Navigation – Plan du site

Texte intégral

1Le 2 juin 2004 s’est tenu à Paris un colloque intitulé « Un savant en son temps : Gaspard Monge ». Organisé par la SABIX et l’IDHE-Nanterre avec le soutien de l’AX et de l’Ecole polytechnique, et sous le haut patronage de l’Académie des sciences et de l’Académie des Technologies, ce colloque s’appuyait sur un évènement important pour l’Ecole : le transfert en sa bibliothèque d’un très important fonds d’archives relatives à Gaspard Monge.

2Le présent bulletin de la SABIX s’inscrit tout naturellement dans l’action entreprise par notre Association en faveur de cette opération : repérage, négociation, recherche réussie du soutien indispensable de l’AX, installation, classement et numérisation du fonds ; enfin ouverture aux chercheurs et exploitation par des manifestations, comme le colloque de 2004. Il reprend, presqu’en totalité, les contributions proposées à cette occasion par les meilleurs spécialistes de Monge, de son époque, des sciences de son époque – presque toutes enrichies ou précisées grâce à ce fonds. Je souhaite en cet avant-propos revenir sur quelques aspects du colloque.

3Un mot sur Monge, d’abord. Un mot bref, puisque cent cinquante pages vont en parler après moi, et savamment. Le texte du programme que j’avais préparé avec Bruno Belhoste le présentait comme un « grand mathématicien, qui fut également un acteur majeur de son temps, expert du gouvernement, ministre et ami de Bonaparte ».

4Nous aurions pu ajouter : et fondateur, ou cofondateur, en tout cas inspirateur principal de la création de l’Ecole polytechnique, protecteur de cette institution dès sa création malgré les soubresauts politiques, attentif à son programme, à ses enseignants, à son rôle, à ses débouchés.

5Davantage que d’autres, les lecteurs de la SABIX connaissent Monge. De nombreux bulletins de notre association ont déjà mis l’accent sur cette exceptionnelle personnalité. Notre premier président, Emmanuel Grison, avait une connaissance approfondie de Monge et avait suscité des travaux sur cette figure historique. Si je les rappelle ici, ci-dessous, c’est évidemment pour offrir au lecteur de ce numéro 41 l’occasion de compléter son érudition et de satisfaire sa curiosité ; c’est aussi pour expliquer que si le colloque de 2004 a moins traité certains aspects de Monge, c’est qu’ils étaient déjà bien connus et étudiés : en 1989, le bicentenaire de la Révolution et en 1994, le bicentenaire de la création de notre Ecole avaient été l’occasion de travaux importants sur « les savants et la Révolution », et sur « la formation polytechnicienne ». Les bulletins suivants de la SABIX se sont focalisés sur les sujets suivants :

  •   1   (1987)   L’expédition d’Egypte

  •   6   (1990)   L’instruction militaire

  •   8   (1991)   Les premières attaques contre l’Ecole

  • 11   (1993)   La fondation de l’Ecole

  • 12   (1994)   Les registres

  • 15   (1996)   L’enseignement de la chimie

  • 20   (1999)   L’expédition d’Egypte

  • 21   (1999)   L’Ecole de Monge et les Arts et Métiers

  • 23   (2000)   Les tableaux des fondateurs de l’Ecole

  • 24   (2000)   Le colloque Berthollet

  • 25   (2000)   Le cours des machines à l’Ecole

6Dans tous ces bulletins, le nom de Gaspard Monge revient sans cesse, avec ses qualités : initiateur, observateur, défenseur, apte à saisir des occasions comme à parer des attaques ; attentif à la sélection et à l’enseignement des plus « méritants », mais aussi à leur utilisation pour le pays ; assez savant enfin, et combien, pour agglomérer autour de lui des savants tout aussi irréfutables, pour recruter aussi les meilleurs dans le corps enseignant, quitte à provoquer des « querelles » sur les méthodes et les objectifs de l’Ecole.

7Le colloque Monge de 2004 est donc loin de prétendre présenter un personnage inconnu ; il ne vise qu’à préciser un certain nombre de points, témoignant parfois de l’intérêt que des chercheurs peuvent avoir à consulter avec méthode un fonds d’archives plus étendu, renouvelé, mieux organisé. Une telle affirmation n’enlève rien à la qualité des biographies de Monge déjà disponibles, auxquelles ce bulletin fait référence, ni à l’exubérante abondance des études déjà faites sur Monge, à l’Ecole, à la SABIX ou ailleurs.

8Il faut en effet inscrire la préparation et la tenue du colloque Monge dans une action continue, visant la connaissance du passé, comme la réflexion sur le futur. Les discussions dialectiques sur la sélection des élèves, la spécialisation des enseignements, le contenu des programmes, les obligations des enseignés ne sont pas seulement des sujets que Monge traitait quotidiennement : ce sont des sujets qui nous interpellent aujourd’hui, faisant aussi de Monge, « un savant en son temps », un savant pour notre temps.

9C’est évidemment à cette aune qu’il faut apprécier le patronage que l’Académie des Sciences et celle des Technologies ont donné au colloque en 2004. Confrontées aujourd’hui encore à la nécessité d’une connaissance scientifique accrue comme à une saine et efficace utilisation de cette connaissance pour un progrès raisonné et partagé, ces deux Académies, l’une très ancienne (Monge en était déjà membre !), l’autre très jeune ont ainsi voulu signaler leur adhésion à l’essentiel des idées débattues et des questionnements proposés.

