incident du carnet scolaire. Je veux parler de l’importance, que je qualifierai d’inconditionnelle, à attacher au parcours scolaire.

10On ne dira jamais assez que c’est dans ce parcours, pour de multiples raisons physiologiques et psychologiques, et parce qu’il offre au jeune une occasion de développement intellectuel et moral qu’il ne retrouvera plus jamais par la suite, que se forge sa personnalité et que se constitue ce que, dans un vocabulaire moderne, on pourrait nommer ses « fichiers » et ses « logiciels », en bref les atouts qu’il pourra faire valoir dans sa vie professionnelle comme, aussi, dans sa vie tout court.

11Les enseignants, depuis l’école maternelle jusqu’aux classes terminales, sont certainement conscients de leur responsabilité ; les parents doivent aussi la comprendre ; tous ensemble, parents, enseignants, et responsables des programmes et des parcours, doivent en permanence être pénétrés de l’importance vitale, pour chacun, de tirer de ces années, sans faiblesse aucune, le meilleur parti possible. Je dis : sans faiblesse aucune, et je ne connais pas de constatation plus désolante pour nos jeunes et pour notre pays tout entier que l’énoncé des lacunes de certains à la sortie du cycle primaire, ou l’énumération des échecs qui suivent la fin du parcours secondaire.

12Notre pays est en droit d’exiger, de ceux qui conçoivent et gèrent l’Éducation Nationale, que leurs efforts soient entièrement consacrés, sans dérive « pédagogiste » aucune, à faire des jeunes qui leur sont confiés des têtes « bien faites » mais aussi « bien pleines », formées pour tirer le meilleur parti de leur vie après leur sortie du système scolaire. Et ce qui précède vaut, naturellement, pour les études supérieures, dans quelqu’environnement qu’elles soient conduites.

13Sans ce parcours scolaire, sans la rigueur avec laquelle il lui a été imposé, il n’y aurait pas eu le Georges Besse que nous avons connu.

14La seconde leçon est celle du respect de la « règle » dans le comportement personnel, loin de ce que j’appellerai la tentation de la facilité.

15Il m’a été rapporté que l’une des premières décisions du nouveau dirigeant de Renault avait été de supprimer la moitié des éclairages, à l’esthétique certainement flatteuse mais largement superflue, des couloirs du siège social. Il s’agit bien évidemment d’un geste symbolique, mais d’un geste symbolique à rapprocher de cette affiche placardée partout sur les lieux de travail : « un franc est un franc ». Chacun de nous, dans sa vie quotidienne, est confronté à cette tentation de la facilité ; y céder dans sa vie personnelle peut déjà comporter des conséquences fâcheuses, mais y céder sur les lieux où ceux qui vous ont fait confiance attendent que vous mettiez au service de votre tâche le meilleur de vous-même traduit une faiblesse grave, et sans aucun doute blâmable.

16Le mot « règle », comme, dit autrement, le mot « rigueur », peuvent parfois faire sourire. Les faiblesses financières de certains pays européens, sans nécessairement oublier le nôtre, doivent nous rappeler au sérieux que ces mots nous imposent.

17La comparaison, actuellement quotidienne dans la presse, entre la situation économique de notre voisin d’outre-Rhin et la nôtre, nous rappelle sans cesse ce que devraient être nos progrès en la matière. Et que penser quand nous voyons quotidiennement sur nos écrans une marque d’automobiles fonder toute sa publicité sur des qualités citées, une par une, comme allemandes, sinon que la rigueur ne passe pas, encore aujourd’hui, comme notre qualité première ?

18La rigueur : Georges Besse aurait-il lancé comme il l’a fait le redressement de Renault sans cette qualité-là ? Enfin, j’aimerais mettre en avant la nécessité pour chacun, dans sa vie personnelle, mais aussi dans sa vie professionnelle et plus encore à des postes de responsabilité, de faire preuve de « caractère ».

19À l’appui du sens que je souhaite que l’on entende par ce mot, le grand dictionnaire Robert donne la citation suivante de Chateaubriand :

« Madame Rolland avait du caractère plutôt que du génie : le premier peut donner le second, le second ne peut donner le premier ».

20Georges Besse avait du « caractère ». Nul ne doute de ce qu’étaient ses facultés intellectuelles – le génie, dont parle Chateaubriand –, mais elles n’auraient rien été, elles n’auraient pas fait de lui le chef d’entreprise dont il a démontré la capacité, sans ce « caractère » que d’aucuns – et parfois l’État lui-même – tolèrent mal chez leurs subordonnés, mais dont nous savons bien qu’il est la condition nécessaire du succès, dans toutes les circonstances, et, au premier chef, dans les circonstances difficiles.

21Telles sont les leçons que j’aimerais tirer de la vie qui vient de nous être rappelée. Telles sont les questions que j’aimerais me poser si j’avais, dans une position aujourd’hui imaginaire, à choisir pour une entreprise, et tout particulièrement pour une entreprise dans la situation extrême qui était celle de Renault en 1985, un dirigeant de la qualité de Georges Besse.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Au Salon de l’Auto, 1985
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1030/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 40k
URL http://sabix.revues.org/docannexe/image/1030/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 32k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Raymond H. Lévy, « Une leçon pour l’avenir ? », Bulletin de la Sabix, 49 | 2011, 93-95.

Référence électronique

Raymond H. Lévy, « Une leçon pour l’avenir ? », Bulletin de la Sabix [En ligne], 49 | 2011, mis en ligne le 17 octobre 2013, consulté le 21 août 2017. URL : http://sabix.revues.org/1030

Haut de page

Auteur

Raymond H. Lévy

X46, président d’honneur de Renault

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • Revues.org