10J’ai déjà eu l’occasion de présenter dans les bulletins de la SABIX les conditions dans lesquelles le fonds d’archives Monge a été conservé, agrandi, préservé et enfin proposé à la communauté polytechnicienne ; l’article signé par Madeleine de Fuentes y reviendra dans ce bulletin. Mais je tiens à rappeler à ce propos les remerciements que nous devons à l’AX, dont l’apport financier fut déterminant. Madeleine de Fuentes, conservatrice de la bibliothèque lors de l’acquisition, a aussi joué un rôle majeur de contact et de repérage dès qu’elle a senti une opportunité ; qu’elle en soit ici remerciée. De même, je voudrais exprimer ma reconnaissance à François Pairault, agrégé de l’Université, historien, et auteur d’une belle biographie de Gaspard Monge (Tallandier, 2000) : sa proximité avec le baron de Chaubry, descendant de Gaspard Monge, et sa conviction que les archives de Monge avaient leur place dans notre Ecole plutôt que dans une riche Université américaine nous ont été précieuses pour la conclusion de l’accord que la SABIX se flatte d’avoir mis sur pied.

11S’étant engagé à rendre ce fonds d’archives exploitable, puis à l’utiliser lors d’un premier colloque important, la SABIX s’est efforcée dès l’accord conclu d’en mettre sur pied la réalisation. Elle a pu compter, dans ce but, sur l’inébranlable et efficace action de Bruno Belhoste. Bruno était à l’époque professeur d’histoire contemporaine à Nanterre, grand spécialiste de l’histoire des sciences et de l’enseignement, familier avec la SABIX, la communauté polytechnicienne et notre Ecole depuis une vingtaine d’années sans avoir jamais renoncé à une légitime et rafraîchissante  liberté de jugement sur le pourquoi, le comment, et le « pour quoi » ; il a su convaincre l’essentiel des meilleures connaisseurs de l’époque et des sciences de l’époque à contribuer à ce colloque, c’est-à-dire à y présenter un texte après s’être engagé à enrichir leurs propres connaissances par la consultation des archives originales.

12Ainsi a-t-il pu réunir Christine Blondel ou Luigi Pepe, Joël Sakarovitch, Jérôme Laurentin et Marcel Dorigny, et aussi Etienne Taillemite dont les lecteurs de la SABIX avaient déjà pu apprécier plume et érudition à propos des affaires maritimes. On pourra évidemment regretter la non-disponibilité, à cette époque, d’autres excellents spécialistes, comme Jean Dhombres, Patrice Bret, Jean-Marc Drouin avec lesquels j’avais moi-même eu, auparavant, des occasions de collaborer. Mais la richesse du groupe de spécialistes constitué autour de Bruno Belhoste est, en elle-même, réconfortante. Qu’ils en soient tous remerciés !

13(Le lecteur de ce bulletin trouvera en début de chaque contribution une petite notule, dont je prends la responsabilité, et qui présentera les auteurs ; ceux qui préfèreront à cette approche personnelle, amicale, et polytechnicienne des données complètes sur œuvres et carrières les trouveront sans peine dans les sites Internet).

14Le bulletin reprenant les contributions de ce colloque propose en général le texte écrit, parfois une transcription autorisée. Il comprend également deux ou trois écrits d’une tonalité autre, mais suggérés par ce colloque.

15Ainsi Patrice Bret a-t-il accepté de faire le point sur les biographies de Monge et à cette occasion de rendre hommage au grand René Taton, que nous avions eu le bonheur de voir collaborer à nos travaux, et auquel un colloque de juin 2006 a rendu hommage quelques mois après son décès.

16A la suggestion de Luigi Pepe, attentif avec gourmandise aux innombrables initiatives de Monge en Italie, deux articles évoqueront ses décisions dans le « transport des objets d’arts italiens en France en 1798 » et … « la fabrication du parmesan ».

17A l’occasion des travaux de restauration de l’exemplaire polytechnicien de « la Description de l’Egypte » (difficile d’escamoter l’Egypte même si tout est bien connu !) et du don d’un opuscule « pyrénéen » à la bibliothèque, deux autre voyages de Monge sont très brièvement évoqués.

18Enfin l’exceptionnelle intervention publique, au colloque, de Roland Glowinski relative à l’actualité en 2004 de certains travaux mathématiques de Monge, a été mise en forme par Roland à notre intention : qu’il en soit vivement remercié, lui aussi.


---

19Entre 2004 et 2007, la SABIX a connu quelques modifications. Le rédacteur en charge de notre bulletin était, lors de la tenue du colloque, Jean-Paul Devilliers. Il a aujourd’hui quitté ses fonctions exercées avec efficacité pendant six à sept ans mais son aide à la transcription des cassettes du colloque a été déterminante. Il est désormais remplacé, comme nos lecteurs le savent, par Fabrice Mattatia, dont nous avons déjà pu apprécier la plume et la rigueur dans la préparation des bulletins 36 (philatélie) et 40 (médailles). Fabrice est le grand ordonnateur de ce bulletin Monge, exceptionnel dans son ampleur.

20La SABIX, où Alexandre Moatti m’a désormais remplacé à la présidence et qu’il fera  certainement profiter de sa jeunesse et de ses compétences en particulier dans le domaine informatique, est heureuse de vous en proposer la lecture. Elle vous rappelle également, si vous êtes chercheur, historien, simplement curieux, que les archives de Gaspard Monge sont consultables, sous diverses formes, et que la bibliothèque de l’Ecole comprend foule d’autres richesses. La SABIX peut vous aider à les découvrir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christian Marbach, « Avant-Propos », Bulletin de la Sabix, 41 | 2007, 7-11.

Référence électronique

Christian Marbach, « Avant-Propos », Bulletin de la Sabix [En ligne], 41 | 2007, mis en ligne le 07 août 2009, consulté le 23 novembre 2017. URL : http://sabix.revues.org/102

Haut de page

Auteur

Christian Marbach

président d’honneur de la Sabix

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© SABIX

Haut de page
  • Logo SABIX
  • Revues.org